Lewis HAMILTON
 L.HAMILTON
Mercedes
Sebastian VETTEL
 S.VETTEL
Ferrari
Nico ROSBERG
 N.ROSBERG
Mercedes

918e Grand Prix

XVII Malaysia Grand Prix
Légérement nuageux
29 mars 2015 - Kuala Lumpur
56 tours x 5.543 km - 310.408 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
24e tour, Sebastian Vettel prend l'avantage sur Lewis Hamilton.

Deuxième épreuve du championnat du monde 2015. Les Mercedes ont archi-dominé la première épreuve en Australie, ce qui inquiète bon nombre de passionnés qui craignent que la saison soit déjà jouée en faveur des Gris. On attend une réaction de la part de Williams, Red Bull ou Ferrari. La peur gagne tant le paddock que Christian Horner a suggéré l'idée de brider Mercedes afin de relancer l'intérêt de la compétition !

 

Après bien des rebondissements, l'affaire van der Garde a pris fin le 18 mars. Le Hollandais souhaitait officiellement récupérer un des volants chez Sauber en vertu d'un contrat signé avec cette équipe en 2014. Finalement il a accepté de rompre son contrat en échange d'une importante somme d'argent (on parle de quinze millions d'euros). Si Sauber en a fini avec van der Garde, il rester à régler le cas d'Adrian Sutil qui lui fait aussi procès pour les mêmes raisons. Néanmoins, contrairement à son compère, Sutil conserve un pied en Formule 1 puisqu'il vient d'être nommé pilote essayeur chez Williams.

 

Fernando Alonso est désormais rétabli de son accident survenu à Barcelone cinq semaines plus tôt. Le double champion du monde reprend place dans le baquet d'une McLaren-Honda qui laisse perplexe les observateurs. Le catastrophique week-end australien de l'équipe britannique laisse augurer une saison bien compliquée pour l'Espagnol qui va devoir se réhabituer aux fonds de grille. Le voici revenu quatorze ans en arrière, à l'époque de ses débuts chez Minardi.

 

Essais et qualifications

Les Mercedes sont en haut des feuilles des temps lors des essais libres mais de manière moins nette qu'à Melbourne. Les Ferrari sont très performantes. Le jeune Italien Raffaele Marciello, protégé du Cheval Cabré, participe à une séance pour le compte de Sauber.

 

La séance qualificative est perturbée par une forte averse qui survient au cours de la « Q2 ». Elle est interrompue quelques instants avant que ne soit lancée la Q3 sur piste humide.

 

Hamilton acquiert la quarantième pole position de sa carrière mais ne devance la Ferrari de Vettel que de 74 millièmes. L'Allemand a réussi à chiper la place en première ligne à Rosberg, « seulement » troisième. Viennent ensuite les deux Red Bull-Renault de Ricciardo et de Kvyat. Le jeune Verstappen frappe les esprits en obtenant la sixième place. Les Williams déçoivent puisque Massa est septième et Bottas neuvième. Ils encerclent la Lotus-Mercedes de Grosjean. Ericsson atteint pour la première fois de sa carrière la Q3 et se classe dixième.

Räikkönen est sorti trop tard des stands en Q2, tandis que la pluie s'annonçait, et ne se classe qu'onzième. Suivent Maldonado, les Force India de Hülkenberg et de Pérez et les débutants Sainz et Nasr. Les McLaren-Honda sont un peu plus performantes mais toujours nettement dépassées: Button et Alonso se partagent la neuvième ligne. Enfin, chez Manor, Stevens est resté au garage tandis que Merhi a réalisé un temps au-delà de la limite des 107 % Mais dans sa grande bonté la direction de course les admet tous les deux au départ.

 

Grosjean est pénalisé de deux places pour avoir doublé illégalement une voiture dans la voie des stands. Il s'élancera donc dixième.

 

Le Grand Prix

Il fait très chaud cet après-midi-là à Sepang : le thermomètre atteint les 33 degrés à l'ombre. Tous les participants s'élancent en pneus médiums, sauf Button et Alonso qui ont mis des Pirelli durs. Stevens doit déclarer forfait à cause d'un grave problème d'alimentation qui affecte sa monoplace.

 

Départ : Pas de souci pour Hamilton qui conserve la première place. Rosberg tente de se faufiler à droite mais Vettel le tasse rudement. Le pilote Ferrari reste devant son compatriote. Suivent Riccardo, Massa et Kvyat tandis que Hülkenberg prend un départ canon. Des touchettes se produisent dans le goulet d'étranglement du second virage.

 

1er tour : Ericsson se bat avec Verstappen pour la huitième place pendant que Räikkönen double Nasr. Au dernier virage Nasr heurte la roue arrière gauche de Räikkönen et abîme son aileron avant. Maldonado est au ralenti à cause d'une crevaison à l'arrière droit. Hamilton mène devant Vettel, Rosberg, Ricciardo, Massa, Kvyat, Hülkenberg, Ericsson, Verstappen et Grosjean. Mal parti, Bottas est quatorzième.

 

2e : Grosjean double Verstappen. Räikkönen subit une crevaison, conséquence de son accrochage avec Nasr. Il regagne son stand pour changer sa roue. Maldonado et Nasr stoppent aussi pour effectuer des réparations.

 

3e : Hamilton n'a que huit dixièmes d'avance sur Vettel qui suit son rythme. Rosberg concède deux secondes au leader.

 

4e : A l'abord du premier virage Ericsson essaie de déborder Hülkenberg par l'extérieur, mais perd l'arrière de son bolide, part en tête-à-queue et échoue dans les graviers. Comme une grue entre sur le circuit pour dégager la Sauber, la voiture de sécurité entre en piste. Aussitôt, Hamilton, Rosberg, Ricciardo, Massa, Kvyat, Bottas et Verstappen entrent aux stands pour changer leurs pneus. Les pilotes Mercedes chaussent les gommes dures. Vettel choisit de rester en piste.

 

5e : La Saftey Car est sur le circuit. Vettel est désormais en tête devant Hülkenberg, Grosjean, Sainz et Pérez qui comme lui ne se sont pas arrêtés. Hamilton est reparti devant Ricciardo, Massa et Rosberg.

 

7e : La course redémarre après l'évacuation de la Sauber. Hamilton se débarrasse aussitôt de Pérez. Ricciardo et Massa passent aussi le Mexicain dans la foulée.

 

8e : Vettel s'échappe en tête. Le pauvre Pérez ne fait pas le poids avec ses pneus usés : Rosberg, Verstappen et Kvyat le dépassent.

 

9e : Hamilton bute derrière Sainz. Rosberg passe Massa.

 

10e : Hamilton dépasse Sainz au premier virage. Il va ensuite prendre le meilleur sur Grosjean. Rosberg résiste à une attaque de Massa en début de boucle.

 

11e : Hamilton dépasse Hülkenberg devant les stands. Il totalise dix secondes de retard sur Vettel dont les pneus médiums tiennent le coup. Bottas a doublé Kvyat puis Verstappen.

 

12e : Vettel mène devant Hamilton (9.9s.), Hülkenberg (14.2s.) et Grosjean (14.7s.). Rosberg prend la cinquième place à Sainz.

 

13e : L'écart est stable entre Vettel et Hamilton. Grosjean bloque ses roues et se fait doubler par Rosberg.

 

14e : Rosberg passe Hülkenberg. Massa puis Bottas doublent Ricciardo. Sainz change ses pneus.

 

15e : Après être remonté en douzième position, Räikkönen change une nouvelle fois ses gommes. Grosjean et Hülkenberg passent également par les stands. Maldonado reçoit une pénalité pour avoir roulé trop vite derrière la voiture de sécurité.

 

16e : Vettel est premier devant Hamilton (8.8s.), Rosberg (17.4s.), Massa (25.6s.), Bottas (26.3s.), Ricciardo (28.2s.), Verstappen (28.7s.) et Kvyat (29.4s.). Viennent ensuite Alonso et Button qui n'ont pas changé leurs pneus durs.

 

17e : Vettel entre aux stands et chausse de nouveau des pneus médiums en 2.4s. Il repart en troisième position derrière les Mercedes.

 

18e : Kvyat double Ricciardo qui rencontre des problèmes de freins.

 

19e : Hamilton a huit secondes d'avance sur Rosberg. Ricciardo stoppe chez Red Bull pour mettre des pneus durs. Nasr part à la faute et laisse la place à Räikkönen qui double ensuite Button.

 

20e : Vettel remonte sur Rosberg grâce à ses pneus plus tendres. Räikkönen dépasse Alonso. Verstappen et Nasr font changer leurs pneus.

 

21e : Dans le dernier virage Vettel prend la seconde place à Rosberg. Sainz dépasse Button. Alonso est rappelé à son stand pour abandonner car son système de récupération d'énergie est hors d'usage.

 

22e : Changements de pneus pour Kvyat et pour Button.

 

23e : Vettel remonte facilement sur Hamilton. Verstappen dépasse Ricciardo au premier virage avec autorité.

 

24e : Vettel rattrape Hamilton et le déborde dans la dernière courbe. L'Anglais décide alors de regagner les stands. Verstappen prend la neuvième place à Hülkenberg.

 

25e : Hamilton remet des pneus médiums et ressort des stands en troisième position. Bottas change aussi ses gommes en fin de parcours, bientôt imité par Massa.

 

26e : Ricciardo menace Hülkenberg mais finit par laisser le champ libre à Kvyat. Celui dépasse Hülkenberg dans le premier enchaînement mais se rabat trop tôt. Les roues entrent en contact et la Red Bull part en tête-à-queue. Le Russe repart mais a commis une erreur dont pourtant Hülkenberg sera tenu responsable.

 

27e : Rosberg s'arrête pour changer de pneus. Ses mécaniciens lui mettent des Pirelli durs : sa stratégie diffère donc de celle de son équipier. Il repart quatrième derrière Räikkönen qui a effectué une belle remontée. En fin de tour Vettel mène devant Hamilton (22.6s.), Räikkönen (32.2s.) et Rosberg (35.3s.).

 

29e : Rosberg revient sur Räikkönen et le dépasse grâce au DRS devant les stands. Massa double Sainz et Kvyat double Pérez.

 

30e : Vettel est leader devant Hamilton (19.4s.), Rosberg (32.2s.), Räikkönen (37.5s.) et Massa (53.6s.). Suivent Verstappen et Bottas qui doublent Sainz, puis Ricciardo et enfin Kvyat qui a passé Hülkenberg. Grosjean attaque Pérez par l'extérieur au virage n°9 mais celui-ci le touche. Pérez continue tandis que Grosjean part dans une embardée qu'il parvient à maîtriser. Par chance sa voiture n'a rien.

 

33e : Hamilton est revenu à quinze secondes de Vettel. Changement de pneus pour Sainz.

 

34e : Hülkenberg et Pérez reçoivent dix secondes de pénalité pour leurs accrochages respectifs avec Kvyat et Grosjean. La sanction sera appliquée à leurs temps finaux. Bottas attaque Verstappen au virage n°1 mais se fait tasser. Il l'attaque trois virages plus loin puis double superbement la Toro Rosso par l'extérieur du virage n°5.

 

35e : Räikkönen est au stand Ferrari pour chausser les pneus durs. Il ressort au septième rang. Ricciardo change aussi ses pneus.

 

36e : Vettel mène devant Hamilton (13.9s.), Rosberg (26.2s.), Massa (54.4s.) et Bottas (59.9s.). Räikkönen prend la sixième place à Verstappen.

 

37e : Vettel effectue son dernier passage aux stands. Il met les pneus durs (3s.) et ressort troisième juste devant Rosberg. Hamilton récupère provisoirement la tête.

 

38e : En fin de tour Hamilton chausse un train de pneus durs (2.8s.) et repart des stands en troisième position. Vettel semble avoir course gagnée.

 

39e : Massa change ses pneus au cours d'une opération un peu longue. Il se retrouve derrière Bottas, Räikkönen et Verstappen.

 

40e : Vettel mène devant Rosberg (4.2s.) et Hamilton (14s.). Kvyat perd deux places dans un dernier changement de pneus. Bottas entre aux stands.

 

41e : Bottas ressort des stands en sixième position.

 

42e : Rosberg effectue son dernier arrêt et chausse les pneus médiums (2.8s.). Button est au ralenti à cause d'une perte de puissance de son moteur Honda. Les deux McLaren sont hors-course.

 

43e : Vettel est premier devant Hamilton (13.8s.), Rosberg (25.2s.), Räikkönen (42.5s.), Massa (59.3s.), Bottas (1m. 02s.), Sainz (1m. 17s.), Verstappen (1m. 21s.), Riccardo (1m. 24s.) et Kvyat (1m. 32s.). Suivent Hülkenberg, Grosjean et Nasr. Meilleur tour en course pour Rosberg : 1'42''062''' (une seconde de mieux que le meilleur chrono de 2014).

 

45e : Vettel est quelque peu gêné en prenant un tour à Grosjean et à Hülkenberg. Ce dernier effectue ensuite son dernier arrêt.

 

46e : Vettel a désormais onze secondes et demie d'avance sur Hamilton.

 

48e : Verstappen menace son coéquipier Sainz pour la huitième place.

 

49e : Verstappen double Sainz à Langkawi. Privé de freins, Maldonado rentre à son garage.

 

50e : Vettel mène devant Hamilton (10.1s.), Rosberg (17.5s.), Räikkönen (50.7s.), Massa (1m. 04s.) et Bottas (1m. 06s.).

 

52e : Vettel est en passe de prendre un tour aux Red Bull... Cruelle ironie ! Hamilton ne réduit plus l'écart qui le sépare de l'Allemand.

 

53e : Kvyat double Ricciardo. Les deux coéquipiers laissent ensuite le champ libre à Vettel.

 

54e : Bottas menace la cinquième place de Massa.

 

55e : Bottas déborde Massa par l'extérieur au virage n°1 mais le Brésilien le pousse vers l'extérieur. Toutefois Massa se loupe à la sortie du virage 4 et son équipier le double par l'extérieur.

 

56ème et dernier tour : Sebastian Vettel gagne son quarantième Grand Prix de Formule 1, son premier pour le compte de Ferrari. Hamilton et Rosberg complètent le podium mais doivent s'avouer vaincus. Räikkönen a fait une excellente course et termine quatrième malgré une crevaison. Les Williams n'ont pas été dans le rythme des meilleurs. Bottas et Massa se contentent des cinquième et sixièmes rangs. A 17 ans et demi, Verstappen devient le plus jeune pilote à inscrire des points grâce à sa septième place. Il précède son équipier Sainz qui réalise un début de championnat remarquable. Les Red Bull sont humiliées et finissent derrière les deux Toro Rosso : Kvyat et Ricciardo sont neuvième et dixième. Sont également à l'arrivée Grosjean, Nasr, Pérez, Hülkenberg et Merhi qui a le mérite de conduire la Manor à l'arrivée.

 

Après la course

Dans le clan italien, c'est la fête : la Scuderia n'avait plus gagné un Grand Prix depuis celui d'Espagne en 2013 ! Sebastian Vettel met fin à deux années de vaches maigres et fait montre d'une joie débordante. Neuf ans après le départ de Michael Schumacher, un Allemand triomphe à nouveau au volant d'une Ferrari. Ce succès est dû à une stratégie audacieuse et à une excellente exploitation des pneus par forte chaleur. Maurizio Arrivabene, aux anges, entonne à pleins poumons l'hymne italien au cours de la cérémonie du podium. Son arrivée à la tête de la Scuderia est couronnée de succès. Satisfaction aussi pour James Allison qui a conçu une voiture, la SF15-T, qui semble très bien préserver ses pneumatiques. Un tour de force que cet ingénieur avait déjà réalisé lorsqu'il travaillait pour Lotus.

 

Mais surtout, la victoire de Vettel et de Ferrari rassure le paddock : les Mercedes ne sont donc pas invincibles ! Le championnat pourrait donc être plus disputé que prévu. Et de fait, Hamilton ne conserve la première place qu'avec trois points d'avance sur Vettel. Les plus optimistes imaginent un futur duel Mercedes - Ferrari. Cependant les Williams, relativement instables, apparaissent en retrait et ne sont plus que la troisième force du plateau.

Tony