Nico ROSBERG
 N.ROSBERG
Mercedes
Lewis HAMILTON
 L.HAMILTON
Mercedes
Daniel RICCIARDO
 D.RICCIARDO
Red Bull Renault

902e Grand Prix

LVI Gran Premio de España
Légérement nuageux
11 mai 2014 - Barcelone
66 tours x 4.655 km - 307.104 km
(Offset: 126 m)
info
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Premier vrai podium pour Daniel Riccardo.

Le procès Ecclestone

En ce début mai, le procès de Bernie Ecclestone à Munich en est à sa troisième semaine. Le Grand Argentier est accusé d'avoir versé un pot-de-vin de 44 millions d'euros au banquier Gerhard Gribkowsky pour faciliter la vente des droits de la Formule 1 à CVC. Ecclestone argue pour sa défense que Gribkowsky l'a fait chanter pour obtenir cette somme. Appelé à la barre comme témoin, le banquier a admis avoir « fait pression » sur Ecclestone, ce qui va dans le sens de la défense.

 

Toutefois le verdict ne devrait pas être rendu avant le mois de septembre, ce qui laisse la Formule 1 dans l'incertitude quant à son avenir.

 

Présentation de l'épreuve

Après trois semaines d'interruption, la saison européenne 2014 commence avec le Grand Prix d'Espagne à Barcelone.

 

Les Mercedes ont écrasé le début du championnat, en remportant les quatre premières courses, et la concurrence n'espère pas les menacer. Il est évident que la seule question est de savoir qui de Lewis Hamilton ou de Nico Rosberg sera champion du monde. Pour l'instant, Rosberg est en tête du championnat, mais Hamilton a remporté les trois dernières et domine assez nettement son équipier.

 

Les équipes ont évidemment profité de ces trois semaines de trêve pour apporter des modifications à leurs voitures. Toutefois, seule Sauber apporte une véritable version « B » de sa monoplace. Ferrari et Lotus ont aussi beaucoup travaillé sur leurs machines et espèrent grimper dans la hiérarchie.

 

Sebastian Vettel a connu un début de saison pénible. Le champion du monde a du mal à s'habituer sa nouvelle monoplace, avouant n'avoir aucune confiance en elle au freinage et dans les virages. Il est aussi sérieusement malmené par son nouvel équipier Daniel Ricciardo qui se rêve en pilote n°1. Afin de l'aider, Red Bull lui confie un nouveau châssis à part de ce week-end.

 

Essais et qualifications

La journée du vendredi démoralise le paddock puisque les Mercedes dominent toujours, collant une seconde au tour aux autres voitures. Vettel est victime d'une nouvelle panne lors de la première séance.

Les commissaires sportifs font de nouveau la preuve de leur stupide zèle policier en sanctionnant Jean-Éric Vergne de dix places de pénalité... parce qu'une de ses roues s'est détachée en essais !

 

Le samedi, les Mercedes monopolisent la première ligne de la grille de départ, Hamilton réalisant la pole devant Rosberg. Le Britannique devance d'une seconde Ricciardo, troisième chrono. Bottas complète la deuxième ligne. La Lotus-Renault se montre enfin performante puisque Grosjean se hisse au cinquième rang. Räikkönen est sixième et précède Alonso, septième, pour la première fois de l'année. Suivent Button, Massa, Hülkenberg et Pérez. Vettel a été victime d'une panne de transmission en Q3 et n'a pas pu signer de temps. Il est rétrogradé au quinzième rang car il a dû faire changer sa boîte de vitesses.

Parmi les déceptions on signale Magnussen, handicapé en Q2 par un manque de puissance, et les Sauber qui ne progressent pas. Les Marussia et les Caterham, plus lentes que les meilleures voitures de GP2, sont en fond de grille, même si les deux derniers rangs sont occupés par Maldonado, accidenté dans le virage n°3 en Q1, et le pauvre Vergne.

 

Mais il faut surtout souligner que le chrono réalisé par Hamilton est inférieur à celui qu'avait signé Charles Pic en 2013, alors qu'il était dernier sur la grille de départ... Stéphane Richelmi, le poleman du GP2, aurait pu se classer dix-neuvième sur la grille de départ de Formule 1 ! Cette chute des performances est évidemment la conséquence des limitations apportées à l'usage des moteurs turbos, mais aussi de la dureté des pneus Pirelli qui manquent cruellement d'adhérence.

 

Le Grand Prix

Les pilotes ont le choix entre les Pirelli médium ou durs. Tous partent chaussés de médiums, excepté Vergne.

 

Le départ est donné sous un ciel couvert.

 

Départ : Excellent envol de Hamilton qui conserve sans peine le commandement. Rosberg est légèrement menacé par Bottas à l'extérieur mais le Finlandais ne peut l'attaquer. Suivent Ricciardo, Grosjean et Räikkönen. Button est mal parti et perd plusieurs places.

 

1er tour : Après s'être frotté à Button, Magnussen coupe la chicane dite « de Ralf Schumacher » et manque de peu de harponner Vettel en revenant en piste. Maldonado heurte Ericsson à la sortie de l'épingle. Les deux voitures partent dans les graviers mais continuent.

Hamilton mène devant Rosberg, Bottas, Ricciardo, Grosjean, Räikkönen, Alonso, Massa, Hülkenberg et Pérez. Vettel est quatorzième.

 

2e : Hamilton a une seconde et demie d'avance sur Rosberg et trois secondes et demie sur Bottas.

 

4e : Les Mercedes s'échappent au rythme d'une seconde et demie par tour. Ricciardo est sur les talons de Bottas.

 

5e : Hamilton mène devant Rosberg (2.1s.), Bottas (7.7s.), Ricciardo (8.2s.) et Grosjean (10s.).

 

6e : Ricciardo est juste derrière Bottas et semble sur le point de le dépasser.

 

7e : Ricciardo attaque Bottas au bout de la longue ligne droite principale, sans résultat.

 

8 : Les Mercedes comptent onze secondes d'avance sur leurs poursuivants. Très beau dépassement de Kvyat qui double Gutiérrez par l'extérieur de la courbe Renault pour le compte de la onzième place.

 

9e : Vettel est gêné par Gutiérrez et finit par le doubler par l'extérieur à La Caixa.

 

10e : Hamilton est premier devant Rosberg (2.1s.), Bottas (14.5s.), Ricciardo (15.7s.), Grosjean (17.4s.), Räikkönen (19.3s.), Alonso (19.9s.), Massa (21.1s.), Hülkenberg (24s.) et Pérez (25.4s.).

 

12e : Ricciardo est toujours bloqué derrière Bottas. Vettel menace Button pour le compte du douzième rang. L'Allemand entre aux stands en fin de tour pour chausser son deuxième train de pneus.

 

13e : Vettel a repris la piste après avoir mis des pneus durs.

 

14e : Hamilton a 2.2s. de marge sur Rosberg. Bottas est à vingt secondes du leader. En fond de classement Vettel est aux prises avec Kobayashi qui se défend beaucoup avant de céder.

 

15e : Ricciardo s'arrête au stand Red Bull pour chausser des pneus médiums et repart en douzième position. Changement de pneus aussi pour Grosjean. Räikkönen et Alonso sont en lutte pour le quatrième place.

 

16e : Massa s'arrête chez Williams pour changer ses pneus. Ricciardo prend la neuvième place à Button. Maldonado reçoit une pénalité de cinq secondes pour avoir heurté Ericsson. Il effectue son stop-and-go en fin de tour.

 

17e : Ricciardo passe Kvyat. Alonso fait changer ses pneus. Hülkenberg fait de même.

 

18e : Une seconde et demie sépare Hamilton et Rosberg. Ricciardo passe Pérez. Räikkönen chausse de nouveaux pneus et ressort des stands au niveau d'Alonso. Ce dernier tente de le passer mais bloque ses roues au premier freinage et cède. Hamilton entre aux stands en fin de boucle.

 

19e : Hamilton chausse des pneus médiums lors d'un arrêt de 3.8s. Il repart deuxième, deux secondes devant Bottas. Pérez et Kvyat passent par les stands.

 

20e : Rosberg est désormais premier et réalise le meilleur tour provisoire. Hamilton lui réplique aussitôt et abaisse ce chrono. Provisoirement septième, Magnussen entre aux stands.

 

21e : Bottas fait changer ses pneus et reprend la piste loin derrière Ricciardo. Rosberg a vingt secondes d'avance sur son équipier et rival.

 

22e : Rosberg s'arrête au stand Mercedes et fait mettre des pneus durs. Les deux pilotes Mercedes sont donc sur une stratégie différente, comme à Bahreïn. L'Allemand repart derrière Hamilton.

 

23e : Après les premiers arrêts, Hamilton est donc leader devant Rosberg (3.7s.), Ricciardo (21.2s.), Bottas (33.7s.), Grosjean (37.3s.), Räikkönen (38.3s.), Alonso (40.4s.), Massa (42s.), Vettel (43s.) et Hülkenberg (44.9s.). Suivent Pérez, Button, Kvyat, Magnussen et Vergne.

 

24e : Räikkönen attaque Grosjean au premier freinage, sans succès. Le Français est victime d'une défaillance de capteur et roule avec six ou cinq cylindres selon le moment.

 

25e : Grâce au DRS, Räikkönen double Grosjean dans la longue ligne droite. Le Français commet ensuite une erreur à La Caixa et se retrouve à portée de tir d'Alonso. Vergne est rappelé à son stand à cause d'un souci d'échappement.

 

26e : Alonso passe Grosjean au même endroit que Räikkönen. Romain se retrouve sous la menace d'un quatuor composé de Massa, Vettel, Hülkenberg et Pérez. Vergne abandonne.

 

28 : Trois secondes et demie séparent les deux pilotes Mercedes. Ricciardo est à vingt-quatre secondes de la tête de course. Massa entre aux stands pour effectuer son second changement de pneus. Pris dans le trafic, le Brésilien a usé prématurément son train de pneus.

 

30e : Hamilton mène devant Rosberg (4.3s.), Ricciardo (25.9s.), Bottas (37s.) Räikkönen (42.5s.) et Alonso (44s.).

 

32e : L'écart est stable entre Hamilton et Rosberg.

 

34e : Vettel effectue son second changement de pneus, met un train de Pirelli médiums, et passe du huitième au quatorzième rang.

 

35e : Grosjean fait changer ses gommes et ressort des stands derrière Vettel. A l'abord du premier virage, le frein avant gauche de Kobayashi cède et la Caterham tire tout droit. Heureusement le Japonais parvient à la faire rester sur l'asphalte du dégagement et retrouve la piste.

 

36e : Alonso change ses pneus et repart devant Massa. Kobayashi renonce, en panne de freins.

 

37e : Changements de pneus pour Hülkenberg et pour Button. En piste, Alonso double Magnussen.

 

38e : Vettel dépasse Massa puis Magnussen. Pérez s'arrête aux stands et reprend sa route derrière son équipier.

 

39e : Hamilton a quatre secondes de marge sur Rosberg.

 

41e : Massa prend la huitième place à Magnussen qui doit stopper en fin de tour.

 

42e : Hamilton est rappelé aux stands pour changer ses pneus, mais il n'obtempère pas.

 

43e : Hamilton entre aux stands en fin de boucle et chausse les pneus durs. Il n'est pas très content de cette stratégie qui lui promet une fin d'après-midi pénible. De plus l'arrêt a été assez long : 4.3 secondes.

 

44e : Räikkönen chausse son dernier train de pneus. Il repart derrière Alonso et Vettel.

 

46e : Après quelques tours passés en tête, Rosberg s'engouffre dans la voie des stands. On lui installe les pneus médiums, donc les plus tendres, et il repart assez loin derrière Hamilton, qui pis est dans le trafic. Ricciardo et Bottas changent aussi leurs pneus. Si l'Australien repart toujours troisième, le Finlandais se retrouve lui à la sixième place.

 

47e : Hamilton précède Rosberg de cinq secondes. Massa est attaqué par Grosjean. Il est obligé de changer une troisième fois ses pneus en fin de tour et sombre au quatorzième rang.

 

50e : Hamilton mène devant Rosberg (3.1s.), Ricciardo (40.7s.), Alonso (48.4s.), Vettel (50.5s.), Bottas (57.8s.), Räikkönen (1m. 05s.), Grosjean (1m. 11s.), Hülkenberg (1m. 14s.) et Pérez (1m. 15s.).

 

51e : Pérez prend la neuvième place à Hülkenberg.

 

52e : Hamilton est victime de survirage. Rosberg est revenu à deux secondes de son équipier.

 

53e : Vettel s'arrête chez Red Bull pour chausser un dernier train de pneus médiums. Il ressort derrière Räikkönen.

 

54e : Troisième et dernier changement de gommes pour Alonso. L'Espagnol repart derrière Vettel qui gagne à nouveau une position « dans les stands ».

 

55e : Vettel réalise le meilleur tour de l'épreuve : 1'28''918'''.

 

56e : L'écart est toujours de deux secondes entre les deux Mercedes. Vettel rattrape facilement Räikkönen, chaussé de pneus durs usés, et le double par l'extérieur à La Caixa.

 

58e : Rosberg est maintenant à moins de deux secondes de Hamilton. Celui-ci se plaint de graining à l'avant de sa voiture.

 

59e : Les Mercedes prennent un tour aux Force India.

 

60e : Hamilton puis Rosberg prennent un tour à Grosjean. Vettel est revenu à deux secondes de Bottas, équipé de gommes dures, tandis qu'Alonso est derrière Räikkönen.

 

61e : Hamilton n'a plus qu'une seconde et demie d'avance sur Rosberg.

 

62e : Rosberg est à une seconde de Hamilton.

 

63e : Hamilton a repris un peu de marge sur son équipier. Alonso attaque Räikkönen par l'extérieur avant le premier virage, sans succès. Mais il demeure collé derrière le Finlandais, se place à l'intérieur et le passe dans le virage Repsol.

 

64e : Hamilton est assez lent en fin de boucle, ce qui permet à Rosberg de revenir à une demi-seconde. Vettel passe Bottas à La Caixa.

 

65e : Les deux Mercedes arrivent derrière Räikkönen.

 

66ème et dernier tour : En début de tour, dans la longue ligne droite, Hamilton et Rosberg passent Räikkönen. Rosberg perd ainsi, faute d'aspiration, sa dernière chance de prendre la tête.

 

Lewis Hamilton remporte donc sa quatrième victoire consécutive avec six dixièmes de seconde d'avance sur Rosberg. Ricciardo termine troisième, à quarante-neuf secondes du vainqueur, et monte sur son premier podium officiel. Auteur d'une remarquable remontée, Vettel finit quatrième. Bottas est cinquième, ce qui est son meilleur résultat depuis le début de la saison. Alonso se contente d'une modeste sixième place devant Räikkönen. Grosjean finit huitième et permet ainsi à Lotus d'inscrire ses quatre premiers points de la saison, malgré un problème de moteur. Suivent les deux Force India de Pérez et de Hülkenberg. Button finit onzième et précède Magnussen, Massa, Kvyat, Maldonado, Sutil, Gutiérrez, Bianchi, Chilton et Ericsson.

 

Après la course

Sur le podium, Hamilton est interviewé par le toujours virevoltant Eddie Jordan, qui a toutefois bien du mal à LE faire applaudir par le public espagnol qui n'a pas complètement oublié la saison 2007... Malgré son succès Hamilton n'est pas très satisfait du comportement de sa voiture et surtout de la stratégie adoptée par Mercedes, favorable à Rosberg en fin de course pour la seconde fois après Bahreïn.

 

Quoiqu'il en soit, le « triumvirat » Toto Wolff – Paddy Lowe – Niki Lauda a toutes les raisons de se réjouir. Mercedes réalise son quatrième doublé consécutif, ce qui n'avait pas été réalisé depuis 2002, par la Scuderia Ferrari.

 

Hamilton s'empare de la première place du championnat avec 100 points tout juste, soit trois de mieux que Rosberg. Alonso et Vettel ont respectivement 51 et 55 unités de retard sur Hamilton. Chez les constructeurs, Mercedes a 113 points d'avance sur Red Bull-Renault...

 

McLaren est en pleine crise puisqu'elle n'a plus inscrit de point depuis trois courses, ce qui ne lui était plus arrivée depuis 2009. Cela n'empêche pas Éric Boullier de claironner son optimiste en prenant comme appui la huitième place de Jenson Button en qualifications. Il ne convainc pas grand monde.

 

Ferrari a été humiliée en Espagne : Kimi Räikkönen a fini à un tour du vainqueur et Fernando Alonso n'a terminé que sixième sur ses terres. L'équipe italienne n'a plus remporté un Grand Prix depuis un an, et il se murmure en coulisses que Luca di Montezemolo et Marco Mattiacci vont concentrer les efforts de leurs ingénieurs sur la préparation de la saison 2015.

 

Enfin, Pastor Maldonado perd encore un point sur son « permis » après son accrochage avec Marcus Ericsson. Son patron Gérard Lopez subodore qu'il en fait peut-être un peu trop...

 

Les équipes ne quittent pas Barcelone puisque deux journées d'essais sont prévues sur cette piste à compter du mardi suivant.

Tony