Mika HAKKINEN
 M.HAKKINEN
McLaren Mercedes
Michael SCHUMACHER
 M.SCHUMACHER
Ferrari
Eddie IRVINE
 E.IRVINE
Ferrari

623e Grand Prix

LI British Grand Prix
Pluie
12 juillet 1998 - Silverstone
60 tours x 5.140 km - 308.400 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
A la fin de son dernier tour, Michael Schumacher rentre au stand pour purger une pénalité et gagne la course !

Comme d'habitude les qualifications ont été dominées par les McLaren-Mercedes, et en particulier par Häkkinen qui obtient sans forcer sa sixième pole position de la saison, avec quatre dixièmes d'avance sur Schumacher. Victime d'un problème au niveau de son bloc moteur, Coulthard est en revanche peu performant et n'obtient que la quatrième place sur la grille, à plus d'une seconde de son équipier. Villeneuve intercale sa Williams à la troisième place. Irvine et Frentzen occupent la troisième ligne, devant Hill et Alesi. Victime de nombreux soucis en séances d'essais, Ralf Schumacher est en plus relégué en fond de grille pour avoir échoué aux tests de sécurité, en compagnie d'Oliver Panis. Globalement, excepté en ce qui concerne les McLaren, les équipes chaussées de pneus Bridgestone subissent la loi des Goodyear. Pour preuve les mauvaises performances des Benetton, seulement dixième et onzième.

Mais tout ceci est remis en cause par la météo qui s'annonce très menaçante pour le Grand Prix. Et en effet, le warm-up du dimanche matin se déroule sous une pluie battante.

 

Au moment du départ la pluie est faible et la trajectoire est sèche ou humide suivant les endroits du circuit. La piste est surtout mouillée vers Stowe. Tous les pilotes s'élancent en pneus intermédiaires, sauf les deux Stewart qui s'élancent en pneus secs.

 

Départ: Häkkinen conserve l'avantage de sa pole devant Schumacher. Villeneuve prend en revanche un départ moyen et se fait passer par Coulthard, puis par l'étonnant Alesi qui surgit de la quatrième ligne. Irvine démarre quant à lui très mal et perd cinq places

 

1er tour: Häkkinen mène devant Schumacher, Coulthard, Alesi, Villeneuve, Frentzen, Hill, Herbert, Wurz et Irvine.

 

2e: Irvine passe Wurz à Copse. Schumacher menace sérieusement Häkkinen.

 

4e: Irvine se débarrasse d'Herbert, toujours à Copse. Schumacher commet une petite erreur et se retrouve à plus de trois secondes de Häkkinen.

 

5e: Coulthard attaque Schumacher et le déborde finalement à Abbey. L'Allemand ne résiste pas outre mesure. Frentzen prend également la cinquième place à son équipier Villeneuve.

 

6e: Häkkinen mène devant Coulthard (5.3s.), M. Schumacher (8.7s.), Alesi (11s.), Frentzen (15.6s.) et Villeneuve (16.8s.).

 

8e: Irvine déborde Hill à Stowe puis s'attaque à Villeneuve. Ce dernier commet une erreur en partant à l'extérieur dans le gauche après Priory, ce qui permet à Irvine de passer et d'entrer dans les points.

 

10e: Les Ferrari sont désormais les voitures les plus rapides en piste. Belle passe d'armes de Fisichella et R. Schumacher entre Stowe et Club pour la onzième place. L'Italien conserve sa position.

 

12e: Irvine passe Frentzen à Copse. M. Schumacher signe le meilleur tour, qui ne sera pas battu: 1'35''704'''.

 

13e: Ralf Schumacher ravitaille en premier et chausse des pneus pluie.

 

14e: Hill part en tête-à-queue à Brooklands et ne peut redémarrer sa Jordan. C'est le premier abandon de ce dimanche.

 

16e: Tête-à-queue de Frentzen qui lui aussi ne parvient pas à se relancer, et abandonne pour la quatrième fois consécutive.

 

17e: Häkkinen mène devant Coulthard (3.9s.), M. Schumacher (9.3s.), Alesi (24.3s.), Irvine (27.6s.) et Villeneuve (36s.). La pluie est de plus en plus forte sur le circuit.

 

19e: Arrêt de Fisichella, suivi dans les stands par Barrichello et Diniz. Les pilotes choisissent alternativement pneus pluie ou intermédiaires. Schumacher, qui ne peut plus rien tirer de ses intermédiaires, passe en pneus pluie à la fin de ce tour (8.8s.) et repart cinquième.

 

20e: Villeneuve et Wurz ravitaillent, changent leurs pneus et ressortent neuvième et dixième.

 

21e: Ravitaillement de Coulthard en fin de tour. L'Écossais poursuit en pneus intermédiaires, et ressort toujours deuxième.

 

22e: Arrêts d'Alesi (8.3s.) et d'Irvine (6.7s.). Celui-ci repart juste sous le nez de l'Avignonnais.

 

23e: Häkkinen ravitaille pendant huit secondes et chausse des pneus pluie, contrairement à son coéquipier. Il ressort toujours premier.

 

24e: Brièvement quatrième, Herbert se fait dépasser par Irvine. Les deux McLaren mènent les deux Ferrari et les deux Sauber.

 

27e: La piste n'étant pas encore complètement humide, Coulthard est bien plus rapide que son équipier et revient à moins d'une seconde de celui-ci. Schumacher est à une dizaine de secondes des McLaren.

 

28e: A Woodcote Herbert part en tête-à-queue et se plante dans les graviers. Grand bénéficiaire de ces premiers arrêts, R. Schumacher récupère la sixième place devant Villeneuve. Salo part aussi en tête-à-queue à Woodcote juste devant les leaders et ne peut pas repartir, en panne d'accélérateur.

 

32e: Sortie de piste à Copse de Rosset qui ne peut pas redémarrer. Il est imité au même endroit par le jeune Tuero qui perd le contrôle de sa Minardi et échoue dans les graviers. Fisichella prend la huitième place à son équipier Wurz.

 

34e: La piste étant désormais complètement détrempée, Coulthard perd peu à peu le contact avec Häkkinen.

 

35e: R. Schumacher s'engage dans la voie des stands et, après avoir failli renverser un imprudent Patrick Head, effectue son second arrêt, où il chausse des pneus intermédiaires. Il est désormais neuvième, derrière les deux Benetton.

 

38e: Tandis que l'averse redouble d'intensité, Coulthard essaie de prend un tour à Takagi aux abords d'Abbey. Mais il perd le contrôle de sa machine, part en toupie et atterrit dans les graviers. C'est la fin de la course pour l'Ecossais, qui abandonne sans doute ici ses dernières chances de se mêler à la lutte pour le titre mondial.

 

39e: Second ravitaillement d'Irvine en huit secondes. Le pilote Ferrari reste troisième.

 

40e: Arrêt de Häkkinen en 7.6s. Le Finlandais est toujours en tête. A un tour, Villeneuve ravitaille aussi et se retrouve septième. Il repart cependant devant Ralf Schumacher. Quelques instants après c'est Michael Schumacher qui s'immobilise à son stand pour 6.9s. Il ressort toujours deuxième.

 

41e: Les conditions météorologiques deviennent épouvantables. Trulli sort de la piste et échoue dans l'herbe, sans espoir de redémarrage. Verstappen arrête quant à lui sa Stewart sur un bas-côté, moteur cassé. Ravitaillement d'Alesi.

 

42e: Ravitaillements de Fisichella puis de Wurz. Diniz part en tête-à-queue en rentrant à son stand et casse son aileron arrière en heurtant une barrière. Ralf Schumacher revient à son stand pour chausser des pneus « full wet ». Après avoir passé Bridge, Häkkinen perd complètement le contrôle de sa voiture qui sort de la piste, effectue un 360°, avant de revenir sur l'asphalte à Luffield. Le Finlandais a eu beaucoup de chance au cours de cette excursion, dans laquelle il a tout de même perdu dix secondes. Barrichello, autre victime de l'aquaplanage, sort à assez haute vitesse à Club mais heureusement ne tape pas la barrière.

 

43e: Nouvel arrêt de Villeneuve qui chausse aussi des pneus « full wet ».

 

44e: Panis sort de la piste et échoue à son tour dans les graviers. Tête-à-queue de Nakano, qui lui peut repartir. Häkkinen compte 38 secondes d'avance sur Schumacher, mais tous les pilotes roulent très prudemment.

 

45e: Les conditions sont si difficiles que la voiture de sécurité entre en piste. Il n'y a plus que onze voitures en course: Häkkinen, M. Schumacher, Irvine, Alesi, Fisichella, Wurz, R. Schumacher, Villeneuve, Nakano, Takagi et Diniz. Changement de pneus pour Fisichella, qui ne perd pas de place.

 

49e: La pluie a désormais cessé de tomber. Häkkinen peut être inquiet car son aileron avant a été légèrement endommagé dans sa sortie de piste. Les lumières du Saftey Car s'éteignent. Au moment de la relance, Schumacher commet l'erreur de doubler Fisichella, intercalé à un tour entre lui et Häkkinen, juste avant de franchir la ligne de départ/arrivée, ce qui est interdit

 

50e: La course est relancée. Schumacher s'étant débarrassé de Fisichella, il revient juste derrière Häkkinen. Diniz, qui comptait plusieurs tous de retard, sort de la piste et abandonne à son tour. Tête-à-queue de Nakano qui parvient à reprendre la piste.

 

51e: Häkkinen commet une erreur entre Maggots et Becketts et tire tout droit dans l'herbe. Schumacher en profite pour s'emparer du commandement du Grand Prix et sème immédiatement le malheureux Finlandais.

 

52e: Très rapide, M. Schumacher compte déjà six secondes d'avance sur Häkkinen. Son frère déborde Wurz par l'extérieur à Stowe, mais l'Autrichien résiste et conserve sa place.

 

54e: Grosse sortie de route Villeneuve à Becketts. Bien que parti en tête-à-queue, il parvient à reprendre la piste. Alesi est contraint quant à lui à l'abandon après la casse de sa boîte de vitesses.

 

55e: M. Schumacher mène devant Häkkinen (14.9s.), Irvine (16.4s.), Fisichella, Wurz et R. Schumacher, à un tour. Wurz passe son coéquipier tandis qu'Irvine met la pression sur Häkkinen. Cependant le Nord-Irlandais perdra ensuite le contact celui-ci.

 

59e: Coup de théâtre: M. Schumacher reçoit une pénalité pour avoir doublé Fisichella sous drapeaux jaunes. Les commissaires de course communiquent leur décision bien trop tardivement d'après le règlement, ce qui plonge Ferrari dans l'embarras.

L'Allemand, qui compte vingt secondes d'avance sur Häkkinen, perdrait la course s'il s'arrêtait dans ce tour, ce qu'il se garde bien de faire.

 

60e: Dernier tour et tout le monde se demande comment Schumacher va s'acquitter de sa pénalité. Il possède 23 secondes d'avance sur Häkkinen. En fin de tour, à la surprise générale il s'engouffre dans la voie des stands et franchit ainsi la ligne d'arrivée. Puis il s'arrête à son emplacement, effectue sa pénalité de dix secondes et repart. Häkkinen reçoit au même moment le drapeau à damiers, mais il n'est que second, car Schumacher a bel et bien passé la ligne avant lui. Irvine est troisième devant Wurz, Fisichella et R. Schumacher, qui inscrit enfin le premier point de Jordan en 1998.

 

Lorsque les voitures arrivent au parc fermé, la confusion règne. Schumacher est proclamé vainqueur, mais le tour de passe-passe concocté par Ferrari reste en travers de la gorge ses adversaires. Mika Häkkinen est ainsi très mécontent et fait ostensiblement la tête sur le podium. Ross Brawn se contente de déclarer benoîtement aux journalistes que la pénalité ayant été annoncée trop tardivement, la Scuderia ne pouvait pas procéder autrement.

McLaren dépose une protestation auprès de la FIA à l'issue de cette course, mais n'obtiendra pas de gain de cause. Ainsi Schumacher conserve sa victoire et, avec ce troisième succès consécutive, revient à deux points de Häkkinen au championnat. Ferrari de son côté n'est plus qu'à trois unités de McLaren-Mercedes.

Tony