Alfonso De PORTAGO
...
Alfonso de Borja Cabeza de Vaca di Portago
Nation : Espagne
Né le 11 octobre 1928 - Londres (Grande Bretagne)
Décédé le 12 mai 1957 - Goito (Italie) - 28 ans - Accident durant les Mille Miles sur Ferrari
Premier Grand Prix :
France 1956
Dernier Grand Prix :
Argentine 1957
Meilleur classement :
2e
Meilleure qualification :
9e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 18e en  1956
1956
18
1957
21
1
2
3
4
5
6
7
8
2
9
1
10
11
1
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
1
2
3
4
1
5
6
7
8
9
1
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Alfonso de Portago ne disputa que peu de courses, avec de belles performances tout de même.

Né à Londres, Alfonso est passé par les courses de chevaux, la natation et le bobsleigh, avant finalement de se tourner vers la course automobile dès 1954, presque exclusivement avec Ferrari. Il fait une forte impression lors de sa première course de voitures de sport, les 1000 km de Buenos Aires, où il termina 2ème avec Harry Schell, une performance qu'il ne pourra réitérer dans la suite de l'année. Dès 1955, il fait ses débuts en F1, disputant 5 courses hors championnat. Une voiture peu fiable l'empêcha de faire mieux que 8ème à Pau. La saison suivante, en 1956, Fon termine 3ème des 1000 km du Nürburgring.

Cette même saison, il court sa première course dans le championnat du monde de F1, au GP de France. Lors de l'épreuve suivante en Grande-Bretagne, il dut laisser sa voiture à Peter Collins, qui termina 2ème de la course derrière Fangio. Alfonso se retrouve donc 2ème par défaut. La suite de la saison ne lui offrira pas de grands moments, si ce n'est en voitures de sport, une 3ème place en Suède. En 1957, la saison commence plutôt bien, Fon reprend à mi-course la voiture de Jose Froilan Gonzalez et termine 5ème en Argentine. La semaine suivante, il termine 3ème des 100 km de Buenos Aires.

Lors des Mille Miglia, Alfonso de Portago est victime d'un accident qui lui coûtera la vie, ainsi qu'à son coéquipier Edmund Nelson, 10 spectateurs, et l'épreuve elle-même qui ne sera plus courue.
Julien