Damon HILL
 D.HILL
Williams Renault
Alain PROST
 A.PROST
Williams Renault
Michael SCHUMACHER
 M.SCHUMACHER
Benetton Ford Cosworth

540e Grand Prix

LXXIX Grand Prix de France
Ensoleillé
4 juillet 1993 - Magny-Cours
72 tours x 4.250 km - 306.000 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

Le principal événement de ce Grand Prix de France est l'arrivée de Jean Todt, ancien directeur de Peugeot Sport, à la tête de la Scuderia Ferrari. Choisi par Luca di Montezemolo, Todt a la lourde tâche de remettre sur de bons rails une équipe en grande difficulté depuis deux ans.

Loin de tout cela, Alain Prost et Williams-Renault entendent bien profiter de cette course pour asseoir leur domination sur le championnat du monde. Néanmoins, et ce pour la première fois de la saison, Prost voit la pole position lui échapper au profit de son équipier Damon Hill, qui obtient ainsi la première position de tête de sa carrière. Les Williams sont néanmoins largement au-dessus du lot, collant deux secondes d'écart à la concurrence. La troisième ligne est atypique puisqu'elle est occupée par les deux « Dupondt britanniques » de Ligier, Brundle devant Blundell. L'écurie française est en effet très en verve puisqu'elle court à domicile, ses installations étant situées juste à côté du circuit de Nevers-Magny-Cours. En troisième ligne on retrouve Senna devant Alesi, tandis que suivent Schumacher et le jeune Barrichello sur sa Jordan. La cinquième ligne est occupée par les machines de Larrousse, l'autre équipe locale, avec Comas devant Alliot. Enfin, pour la quatrième fois cette saison, le vieil Alboreto échoue à qualifier la Lola de la Scuderia Italia.

 

 

Départ: Excellent envol de Hill qui conserve sa première place devant Prost, un temps menacé par Brundle. Aucun incident à signaler, hormis une légère excursion hors-piste de Katayama.

 

1er tour: Blundell attaque Brundle à Adélaïde, sans succès. Hill mène devant Prost, Brundle, Blundell, Senna, Schumacher, Alesi, Barrichello, Comas et Wendlinger.

 

3e: Senna commet une légère erreur à l'épingle et Schumacher essaie vainement d'en profiter. Zanardi est au ralenti suite à un problème de suspension. Il s'arrête dans l'herbe puis, curieusement, repart pour abandonner à son stand.

 

4e: Barrichello prend la septième place à Alesi.

 

5e: Hill mène devant Prost (1.9s.), Brundle (8.8s.), Blundell (11s.), Senna (11.7s.) et Schumacher (12.4s.).

 

7e: Arrêt au stand de Katayama qui repart dernier.

 

9e: Katayama est victime d'une fuite d'huile et envoie des projections sur les deux Williams qui le suivent. Gêné par le Japonais, Hill voit revenir son équipier dans ses échappements.

 

10e: Katayama s'arrête dans l'herbe pour abandonner. Une épaisse fumée se dégage de sa Tyrrell et oblige les commissaires de course à intervenir avec leurs extincteurs.

 

17e: Senna et Schumacher sont dans les roues de Blundell. Herbert part en tête-à-queue dans le 180° et s'échoue dans les graviers. Au même instant Barbazza abandonne, boîte de vitesse cassée.

 

20e: Les deux Williams sont gênées par des retardataires, à savoir Boutsen, Badoer, Fittipaldi et Warwick. Prost tente d'en profiter pour mettre la pression sur Hill. Empêtré au seizième rang, Berger revient à son stand pour changer ses pneus.

 

21e: En voulant prendre un tour à de Cesaris, Blundell sort de la piste dans Estoril et finit sa course dans les graviers.

 

23e: Changement de pneus pour Comas, qui chute du huitième au douzième rang. Lehto abandonne sa Sauber en panne de boîte de vitesses.

 

26e: Brundle change ses pneus en 6.1s. Le pilote Ligier repart cinquième. Arrêt d'Alesi qui ressort dixième, derrière Comas.

 

27e: Senna et Schumacher entrent ensemble aux stands. Le Brésilien et l'Allemand effectuent de bons arrêts, mais ils repartent dans cet ordre derrière Brundle. Quelques instants plus tard Hill entre au stand, sur les talons de Suzuki et Andretti, septième et huitième. Le pilote Williams repart au bout de 7.4s. Andretti ressort dixième tandis que Suzuki rencontre un problème et perd beaucoup de temps.

 

28e: Prost est maintenant seul en tête. A la sortie des stands, Andretti et Hill sont gênés par Wendlinger qui est au ralenti, en train d'abandonner. Arrêt de Barrichello qui conserve sa sixième place.

 

29e: Prost s'arrête à la fin de ce tour. Il repart après 6.9s d'immobilisation et rejoint la piste toujours en première position.

 

30e: Hill s'annonce dans le sillage de Prost et se montre dans ses rétroviseurs à Adélaïde. Mais le Français ne bronche pas.

Prost mène donc devant Hill (0.5s.), Brundle (33.7s.), Senna (35.1s.), Schumacher (38s.) et Barrichello (1m. 02.8s.). Suivent Comas, Alesi, Andretti et Fittipaldi.

 

31e: Incident entre Hill et Alesi à Adélaïde: le pilote Ferrari gêne l'Anglais qui lui prend un tour. D'où un échange de signes peu amicaux entre les deux hommes. Au même moment Senna se plaint de Warwick qui ignore les drapeaux bleus.

Victime d'un souci de suspension, la Lola de Badoer tangue curieusement. Le jeune Italien doit stopper dans l'herbe.

 

35e: Prost et Hill se tiennent toujours en moins d'une seconde. Brundle est ralenti par le trafic, et en particulier par Alliot. Ceci permet à Senna de revenir sur la Ligier.

 

36e: Andretti prend la huitième place à Alesi.

 

42e: Une seconde et sept dixièmes d'écart entre Prost et Hill. Berger est le premier pilote à effectuer un second changement de pneus.

 

45e: Prost mène devant Hill (1s.), Brundle (47.5s.), Senna (48.4s.), Schumacher (50.3s.) et Barrichello à un tour. Suivent Comas, Andretti, Alesi et Fittipaldi.

 

47e: Deuxième changement de pneus pour Brundle (5.2s.). Il repart cinquième, derrière Schumacher qui signe le meilleur tour en 1'19''256'''.

 

49e: Alesi est au ralenti: sa Ferrari rencontre un problème moteur. L'Avignonnais rentre à son stand et abandonne.

 

52e: Arrêt d'Andretti, toujours huitième.

 

56e: Senna est gêné par de Cesaris, relégué à quatre tours, et voit revenir derrière lui Schumacher.

 

60e: Schumacher est désormais dans les roues de Senna.

 

62e: Seulement dixième, Patrese convoite la neuvième place de Fittipaldi. A la sortie d'Adélaïde, il se place à l'aspiration de la Minardi mais rate sa manœuvre et percute l'arrière du Brésilien, décollant légèrement. Il casse son aileron avant dans la manœuvre et doit repasser par les stands pour réparer.

 

65e: Désormais en difficultés, Senna se fait passer par Schumacher, bien plus rapide.

 

66e: Schumacher est bloqué par Comas à Adélaïde et doit monter sur ses freins pour éviter un accrochage. Plus loin Senna, suivi par son équipier Andretti, est aussi gêné par la Larrousse.

 

67e: Andretti passe Comas dont la Larrousse rencontre un souci.

 

68e: Boîte de vitesse cassée, Comas rentre à son garage et abandonne.

 

69e: En se faisant prendre un tour par Senna dans le dernier virage, Suzuki heurte légèrement l'arrière de la McLaren et perd un morceau de son aileron avant. De son côté Brundle revient sur Senna et menace sa quatrième place.

 

71e: Assez lent ces derniers tours, Barrichello commet une erreur en ouvrant trop largement la porte à Senna qui lui prenait un tour. Dans le sillage de son leader, Andretti passe la Jordan et récupère ainsi in extremis la sixième place.

 

72ème et dernier tour: Alain Prost remporte son sixième Grand Prix de France, juste devant Damon Hill qui l'aura patiemment suivi durant toute la seconde partie de la course. C'est le premier doublé de la saison pour Williams-Renault. Schumacher complète le podium. Senna sauve une médiocre quatrième position, devant Brundle qui ramène deux points à Ligier. Michael Andretti entre dans les points pour la deuxième fois de la saison. Septième, le jeune Barrichello se fait passer un savon par Eddie Jordan, furieux de l'erreur de son pilote qui coûte un point à l'équipe. Fittipaldi est huitième, devant Alliot, Patrese, Boutsen, Suzuki, Warwick, Berger et de Cesaris.

 

Prost effectue le tour d'honneur en agitant un drapeau tricolore. C'est la dernière fois à ce jour qu'un pilote français remporte son Grand Prix national. Le triple champion du monde augmente ainsi considérablement son avance au championnat, comptant désormais douze points d'avance sur Senna.

Jean-Marie Balestre remet la coupe du vainqueur à Prost, tandis que Michèle Alliot-Marie, ministre des Sports, félicite Damon Hill.

Tony