Valtteri BOTTAS
 V.BOTTAS
Williams Mercedes
Nico ROSBERG
 N.ROSBERG
Mercedes
Lewis HAMILTON
 L.HAMILTON
Mercedes

907e Grand Prix

LXXV Grosser Preis von Deutschland
Couvert
20 juillet 2014 - Hockenheim
67 tours x 4.574 km - 306.458 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Après s'être accroché au 1er virage avec Kevin Magnussen, la Williams de Felipe Massa part en tonneau.

Une histoire de FRIC

Entre les Grands Prix de Grande-Bretagne et d'Allemagne éclate une polémique concernant le système de suspension avant et arrière interconnecté, abrégé en anglais FRIC (Front and Rear Inter-Connected Suspension). Ce procédé utilisé par plusieurs équipes depuis le début de l'année est déclaré illégal et banni par la FIA. Cette décision procède de la volonté de la fédération de réduire les coûts en Formule 1. Ce dispositif très complexe coûte en effet très cher. De plus il semblerait qu'il permet surtout de maintenir une hauteur de caisse constante dans un souci aérodynamique. Or les dispositifs aérodynamiques mobiles sont interdits par le règlement. Apprenant cette astuce, Charlie Whiting aurait alerté la FIA.

 

Les écuries se réunissent afin d'arrêter leur position. Red Bull, Ferrari, Mercedes, Lotus et Williams désirent faire pression sur la FIA pour repousser cette interdiction à la fin de l'année. Mais McLaren et les petites équipes ne les suivent pas. Caterham annonce même qu'elle portera réclamation contre toute équipe qui utiliserait le FRIC à Hockenheim. Au-delà de l'aspect sportif, les équipes ont besoin de connaître promptement le fin mot de l'affaire car la conception de leurs voitures pour 2015 est déjà bien avancée.

 

Finalement, le jeudi avant les premiers essais, aucune voiture ne se présente équipe du FRIC. Il semble donc que les directeurs d'écurie ont décidé de l'abandonner.

 

Présentation de l'épreuve

La Formule 1 débarque en Allemagne, pays qui vient de remporter la Coupe du Monde de football. Le célèbre avant-centre Lukas Podolski est d'ailleurs présent en invité vedette. C'est aussi la course nationale de Nico Rosberg... bien que celui-ci n'ait jamais vécu en Allemagne. Lewis Hamilton ne manque de moquer gentiment sur son équipier sur cette particularité. Pourtant Rosberg fait preuve de patriotisme en portant un casque arborant les couleurs de la Nationalmannschaft. Mais il n'a pas l'esprit entièrement tourné vers le sport, puisqu'il vient aussi d'épouser sa compagne depuis dix ans, Vivian Sibold. Et comme un bonheur ne vient jamais seul, Mercedes annonce la prolongation de son contrat jusqu'en 2017.

 

Total apporte pour Red Bull un nouveau carburant censé accroître de dix chevaux la puissance du groupe propulseur Renault. Mais Sebastian Vettel avouera à la fin week-end ne pas avoir ressenti d'amélioration.

 

Essais et qualifications

Les Mercedes occupent les premières places lors des essais libres, mais leur avance sur leurs poursuivants est assez mince. Susie Wolff apparaît pour la seconde et dernière fois au volant de la Williams et réalise des chronos corrects.

 

Les qualifications se déroulent sous une forte chaleur. L'événement principal se produit en Q1 lorsque Hamilton est victime de la défaillance d'un disque de frein Brembo à l'abord de la Sachkurve. Il finit sa course dans le mur de pneus et est éliminé des qualifications, classé quinzième.

Débarrassé de son équipier, Rosberg n'a guère de mal à réaliser sa cinquième pole de la saison. Il devance les deux Williams de Bottas et de Massa qui confirment leur statut de nouvelle deuxième force du plateau. Magnussen continue de s'améliorer et obtient le quatrième temps. Les Red Bull de Ricciardo et de Vettel peuplent la troisième ligne. Alonso est septième devant Kvyat et les Force India de Hülkenberg et de Pérez. Nouvelles contre-performances pour Button et Räikkönen seulement 11ème et 12ème. A noter une légère amélioration pour les Sauber qui rivalisent avec des Lotus très affaiblies par la suppression du FRIC.

Dernier, Ericsson est resté au garage en Q1 à cause d'une fuite d'eau sur sa Caterham.

 

Hamilton part finalement vingtième après avoir reçu une pénalité de cinq places pour avoir changé sa boîte de vitesses. Initialement treizième, Gutiérrez reçoit trois places de pénalité suite à son accrochage avec Maldonado à Silverstone. Enfin Ericsson s'élance quant à lui depuis les stands et reçoit une pénalité de dix secondes pour ne pas avoir rejoint le parc fermé après les qualifications du samedi.

 

Le Grand Prix

Le temps a tourné à l'orage. La course se déroule sous un ciel menaçant mais il ne pleuvra pas. La plupart des pilotes partent équipés de pneus super-tendres, exceptés Räikkönen, Grosjean et Hamilton, chaussés de tendres.

 

Tout le monde remarque la faible affluence sur le circuit. Les tribunes sont à moitié vides : seuls 52 000 spectateurs ont fait le déplacement. C'est deux fois moins que lors de la dernière épreuve de DTM. Les prix exorbitants des places sont incriminés, mais il est évident que malgré Sebastian Vettel, Nico Rosberg et Mercedes, la Formule 1 est nettement moins populaire en Allemagne qu'à l'époque de Michael Schumacher.

 

Départ : Bon envol de Rosberg qui conserve la première place devant Bottas. A l'arrière, Bianchi peine à démarrer. Au premier freinage, Massa coupe la trajectoire devant Magnussen, placé à l'intérieur. Les deux bolides se heurtent, la roue arrière droite de la Williams escalade la roue avant gauche de la McLaren. La voiture de Massa décolle, se retourne, parcourt plusieurs mètres sur le dos avant de retomber sur ses roues. Magnussen part en tête-à-queue dans l'échappatoire tandis que Ricciardo fait un énorme écart pour l'éviter.

 

1er tour : La voiture de sécurité entre sur la piste pour évacuer les débris. Magnussen a pu repartir tandis que Massa s'extrait sans mal de sa voiture. Mais c'est tout de même son troisième « carton » en un peu plus d'un mois...

Derrière la voiture de sécurité, le classement est le suivant : Rosberg mène devant Bottas, Vettel, Alonso, Hülkenberg, Button, Kvyat, Pérez, Räikkönen, Sutil, Vergne, Grosjean, Gutiérrez, Maldonado, Ricciardo, Chilton, Hamilton, Kobayashi, Bianchi et Ericsson. Magnussen est aux stands.

 

2e : Magnussen reprend la piste après avoir changé de pneus.

 

3e : La voiture de sécurité s'efface et la course reprend. En fin de boucle Rosberg compte déjà 1.7s. d'avance sur Bottas. Pérez double Kvyat.

 

4e : Bagarre entre Button et Hülkenberg pour la cinquième place. Ricciardo et Hamilton remontent dans le peloton. Ericsson effectue son « stop-and-go » de dix secondes.

 

5e : Hamilton double Grosjean et se retrouve treizième, derrière Ricciardo.

 

6e : Rosberg s'échappe en tête de l'épreuve. Sutil contient difficilement Ricciardo et Hamilton.

 

7e : Ricciardo déborde Sutil à l'épingle dite Spitzkehre. Hamilton se glisse à l'intérieur et se frotte à la Sauber, mais il parvient à passer.

 

8e : Rosberg mène devant Bottas (5s.), Vettel (6.6s.) et Alonso (7.8s.). Suivent Hülkenberg et Button à dix secondes, Pérez et Kvyat à quatorze secondes.

 

9e : Kvyat attaque Pérez par l'extérieur au virage n°8. Les deux se touchent et Kvyat est envoyé en tête-à-queue. Il parvient à repartir après avoir perdu huit places et regagne ensuite son stand pour changer ses pneus.

 

10e : Ricciardo et Hamilton passent Vergne. L'Anglais est pressant derrière l'Australien. Tous deux rattrapent Räikkönen.

 

11e : Hamilton attaque Ricciardo à l'épingle, mais il est gêné par Räikkönen et la Red Bull reste devant. Ricciardo double ensuite Räikkönen au virage n°8. A l'entrée du Stadium, Hamilton attaque le Finlandais par l'intérieur. Celui-ci garde sa ligne et finit par conserver l'avantage à la Sachkurve.

 

12e : Ricciardo est maintenant derrière Pérez. Alonso entre aux stands pour mettre un train de gommes tendres.

 

13e : A l'épingle, Räikkönen tente de repasser devant Ricciardo en se déportant à droite, mais Hamilton plonge à l'intérieur et dépasse simultanément les deux pilotes. A la sortie du virage, Ricciardo reste devant Räikkönen.

 

14e : Button, Vergne, Ricciardo et Pérez sont aux stands pour changer de pneus. Alonso a doublé Sutil et est déjà revenu derrière son équipier.

 

15e : Changement de pneus pour Vettel et Hülkenberg. Vettel repart entre les deux Ferrari. A l'abord de l'épingle, Vettel attaque Räikkönen par la droite, Alonso par la gauche. Au freinage, surpris, Räikkönen se frotte aux deux voitures et se fait doubler. Mieux placé car à l'intérieur, Vettel se retrouve devant Alonso

 

16e : Rosberg et Bottas entrent aux stands et chaussent des pneus tendres. Rosberg ressort premier devant Hamilton, tandis que Bottas est maintenant troisième.

 

17e : Rosberg est premier devant Hamilton (7.5s.) et Bottas (9s.).

 

18e : Ricciardo prend la onzième place à Grosjean. Jusqu'alors huitième, Maldonado fait changer ses pneus.

 

19e : Bottas se rapproche de Hamilton dont les pneus sont assez usés.

 

20e : Bottas double Hamilton qui n'a pas résisté. Hülkenberg prend la sixième place à Räikkönen qui entre aux stands en fin de tour. Ricciardo passe Magnussen.

 

21e : Rosberg mène devant Bottas (9.5s.), Hamilton (11s.), Vettel (15s.), Alonso (17.2s.), Hülkenberg (22.6s.), Button (26.4s.) et Ricciardo (32.1s.). Suivent Magnussen, Vergne, Grosjean et Pérez.

 

23e : Alonso se rapproche de Vettel. Pérez puis Räikkönen doublent Grosjean.

 

24e : Räikkönen passe Pérez. Sutil attaque Grosjean, tandis que Maldonado est en embuscade.

 

25e : Rosberg est premier devant Bottas (11.7s.), Hamilton (16.6s.), Vettel (19.1s.), Alonso (19.7s.), Hülkenberg (27s.), Button (30.8s.), Ricciardo (33.9s.), Magnussen (43.9s.) et Räikkönen (44.4s.) qui vient de doubler Vergne.

 

26e : Räikkönen est en forme à ce moment de la course : il double Magnussen qui il est vrai a des pneus usés.

 

27e : Hamilton effectue son premier changement de pneus en trois secondes. Il chausse encore des Pirelli tendres et se retrouve huitième derrière Ricciardo.

 

28e : Grosjean avait dégringolé au classement : il s'arrête dans une échappatoire suite à une perte de puissance de son groupe propulseur Renault.

 

29e : Hamilton dépasse Ricciardo au virage n°7. Vergne passe Magnussen.

 

30e : Rosberg mène devant Bottas (14.4s.), Vettel (22.7s.), Alonso (25s.), Hülkenberg (32.3s.), Button (35.2s.), Hamilton (36.1s.), Ricciardo (37.9s.), Räikkönen (49.3s.) et Vergne (55.5s.). Hamilton attaque Button par l'intérieur à l'épingle, mais commet une erreur et touche légèrement le McLaren. Magnussen effectue son deuxième changement de pneus.

 

31e : Hamilton déborde Button avant l'épingle. Il lui adresse un geste d'excuse pour la touchette du tour précédent. Button change ses pneus en fin de boucle.

 

33e : Hamilton est revenu derrière Hülkenberg. Il le passe par l'intérieur à Spitzkehre.

 

34e : Deuxième changement de pneus d'Alonso qui repart en septième position.

 

35e : Vettel effectue lui aussi un autre changement de gommes. Avec des Pirelli super-tendres, il repart derrière Ricciardo et devant Alonso. Mais grâce au DRS, l'Espagnol double l'Allemand dans la Parabolika. Räikkönen change ses pneus.

 

36e : Arrêt aux stands de Ricciardo qui en ressort en huitième position. Pérez change aussi de pneus.

 

37e : Vergne se voit infligé un stop-and-go de cinq secondes pour avoir doublé Grosjean au 21ème tour en dehors des limites de la piste. Il perd ainsi ses espoirs d'inscrire un point.

 

38e : Rosberg a quinze secondes d'avance sur Bottas. Alonso double Hülkenberg à la Parabolika, imité dans la foulée par Vettel.

 

40e : Vettel menace Alonso. Button et Ricciardo doublent Hülkenberg qui va entrer aux stands pour mettre des pneus neufs.

 

41e : Changement de pneus pour Bottas qui repart troisième équipé de gommes tendres usagées. Petite touchette entre Pérez et Gutiérrez, en bagarre pour la douzième place.

 

42e : Hamilton s'arrête chez Mercedes et chausse des pneus super-tendres. Ricciardo attaque Button pour le compte du sixième rang. Pérez double Sutil.

 

43e : Hamilton est reparti en cinquième position mais il rattrape assez facilement Alonso et Vettel.

 

45e : Treize secondes séparent Rosberg et Bottas.

 

46e : Vettel entre chez Red Bull pour mettre un jeu de pneus tendres. Kvyat s'arrête en catastrophe dans l'échappatoire de l'épingle car l'arrière de sa Toro Rosso est en flammes. L'usage du DRS est provisoirement interdit.

 

47e : L'incendie est maîtrisé sur la voiture de Kvyat. Ricciardo est aux stands pour remplacer ses pneus et perd une place au profit de Hülkenberg.

 

49e : Le DRS est de nouveau autorisé. Hamilton en profite pour l'utiliser et doubler Alonso. De son côté Vettel passe Button.

 

50e : Sutil part en tête-à-queue à la sortie du dernier virage et se retrouve en travers de la piste, hors trajectoire certes, mais dans une position assez dangereuse. Il sort de la Sauber mais la direction de course n'intervient pas. Le drapeau jaune est déployé.

 

51e : Anticipant peut-être l'entrée en piste d'une voiture de sécurité, Hamilton stoppe chez Mercedes pour remettre un train de pneus super-tendres. Il ne perd qu'une seule place, au profit d'Alonso qu'il venait de doubler.

 

52e : Des commissaires sont obligés de traverser la piste en courant pour évacuer la voiture de Sutil.

 

53e : Hamilton réalise le meilleur tour de la course : 1'19''908'''. Ricciardo dépasse Hülkenberg.

 

54e: Rosberg mène devant Bottas (17.6s.), Alonso (24.3s.), Hamilton (29.3s.), Vettel (36.3s.), Button (41.3s.), Ricciardo (46.5s.) et Hülkenberg (48.1s.). Derniers changements de pneus pour Magnussen et Räikkönen.

 

55e : Räikkönen est ressorti au coude à coude avec Pérez, mais le duel tourne au profit du Mexicain qui prend la onzième place. Hamilton dépasse Alonso qui entre aux stands en fin de tour.

 

56e : Alonso chausse son dernier de train de pneus. Il repart derrière Button et Ricciardo. L'Australien double l'Anglais au virage n°8. Maldonado perd la neuvième place au profit de Magnussen.

 

57e : Hamilton remonte très rapidement sur Bottas : seules cinq secondes les séparent.

 

59e : Alonso est juste derrière Ricciardo. Il le double dans la Parabolika, mais Ricciardo plonge à l'intérieur à l'épingle et reste devant. Alonso « croise » alors la Red Bull, se porte à l'intérieur et double au virage 6. Mais Ricciardo est ensuite le mieux placé et reprend son bien virage n°8. Alonso repasse à l'attaque à l'Onkokurve, sans résultat.

 

60e : Alonso poursuit son offensive contre Ricciardo mais ne parvient toujours pas à l'emporter.

 

61e : Hamilton est revenu à une seconde de Bottas. Button entre aux stands pour chausser des pneus neufs et chute ainsi au huitième rang, laissant la septième place à Hülkenberg.

 

62e : Hamilton se montre dans les rétroviseurs de Bottas qui ne bronche pas. Alonso déborde Ricciardo à l'épingle. A la sortie il se place un peu trop à l'extérieur mais conserve sa position. Dans la Mercedes Arena Ricciardo se glisse à l'intérieur. Les deux voitures parcourent quelques mètres côte à côte, mais Alonso reste devant.

 

63e : Rosberg a vingt secondes d'avance sur Bottas et Hamilton. Vettel est quatrième à 37 secondes.

 

64e : Bénéficiant d'une meilleure traction et ne commettant aucune erreur, Bottas reste devant Hamilton.

 

65e : Bottas et Hamilton arrivent derrière Kobayashi et Maldonado qui s'écartent sans broncher. Hamilton n'aura pas l'occasion de doubler la Williams.

 

67ème et dernier tour : Nico Rosberg remporte le Grand Prix d'Allemagne pour la première fois de sa carrière. Bottas continue d'étonner en terminant deuxième, ce qui est son troisième podium consécutif, le 300ème de Williams. Il précède Hamilton d'une seconde et demie. Vettel se satisfait de la quatrième place et devance Alonso, Ricciardo et Hülkenberg, habitués des places d'honneur. Course décevante pour McLaren puisque Button et Magnussen sont seulement huitième et neuvième. Pérez est le dernier coureur à entrer dans les points. Räikkönen, Maldonado, Vergne, Gutiérrez, Bianchi, Kobayashi, Chilton et Ericsson sont aussi à l'arrivée.

 

Après la course

Nico Rosberg est le premier pilote allemand à triompher avec une voiture allemande dans son pays depuis Rudolf Caracciola en 1939, déjà sur Mercedes-Benz. Mais c'était avant la création du championnat du monde...

Lewis Hamilton semble déçu sur le podium. Il a pourtant effectué une superbe remontée, du vingtième au troisième rang. Mais nul doute qu'il ne digère pas la défaillance de ses freins en qualifications qui lui a coûté très cher. Il sourit ainsi à peine lorsque Hans Joachim Stuck, président du DMSB, lui remet son trophée.

 

Au championnat des pilotes, Rosberg reprend de l'avance sur Hamilton. Il totalise maintenant 190 points contre 176 à son coéquipier. Chez les constructeurs, Williams-Mercedes chipe la troisième place à Ferrari.

 

Les choses ne s'arrangent pas pour la Scuderia. Cette fois-ci Alonso se plaint publiquement des mauvaises performances de Räikkönen. Ce dernier n'a inscrit que 19 points cette saison contre 97 pour l'Espagnol... Le directeur technique James Allison annonce un plan très ambitieux pour 2015... auquel Alonso déclare ne pas croire. Toujours aussi catégorique, Niki Lauda déclare que, comme McLaren, Ferrari a conçu en 2014 une « voiture de m**** ».

Tony