Alain PROST
 A.PROST
Williams Renault
Michael SCHUMACHER
 M.SCHUMACHER
Benetton Ford Cosworth
Damon HILL
 D.HILL
Williams Renault

546e Grand Prix

XXII Grande Premio de Portugal
Ensoleillé
26 septembre 1993 - Estoril
71 tours x 4.350 km - 308.850 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Alain PROST est Champion du Monde
Constructeur
Moteur
Quatrième titre de Champion du Monde pour Alain Prost.

Peu avant ce Grand Prix, Peugeot annonce par la voix de son président Frédéric de Saint-Geours son arrivée en Formule 1 dès la saison 1994. Le constructeur français fournira un moteur V10 à une écurie encore inconnue. C'est une grosse surprise car Saint-Geours et le président de PSA Jacques Calvet n'ont auparavant pas cessé de dénigrer la Formule 1. Beaucoup pensent que la marque sochalienne va s'associer avec l'équipe de Gérard Larrousse. Il est vrai que celle-ci a bien besoin d'aide: en grandes difficultés financières, elle va devoir se séparer de Philippe Alliot et louer son baquet lors des deux derniers Grands Prix.

 

Après sa panne de moteur à Monza, Prost doit enfin s'assurer du titre ce week-end- là et ainsi aborder la fin de la saison en toute sérénité. Sa tâche est aisée: il compte 22 points d'avance sur Hill, son équipier et poursuivant immédiat. Pour être sacré il lui suffit de conserver vingt points de marge sur l'Anglais. Certes Hill est en grande forme et reste sur trois succès de rang, mais la course de Monza a prouvé que Prost demeurait le leader incontesté de Williams. Quant à Senna il doit gagner les trois dernières courses pour avoir une chance d'empocher le titre, ce qui est impossible compte tenu de la faiblesse de la McLaren-Ford. Toutefois il se trouve des journalistes venimeux pour mettre la pression sur les épaules de Prost et lui rappeler le mauvais souvenir de la fin de la saison 1983. D'autres comparent sa situation à celle de Nigel Mansell l'année précédente, sacré au soir du GP de Hongrie...

 

Et le vendredi 24 septembre, au grand étonnement de la presse, Prost annonce qu'il prend sa retraite à la fin de la saison. Quoiqu'il en dise, le Français est très amer et las des éternelles critiques à son encontre, ainsi que de l'évolution générale de la Formule 1. Frank Williams ne le retient pas. Quelques instants plus tard, Ayrton Senna officialise son départ de McLaren après le dernier Grand Prix. Le signal est clair: Senna va remplacer Prost chez Williams en 1994. Ironique, Prost se demande si avec Senna dans la meilleure équipe du plateau, les journalistes vont toujours affirmer que le championnat du monde est ennuyeux et joué d'avance...

 

Comme prévu Michael Andretti a été remercié par McLaren et c'est donc le pilote d'essais Mika Häkkinen qui le remplace. Chez Lotus Lamy supplée Zanardi jusqu'à la fin de la saison, l'Italien n'étant pas rétabli de son accident de Spa.

 

Prost se fait surprendre lors des séances qualificatives puisqu'il doit concéder la pole à Hill, lequel le devance pour seulement un dixième de seconde. Il n'en faut pas plus à la presse pour l'égratigner encore une fois. Mais la grosse surprise vient de Häkkinen qui pour son premier week-end de course avec McLaren obtient le troisième temps et devance ainsi le grand, l'imbattable Senna ! Alesi confirme le regain de forme des Ferrari avec le cinquième rang sur la grille. Il précède Schumacher, Patrese et Berger. La cinquième ligne est composée de Warwick et de Blundell.

 

Tour de formation: Hill ne parvient pas à démarrer à cause d'un souci électronique, il devra s'élancer depuis le dernier rang de la grille. Prost se retrouve donc virtuellement en pole position.

 

Départ: Prost part assez mal, au contraire de Häkkinen. Derrière, Alesi prend un départ canon et déborde Senna par l'extérieur. A l'abord du premier virage, Häkkinen est en tête mais Alesi plonge à l'extérieur et passe le Finlandais. L'Avignonnais a réalisé le plus beau départ de la saison. Senna est devant Prost, menacé par Schumacher.

 

1er tour: Senna dépasse Häkkinen dans la grande courbe à gauche.

Alesi mène devant Senna, Häkkinen, Prost, Schumacher, Berger, Blundell, Patrese, Brundle et Wendlinger. C'est la première fois qu'une Ferrari mène une course depuis le GP de Belgique 1991. Hill est déjà dix-huitième.

 

2e: Senna est juste derrière Alesi mais ne trouve pas d'ouverture.

 

3e: Alesi résiste à Senna. Hill est quinzième.

 

5e: Alesi mène devant Senna (0.5s.à, Häkkinen (1.4s.), Prost (2.1s.), Schumacher (2.5s.) et Berger (4.7s.). Suivent Blundell, Patrese, Brundle, Wendlinger, Warwick, Lehto et Hill.

 

6e: Hill prend la douzième place à Lehto.

 

7e: Les cinq premiers se tiennent désormais en deux secondes. Hill double Warwick.

 

8e: Hill dépasse Wendlinger et apparaît ainsi à la dixième place.

 

9e: Jusqu'alors vingt-quatrième, Naspetti abandonne car son moteur est en feu.

 

10e: Le train Alesi-Senna-Häkkinen-Prost-Schumacher poursuit son chemin. A une dizaine de secondes roule un autre peloton composé de Berger, Blundell, Patrese et Brundle sur lequel remonte Hill, l'homme le plus rapide en piste.

 

11e: Alesi a réalisé le meilleur tour et compte maintenant une seconde d'avance sur Senna. Blundell prend la sixième place à Berger.

 

12e: Senna « répond » à Alesi en battant son meilleur tour. Hill double Brundle.

 

13e: Hill dépasse Patrese. Sortie de route de Katayama qui doit renoncer. La Tyrrell est rapidement évacuée.

 

14e: Hill double Berger et pointe maintenant en septième position. Brundle s'arrête à son stand pour changer de pneus et se retrouve vingtième.

 

16e: Alesi compte une seconde d'avance sur Senna. Prost est menaçant derrière Häkkinen, tandis que Schumacher demeure en embuscade.

 

19e: Les cinq premiers se tiennent toujours en moins de quatre secondes. Hill prend la sixième place à Blundell.

 

20e: Le moteur de Senna explose soudainement. Le Brésilien s'arrête dans l'herbe et perd ainsi ses derniers espoirs de titre mondial. Alesi et Häkkinen entrent aux stands pour changer de pneus. Ils repartent respectivement cinquième et sixième.

 

21e: Prost se retrouve en tête avec une demi-seconde d'avance sur Schumacher. Hill est troisième devant Blundell. Häkkinen est reparti dans le sillage d'Alesi et tente de le dépasser, sans succès. Lehto change de pneus.

 

22e: Schumacher s'arrête pour mettre de nouvelles gommes. L'arrêt dure 5.3s. et l'Allemand repart troisième devant Alesi et Häkkinen. Changement de pneus également pour Blundell.

 

23e: Prost mène avec quinze secondes d'avance sur Hill. Lui et Schumacher sont les pilotes les plus rapides.

 

25e: Changement de pneus pour Patrese qui chute du septième au douzième rang.

 

27e: Prost est rapide mais ne parvient pas à semer Schumacher, son adversaire direct pour la victoire. L'écart entre les deux pilotes est de vingt secondes, ce qui est insuffisant pour que le Français conserve la tête après son arrêt. Plus loin, Häkkinen menace toujours Alesi.

 

28e: Schumacher est revenu à une seconde de Hill. Williams semble se fourvoyer en retardant les arrêts de ses voitures dont les pneus souffrent de plus en plus. Arrêt de Wendlinger qui repart douzième.

 

30e: Prost s'arrête pour changer de pneus. L'arrêt est rapide mais comme il pouvait le craindre, il repart derrière Schumacher. Hill est le nouveau leader. Suzuki abandonne à cause d'une boîte de vitesses cassée.

 

31e: Hill change de pneus (6s.). Il ressort cinquième et laisse donc Schumacher en tête de l'épreuve.

 

32e: Grand bénéficiaire de la vague d'arrêts aux stands, Schumacher mène devant Prost (2.5s.), Alesi (5.3s.), Häkkinen (5.5s.), Hill (21.2s.) et Berger (24.6s.). Suivent Blundell, Brundle, Patrese et Wendlinger.

 

33e: A la sortie de la parabolique, Häkkinen perd le contrôle de sa voiture qui s'écrase contre le muret extérieur, décolle légèrement, traverse la piste et tape le mur intérieur, celui des stands. Le Finlandais sort de sa voiture: il n'y a plus de McLaren en piste. Nouveau changement de pneus pour Patrese qui repart onzième.

 

34e: Schumacher s'échappe en tête de la course et possède maintenant cinq secondes d'avance sur Prost.

 

36e: Berger s'arrête pour changer de pneus. A la sortie des stands, un souci de suspension fait soudainement dévier sa Ferrari vers la gauche. La voiture, devenue folle, traverse la piste de manière perpendiculaire et frôle la Footwork de Warwick, lancée à pleine vitesse et elle-même suivie de près par la Sauber de Lehto. La Ferrari tape le rail et Berger la range ensuite dans les graviers. Mais de nouveau il vient d'échapper à un terrible drame.

 

39e: Arrêt de Brundle qui chute ainsi du sixième au dixième rang. Wendlinger entre dans la zone des points.

 

40e: Plus que trois secondes d'écart entre Schumacher et Prost. Alesi est relégué à plus de dix secondes et est désormais menacé par Hill. Blundell est cinquième et devance Wendlinger, Warwick, Lehto, Patrese et Brundle.

 

41e: Arrêt de Blundell qui ressort sixième, derrière Wendlinger.

 

42e: Schumacher possède maintenant six secondes d'avance sur Prost. Alboreto est arrêté dans l'herbe, à cause d'une panne de boîte de vitesses.

 

45e: Schumacher est pris dans le trafic. Alesi effectue son deuxième changement de pneus (5.5s.). Il repart quatrième, laissant sa place sur le podium à Hill.

 

46e: Schumacher est gêné par Lehto qui lutte pour la septième place avec Warwick.

 

47e: Lehto ignore Schumacher dans ses rétroviseurs. Prost est ainsi revenu à une seconde de l'Allemand.

 

48e: Prost est juste derrière Schumacher, toujours bouchonné par Lehto.

 

49e: Schumacher et Prost sont roues dans roues. Lehto continue son petit numéro d'obstruction tout en poursuivant Warwick.

 

50e: A chaque virage, Lehto ferme la porte devant Schumacher. Visiblement il croit avoir à faire à Patrese. Comme Prost est lui-même ainsi ralenti, c'est Hill qui est désormais le pilote le plus rapide en piste. Finalement en fin de tour, Lehto s'efface, laissant passer Schumacher et Prost.

 

52e: Dans le virage n°3, Blundell plonge à l'intérieur pour doubler Wendlinger. Mais les roues des deux voitures entrent en contact et la Ligier escalade l'avant de la Sauber puis part en tête-à-queue dans les graviers. L'Anglais sort de sa voiture mécontent, tandis que Wendlinger poursuit sa route. Warwick entre dans les points.

 

53e: Lehto reçoit une pénalité de dix secondes pour obstruction.

 

54e: Schumacher ne compte qu'une demi-seconde d'avance sur Prost. Le Français va-t-il prendre le risque de l'attaquer ? Cette deuxième place lui suffit amplement pour être titré...

 

55e: Lehto s'arrête aux stands pour effectuer sa pénalité. Il passe de la septième à la onzième place.

 

56e: Prost se montre dans les rétroviseurs de Schumacher.

 

57e: Dans les courtes lignes droites, Prost tente de prendre l'aspiration derrière Schumacher, mais celui-ci ne lui laisse aucun espace.

 

58e: Schumacher est gêné par Alliot.

 

59e: Alliot laisse passer Schumacher dans la ligne droite de départ, mais ensuite bouchonne Prost sur plusieurs virages.

 

60e: Schumacher possède une seconde d'avance sur Prost. Hill est troisième à douze secondes. Alesi est relégué à près d'une minute du leader. Wendlinger est cinquième et devance Warwick, Patrese, Brundle, Herbert et Lehto.

 

62e: Prost est de nouveau sur les talons de Schumacher. Celui-ci va-t-il craquer sous la pression du Français, comme Berger sur le même circuit six ans auparavant ? Herbert part en tête-à-queue dans la parabolique et heurte légèrement le rail. Il abandonne.

 

63e: Lamy poursuivait Martini lorsqu'il perd le contrôle de sa Lotus à la sortie du virage n°3 et tape le mur par l'arrière. Il ne verra pas l'arrivée de son Grand Prix national.

 

65e: A l'abord de la grande courbe du milieu du circuit, Patrese attaque Warwick et tente de le passer l'intérieur. Mais l'Italien loupe complétement sa manœuvre, percute la Footwork et les deux voitures finissent dans les graviers. Patrese tente de s'excuser auprès de Warwick qui ne semble pas l'écouter. Grâce à cet incident, Brundle récupère la sixième place.

 

66e: Les commissaires de piste essaient d'évacuer la Lotus de Lamy, très mal située. Les drapeaux jaunes sont agités dans le premier secteur.

 

67e: Prost n'est qu'à une demi-seconde de Schumacher mais semble se résigner à conserver sa deuxième place.

 

68e: Hill réalise le meilleur tour en course: 1'14''859'''.

 

70e: L'écart est le même entre Schumacher et Prost.

 

71ème et dernier tour: Prost essaie d'intimider Schumacher lorsqu'ils dépassent une Sauber, mais sans succès.

Michael Schumacher remporte la deuxième victoire de sa carrière, la première de la saison 1993. Alain Prost termine deuxième et remporte à 38 ans son quatrième titre de champion du monde de Formule 1. Hill finit troisième. Après un superbe début de course Alesi finit quatrième et confirme les progrès de la Scuderia Ferrari. Wendlinger est cinquième et précède Brundle. Lehto finit septième et les autres pilotes à l'arrivée sont Martini, Fittipaldi, Alliot, Comas, de Cesaris, Barrichello et Badoer.

 

Prost brandit dans son tour d'honneur un grand drapeau tricolore. C'est l'ultime triomphe du désormais quadruple champion du monde.

 

Il n'y a donc plus de suspens pour les titres mondiaux, Prost et Williams-Renault étant sacrés. Les places de dauphin sont en revanche encore convoitées. Chez les pilotes, Hill compte neuf points d'avance sur Senna et dix sur Schumacher. Chez les constructeurs, Benetton possède maintenant douze points d'avance sur McLaren. La lutte pour la quatrième fait aussi rage, Ferrari ayant désormais l'avantage sur Ligier.

Tony