Alan STACEY
...
Nation : Royaume-Uni
Né le 29 août 1933 - Broomfield
Décédé le 19 juin 1960 - Francorchamps (Belgique) - 26 ans - Accident durant le GP de Belgique
Premier Grand Prix :
Grande-Bretagne 1958
Dernier Grand Prix :
Belgique 1960
Meilleur classement :
8e
Meilleure qualification :
8e
Jamais classé en Championnat du Monde
1958
nc
1959
nc
1960
nc
1
2
3
4
5
6
7
1
8
9
10
11
2
12
1
13
1
14
15
1
16
17
18
19
1
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
7
1
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée
Jeune espoir Anglais, né le 29 août 1933, Stacey n'a pratiquement jamais eu la reconnaissance qu'il méritait.

Car Alan Stacey est unijambiste ! Débutant par le trial, il fait ses premières armes en sport automobile en pilotant des Lotus 11 dès 1955 (il pilote ses autos grâce à un accélérateur fixé sur le levier de vitesse, qui consiste en une poignée de gaz de motos).
Durant les 3 saisons passées dans ces coupes, il effectue de belles performances sur ces Lotus 11, qui lui permettent d'être repéré par Colin Chapman qui lui propose de courir en catégorie Sport dès la saison 1958.

Et Stacey continue d'impressionner, en remportant deux victoires à Brands Hatch et Crystal Palace. Colin Chapman décide, au vu de ses performances, de placer Alan Stacey dans le cockpit de la Lotus 16 de F1.

Après une 1ère apparition au grand prix de Grande-Bretagne 1958, où il abandonne après une surchauffe du moteur Climax de sa Lotus, Alan Stacey est de nouveau engagé par Chapman pour 2 courses du championnat 1959. Toujours avec un courage qui force l'admiration (son mécanicien personnel est manchot ?), Alan Stacey effectue des prestations honnêtes lors de ses deux apparitions à Aintree (où il finit 8ème) et à Sebring (où il doit abandonner).

Il est engagé pour l'intégralité de la saison 1960, toujours dans l'équipe Lotus. Loin d'être ridicule face à des équipiers comme Innes Ireland, Jim Clark ou Stirling Moss, il ne termine pourtant aucune des 3 courses auxquelles il participe.
Mais à Spa, la tragédie survient. Peu après l'accident mortel d'un autre espoir Anglais, Chris Bristow, Alan Stacey est frappé à pleine vitesse par un oiseau. Sonné, et même certainement tué sur le coup, la Lotus de Stacey termine sa course dans le fossé, où l'on ne pourra que constater le décès d'Alan Stacey.

Héros méconnu, Alan Stacey aura marqué le monde de la Formule 1 par son extraordinaire courage et sa formidable ténacité.
Baptiste