Fondateur : Lionel Martin (1878-1945)
Nation : Royaume-Uni
Premier Grand Prix :
Pays-Bas 1959
Dernier Grand Prix :
Grande-Bretagne 1960
Meilleur classement :
6e
Meilleure qualification :
2e
Classement en Championnat du Monde
1959
nc
1960
nc
Jamais classé en Championnat du Monde (Constructeurs)
1
1
2
3
4
5
1
6
7
8
9
1
10
11
1
12
3
13
14
15
16
1
17
18
1
19
20
1
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
2
6
7
1
8
9
1
10
1
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
L'équipe Aston Martin fit quelques pas dans le monde de la F1 après de très honorables résultats en voitures de sport, notamment des victoires en catégorie au Mans.

Tout commence en 1913 lorsque deux londoniens décident de fabriquer leur propre voiture. Robert Bramford et Lionel Martin se base sur une vieille Isotta Fraschini pour réaliser la première Aston Martin dans un garage du Kensington. L'année suivante, le directeur est déjà choisi en la personne du comte Louis Zborowski, un riche britannique qui est également pilote à ses heures perdues. Pourtant, il va falloir attendre 1921 pour que les Aston Martin apparaissent en course, en outre la Junior car Club 200. L'année suivante, la monoplace britannique se retrouve inscrite dans plusieurs grandes courses, et déjà quelques résultats arrivent : Bertie Kensington-Moir mène la Junior Car Club 200 avant de devoir abandonner, tandis que Stead termine second, quant à Zborowski, il mène le GP de Penya Rhin en Espagne, jusqu'à ce qu'un ennui mécanique l'oblige à laisser passer à Kennel Lee Guinness. De nouvelles améliorations en 1923, avec les podiums de Richard Morgan à Boulogne, puis de Zborowski en Espagne à deux reprises.

Mais les premières difficultés apparaissent l'année suivante. Les voitures sont toujours compétitives, bien que la victoire échappe toujours aux oeuvres de l'usine de Kensington, mais Aston Martin doit faire face au décès brutal de Zborowski, qui heurta un arbre à Monza. Sous la direction d'Augustus Bertelli, Aston Martin commence à se faire un nom en voitures de sport, délaissant de plus en plus les monoplaces compte tenu du maigre succès rencontré en voiturettes, malgré la mise en place d'une nouvelle formule en 1926, jusqu'à les abandonner à partir de 1932 sous la direction de R.G. Sutherland. Aux 24 heures du Mans, Aston Martin s'impose à plusieurs reprises dans la catégorie des cylindrées de 1.1 L à 1.5 L avec la Ulster en 1931, 1932, 1933, 1935 et 1937. Puis c'est la seconde guerre mondiale qui stoppe net la compétition automobile.

Une fois la paix revenue, les choses sérieuses peuvent enfin (re)commencer, sous la direction de David Brown. En 1948, pour le retour des 24 heures de Spa Francorchamps, Aston Martin s'impose grâce aux efforts de Horfsall et Johnson. Dans les années 50, Aston Martin commence à briller de plus en plus en voitures de sport, avec une seconde place à Sebring, puis un doublé lors de l'International Trophy avec l'équipage Collins-Griffith devant Parnell-Thompson. En 1955, l'équipage constitué de Paul Frère et Peter Collins termine à la seconde place des 24 heures du Mans 5 tours derrière la Jaguar de Mike Hawthorn et Ivor Bueb. L'année suivante, scénario similaire, Moss et Collins échoue d'un tour seulement. En 1957, Aston Martin remporte la première de ses trois victoires consécutives aux 1000 km du Nürburgring. Et en 1959, c'est le moment de gloire pour l'équipe : le duo Roy Salvadori et Carroll Shelby remportent la victoire au Mans, devant leurs coéquipiers Maurice Trintignant, Paul Frère et Henry Taylor.

Cette même année, David Brown décide d'offrir à l'équipe un come-back en Formule 1, et fait construire la DBR4/250, qui court sa première course en mai, l'International Trophy en F2, avec Salvadori se classant second de l'épreuve. Mais la voiture souffrira d'un sérieux handicap, elle dispose d'un moteur à l'avant alors que les monoplaces à moteur arrière sont de plus en plus compétitives. Après une course mitigée à Zandvoort, Aston Martin réalise une course honorable à domicile, Shelby se qualifie 6ème et après un départ en catastrophe remonte 7ème avant d'abandonner. Quant à Salvadori, il se retrouve second sur la grille de départ en ayant réalisé le meilleur temps ex aequo avec 3 autres pilotes, et après un départ difficile pour lui aussi, remonte 6ème. Un classement qu'il conserve au Portugal. L'équipe cour de nouveau à Monza, puis l'année suivante en Grande-Bretagne avec le modèle DBR5, mais devant le manque cruel de résultats, l'aventure s'arrête là. En voitures de sport, l'équipe continue de briller dans les années 60. En 1968, David Brown est adoubé pour services rendus à l'industrie automobile, et quitte l'équipe en 1972.

Aston Martin continuera de courir en voitures de sport durant les quinze années suivantes.
Julien