Nico ROSBERG
 N.ROSBERG
Mercedes
Daniel RICCIARDO
 D.RICCIARDO
Red Bull Renault
Valtteri BOTTAS
 V.BOTTAS
Williams Mercedes

909e Grand Prix

LXX Grand Prix de Belgique
Légérement nuageux
24 août 2014 - Spa-Francorchamps
44 tours x 7.004 km - 308.052 km
(Offset: 124 m)
info
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
2e tour, Nico Rosberg touche la roue arrière de Lewis Hamilton entraînant une crevaison immédiate.

Bernie l'insubmersible

Le procès pour corruption de Bernie Ecclestone a pris fin le 5 août suite à une négociation entre l'homme d'affaires et le tribunal de Munich. Ecclestone a versé 100 millions de dollars (74 millions d'euros) afin de mettre un terme à la procédure. 99 millions iront dans les caisses de l'État régional de Bavière et un million sera offert à une œuvre caritative. Cet accord laisse un casier judiciaire vierge à Ecclestone qui devait en cas de condamnation quitter la direction de la FOM, et donc de la Formule 1. A bientôt 84 ans il peut maintenant aborder avec sérénité les dernières années de son règne.

 

Ferrari: Mattiaci commence le ménage

Depuis son arrivée à la tête de la Scuderia en avril 2014 Marco Mattiaci a fait preuve d'une très grande réserve. Certains commençaient à douter de ses capacités à remettre de l'ordre au sein de cette grosse structure divisée en plusieurs clans rivaux. Début août il effectue son premier coup d'éclat en licenciant Luca Marmorini, le chef du département moteur, jugé responsable des piètres performances du V6 turbo Ferrari, sans doute le plus mauvais des trois blocs en concurrence. Ce renvoi n'est pas anodin car Marmorini, autrefois laissé libre par Jean Todt, était revenu à Maranello en 2009 grâce à l'influence du « parti italien », tout puissant après le départ du Français. Marmorini est remplacé par son adjoint Mattia Binotto qui sera associé à des motoristes recrutés chez Mercedes. La construction du futur propulseur est confiée à Lorenzo Sassi.

 

Le prochain à faire les frais de la restructuration pourrait être Pat Fry, directeur technique chargé du châssis.

 

Présentation de l'épreuve

Peu avant le Grand Prix, Toro Rosso crée une grosse surprise en annonçant qu'en 2015 Jean-Éric Vergne serait remplacé par Max Verstappen, fils de Jos, âgé de... 17 ans ! Le jeune Néerlandais conclut en 2014 sa première saison en monoplace au sein du championnat d'Europe de Formule 3. Certes ses débuts sont remarquables puisqu'il a déjà gagné huit courses et occupe la deuxième du classement derrière le Français Esteban Ocon. Mais beaucoup estiment qu'il est encore bien trop jeune pour s'adapter à la Formule 1. La promotion de Verstappen est en tout cas un camouflet pour Carlos Sainz Junior et António Félix da Costa, les deux protégés de Red Bull auxquels semblait promis au moins un volant chez Toro Rosso. Quant à Vergne, il est déjà en quête d'un nouveau baquet.

 

Caterham remplace pour cette course Kamui Kobayashi par André Lotterer, pour des raisons financières car le pilote allemand apporte l'appui de son sponsor personnel Hype. A 32 ans, Lotterer n'est pas inconnu puisqu'il a remporté à trois reprises les 24 heures du Mans pour Audi, en 2011, 2012 et 2014. Il connaît bien la monoplace car il dispute depuis dix ans le championnat de Formule Nippon dont il a remporté le titre en 2011. Pilote éclectique, il a aussi été un pilier du championnat japonais de voitures de tourisme. Mais son expérience en F1 est très ancienne puisqu'il a été pilote essayeur pour Jaguar... en 2002 ! C'est en tout cas la première fois depuis Yannick Dalmas en 1994 que le vainqueur des 24 heures du Mans dispute un Grand Prix la même année.

 

Lotterer ne devrait rester que pour une course car Colin Kolles, nouveau patron de l'équipe, a l'intention de faire tourner les pilotes payants afin d'engranger des subsides. L'Espagnol Roberto Merhi, ancien champion de Formule 3, pourrait ainsi conduire une voiture verte à Monza.

Caterham inaugure aussi un nouveau nez sur sa monoplace, un peu plus esthétique que le précédent.

 

Marussia avait aussi prévu de changer de pilote. Suite à des problèmes de rentrées d'argent, Max Chilton devait être mis à pied pour céder son baquet à l'Américain Alexander Rossi, qui a récemment quitté Caterham pour Marussia. Mais Chilton obtient in extremis l'argent demandé par son équipe et récupère sa place. Rossi se contente de piloter en essais libres...

 

Essais et qualifications

Spa-Francorchamps étant un circuit de moteurs, les voitures équipées par Mercedes sont largement favorites. Et sans surprise les Mercedes F1W05 occupent toujours les premiers rangs lors des essais libres, même si Bottas arrache la première place lors de la troisième séance du samedi matin.

 

Une averse de grêle s'abat sur le circuit une heure avant les qualifications qui se déroulent sur une piste humide. Dans ces conditions la domination des Flèches d'Argent est encore plus nette : elles tournent deux secondes et demie au tour plus rapidement que les autres voitures ! Rosberg réalise sa quatrième pole position consécutive devant Hamilton. Il semble décidément prendre le pas sur son équipier dans ce domaine. Toutefois Hamilton se plaint d'avoir rencontré un problème de freins à l'avant de sa machine. En deuxième ligne on retrouve Vettel et Alonso, suivis par Ricciardo et Bottas. Pas de surprise ensuite : Magnussen est septième devant Räikkönen, Massa, Button et les Toro Rosso de Kvyat et Vergne. On note les mauvaises prestations des Force India : Pérez est 13ème et Hülkenberg 18ème. Tandis que les Sauber et les Lotus sont dans le ventre mou, Bianchi a hissé sa Marussia en Q2. Il partira seizième.

 

Les Caterham sont en fond de grille mais Lotterer se signale en devançant Ericsson d'une seconde. Déjà largement dominé en temps normal par Kobayashi, le pauvre Suédois démontre une fois plus qu'il ne doit sa position qu'à ses appuis financiers.

 

Le Grand Prix

Le départ est donné par un temps frais et couvert. Une petite pluie très fine tombe durant le tour de formation. Tous les pilotes partent en pneus tendres, excepté Sutil qui est chaussé de médiums.

 

Tour de formation : La Ferrari d'Alonso ne démarre pas tout de suite, et surtout des mécaniciens sont encore présents autour d'elle quinze secondes avant que les feux s'allument. Cela va valoir une pénalité de cinq secondes au pilote asturien.

 

Départ : Rosberg prend un envol moyen au contraire de Hamilton qui vire facilement en tête à La Source. Vettel se place à l'extérieur et déborde Rosberg. Bien plus loin, Grosjean s'accroche avec Bianchi. Le pilote de la Lotus casse son aileron avant tandis que celui de la Marussia est victime d'une crevaison à l'arrière droit.

 

1er tour : Vettel attaque Hamilton dans la ligne droite de Kemmel. Il tente de passer par l'extérieur aux Combes mais finit par tirer tout droit à la chicane. Lorsqu'il revient en piste, Rosberg lui est repassé devant.

Hamilton mène devant Rosberg, Vettel, Alonso, Ricciardo, Bottas, Räikkönen, Magnussen, Massa et Button. Grosjean arrive aux stands pour changer d'aileron tandis que Bianchi remplace ses pneus.

 

2e : Rosberg tente de déborder Hamilton par l'extérieur avant les Combes mais n'arrive pas à sa hauteur. Le Britannique entame la chicane en prenant la corde mais son équipier ne se range pas tout de suite derrière lui. L'aileron avant de Rosberg découpe le pneu arrière gauche de Hamilton. Celui part au large à Malmédy et ralentit aussitôt, victime d'une crevaison. Rosberg s'empare du commandement. Lotterer s'arrête à l'entrée des stands, moteur coupé. C'est aussi terminé pour Maldonado dont le moteur fume.

 

3e : Rosberg, Vettel, Alonso, Ricciardo, Bottas et Räikkönen se tiennent en quelques secondes. Hamilton revient à son stand avec un pneu déchapé. Il a répandu beaucoup de débris de gomme à Blanchimont. Il fait changer ses pneus et repart en avant-dernière position devant Bianchi. Button passe Massa dont la Williams est déséquilibrée par un débris coincé sous son fond plat.

 

4e : Ricciardo dépasse Alonso aux Combes.

 

5e : Vettel commet une faute à Pouhon et se met à l'équerre sur un vibreur avant de se rattraper. Ricciardo en profite pour le dépasser. Le voici deuxième. Pérez double Massa.

 

7e : Rosberg mène devant Ricciardo (0.7s.), Vettel (2.1s.), Alonso (2.7s.), Bottas (3s.), Räikkönen (3.9s.), Magnussen (5.3s.) et Button (8.5s.). Suivent Pérez, Massa, Kvyat et Hülkenberg.

 

8e : Bottas dépasse Alonso dans la ligne droite de Kemmel. En fin de tour Rosberg entre à son stand pour changer son aileron avant endommagé par le choc avec Hamilton, ainsi que pour chausser des pneus médiums. Räikkönen s'arrête aussi pour mettre des Pirelli tendres.

 

9e : Ricciardo est maintenant en tête avec deux secondes de marge sur Vettel. Rosberg a repris la piste derrière Räikkönen. Changement de pneus pour Massa.

 

10e: Rosberg est perturbé par un morceau de gomme (provenant de la voiture de Hamilton ?) qui est venu se coincer devant son cockpit. Il n'arrive pas à le retirer car le caoutchouc lui colle à la main... Vettel, Kvyat, Pérez et Hülkenberg entrent aux stands pour changer de pneus.

 

11e : Rosberg est débarrassé du bout de pneu qui le dérangeait. Vettel est reparti derrière Räikkönen et Vergne. Il dépasse le Français à Kemmel.

 

12e : Ricciardo s'arrête chez Red Bull pour mettre des pneus tendres. Il laisse le commandement à Bottas et à Alonso, et repart quatrième, derrière Button, mais surtout devant Räikkönen et Vettel. Magnussen change aussi de pneus.

 

13e : Bottas et Alonso entrent aux stands pour mettre des pneus tendres. Alonso subit en plus sa pénalité de cinq secondes. Bottas repart sixième, Alonso neuvième. Brièvement leader, Button entre aux stands en fin de tour. Magnussen double Vergne à l'Arrêt de bus.

 

14e : Ricciardo a retrouvé la première place. Vettel, Rosberg et Bottas sont roues dans roues.

 

15e : Ricciardo mène devant Räikkönen (3.3s.), Vettel (6.3s.), Rosberg (6.7s.), Bottas (7.4s.), Magnussen (13.2s.), Alonso (15.4s.), Pérez (18.6s.) et Button (19.3s.) . Hamilton est seizième à 48 secondes du leader. Changement de pneus pour Vergne.

 

16e : Rosberg menace Vettel. A la chicane de l'Arrêt de bus il monte sur ses freins pour l'éviter. Button double Pérez.

 

17e : Ricciardo augmente son avance sur Räikkönen. Bottas double facilement Rosberg à Kemmel.

 

18e : Hamilton effectue un changement de pneus. Sa voiture est très instable depuis son accrochage et il ne parvient pas à remonter.

 

19e : En fin de boucle Rosberg change de nouveau ses pneus et met encore des médiums. Il repart dixième derrière Pérez et Kvyat.

 

20e : Ricciardo est premier devant Räikkönen (7.6s.), Vettel (11.6s.), Bottas (12.3s.), Magnussen (18.6s.), Alonso (19.3s.), Button (22.4s.) et Pérez (28.8s). Rosberg dépasse Kvyat.

 

21e : Alonso attaque Magnussen pour la cinquième place mais le Danois se défend farouchement et demeure devant.

 

22e : Räikkönen est chez Ferrari pour mettre des pneus médiums. Il reprend la piste au huitième rang. En fin de tour, Vettel et Pérez entrent aux stands pour chausser aussi des médiums.

 

23e : Magnussen, Alonso, Rosberg, Button et Räikkönen sont roues dans roues. Rosberg double Button dans un passage au large à l'Eau Rouge. Menacé d'une sanction, l'Allemand rend sa position à Fagnes.

 

24e : Quatorze secondes séparent Ricciardo et Bottas. Rosberg puis Räikkönen doublent Button. Magnussen fait changer ses pneus.

 

25e : Rosberg remonte rapidement grâce à ses pneus frais et dépasse Alonso. Vettel est maintenant derrière Button et le double à l'Arrêt de Bus. Changement de pneus pour Kvyat.

 

26e : Rosberg est à dix secondes de Bottas. Alonso s'arrête pour installer des pneus médiums puis se retrouve derrière Magnussen.

 

27e : Rosberg a repris une seconde et demie à Bottas. Magnussen prend la septième place à Hülkenberg à La Source.

 

28e : Ricciardo s'arrête à son stand pour chausser des pneus médiums. Ce sera son dernier arrêt. Il reprend la route derrière Bottas qui de toutes façons entre aux stands en fin de boucle. Le Finlandais met lui aussi des gommes médiums et repart cinquième.

 

29e : Ricciardo est premier devant Rosberg (3.6s.), Räikkönen (13.4s.), Vettel (15.1s.), Bottas (17.3s.), Button (17.9s.), Magnussen (24.1s.), Alonso (28s.), Hülkenberg (28.5s.) et Pérez (33.6s.).

 

30e : Button effectue son second changement de pneus et repart neuvième, entre les Force India.

 

31e : Bottas double Vettel aux Combes. Arrêt de Hülkenberg qui permet à Kvyat d'entrer dans les points.

 

32e : L'écart est stable entre Ricciardo et Rosberg. Button double Pérez. Nouveau changement de pneus pour Hamilton qui évolue en seizième position.

 

34e : Victime de problèmes de tenue de route depuis l'accrochage du départ, Grosjean abandonne.

 

35e : Rosberg et Vettel entrent aux stands pour un troisième et dernier arrêt. Ils mettent des pneus tendres. Rosberg repart devant Bottas mais ses pneus sont encore froids. Le pilote Williams le déborde à Kemmel. Rosberg reprend le dessus à Blanchimont grâce à un très beau dépassement par l'extérieur.

 

36e : Rosberg rattrape maintenant Räikkönen. Il le double à Kemmel grâce au DRS. Vettel se retrouve quant à lui derrière un peloton composé de Magnussen, Alonso et Button.

 

37e : Alonso est à nouveau sur les talons de Magnussen. Il tente de le déborder dans Kemmel mais se fait tasser par le Danois et doit mettre deux roues dans l'herbe. A Rivage il essaie de s'infiltrer à l'extérieur mais de nouveau Magnussen résiste, à sa grande fureur.

 

38e: Rosberg a quinze secondes de retard sur Ricciardo. Bottas menace Räikkönen pour la troisième place. Sa voiture n'avançant décidément plus, Hamilton décide d'abandonner pour préserver son moteur.

 

40e : Bottas dépasse Räikkönen dans la ligne droite de Kemmel. Hamilton est rentré à son garage.

Ricciardo mène devant Rosberg (11.8s.), Bottas (26.3s.), Räikkönen (27.1s.), Magnussen (38.8s.), Alonso (39.8s.), Button (42.1s.), Vettel (43.5s.) et Pérez (54.5s.).

 

41e : En six tours, Rosberg a repris six secondes à Ricciardo. Bianchi abandonne suite à une panne de boîte de vitesses.

 

42e : Button parvient à déborder Alonso aux Combes. Il s'en prend ensuite à son équipier à Rivages mais ce dernier l'emmène à l'extérieur. Poussé sur le vibreur, Button se fait doubler par Alonso puis par Vettel.

 

43e : Rosberg est revenu à cinq secondes de Ricciardo. Aux Combes Alonso attaque de nouveau Magnussen, sans succès. A Rivage il se place une nouvelle fois à l'extérieur mais cette fois-ci Magnussen l'emmène hors-piste. Vettel en profite pour doubler un Alonso mortifié.

 

44ème et dernier tour : Vettel et Magnussen entament côte à côte ce dernier tour. Juste derrière eux, Alonso se loupe au freinage de La Source et abîme son aileron contre l'arrière de la Red Bull de Vettel. Celui-ci ne se trouble pas et dépasse Magnussen à la ré-accélération. En manque d'appui, Alonso prend l'échappatoire à l'Eau Rouge et se fait passer peu après par Button.

 

Loin de ces aléas, Daniel Ricciardo remporte sa troisième victoire de la saison avec un peu plus de trois secondes d'avance sur Rosberg. Bottas monte sur son quatrième podium en cinq courses. Räikkönen finit quatrième et réalise ainsi son meilleur résultat depuis le début de la saison. Vettel se classe cinquième mais n'a de nouveau guère brillé. Le pugnace Magnussen finit sixième devant son équipier Button. Alonso est seulement huitième et précède Pérez et Kvyat. Hülkenberg, Vergne, Massa, handicapé par une tenue de route désastreuse, Sutil, Gutiérrez, Chilton et Ericsson voient également le drapeau à damiers.

 

Après la course

Ricciardo, Rosberg et Bottas retrouvent sur le podium le premier ministre belge Elio di Rupo, ainsi qu'Adrian Newey qui, c'est assez rare, représente Red Bull. Lorsqu'Eddie Jordan mène la désormais traditionnelle interview d'après-course, Nico Rosberg est copieusement sifflé par une partie du public, probablement par les spectateurs britanniques n'ayant pas apprécié son accrochage avec Lewis Hamilton.

 

La victoire de Ricciardo ravit Red Bull-Renault qui n'était pas favorite sur ce circuit. C'est un petit camouflet pour Mercedes dont les moteurs devaient occuper les premières places.

 

La résistance forcenée qu'a opposée Kevin Magnussen à Fernando Alonso a déplu au collège des commissaires présidé par Emmanuele Pirro. Le pilote danois reçoit vingt secondes de pénalité qui le font dégringoler à la douzième place. Button se retrouve sixième, Alonso septième, Pérez et Kvyat gagnent aussi une place tandis que Hülkenberg récupère le dernier point mis en jeu.

 

Nouvelle polémique entre Rosberg et Hamilton

L'accrochage entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg est un simple fait de course mais il prend des proportions démesurées. Les deux pilotes sont réunis par Toto Wolff, Paddy Lowe et Niki Lauda après l'arrivée. Hamilton sort de l'entrevue très remonté et déclare à la presse que Rosberg a avoué l'avoir percuté volontairement. Personne ne confirme cette affirmation. On sait que la colère ne rend pas toujours Hamilton très intelligent... Cela dit, la responsabilité de l'incident revient sans conteste à son équipier, qui lui se contente de propos lénifiants. Plus grave, Toto Wolff annonce qu'il ne laissera peut-être plus à l'avenir ses pilotes se battre ainsi.

 

En tout cas, si la faute de pilotage a été commise par Rosberg, c'est bien Hamilton qui par son comportement colérique apparaît le plus fragile sur le plan psychologique. Et au classement général, le pilote allemand prend le chemin du titre avec désormais vingt-neuf points d'avance sur son rival.

Tony