Al PEASE
...
Victor Pease
Nation : Canada
Né le 15 octobre 1921 - Darlington (Grande Bretagne)
Décédé le 4 mai 2014 - Sevierville (Etats-Unis) - 92 ans
Premier Grand Prix :
Canada 1967
Dernier Grand Prix :
Canada 1969
Meilleur classement :
-
Meilleure qualification :
16e
Jamais classé en Championnat du Monde
1967
nc
1969
nc
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
1
16
1
17
18
19
20
1
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Al Pease fut l'un des meilleurs pilotes canadiens, lorsque les épreuves pour lesquelles il courait ne dépassaient pas les frontières du Canada. En F1, il ne fit pas le poids face à la concurrence internationale.

 

Né à Darlington, Victor (son véritable prénom) quitte les îles britanniques pour le Canada après la seconde guerre mondiale. Dès le début des années 50, il commence à courir dans quelques épreuves locales sur une Riley, avant de rejoindre vers la fin de la décennie l'équipe British Motor Corporation, dont il pilote les Mini et les MG dans de nombreuses courses, ponctuées par de nombreux succès, à tel point qu'il est élu pilote canadien de l'année 1964 par l'association des pilotes canadiens.

 

En 1962 et 1963, il participe à son Grand Prix national dans la catégorie des voitures de sport sur une Lotus 23 et se classe respectivement 16e et 8e. En 1964, il participe à sa première grande course en voitures de sport, les 12 heures de Sebring, mais est contraint à l'abandon. L'édition suivante ne lui sera pas plus favorable pour autant, en binôme avec Brad Pickard, il se classe 32e avec 45 tours de retard. En 1967, il participe à une course de Formule A, et est victime d'un accident à St. Jovite. En association avec Castrol, Al court également dans de nombreuses épreuves mineures sur une Lotus 47, et décroche la victoire dans le Telegram Trophy du championnat USAC.

 

Cette même année, toujours avec le soutien de Castrol, Al participe pour la première fois au Grand Prix du Canada de F1 sur une Eagle T1F. Sur la grille de départ, il doit se contenter d'une 16e place, devant son compatriote Eppie Wietzes. Mais la course sera exécrable pour le pilote canadien, avec une voiture victime de nombreux ennuis de batterie, changée à trois reprises ! Le verdict est sans appel, Al termine avec comme retard sur Jack Brabham, une dizaine de secondes et... 43 tours ! N'ayant complété qu'un peu plus de la moitié de l'épreuve, Al n'est logiquement pas classé.

 

En 1968, Al se qualifie 22e sur un circuit où il avait habituellement de bons résultats en voitures de sport, celui de St. Jovite. Mais la poisse continue de s'abattre sur lui, le moteur doit être retiré de la voiture et n'est pas remis à temps pour que le canadien puisse disputer la course. En 1969, Al se qualifie en fond de grille, et durant la course, sa lenteur fait de lui une "chicane mobile" qui pousse certains pilotes à l'abandon, notamment Jackie Stewart, ce qui met Ken Tyrrell en colère, et après une visite chez les commissaires de course, Al est disqualifié au bout de 22 tours (alors que les leaders arrivaient à mi-course) pour sa lenteur !

 

Al décide donc de repartir dans les épreuves de Formule A canadienne, dont il avait déjà disputé deux courses en 1968, et lors du championnat Gulf Canada Series, dans une Lola T140 engagée par John Maryon. En 1970, il court de nouveau en Formule A, et malgré son grand âge pour un pilote automobile (la cinquantaine approche à grands pas) il réussit malgré tout à s'octroyer une victoire en course en fin de saison à Harewood.

 

Il quitte ensuite la compétition, la trouvant trop coûteuse. Mais Al reste impliqué dans le sport automobile canadien, il devient un membre très influent auprès du CASC, un organisme gouvernemental rattaché au sport automobile, comme pour l'autorisation de l'apparition du nom des sponsors sur les monoplaces. Al reprendra même le volant de 1983 à 1988, lors de quelques courses canadiennes de voitures de collection.

 

En 1998, il entre au Hall of Fame du sport automobile canadien. Al Pease décède en 2014 dans la ville américaine de Sevierville.

Julien