Fernando ALONSO
 F.ALONSO
Ferrari
Daniel RICCIARDO
 D.RICCIARDO
Red Bull Renault
Lewis HAMILTON
 L.HAMILTON
Mercedes

908e Grand Prix

XXX Magyar Nagydij
Variable
27 juillet 2014 - Hungaroring
70 tours x 4.381 km - 306.630 km
(Offset: 40 m)
info
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
A cinq tours de l'arrivée, Daniel Ricciardo n'est que troisième à moins d'une seconde de Fernando Alonso.

Le Grand Prix de Hongrie se déroule seulement une semaine après celui d'Allemagne. Lewis Hamilton est le favori : il a en effet déjà gagné quatre fois sur le Hungaroring, en 2007, 2009, 2012 et 2013. Mais Nico Rosberg qui a gagné en Allemagne a le vent en poupe et espère augmenter son avance sur son équipier, relégué à mi-saison à quatorze points.

 

La saison des transferts est jusqu'ici des plus calmes. Pastor Maldonado est assuré de rester chez Lotus en 2015 grâce aux millions de dollars de PDVSA. En revanche les performances désastreuses de l'équipe d'Enstone pourraient pousser Romain Grosjean vers la sortie. Il se murmure que le Franco-Suisse pourrait rejoindre son ancien patron Éric Boullier chez McLaren, où les jours de Jenson Button seraient comptés. Enfin, comme souvent resurgissent les bruits concernant un départ de Sebastian Vettel de Red Bull. Il est vrai que le jeune Allemand n'a plus aucune chance de conserver sa couronne et surtout est nettement dominé par son jeune équipier Daniel Ricciardo. D'après son mentor Helmut Marko, il aurait ainsi été approché par Mercedes et par McLaren... qui démentent formellement.

 

Le calendrier de la saison 2015 se précise peu à peu. Bernie Ecclestone a annoncé que le Grand Prix du Mexique ferait bel et bien son retour sur l'autodrome des frères Rodríguez. Quant à la contestée course en Azerbaïdjan, elle devrait être au programme du championnat 2016 sous le nom de Grand Prix... d'Europe. Ce qui fait sourire tous les géographes.

 

Essais et qualifications

Les essais libres sont entièrement dominés par les Mercedes. Les Williams, qui semblent surtout performantes sur les tracés rapides, sont nettement en retrait.

 

La première phase des qualifications accouche d'un nouveau coup de théâtre lorsque Hamilton s'arrête avec une voiture en flammes. C'est la deuxième fois de suite qu'un problème technique élimine le pilote anglais en Q1. Après une Q2 sans histoire, la Q3 commence sous la pluie alors que les pilotes se sont élancés en slicks. Le drapeau rouge est brandi lorsque Magnussen tire tout droit au virage n°1 et atterrit violemment dans le mur de pneus. Quelques minutes plus tard la séance reprend tandis que la pluie s'est arrêtée.

 

Rosberg réalise sa troisième pole position consécutive, la dixième de sa carrière. Il précède Vettel qui a détenu un court instant le meilleur chrono. Les Williams s'en sortent plutôt bien puisque Bottas est troisième et Massa sixième. Ricciardo est quatrième, Alonso cinquième. En quatrième ligne on retrouve Button et Vergne, suivis par Hülkenberg et Kvyat.

On souligne la performance de Bianchi qui a éliminé Räikkönen de la Q1. Le Finlandais est en colère après Ferrari qui ne l'a pas autorisé à effectuer un relais supplémentaire. Enfin Maldonado n'a pas réalisé de temps après être tombé une nouvelle fois en panne dès les premières minutes.

 

Le Grand Prix

Magnussen et Hamilton s'élancent depuis les stands après avoir changé de châssis suite à leurs déboires respectifs.

 

Le dimanche après-midi, une grosse averse s'abat sur Budapest quarante minutes avant le départ. Tous les pilotes vont donc s'élancer en pneus intermédiaires. Néanmoins l'état de la piste n'est pas du tout uniforme : si elle humide dans les premier et troisième secteurs, elle est presque sèche dans la partie haute du tracé. De plus une nouvelle averse est attendue pendant la course. Cette météo capricieuse pourrait faire le bonheur de Jenson Button qui a gagné ici dans les mêmes circonstances en 2006 et en 2011.

 

Tour de formation : Kvyat ne peut pas démarrer, ne trouvant aucune énergie dans son groupe propulseur. Après quelques réglages, il pourra finalement prendre le départ mais depuis les stands.

 

Départ : Les pilotes partent en soulevant une gerbe d'eau. Rosberg conserve la première place. Bottas attaque Vettel par l'extérieur au premier freinage et le double. Suivent Alonso, Button et Ricciardo. Parti des stands, Hamilton se laisse surprendre à l'abord du virage n°2 et part en tête-à-queue. Sa Mercedes frôle le rail, mais il parvient à la relancer aussitôt.

 

1er tour : Aucun incident n'est à signaler bien que le changement d'adhérence soit assez brutal entre les trois portions du circuit. Alonso double Vettel au virage n°2, mais l'Allemand récupère son bien à la chicane.

Rosberg a déjà deux secondes et demie d'avance sur Bottas. Suivent Vettel, Alonso, Button, Ricciardo, Hülkenberg, Massa, Vergne et Pérez. Kvyat s'est élancé avec un peu de retard.

 

2e : Alonso attaque Vettel au premier freinage mais doit faire un écart pour éviter de le percuter.

 

3e : Rosberg est nettement plus rapide que ses poursuivants et s'envole. Vettel menace Bottas.

 

4e : La piste est encore très humide dans le premier secteur. Rosberg a 6.7s. d'avance sur Bottas. Hamilton remonte : il occupe le seizième rang.

 

5e : De gros nuages noirs emplissent le ciel. On craint une nouvelle averse.

Rosberg mène devant Bottas (7.7s.), Vettel (8.2s.), Alonso (10.2s.), Button (13.8s.), Ricciardo (14.8s.), Hülkenberg (17s.), Massa (19.4s.), Vergne (20.4s.) et Pérez (23.3s.). Hamilton est quinzième après avoir doublé Bianchi.

 

6e : Vettel est de plus en plus pressant derrière Bottas. Hamilton se débarrasse de Grosjean.

 

7e : Rosberg commet une petite faute au virage n°1 et glisse vers l'échappatoire avant de regagner la piste. Button et Ricciardo sont en lutte pour la cinquième place. Hamilton est bloqué derrière Räikkönen.

 

8e : Hamilton déborde Räikkönen sur la ligne de chronométrage. En suivant Maldonado, Ericsson perd le contrôle de sa Caterham au virage n°3. Celle-ci percute de plein fouet le muret de pneus. Le choc est violent mais Ericsson s'en tire sans dommage. La voiture de sécurité entre en piste.

 

9e : Button, Ricciardo, Hülkenberg, Massa, Vergne, Pérez, Sutil, Gutiérrez, Räikkönen, Hamilton, Grosjean, Kobayashi, Maldonado, Kvyat et Chilton entrent aux stands pour changer leurs pneus pendant que la course est neutralisée. Tous chaussent des slicks tendres, excepté Button qui pense que la pluie va revenir.

A la fin de ce tour les quatre premiers, Rosberg, Bottas, Vettel et Alonso entrent aux stands.

 

10e : Les quatre leaders ont mis des gommes tendres, mais ils ont perdu le commandement. L'arrêt de Bottas a été long. Ricciardo est désormais leader devant Button et Massa.

 

11e : Au commencement de la montée vers le virage n°4, Grosjean part en tête-à-queue et heurte de face la barrière de pneus. Voilà qui va prolonger la sortie de la Saftey Car. Après l'arrêt de Bianchi, seul Magnussen n'a pas changé ses pneus d'origine.

 

13e : Le classement sous drapeaux jaunes est le suivant : Ricciardo est premier devant Button, Massa, Rosberg, Magnussen, Vergne, Vettel, Alonso, Hülkenberg, Pérez, Bottas, Gutiérrez, Hamilton, Räikkönen, Bianchi, Sutil, Kvyat, Maldonado, Kobayashi et Chilton. Seules les deux McLaren sont encore chaussées de pneus intermédiaires.

 

14e : La course reprend. La piste est encore humide. Grâce à ses pneus intermédiaires, Button double immédiatement Ricciardo. De son côté Magnussen surprend Rosberg et Alonso double Vettel. Dans le dernier virage, Hülkenberg tente une attaque risquée sur Pérez et le heurte. Le Mexicain manque de partir en tête-à-queue mais redresse sa voiture tandis que Hülkenberg atterrit dans la barrière. C'est son premier retrait en 2014.

 

15e : Rosberg attaque Magnussen au premier virage, sans succès. Vergne en profite pour doubler le pilote allemand, surpris. Il n'est pas au bout de ses peines puisqu'Alonso le déborde au virage n°3. En fin de tour, Button et Magnussen regagnent les stands pour chausser à leur tour des slicks. Leur pari a échoué.

 

16e : La piste commence à vraiment s'assécher. Ricciardo a récupéré le commandement. Alonso double Vergne au premier freinage en se frottant à la Toro Rosso. Hamilton est désormais huitième après avoir doublé Pérez.

 

17e : Ricciardo mène devant Massa (3.7s.), Alonso (5.6s.), Vergne (7.9s.), Rosberg (8.7s.), Vettel (9.4s.), Hamilton (9.7s.), Pérez (11.3s.), Bottas (13.9s.) et Gutiérrez (14.9s.). Maldonado heurte Bianchi au virage n°1 et part en tête-à-queue. Les deux hommes n'ont pas de dommage sur leurs voitures mais vont regagner les stands pour changer de pneus.

 

19e : Ricciardo a six secondes d'avance sur Massa. Alonso est juste derrière le Brésilien. Rosberg est bloqué derrière Vergne. Vettel et Hamilton se battent pour la septième place.

 

21e : La piste est presque sèche. Hamilton tente de doubler Vettel dans l'enchaînement des virages n° 1 et 2, sans résultat.

 

23e : A la sortie du dernier virage, Pérez mord sur la bordure encore gorgée d'eau, part en vrille et fracasse sa Force India contre le muret des stands. La voiture de sécurité fait son retour sur le circuit.

 

 

24e : Ricciardo et Massa s'arrêtent aux stands pour chausser des pneus tendres pour le premier, médiums pour le second. Ils repartent respectivement sixième et septième. Bottas les imite.

 

25e : Alonso est maintenant en tête devant Vergne, Rosberg, Vettel et Hamilton. Kobayashi stoppe sa Caterham victime d'un souci d'alimentation.

 

27e : La voiture de sécurité s'efface, la course reprend. Alonso conserve le commandement. Hamilton est coincé entre les Red Bull de Vettel et de Ricciardo.

 

29e : Alonso a deux secondes et demie d'avance sur Vergne qui contient Rosberg. Erreur de Räikkönen qui tire tout droit à la chicane. Il occupe alors le neuvième rang, entre les Sauber de Gutiérrez et de Sutil.

 

30e : Au premier virage, Rosberg attaque Vergne par l'intérieur mais le jeune Français reste devant. Button prend la dixième place à Sutil.

 

31e : Vergne, Rosberg, Vettel, Hamilton et Ricciardo se tiennent en deux secondes. Déception chez Sauber : Gutiérrez tenait la huitième place mais il retourne à son garage suite à une avarie de son système de récupération d'énergie.

 

32e : En fin de tour, Rosberg s'arrête chez Mercedes pour chausser des pneus tendres usagés. L'arrêt est assez lent et l'Allemand repart en treizième position.

 

33e : En sortant du dernier virage, Vettel commet la même sottise que Pérez précédemment, part en vrille, mais miraculeusement sa Red Bull se contente de frôler le mur des stands. Il peut repartir mais s'est fait une belle frayeur. En fin de boucle il entre aux stands pour mettre des Pirelli tendres.

 

34e : Hamilton attaque Vergne en début de tour, sans résultat, jusqu'au virage n°4 où il déborde le Français par l'extérieur. Le voici revenu au deuxième rang. Puis Vergne entre aux stands pour chausser des pneus médiums.

 

36e : Alonso mène devant Hamilton (4.2s.), Ricciardo (6.2s.) et Massa (12s.). Räikkönen pointe au cinquième rang et précède Button, Sutil, Magnussen, Bottas et Rosberg.

 

37e : Jusqu'alors sixième, Button effectue un nouveau changement de pneus, son troisième déjà. Magnussen n'est pas mieux loti et va passer lui aussi par le garage un tour plus tard.

 

38e : Rosberg attaque Bottas au virage n°1, l'emmène à l'extérieur et passe.

 

39e : Changement de pneus pour Alonso qui chausse un train de pneus tendres (2.4s .). Il repart cinquième derrière Räikkönen. Parti depuis les stands, Hamilton occupe désormais le commandement.

 

40e : Hamilton s'arrête aux stands et, à la différence d'Alonso, prend des pneus médiums (4.4s.). Ricciardo se retrouve premier avec dix secondes d'avance sur Massa. Vettel passe Vergne. Changement de pneus pour Sutil qui chute du sixième au douzième rang.

 

41e : Quatrième, Alonso rattrape Räikkönen et Massa.

 

42e : Räikkönen fait changer ses gommes et ressort des stands devant Vettel. Celui-ci l'attaque par l'extérieur au virage n°2. Ils franchissent la courbe roues contre roues mais Räikkönen qui a gardé sa ligne reste devant en prenant la virage n°3. Vettel ne s'en laisse pas compter et menace la Ferrari dans la montée vers le virage n°4, mais il commet là une erreur et passe par l'échappatoire pour éviter une collision.

 

43e : Ricciardo mène avec treize secondes d'avance sur Massa. Räikkönen double Maldonado qui va ensuite rentrer aux stands.

 

45e : Massa s'arrête chez Williams et change ses pneus. Il repart derrière son coéquipier.

 

46e : Ricciardo, qui doit encore s'arrêter, mène devant Alonso (15.8s.), Hamilton (19.4s.), Rosberg (20.3s.), Bottas (33.9s.), Massa (38.4s.), Räikkönen (39.8s.), Vettel (42.7s.), Vergne (47.6s.) et Button (50.4s.). Tout risque de pluie étant écarté, la fin de course sera une partie de stratégie entre Red Bull, Mercedes et Ferrari.

 

48e : Moins d'une seconde sépare Hamilton et Rosberg. Ils sont sur une stratégie différente : l'Anglais en pneus médiums ne doit plus stopper, au contraire de l'Allemand qui utilise de la gomme tendre.

 

50e : Quatorze secondes séparent Ricciardo et Alonso. Rosberg est dans les roues de Hamilton.

 

51e : Mercedes demande à Hamilton de laisser passer Rosberg. Celui-ci pense en effet pouvoir l'emporter bien qu'il doive effectuer encore un relais en pneus tendres. Mais pour cela il doit gagner du temps dès maintenant...

 

52e : Hamilton n'obéit pas à la consigne de son équipe et laisse Rosberg derrière lui. Plus loin, Räikkönen semble rattraper Massa.

 

54e : Non seulement Hamilton ne laisse pas passer son équipier mais il creuse un peu l'écart sur lui.

 

55e : Ricciardo s'arrête chez Red Bull et chausse un train de pneus tendres neufs qui devrait lui être très utile pour les quinze derniers tours. Il repart en quatrième position.

 

56e : Alonso retrouve le commandement avec trois secondes et demie d'avance sur Hamilton. Bien qu'il utilise des pneus tendres assez usés, l'Espagnol ira jusqu'au bout avec eux.

 

57e : Dernier changement de pneus pour Rosberg qui met comme prévu des Pirelli tendres. Il ressort en septième position.

 

58e : Rosberg est très rapide et est déjà revenu derrière Bottas et Räikkönen. Mais Ricciardo est tout aussi véloce et remonte rapidement sur Alonso et Hamilton.

 

59e : Bottas effectue un dernier changement de pneus et tombe au huitième rang, derrière Vettel.

 

60e : Ricciardo est sur les talons des deux leaders. Rosberg déborde Räikkönen au premier virage. Il revient ensuite sur Massa.

 

61e : Rosberg dépasse Massa sans difficulté. Le voici quatrième, à vingt-quatre secondes de la tête de course.

 

62e : Alonso mène devant Hamilton (0.7s.), Ricciardo (1.2s.) et Rosberg (22s.).

 

63e : Hamilton se montre dans les rétroviseurs d'Alonso. Sous la pression, l'Asturien tire tout droit à la chicane mais demeure premier.

 

64e : Roues dans roues, Alonso, Hamilton et Ricciardo vont se disputer la victoire. Les trois sont tributaires de l'état de leurs pneus : Alonso roule avec des tendes très usés et Hamilton avec des médiums abîmés. Avec des tendres frais, Ricciardo possède un immense avantage. Rosberg est revenu à une quinzaine de secondes d'Alonso et a réalisé le meilleur tour de la course : 1'25''724'''.

 

65e : Ricciardo attaque Hamilton par l'extérieur au virage n°2 mais est trop loin pour le menacer. Il mord sur l'échappatoire mais ne perd pas de temps. Rosberg remonte comme un boulet sur le trio de tête : il lui reprend trois secondes par tour.

 

67e : Hamilton a mal négocié la sortie du premier virage. De nouveau Ricciardo l'attaque par l'extérieur au deuxième freinage. Cette fois-ci il se porte à sa hauteur, puis se rabat devant lui et aborde par l'intérieur le virage n°3 : il est passé ! Rosberg n'est qu'à quatre secondes de son équipier.

 

68e : Ricciardo a des pneus beaucoup plus frais que ceux d'Alonso. Il le dépasse sans difficulté au premier virage et s'envole vers la victoire.

 

69e : Voyant Rosberg le rattraper inexorablement, Hamilton harcèle Alonso mais ne trouve aucune ouverture. L'Espagnol ferme toutes les portes avec l'énergie du désespoir car ses pneus sont complètement détruits. Du reste Hamilton n'a guère plus de grip que lui et doit être prudent.

 

70ème et dernier tour : Rosberg est dans le sillage de son équipier. Il se montre à sa droite au virage n°2 mais Hamilton le pousse vers l'extérieur. Nico n'insiste pas.

 

Daniel Ricciardo remporte sa deuxième victoire en Formule 1 : la stratégie de Red Bull-Renault s'est révélé la meilleure. Alonso sauve de justesse sa deuxième place après une course remarquable. Parti dernier, Hamilton termine brillant troisième et précède un Rosberg déçu. Massa finit cinquième. Räikkönen termine sixième... ce qui est son meilleur résultat de la saison ! Humilié par ce nouveau succès de Ricciardo, Vettel n'est que septième. Il précède Bottas et Vergne. McLaren ayant commis une grave erreur stratégique en tablant sur une nouvelle averse, Button se contente d'inscrire un point. Sutil, Magnussen, Maldonado, Kvyat, Bianchi et Chilton viennent ensuite.

 

Après la course: tensions chez Mercedes

Comme toujours Daniel Ricciardo est tout sourire. Sa joie est justifiée : il est pour l'heure le seul pilote à avoir vaincu les Mercedes cette saison. Christian Horner est très fier de lui. Pour ne pas changer, Hamilton n'est pas très souriant sur le podium. Martin Brundle, devenu le commentateur vedette de la chaîne britannique Sky Sports, est en plus mandaté par la FIA pour interviewer les trois premiers sur le podium. Avec le temps, Brundle est devenu plus célèbre en tant que consultant télévisuel que comme ancien pilote...

 

Hamilton déclare avoir été choqué de la consigne de Mercedes en faveur de Rosberg. Toto Wolff et Niki Lauda prétendent que Lewis a finalement bien fait de ne pas obéir à cet ordre. Mais deux jours plus tard Wolff a changé d'opinion et dit que finalement Rosberg aurait pu gagner si Hamilton avait obéi. Le Britannique est en colère : selon lui, un champion de son calibre n'a pas à se plier à de vulgaires consignes d'équipe. Et puis comment ne pas imaginer que Wolff a désormais une préférence pour Rosberg ? Ce dernier, comme à son habitude, esquive la question et préfère se plaindre de la première interruption de la course, tandis qu'il menait. Selon lui, la Saftey Car aurait roulé trop lentement, ce qui aurait permis à ses rivaux de le dépasser lors de son changement de pneus. Les journalistes sourient poliment... Mais Rosberg a de quoi être amer : il partait en pole position et finit quatrième tandis que son équipier et rival, élancé depuis les stands, termine troisième....

 

Ce week-end hongrois a dévoilé d'importantes failles au sein de Mercedes Grand Prix. Tout d'abord, la fiabilité de la W05 est toujours aussi incertaine comme l'a montré l'incident du samedi après-midi. Mais surtout la gestion sportive par Toto Wolff et Niki Lauda n'est pas vraiment à la hauteur d'une situation lourde d'enjeux et de tensions. Depuis des mois la direction louvoie pour éviter la rupture entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton, avec plus ou moins de bonheur... Quoiqu'il en soit, le contentieux se réglera fort probablement sur la piste lors de la dernière manche à Abou Dhabi.

 

Malgré ses malheurs en qualifications, Hamilton fait une bonne opération puisqu'il revient à onze points de Rosberg au classement des pilotes. Dans ce tableau Ricciardo et Alonso consolident leurs troisième et quatrième places respectives. Pour ce qui regarde les constructeurs, Ferrari reprend la troisième position à Williams-Mercedes.

 

La Formule 1 part en vacances pendant un mois et reviendra le 22 août pour les premiers essais du Grand Prix de Belgique.

Tony