Kimi RAIKKONEN
 K.RAIKKONEN
Ferrari
Nico ROSBERG
 N.ROSBERG
Mercedes
Lewis HAMILTON
 L.HAMILTON
Mercedes

937e Grand Prix

XII Bahrain Grand Prix
Nuit
3 avril 2016 - Sakhir
57 tours x 5.412 km - 308.238 km
(Offset: 246 m)
info
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Départ mouvementé pour Lewis Hamilton.

La polémique des qualifications

Le nouveau format des qualifications étrenné à Melbourne a débouché sur une piteuse mascarade. L'élimination d'un pilote toutes les quatre-vingt-dix secondes a suscité de scandaleuses absurdités. Certains pilotes ont ainsi été éliminés alors qu'ils étaient justement en train d'améliorer leurs temps. En outre, plus personne ne roulait lors des dernières minutes des séances par peur d'être éjecté à la dernière seconde par un autre adversaire. Les directeurs d'équipes se sont alors réunis pour demander le retour à l'ancienne formule.

 

Cependant ce rétropédalage doit être validé par la Commission F1. Or la fédération internationale n'a pas l'intention de laisser les écuries faire le règlement à sa place. Elle peut en outre compter sur le soutien de Force India, seule équipe à se désolidariser de ses collègues. Aussi, lors de la réunion de la commission, Jean Todt présente une solution alternative, à savoir des « qualifications hybrides ». La Q3 se déroulerait selon l'ancienne réglementation tandis que l' « élimination progressive » serait maintenue en Q2 et Q1. Williams, Red Bull et McLaren refusent ce compromis. Par conséquent Todt décide, avec le soutien de Bernie Ecclestone, de maintenir le dispositif en place, à la grande colère des pilotes et des écuries. « C'est dingue, parce que nous avons vu ce qui s'était passé en Australie, tonne par exemple Niki Lauda. Les équipes et les pilotes étaient unanimes. Jean Todt veut toutefois réessayer, tout comme Bernie Ecclestone. Tout ça parce qu'ils ont l'impression qu'on a marché sur leurs plates-bandes. Ils disent ‘c'est nous qui faisons les règles !' alors maintenant, nous avons encore ces qualifications stupides. »

 

Cette histoire démontre en tout cas que la Formule 1 est devenue ingouvernable puisque la FIA, la FOM et les constructeurs doivent toujours être en accord pour envisager la moindre petite réforme. L'association des pilotes s'inquiète de la situation et publie une lettre ouverte dans laquelle elle demande que le mode de « gouvernance » de la F1 soit revu.

 

Fernando Alonso remplacé par Stoffel Vandoorne

A Melbourne, Fernando Alonso a été victime d'un terrible accident après s'être accroché avec Esteban Gutiérrez. Il s'en est tiré avec quelques hématomes et une côte cassée. Sa participation au Grand Prix de Bahreïn ne paraissait cependant pas remise en cause, et pourtant, jeudi 31 mars, les médecins de la fédération lui interdisent de prendre le volant. Ils déclarent redouter une perforation d'un poumon en cas de nouveau choc. Par ailleurs les traces d'un léger pneumothorax sont détectées. Alonso cède donc provisoirement sa place au jeune prodige belge Stoffel Vandoorne, poulain de McLaren-Honda et dernier vainqueur du championnat de GP2.

 

C'est la seconde fois en un an que Fernando Alonso est contraint de déclarer forfait suite à une blessure. Il n'en faut pas plus à certaines voix médisantes pour s'interroger sur son avenir en Formule 1. L'Asturien est piqué à vif. Lorsque Johnny Herbert, désormais consultant pour Sky Sport, met ainsi en doute sa motivation et l'incite à prendre sa retraite, il lui répond, cinglant : « Non, Je ne vais pas prendre ma retraite, je suis un champion du monde. Toi, tu te retrouves à commenter les Grands Prix pour une chaîne de télévision car tu n'as jamais été champion dans ta vie ! »

 

Présentation de l'épreuve

On pourrait appeler ça la « guerre des réseaux sociaux ». On s'en souvient, Lewis Hamilton a été réprimandé avant le Grand Prix d'Australie pour s'être filmé au guidon de sa moto. Le 26 mars, la FOM publie une note dans laquelle elle demande aux pilotes de ne plus poster de vidéos montrant les coulisses du paddock, ce que faisait notamment Hamilton. La société de Bernie Ecclestone a en effet confié aux chaînes de télévisions l'exclusivité de la diffusion des images de tout ce qui a trait aux Grands Prix. Mais le 1er avril, Hamilton défie la FOM en publiant via Snapchat une vidéo décrivant son entrée dans le paddock de Sakhir. Ecclestone ne répond pas à cette incroyable provocation... Pendant ce temps-là, des journalistes révèlent que Nico Rosberg a héroïquement sauvé un bambin de la noyade tandis qu'il se promenait sur une plage à Monaco. L'histoire ne dit pas si quelqu'un a filmé la scène avec son smartphone...

 

On constate l'absence de Monisha Kaltenborn. La directrice de Sauber est restée en Suisse afin de trouver les moyens de renflouer les caisses de son écurie. Elle a déjà été contrainte de réclamer à Ecclestone une avance sur les droits TV afin de pouvoir régler les salaires de ses employés. Malgré la présence de deux pilotes payants qui apporteraient un budget compris entre 20 et 25 millions de dollars, Sauber n'aurait pas l'argent pour conclure la saison 2016. Sa situation paraît périlleuse. Quoiqu'il en soit, elle n'a pas la possibilité de développer la C35 qui en aurait pourtant grand besoin. « Cette voiture est une horreur à conduire ! » avoue ainsi Felipe Nasr...

 

Afin de concurrencer Ferrari et Toro Rosso qui l'ont devancée en Australie, Williams introduit des modifications aérodynamiques sur sa FW38, comme quelques éléments de détails à l'arrière. On perçoit aussi un arceau en carbone encerclant le circuit de refroidissement, permettant d'aspirer l'air chaud et de le répartir en d'autres zones, ce que faisait en 2014 un aileron placé au-dessus du diffuseur. Mais la grande nouveauté est un ultra-nez court, très inspiré de celui de Toro Rosso, pourvu d'un aileron avant plus complexe. Cette pièce arrive samedi à Bahreïn et est montée sur la voiture de Felipe Massa afin d'être testée. « La voiture a été dessinée pour ce nouveau nez, déclare le Brésilien. "Les chiffres en provenance de la soufflerie et du simulateur démontrent qu'il constitue une amélioration importante. Maintenant, comme toujours, il faut attendre le verdict de la piste. »

 

Renault apporte aussi un nouvel aileron avant à sa monoplace. Bob Bell prévoit un programme de développement de la RS16 sur deux fronts, moteur et châssis, afin de bien préparer la future voiture de 2017 qui sera la première « vraie Renault », troisième version. Enfin, le mauvais départ des Flèches d'Argent à Melbourne inquiète Mercedes qui a commandé à Daimler la construction d'un nouvel embrayage. Le modèle actuel a en effet tendance à surchauffer.

Vendredi, Force India confie la voiture de Sergio Pérez à un autre jeune Mexicain, Alfonso Celis Jr., âgé de 19 ans. Cette faveur est un peu surprenante car Celis n'a pour l'instant pas brillé dans les disciplines de promotion, que ce soit en GP3 ou en Formule 3.5.

 

Essais et qualifications

Les essais du vendredi sont dominés par les Mercedes. Rosberg s'y montre plus à l'aise qu'Hamilton. Samedi après-midi les Ferrari sont les plus rapides, Vettel devançant Räikkönen.

 

Les Mercedes monopolisent la première ligne pour la huitième fois consécutive. Hamilton décroche la pole position avec soixante-dix-sept millièmes d'avance sur Rosberg. Son chrono d'1'29''493''' est le plus rapide de l'histoire du circuit, devançant les records de l'époque des moteurs V10. En outre, il est de trois secondes inférieur à la pole de 2015. Les Ferrari de Vettel et de Räikkönen occupent le rang suivant. L'écart paraît s'être réduit entre les deux teams depuis Melbourne: Vettel ne concède plus qu'une demi-seconde à Hamilton. Ricciardo obtient une très belle cinquième place au volant de la Red Bull, tandis que Kvyat (15ème) a une nouvelle fois été éliminé prématurément. Les Williams-Mercedes de Bottas (6ème) et de Massa (7ème) enregistrent un léger progrès. Chez Force India, si Hülkenberg décroche une satisfaisante huitième place, Pérez (18ème) s'est laissé surprendre dans la première manche.

 

La grosse surprise est à mettre au crédit des Haas-Ferrari: Grosjean est un excellent neuvième tandis que Gutiérrez se classe treizième. En revanche les Toro Rosso (Verstappen 10ème, Sainz 11ème) déçoivent mais paraissent avoir davantage de ressources pour la course. Étonnement chez McLaren: pour sa première sortie, Vandoorne (12ème) devance le très expérimenté Button (14ème). Il y a du mieux chez Manor puisque Wehrlein s'adjuge une belle seizième place. Haryanto est seulement vingtième. Cependant les Sauber sont en pleine déconfiture. Curieusement, Ericsson (17ème) s'en sort mieux que Nasr (21ème). Enfin, les Renault ne sont pas du tout performantes. Palmer partira dix-neuvième tandis que Magnussen est contraint par les commissaires sportifs de s'élancer depuis les stands pour avoir manqué un contrôle de pesée.

 

Comme en Australie, le spectacle donné par ces trois séances de qualifications est absolument lamentable: toutes les voitures ont tourné en même temps avant de rentrer aux stands trois bonnes minutes avant le drapeau à damiers ! Après ce nouveau fiasco, Todt et Ecclestone convoquent les directeurs d'équipes dimanche midi. S'ils rejettent tout retour à l'ancien système, ils abandonnent le principe de l'élimination progressive des concurrents. Leur nouvelle idée est d'additionner les deux meilleurs chronos qu'effectueront les pilotes lors de chaque manche pour composer la grille. Les écuries ont quatre jours pour se prononcer. La farce continue

 

Le Grand Prix

Le soleil se couche: nous allons assister au troisième Grand Prix nocturne de Bahreïn. La majorité des pilotes part avec des enveloppes super-tendres. Sainz, Kvyat, Wehrlein, Haryanto, Ericsson et Nasr ont des gommes tendres.

 

Tour de formation : Le moteur de Vettel explose dans la courte ligne droite de la mi-parcours. Le Grand Prix est déjà fini pour le pilote allemand. Palmer regagne son garage suite à un problème hydraulique. Pour lui aussi la course s'achève avant d'avoir commencé !

 

Départ : Rosberg s'élance bien, au contraire de Hamilton et de Räikkönen. Ce dernier est avalé par le peloton. Hamilton s'apprête à négocier le premier virage derrière son équipier lorsqu'il est percuté par Bottas, auteur d'un freinage trop optimiste. Ricciardo abîme un morceau d'aileron contre la Williams. Hamilton parvient à éviter le tête-à-queue et perd plusieurs positions, tandis que Bottas poursuit sa route derrière son équipier Massa.

 

1er tour: Rosberg mène devant Massa, Bottas, Ricciardo, Räikkönen, Grosjean, Hamilton, Gutiérrez, Verstappen et Button. Impliqué dans une touchette, Hülkenberg s'arrête chez Force India pour changer son museau.

 

2e: Les deux pilotes Sauber, Nasr et Ericsson, se livrent une bataille épique pour la quatorzième place. Pérez casse son aileron avant contre Sainz au premier freinage. L'Espagnol doit ralentir, victime d'une crevaison à l'arrière-gauche.

 

3e: Rosberg devance Massa (2.6s.), Bottas (3.8s.), Ricciardo (4.4s.) et Räikkönen (5s.). Pérez et Sainz passent par les stands, l'un pour monter un nouvel aileron, l'autre pour changer de pneus.

 

4e: Hamilton prend la sixième place à Grosjean.

 

5e: Rosberg précède nettement Massa (6.1s.), Bottas (7.2s.), Ricciardo (8s.), Räikkönen (8.5s.), Hamilton (9.4s.), Grosjean (10.7s.), Gutiérrez (12.7s.), Verstappen (13.3s.), Button (14.6s.), Vandoorne (16.3s.) et Kvyat (18.4s.).

 

6e: Ricciardo bloque ses roues au premier freinage. Räikkönen en profite pour lui subtiliser la quatrième place quelques mètres plus loin.

 

7e: Räikkönen double Bottas par l'extérieur au virage n°4. Ricciardo s'arrête aux stands pour mettre des pneus tendres. En fin de tour Massa s'engouffre dans la voie des stands. Button s'immobilise sur le bas-côté suite à une panne de moteur.

 

8e: Massa met les pneus médiums et repart en treizième position. Hamilton puis Grosjean dépassent Bottas. L'Anglais perd un morceau d'aileron avant qui vient se ficher sous la voiture de Grosjean, sans conséquence pour celui-ci heureusement.

 

9e: Rosberg a treize secondes de marge sur Räikkönen. Bottas s'arrête aux stands pour mettre des Pirelli médiums comme son équipier. Jugé responsable de la collision avec Hamilton au départ, il reçoit en outre un drive-through.

 

10e: Bottas observe sa pénalité pendant que Vandoorne change ses pneus. Massa se débarrasse des pilotes Sauber. Gutiérrez renonce après avoir cassé un disque de frein à l'avant-gauche.

 

11e: Arrêts de Verstappen et de Nasr. Le jeune Hollandais reprend la piste à la hauteur d'Hülkenberg. Il se fait une place en poussant l'Allemand hors trajectoire...

 

12e: Grosjean est chez Haas pour remette des pneus super-tendres. Grimpé au septième rang à la faveur des arrêts aux stands, le surprenant Wehrlein change ses pneus.

 

13e: Räikkönen passe par le stand Ferrari pour chausser des gommes tendres.

 

14e: Rosberg et Hamilton se succèdent chez Mercedes afin de prendre tous deux des jeux de pneus tendres. Rosberg conserve la première place tandis que Hamilton repart derrière Massa. Changement de pneus pour Ericsson.

 

15e: Onze secondes séparent Rosberg et Räikkönen. Kvyat est troisième car il ne s'est pas arrêté, mais il est rapidement effacé par Ricciardo et par Hamilton qui s'est aussi défait de Massa.

 

16e: Hamilton est sur les talons de Ricciardo. Massa et Grosjean doublent Kvyat.

 

17e: Hamilton se débarrasse de Ricciardo et retrouve la troisième place. Grosjean double facilement Massa au virage n°11. Kvyat change ses pneus.

 

19e: Verstappen est derrière Massa qui est ralenti par ses pneus médiums. Ericsson, Nasr, Kvyat et Wehrlein luttent pour la dixième place.

 

20e: Verstappen double Massa. Rosberg est premier devant Räikkönen (11.7s.), Hamilton (20.9s.), Ricciardo (28.6s.), Grosjean (31.2s.), Verstappen (35.2s.), Massa (36s.), Vandoorne (43.5s.), Bottas (52.3s.), Ericsson (54.4s.), Kvyat (55.6s.), Nasr (57.2s.) et Wehrlein (58.4s.).

 

21e: La monoplace de Hamilton est endommagée depuis le départ. Le champion du monde n'a pas la possibilité de rattraper Räikkönen. Kvyat prend la dixième place à Ericsson.

 

22e: Grosjean revient sur Ricciardo. Dernier avec un tour de retard, Sainz effectue un long arrêt aux stands pour changer de pneus.

 

24e: Grosjean déborde Ricciardo par l'intérieur au quatrième virage. Kvyat dépasse Bottas.

 

25e: Rosberg précède Räikkönen (13s.), Hamilton (22s.) et Grosjean (39s.). Ricciardo s'arrête pour la seconde fois chez Red Bull pour mettre des Pirelli super-tendres.

 

26e: Reparti derrière Bottas, Ricciardo le double peu après. Les pneus médiums choisis par Williams sont inefficaces et s'effritent rapidement. Arrêt de Vandoorne.

 

27e: Changement de pneus pour Verstappen qui repart en gommes médiums.

 

28e: Ricciardo double Kvyat et Verstappen efface Ericsson. Second arrêt de Grosjean qui choisit à nouveau les enveloppes très tendres.

 

29e: Seize secondes entre Rosberg et Räikkönen. Hamilton exécute un second arrêt aux stands au cours duquel il remet les pneus super-tendres. Il ne perd pas de place. Grosjean déborde Bottas au premier virage. Le Finlandais part en ensuite en glissade, ce qui permet à Ricciardo de lui chiper une position supplémentaire.

 

30e: Räikkönen change pour la seconde fois de pneus (3.4s.) et met des super-tendres. Massa repasse par les stands et conserve curieusement les pneus médiums. La stratégie de Williams est comme souvent incompréhensible... Arrêts également pour Ericsson et Wehrlein.

 

31e: Rosberg stoppe chez Mercedes et enfile des gommes super-tendres. L'arrêt dure cinq secondes à cause d'un souci à l'arrière-gauche, mais l'Allemand conserve la première place. Sainz abandonne, sa direction étant endommagée depuis sa crevaison.

 

32e: Rosberg est en tête devant Räikkönen (8.8s.), Hamilton (12.1s.), Ricciardo (37.8s.), Kvyat (46.3s.), Grosjean (47.5s.), Verstappen (50.4s.), Bottas (59s.), Vandoorne (1m. 01s.) et Massa (1m. 03s.).

 

33e: Grosjean dépasse Kvyat qui est toujours sur une stratégie décalée.

 

34e: Verstappen déborde Kvyat. Changement de pneus pour Bottas.

 

35e: Massa dépasse Vandoorne. Kvyat change ses pneus et repart entre Vandoorne et Magnussen.

 

37e: Rosberg est leader devant Räikkönen (9.1s.), Hamilton (14.2s.), Ricciardo (46.2s.), Grosjean (55.5s.), Verstappen (1m. 02s.), Massa (1m. 14s.), Vandoorne (1m. 18s.), Kvyat (1m. 24s.), Magnussen (1m. 29s.) et Ericsson (1m. 34s.).

 

38e: Räikkönen observe une dernière halte aux stands et met des pneus tendres (3.3s.). Il cède la seconde place à Hamilton.

 

40e: Rosberg entre aux stands pour mettre lui aussi des pneus tendres (3.6s.). Hamilton prend le commandement provisoire du Grand Prix. Kvyat dépasse Vandoorne.

 

41e: Hamilton entre aux stands en fin de parcours. Rosberg signe le meilleur tour de la course: 1'34''482'''. Grosjean arrive à son garage pour mettre des gommes tendres. La fixation de sa roue avant-gauche prend du temps et il ne redémarre qu'après huit secondes. L'équipe Haas manque encore d'expérience...

 

42e: Hamilton chausse comme son équipier des pneus tendres (2.5s.) et reprend la piste en troisième position. Vandoorne prend des enveloppes très tendres pour la fin de l'épreuve.

 

43e: Rosberg est gêné par Vandoorne en lui prenant un tour. Dernier arrêt pour Ricciardo qui choisit les pneus médiums (3s.).

 

44e: Rosberg paraît avoir course gagnée. Il devance Räikkönen (4.4s.), Hamilton (20.2s.), Verstappen (52.6s.), Ricciardo (1m.) et Massa (1m. 03s.). Grosjean s'empare de la septième position aux dépens de Kvyat.

 

45e: Grosjean fond sur Massa. Kvyat change pour la dernière fois de pneus et redémarre en neuvième position. Vandoorne double Ericsson.

 

46e: Grosjean efface Massa au premier virage. Les Williams ne sont décidément pas « dans le coup ».

 

47e: Verstappen effectue un ultime passage au stands pour parcourir un dernier relais en pneus super-tendres. Il redémarre en septième position.

 

48e: Rosberg précède Räikkönen (6.6s.), Hamilton (19.7s.), Ricciardo (1m. 04s.), Grosjean (1m. 08s.), Massa (1m. 18s.), Verstappen (1m. 20s.), Bottas (1m. 22s.), Kvyat (1m. 32s.), Vandoorne (-1t.), Ericsson (-1t.) et Magnussen (-1t.).

 

50e: Grâce à ses pneus neufs, Verstappen rattrape facilement Massa. Kvyat dépasse Bottas au virage n°1. Le Finlandais tente de répliquer avant le quatrième virage, mais le Russe le contraint à mordre sur la bordure.

 

51e: Verstappen double Massa et se lance à la poursuite de Grosjean.

 

53e: Rosberg est premier devant Räikkönen (6.1s.), Hamilton (20.6s.), Ricciardo (1m. 04s.), Grosjean (1m. 15s.) et Verstappen (1m. 24s.).

 

56e: Rosberg prend un tour à Massa qui est à portée de tir de Kvyat. Verstappen se rapproche de Grosjean, mais pas suffisamment pour l'inquiéter.

 

57ème et dernier tour: Kvyat dépasse Massa au quatrième virage.

 

Nico Rosberg remporte le Grand Prix de Bahreïn, ce qui est sa seizième victoire en F1. Räikkönen et Hamilton l'encadrent sur le podium. Ricciardo termine quatrième comme à Melbourne. Grosjean apporte à Haas une superbe cinquième place. Verstappen termine sixième devant Kvyat. Les Williams de Massa et de Bottas ne récoltent que des décevantes huitième et neuvième positions. Vandoorne inscrit un point pour son première course de Formule 1. Suivent Magnussen, Ericsson, Wehrlein, auteur d'un beau Grand Prix avec la Manor, Nasr, Hülkenberg, Pérez et Haryanto.

 

Après la course

Le traditionnel feu d'artifice égaie quelque peu cette fin de soirée. Le podium est sinistre: Hamilton et Rosberg font ceux qui ne se connaissent pas pendant que Räikkönen s'enferme dans son habituel mutisme. Après la douche à l'eau de rose (faute de champagne...), David Coulthard tente d'arracher quelques mots à ces champions aux caractères difficiles.

 

Rosberg devient l'un des huit pilotes à avoir gagné cinq Grands Prix de rang. 2016 serait-elle « son » année ? Avec cinquante points sur cinquante possibles, il paraît confirmer l'ascendant pris sur Hamilton à l'automne 2015. L'Anglais doit absolument améliorer ses départs, son gros point faible en ce début 2016. Le titre mondial pourrait encore une fois ne concerner que les pilotes Mercedes. Les deux casses moteurs enregistrées par Ferrari depuis le début de la saison inquiètent fortement Sebastian Vettel: « Quand Kimi a eu une panne en Australie, ça nous a surpris, mais nous avions résolu le problème. S'il s'est passé la même chose, ça veut dire qu'en fait nous ne l'avons en fait pas réglé. Je ne peux pas en dire plus... »

 

Romain Grosjean a la sourire: après sa sixième place en Australie, il termine ici cinquième à Bahreïn, cette fois-ci « à la régulière », au moyen d'une stratégie très judicieuse. L'écurie Haas connaît des débuts fantastiques. « C'est le rêve américain ! » s'exclame le pilote franco-suisse. Bien sûr, quelques esprits chagrins ont beau jeu de relever qu'Haas n'est pas exactement une nouvelle équipe, mais plutôt l'exploitant de bolides Ferrari « bis »... Une forme de nouveau NART, en quelque sorte...

 

Rosberg occupe la première place du championnat du monde des pilotes avec 50 points contre 33 pour Hamilton. Au classement des constructeurs, Mercedes-AMG a déjà cinquante longueurs d'avance sur la Scuderia Ferrari. Red Bull-TAG-Heuer occupe le troisième rang.

Tony