Nico ROSBERG
 N.ROSBERG
Mercedes
Lewis HAMILTON
 L.HAMILTON
Mercedes
Sebastian VETTEL
 S.VETTEL
Ferrari

919e Grand Prix

XII Chinese Grand Prix
Ensoleillé
12 avril 2015 - Shanghai
56 tours x 5.451 km - 305.066 km
(Offset: 190 m)
info
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

En Malaisie la domination des Mercedes a été freinée par la victoire surprise de Sebastian Vettel sur Ferrari. Dans la fournaise malaise la voiture italienne exploitait en effet mieux les gommes Pirelli que les Flèches d'Argent. Mais reste à voir si dans des conditions normales les Ferrari peuvent vraiment les concurrencer. C'est le principal enjeu de ce Grand Prix de Chine.

 

La crise couve chez Red Bull qui connaît un très mauvais début de saison. Christian Horner et Helmut Marko se répandent en propos aigres à l'encontre de Renault qui se retrouve injustement accusée de tous les maux. En effet, si le groupe propulseur français manque de puissance et de fiabilité, le châssis RB11 est loin d'être à la hauteur. Adrian Newey est pourtant allé jusqu'à déclarer que Renault était seule responsable de la situation difficile de l'équipe. Le directeur général de Renault Sport Cyril Abiteboul lui a répliqué en le qualifiant de « menteur ». Ambiance... La rupture entre les deux parties semble être possible. De plus des rumeurs annoncent que Renault envisagerait de racheter une équipe, Toro Rosso ou Lotus, pour s'engager à nouveau sous son propre nom.

 

Essais et qualifications

Jolyon Palmer, champion GP2 en 2014, a été engagé par Lotus pour participer à une des séances d'essais du vendredi. Le fils de Jonathan Palmer espérait obtenir un volant de titulaire, mais il manque de fonds pour cela...

 

Les Mercedes dominent encore une fois les essais libres, et la bataille pour la pole position se résume à un duel entre Hamilton et Rosberg. Le Britannique devance l'Allemand pour quarante-deux millièmes seulement, et réalise donc sa troisième pole en trois Grands Prix. Rosberg est très déçu d'être battu de si peu. Vettel occupe la troisième place mais est relégué à neuf dixièmes de Hamilton. A plus d'une seconde viennent ensuite les deux Williams-Mercedes de Massa et de Bottas, puis la Ferrari de Räikkönen. Mercedes – Ferrari – Williams, tel est le trio de tête de ce début 2015.

Ricciardo est septième avec la Red Bull-Renault, tandis que Kvyat, accablé d'avaries sur son unité de puissance, a été éliminé en Q2 et ne se classe que douzième. Grosjean obtient une belle huitième place avec la Lotus-Mercedes. Il précède les deux Sauber-Ferrari de Nasr et Ericsson. Maldonado se classe onzième. Derrière Kvyat se trouvent les très décevantes Toro Rosso de Verstappen et Sainz. Puis suivent les deux Force India (Pérez devant Hülkenberg) et les deux McLaren-Honda (Button devant Alonso), et enfin sans surprise les deux Manor (Stevens devant Merhi) qui cette fois n'ont pas connu de problèmes techniques.

 

Le Grand Prix

Tous les coureurs s'élancent en pneumatiques tendres, exceptés Kvyat et Sainz qui sont équipés de gommes de type médium.

 

Départ : Sur la grille Hamilton a placé sa voiture vers la droite pour couper la trajectoire à Rosberg. C'est ce qu'il fait à l'extinction des feux et il conserve l'avantage devant son équipier, Vettel, Bottas, Räikkönen et Massa. Ricciardo a eu beaucoup de mal à démarrer et se retrouve en fond de peloton.

 

1er tour : Räikkönen prend l'avantage sur Bottas au virage n°6. Puis Massa surprend son coéquipier. Hamilton mène devant Rosberg, Vettel, Räikkönen, Massa, Bottas, Grosjean, Nasr, Ericsson et Maldonado.

 

2e : Sainz part en tête-à-queue au virage « en escargot » et redémarre en queue de classement derrière les Manor.

 

3e : Hamilton possède une seconde d'avance sur Rosberg. Maldonado prend la neuvième place à Ericsson.

 

5e : Hamilton mène devant Rosberg (0.8s.), Vettel (3s.), Räikkönen (4.3s.), Massa (6.4s.), Bottas (7.4s.), Grosjean (8.7s.), Nasr (10.9s.), Maldonado (11.6s.) et Ericsson (14.1s.). Remonté au quinzième rang, Ricciardo est gêné par Kvyat qui est handicapé par ses pneus médiums. Red Bull ordonne au Russe de s'effacer devant son leader mais il n'obtempère pas.

 

6e : Au premier freinage Kvyat se rabat devant Ricciardo. Celui-ci le double quelques centaines de mètres plus loin.

 

8e : L'écart est stable entre les deux Mercedes. Vettel leur concède quatre secondes et demie. Maldonado dépasse Nasr tandis que Verstappen menace Ericsson.

 

9e : Verstappen double Ericsson à l'épingle. Le Suédois semble surpris par la manœuvre et tarde à réaccélérer.

 

10e : Hamilton est premier devant Rosberg (1.3s.), Vettel (5.2s.), Räikkönen (6.7s.), Massa (12.3s.), Bottas (14.5s.) et Grosjean (17.6s.). Hülkenberg s'arrête dans l'herbe en panne de boîte de vitesses. Nasr est le premier à changer ses pneumatiques.

 

12e : Maldonado et Pérez sont aux stands pour mettre des pneus médiums.

 

13e : Grosjean et Ericsson changent leurs pneus. Le Français repart derrière Maldonado. En fin de boucle Vettel entre aux stands.

 

14e : Vettel met des pneus tendres car les gommes médiums se sont mal comportées lors du premier relais. En revanche, Massa arrive chez Williams et chausse lui les médiums.

 

15e : Hamilton entre aux stands et met des pneus tendres. Rosberg récupère la première place. Changement de pneus pour Bottas qui met les pneus médiums comme Massa. Ricciardo change aussi de pneus. Maldonado puis Grosjean doublent Kvyat.

 

16e : Arrêt de Rosberg qui met les Pirelli tendres. Räikkönen le suit dans les stands et s'équipe des mêmes pneus. Le moteur Renault de Kvyat explose et prend feu : le jeune Russe doit stopper dans les graviers.

 

17e : Hamilton est premier devant Rosberg (2.2s.), Vettel (4.8s.), Räikkönen (10.1s.), Massa (18.2s.), Bottas (22.9s.), Maldonado (26.2s.), Grosjean (27.4s.), Nasr (33.8s.) et Verstappen (34.2s.). Suivent Pérez, Ericsson, Ricciardo et Sainz.

 

19e : Verstappen dépasse Nasr à l'épingle.

 

20e : Hamilton a 2.3s. d'avance sur Rosberg qui ne devance Vettel que d'une seconde et demie. Nico se plaint que son équipier n'a pas un rythme assez élevé, ce qui le laisse à la portée de Vettel.

 

21e : Ricciardo attaque Ericsson au bout de la longue ligne droite qui précède l'épingle... et tire tout droit avant de se remettre en route.

 

23e : Hamilton domine devant Rosberg (2s.), Vettel (3.7s.), Räikkönen (7.3s.), Massa (23.6s.) et Bottas (29.1s.).

 

24e : Sainz est au ralenti avec une boîte de vitesses bloquée. Après quelques manipulations électroniques, le problème se résout et l'Espagnol reprend sa marche. Mais il n'est plus que seizième à un tour.

 

25e : Les écarts se resserrent un peu en tête. Les Ferrari se rapprochent de Rosberg.

 

27e : Pérez change ses pneus. Ricciardo dépasse Ericsson dans l'escargot, mais se loupe ensuite au virage n°6 et repasse derrière la Sauber.

 

28e : Hamilton a 2.4 secondes d'avance sur Rosberg. Suivent Vettel (4.1s.) et Räikkönen (8.1s.).

 

30e : En fin de boucle Vettel entre au stand Ferrari et chausse les pneus médiums. Tout le monde va mettre ou remettre ces pneus pour le dernier relais. Vettel repart en quatrième position.

 

31e : Meilleur chrono de la course pour Hamilton en 1'42''208'''. Second changement de pneus pour Rosberg qui ressort devant Vettel.

 

33e : Hamilton chausse un jeu de Pirelli médiums (2.5s.). Räikkönen occupe provisoirement la tête. Changements de pneus pour Grosjean et Verstappen.

 

34e : Maldonado entre trop rapidement dans la voie des stands et se retrouve dans un dégagement en asphalte. Il peut repartir avec l'aide des commissaires et changer ses pneus, mais perd tout espoir d'inscrire des points.

 

35e : Räikkönen est chez Ferrari pour mettre les pneus médiums. Il ressort quatrième et cède le commandement à Hamilton. Changement de pneus pour Massa.

 

36e : Bottas effectue un deuxième arrêt et retrouve sa place derrière Massa.

 

37e : Ricciardo effectue son second changement de gommes et se retrouve douzième.

 

39e : Hamilton mène devant Rosberg (5.2s.), Vettel (11.5s.), Räikkönen (15.2s.), Massa (35.1s.), Bottas (44.4s.) et Grosjean (58.4s.). Suivent Pérez, Verstappen, Ericsson et Ricciardo.

 

40e : Maldonado effectue un impressionnant tête-à-queue entre les virages 7 et 8 mais parvient à se relancer. Il se retrouve entre les McLaren de Button et d'Alonso. Verstappen puis Nasr doublent Pérez.

 

42e : Räikkönen semble avoir les moyens de menacer Vettel mais il est gêné par Alonso qui n'a peut-être plus l'habitude de jouer les retardataires. Seul pilote à tenter une stratégie à trois arrêts, Pérez change de pneus.

 

43e : Ricciardo remonte sur Ericsson pour une place dans les points.

 

44e : Ericsson résiste farouchement à Ricciardo. Il tasse la Red Bull à l'abord du serré virage 6, mais Ricciardo parvient tout de même à plonger à l'intérieur et à passer.

 

45e : Hamilton est leader devant Rosberg (4.7s.), Vettel (15.8s.), Räikkönen (18.3s.), Massa (46.3s.), Bottas (54.2s.), Grosjean (1m. 13s.), Verstappen (1m. 21s.), Nasr (1m. 25s.), et Ricciardo (1m 34s.). Tous les autres pilotes ont concédé au moins un tour.

 

47e : Grosse bagarre entre Button et Maldonado pour la treizième place détenue par l'Anglais. Ils sont roues dans roues durant plusieurs virages. Passé devant, Maldonado se rate à l'entrée de la parabolique et Button reprend son bien à l'épingle. Alonso suit ces deux pilotes.

 

48e : Maldonado surprend Button à l'épingle.

 

49e : Dans la ligne droite principale, Button utilise le DRS pour se porter à la hauteur de Maldonado. Il se décale pour plonger à droite, mais le Vénézuélien entame le premier virage au même moment. Le choc est rude : la Lotus part en tête-à-queue tandis que Button parvient à continuer avec un nez abîmé. Maldonado reprend finalement la piste.

 

50e : Hamilton a cinq secondes de marge sur Rosberg. Suivent Vettel à 18s. et Räikkönen à 20s. Maldonado fait un tour par la voie des stands.

 

51e : Maldonado abandonne car ses freins sont endommagés suite au contact avec Button. Ce dernier continue tant bien que mal.

 

52e : Räikkönen est revenu à une seconde et demie de Vettel.

 

53e : Rosberg a lâché prise par rapport à Hamilton et lui concède désormais huit secondes. Le moteur de Verstappen serre au niveau de la ligne de chronométrage. Le jeune Hollandais arrête aussitôt sa voiture en pleine piste, mais hors trajectoire.

 

54e : La voiture de sécurité entre en piste pour permettre l'évacuation de la voiture de Verstappen. La course est donc de fait terminée.

 

55e : Les commissaires chinois, peu adroits, parviennent tant bien que mal à faire passer la Toro Rosso par une ouverture pratiquée dans le muret des stands. Mais l'aileron gênant leur manœuvre, il est démonté sur place par les mécaniciens de l'équipe italienne !

 

56ème et dernier tour : La voiture de sécurité s'efface dans les derniers mètres pour permettre à Lewis Hamilton de recevoir le drapeau à damiers. C'est sa trente-cinquième victoire en Formule 1. Rosberg se contente une nouvelle fois de la deuxième place. Vettel termine troisième devant Räikkönen. Suivent les Williams de Massa et de Bottas, nettement en retrait. Grosjean termine septième et inscrit ses premiers points depuis le GP de Monaco de 2014. L'excellent Nasr obtient une belle huitième place avec la Sauber. Il finit devant Ricciardo qui conclut un week-end catastrophique pour Red Bull. Le dernier point est pour Ericsson. Pérez, Alonso, Button, Sainz, Stevens et Merhi sont aussi à l'arrivée.

 

Button reçoit une pénalité de cinq secondes car il est jugé responsable de l'accrochage avec Maldonado. Même sanction pour Merhi qui est accusé d'avoir roulé trop vite sous régime de Saftey Car.

 

Après la course

Satisfaction chez McLaren-Honda : les deux MP4/30 sont parvenus à couvrir l'entière distance de la course. En revanche Renault est de nouveau montrée du doigt après les pannes de moteur qui ont frappé Kvyat et Verstappen.

 

Pour le troisième fois consécutive, le podium réunit les trois mêmes protagonistes, Hamilton, Rosberg et Vettel. Malheureusement les relations se refroidissent à nouveau entre les pilotes Mercedes. Rosberg accuse son équipier d'avoir ruiné sa course en ne roulant pas assez vite au cours du deuxième relais, le plaçant ainsi à la portée de Vettel. Hamilton réplique en conférence de presse en affirmant : « Ce n'est pas mon boulot de gérer sa course ! Si Nico voulait me doubler, il n'avait qu'à essayer, mais ça n'a pas été le cas. » Peu après Toto Wolff calme le jeu tout en donnant raison à Hamilton. Rosberg grogne. A ceux qui déclarent que Hamilton ne joue pas le jeu d'équipe, Niki Lauda répond en philosophe blasé : « Bien entendu que Lewis est égoïste. Ces pilotes [sont] des bâtards égocentriques. Et c'est bien la seule façon de faire pour gagner un championnat. C'est vieux comme le monde. »

 

Hamilton accentue en tout cas son avance en tête du championnat, avec treize points d'avance sur Vettel et dix-sept sur Rosberg. Mercedes est déjà très solidement arrimée à la première position du championnat des constructeurs, avec 119 points contre 79 à Ferrari et 48 à Williams.

Tony