Alexander ROSSI
...
Alexander M. Rossi
Nation : Etats-Unis
Né le 25 septembre 1991 - Auburn (Californie) - 25 ans
Premier Grand Prix :
Singapour 2015
Dernier Grand Prix :
Brésil 2015
Meilleur classement :
12e
Meilleure qualification :
16e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 20e en  2015
2015
20
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
1
16
2
17
18
1
19
1
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
1
12
13
1
14
1
15
16
17
2
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Alexander Rossi est un pilote californien né en 1991, qui incarne le renouveau des pilotes américains sur la scène européenne. Il commence sa carrière sportive en karting en 2005, en gagnant la IKF Grand National dans la catégorie 100cc Yamaha. La même année, il est finaliste de la Red Bull Formula One American Drivers et termine cinquième sur deux mille candidats. En 2006, il décroche la troisième place du Skip Barber National Scholarship à l'âge de quatorze ans, devenant au passage le plus jeune vainqueur dans ce championnat

 

En 2007, il participe au championnat américain de Formule BMW et termine troisième avec trois victoires et cinq podiums avec le Team Apex. Il retente sa chance en 2008 et devient champion avec l'équipe EuroInternational. Il gagne la finale mondiale de Formule BMW, ce qui lui vaut de tester une BMW Sauber F1 à la fin de l'année.

 

En 2009, il est désigné meilleur débutant de l'année en terminant quatrième de l'International Formula Master, participant pour les équipes Hitech et ISR, et gagnant trois courses. On le retrouve lors de la saison 2009/2010 du GP2 Asia Series et finit neuvième. En 2010, il participe à la totalité du championnat GP3, et termine quatrième avec le team ART, pendant que son coéquipier Esteban Gutierrez est couronné champion. L'américain est également pigiste chez ISR à Monaco en Formule Renault 3.5. Il signe également un contrat de troisième pilote chez USF1 mais le projet avorte.

 

En 2011, Rossi se retrouve chez Fortec en Formule Renault 3.5. S'il gagne la première course de la saison à Aragon, il ne peut rien faire face à la domination des pilotes Carlin, Robert Wickens et Jean-Éric Vergne, mais finit toutefois troisième du championnat. Cette belle performance lui vaut d'être promu au rang de troisième pilote de Caterham F1, il participera même aux essais libres du Grand Prix d'Espagne. Redoublant en FR 3.5 chez Arden Caterham, le succès est loin d'être au rendez-vous, avec un podium à Monaco uniquement, et ne se classe que onzième. De plus, son coéquipier Antonio Felix da Costa, membre du Red Bull Junior Team, finit quatrième du championnat bien qu'il soit arrivé en cours de saison !

 

Cependant, Caterham lui renouvelle sa confiance pour 2013 et le place dans son équipe-bis de GP2. Après avoir manqué la première manche, il décroche le podium dès sa première course à Bahreïn ! Il renouvelle quelques belles performances, jusqu'à gagner la course principale à Yas Marina, et termine neuvième et meilleur débutant du championnat. Il participe aussi aux essais libres des Grands Prix du Canada et des États-Unis avec Caterham, ainsi qu'aux 24 Heures du Mans chez Greaves Motorsport en LMP2. Continuant en GP2 chez Caterham en 2014, la saison n'est pas du même acabit et il claque la porte de l'équipe à la mi-saison, quittant l'équipe de F1 par la même occasion.

 

Malheureusement pour lui, les occasions de débuter en F1 vont s'enchaîner sans jamais se concrétiser : en Belgique, son ancienne équipe Caterham cherche un pilote pour remplacer Kamui Kobayashi, qui manque de budget. Dommage, puisqu'il est parti dans le garage suivant, chez Marussia. Mais l'espoir est permis, puisque pour ce même Grand Prix, Chilton est également mis à pied et remplacé par Rossi le vendredi ! Mais le Britannique retrouve un budget à temps et participe aux qualifications et à la course. Toujours réserviste chez Marussia, il pense remplacer Jules Bianchi suite à son grave accident au Japon, mais son équipe retire la voiture par hommage au pilote français... Enfin, à Abu Dhabi, Caterham cherche une paire de pilotes pour sa dernière course, mais la nouvelle direction de l'équipe ne pense pas à l'Américain.

 

Avec le retrait de Caterham et Marussia, Rossi fait une croix sur la F1, temporairement bien sûr. Si bien qu'il se retrouve en GP2 chez Racing Engineering, et fait forte impression en se montrant comme le deuxième meilleur pilote, derrière l'insaisissable Stoffel Vandoorne. Après un début de saison très régulier mais sans aucune victoire, il finit par gagner trois fois en quatre courses entre la Belgique et la Russie, confortant sa place de dauphin. Ces bons résultats vaudront une promotion en cours de saison en F1 chez... Marussia, finalement sauvée de justesse avant la première course de la saison. Il participe à cinq courses et domine globalement le Britannique Will Stevens, avec en point d'orgue une douzième place à domicile.

 

L'américain a de bons espoirs de continuer avec Manor en 2016, mais l'écurie britannique signe dans l'hiver avec le jeune allemand Pascal Wehrlein, champion en titre du DTM et protégé de Mercedes. Rio Haryanto, ancien adversaire du GP2 et fortement soutenu par l'Indonésie, rejoint ensuite les rangs de Manor et annihile ainsi les chances de Rossi. Il retourne alors aux États-Unis, tout en gardant la F1 dans un coin de sa tête (il reste troisième pilote Manor), pour rejoindre l'Indycar avec l'écurie Andretti-Herta. Son début de saison est correct, sans être époustouflant, mais il se montre vite comme étant le meilleur rookie. Lors des fameux 500 Miles d'Indianapolis, il signe une incroyable et inattendue victoire, à seulement 24 ans, et devient le premier rookie à s'imposer lors de cette épreuve depuis 2001, avec un certain Hélio Castroneves.

Lucas / Paolo