Aguri SUZUKI
...
Nation : Japon
Né le 8 septembre 1960 - Tokyo - 56 ans
Premier Grand Prix :
Japon 1988
Dernier Grand Prix :
Pacifique 1995
Meilleur classement :
3e
Meilleure qualification :
6e
Meilleur classement en Championnat du Monde : 12e en  1990
1988
nc
1990
12
1991
22
1992
nc
1993
nc
1994
nc
1995
17
1
2
3
4
5
1
6
7
2
8
3
9
3
10
4
11
12
2
13
2
14
6
15
5
16
3
17
7
18
10
19
4
20
2
21
6
22
1
23
1
24
3
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position sur la grille de départ
1
2
1
3
4
5
4
6
3
7
4
8
2
9
3
10
2
11
3
12
1
13
1
14
15
1
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Position à l'arrivée

Aguri Suzuki est l'un des meilleurs pilotes qui ait représenté la patrie nippone en Formule 1, pendant un temps le seul à être monté sur un podium.

 

Né à Tokyo, Aguri est le fils du fondateur de l'association japonaise de karting. C'est tout naturellement qu'à l'âge de 17 ans, il débute sa carrière automobile en kart, décrochant ainsi le titre japonais de classe A en 1981. Il court ensuite en Formule 3 en 1982, et l'année suivante, il termine second derrière Fujiwara, avec deux victoires en début de saison. Il accepte alors une offre du constructeur Nissan pour courir en voitures de tourisme et s'imposera en 1986 en classe A.

 

En 1987, il court dans le championnat japonais de Formule 3000 au sein de l'écurie Footwork, et termine vice-champion derrière Hoshino avec deux victoires à la clé en fin de saison toutes deux à Suzuka. Il prend sa revanche en 1988 en remportant 3 courses et en s'octroyant le titre. L'équipe Footwork le fait également courir occasionnellement le championnat du monde de F3000, mais d'un autre niveau, Aguri termine loin. En fin de saison, Yannick Dalmas est indisponible, et Gérard Larrousse fait appel au japonais pour courir à Suzuka. Parti vingtième, il ramène la voiture à l'arrivée et finit seizième.

 

En 1989, Aguri profite de son engagement avec la firme Yamaha pour obtenir un volant de titulaire au sein de l'équipe allemande Zakspeed, qui emploie justement des moteurs Yamaha. Mais ce sera la plus totale bérézina pour le pilote nippon. Au volant d'une monoplace 891 totalement inadaptée, il ne parviendra jamais à passer le cap des pré-qualifications en 16 tentatives. Alors que pour beaucoup de pilotes, un tel désastre aurait conduit à la fin de leur carrière en F1, Aguri parvient néanmoins à trouver un volant de titulaire chez son employeur d'une course, Larrousse. Au volant d'une Lola-Lamborghini, Aguri marque son premier point en Grande-Bretagne, puis un autre en Espagne.

Au Japon, peu après le départ, Senna accroche volontairement Prost, provoquant un double abandon. Leurs équipiers Berger et Mansell n'iront eux aussi pas bien loin. Une situation favorable à Aguri qui parvient à se hisser sur la troisième marche du podium. Il devient le premier pilote nippon à monter sur un podium de F1. En 1991, Larrousse est victime de problèmes financiers, et même si Aguri marque un point dans les rues de Phoenix, le reste de la saison ne cache pas les lacunes de la voiture, dues à son manque de développement.

 

Aguri va quitter Larrousse pour l'équipe Footwork, qui a racheté l'écurie de F1 Arrows. Ce sera une saison décevante, Aguri est surclassé par son coéquipier Michele Alboreto. La monoplace est très rétive et jamais Aguri ne pourra la mettre parfaitement au point. C'est ainsi que son très expérimenté coéquipier fera la différence. Il poursuit sa carrière avec l'équipe en 1993, et encore une fois, il décevra, dépassé par Warwick, et qui abandonnera plusieurs fois pour des accrochages et des tête-à-queue. Un comble car la F114 est bien plus fiable que sa devancière?Il faudra attendre la dernière manche à Adélaïde pour voir le Japonais faire une bonne course, hélas, il échoue à la porte des points alors qu'il méritait mieux.

 

Cela lui coûtera son volant pour la saison 1994 quand Jackie Oliver reprend les choses en main pour la renaissance en F1 d'Arrows. Aguri va donc repartir au Japon reprenant les courses de voitures de tourisme avec Nissan, mais il réalisera son come-back en F1 grâce à Eddie Jordan qui lui offre un volant pour le GP du Pacifique.

En 1995, aidé par le motoriste Mugen Honda, Aguri s'engage au sein de l'équipe française Ligier. Seulement, il devra partager son volant en alternance avec Martin Brundle. Ce sera à nouveau une grande déception, malgré le point ramené en Allemagne, il décide de mettre un terme à sa carrière à la fin de la saison. Fin qui interviendra 24 heures plus tôt, victime d'un accident lors des qualifications, il ne peut prendre part à la course japonaise.

 

Le pilote japonais retourne une nouvelle fois au pays, et dispute de nouveau le championnat japonais GT avec Nissan, remportant une victoire en 1997 à Suzuka. En 1998, il réalise une belle performance aux 24 heures du Mans, en terminant 3ème avec ses compatriotes Hoshino et Motoyama. Il remporte une autre victoire en All-Japan GT, en 2000 à Fuji. Il participe par la suite à promouvoir de jeunes talents japonais et à la mise en ouvre du championnat de Formula Dream sponsorisé par Honda. En 2003, il lance une équipe en IRL IndyCar, Super Aguri Racing, avec comme pilote Roger Yakusawa pour 2003, puis Kosuke Matsuura à partir de 2004. Cette année-là, Suzuki s'associe avec le pilote mexicain Adrian Fernandez et l'équipe devient Super Aguri-Fernandez. Matsuura manquera de peu la pole position au Michigan, et terminant au pied du podium à Louisville, tout en se hissant très occasionnellement en tête de la course.

L'aventure durera encore deux ans avec Matsuura, sans grand succès. Fin 2006, Suzuki se concentrant sur la F1, l'équipe passe totalement sous le contrôle de Fernandez.

 

Aguri Suzuki annonce fin 2005 la création d'une équipe de Formule 1 motorisée par Honda, ayant comme pilotes Takuma Sato et Yuji Ide. L'entreprise paraît difficile et pourtant, Super Aguri Racing parvient à s'aligner pour le premier GP de 2006 avec des vieilles Arrows A23. La saison sera difficile vu les faibles moyens de l'équipe, mais les résultats de l'équipe s'amélioreront vers la fin de saison, même si au final aucun point n'est inscrit.

Pour 2007, Super Aguri récupère la Honda RA106 de 2006. Avec cette bonne monoplace, Sato pourra inscrire les premiers points de l'équipe à Barcelone et Montréal.

Julien et Tony