Damon HILL
 D.HILL
Williams Renault
Ayrton SENNA
 A.SENNA
McLaren Ford Cosworth
Alain PROST
 A.PROST
Williams Renault

535e Grand Prix

XXXVIII Grand Prix of Europe
Pluie
11 avril 1993 - Donington
76 tours x 4.023 km - 305.748 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Grace à la pluie, Ayton Senna va remporter une course d'anthologie.

Après la disparition du Grand Prix du Mexique, Bernie Ecclestone souhaite organiser une deuxième course au Japon. C'est ainsi qu'un Grand Prix d'Asie est annoncé sur le circuit d'Autopolis, mais l'opération échoue faute de financement. Du coup, Ecclestone décide de ressusciter le Grand Prix d'Europe. Le circuit de Donington en Angleterre est pour la première fois choisi pour organiser un Grand Prix. Il réalise ainsi le rêve de Tom Wheatcroft qui a racheté le circuit dans les années 1970 et l'a reconstruit sur ses propres deniers. Néanmoins ce tracé va être peu apprécié par les pilotes qui le trouvent étroit et même dangereux.

 

Le début de la saison européenne voit l'arrivée de nouvelles voitures. Après un début de championnat médiocre, Benetton présente une version B de la B193, remaniée par Rory Byrne et Ross Brawn. Footwork aligne sa nouvelle F14 conçue par Alan Jenkins.

 

Jordan s'est séparé d'Ivan Capelli dont les performances étaient très mauvaises. L'Italien, ex grand espoir de la F1, quitte la discipline par la petite porte. Il est remplacé par Thierry Boutsen, sans volant depuis son départ de Ligier. Le Belge signe d'abord pour une course puis pour toute la saison avec Eddie Jordan.

 

Après son abandon à Interlagos, Alain Prost a été égratigné par les médias et nombreux sont ceux qui attendent sa réaction. Après une séance d'entraînement le jeudi pour découvrir le circuit, la pluie fait son apparition le vendredi. Dans ces conditions délicates, Senna est le plus rapide. Mais le samedi le temps est sec et permet aux Williams de dominer à nouveau. Prost obtient sa troisième pole position consécutive avec trois dixièmes de seconde d'avance sur Hill. Schumacher est troisième à une seconde et demie de Prost. Il précède Senna de justesse. Wendlinger confirme l'excellente tenue des Sauber avec la cinquième place. Il devance Andretti, Lehto, Berger, Alesi et Patrese. La grille de départ étant limitée à vingt-cinq places, Luca Badoer n'obtient pas sa qualification.

 

De la pluie est annoncée pour la course. Pour compenser leur déficit de performance par rapport aux Williams, les McLaren sont pourvues de gros ailerons afin de bénéficier d'un appui maximal sur piste humide. Au talent de Senna de faire le reste.

 

Le dimanche est pluvieux comme attendu. La course démarre sous une averse et la piste est très mouillée. Tous les pilotes partent en pneus rainurés.

 

Tour de formation: Suite à un souci technique, Lehto s'élance depuis les stands.

 

Départ: Bons départs de Prost et de Hill qui gardent la tête tandis que Wendlinger s'empare de la troisième place. Schumacher est quatrième après avoir tassé Senna vers la gauche. Le Brésilien n'est donc que cinquième.

 

1er tour: Senna passe Schumacher à Holywood. Puis à Craner il déborde Wendlinger par l'extérieur et s'impose à Old Hairpin. Le Brésilien est déchaîné et se place aussitôt dans le sillage de Hill, très prudent. Pendant ce temps-là Schumacher se fait dépasser par Andretti, et Barrichello, auteur d'un excellent envol, passe les deux Ferrari. A McLeans Senna se jette à l'intérieur et dépasse Hill. Il se lance alors à la poursuite de Prost. Il prend l'aspiration derrière la Williams et la dépasse à Melbourne Hairpin. Incroyable premier tour de Senna qui a gagné cinq places en un seul tour ! Plus loin Andretti et Wendlinger sont entrés en contact et tous les deux finissent leur court Grand Prix dans les graviers. Exceptionnellement rapide, Barrichello a dépassé Alesi et Schumacher.

Senna mène devant Prost, Hill, Barrichello, Alesi, Schumacher, Berger, Herbert, Patrese et Zanardi.

 

2e: Senna s'échappe et compte déjà quatre secondes d'avance sur Prost et Hill. La pluie a cessé.

 

3e: Senna est véritablement sur une autre planète et son avance sur Prost est maintenant de six secondes. Les Williams ne sont pas très rapides et Barrichello, ainsi qu'Alesi, Schumacher et cie, parviennent à les suivre. Tête-à-queue de Suzuki devant les stands. Le Japonais parvient à repartir.

 

4e: Sept secondes entre Senna et Prost. Barbazza prend la dixième place à Zanardi.

 

6e: L'écart entre Senna et les Williams est plus stable désormais. Barrichello et ses poursuivants sont semés. Tandis que la piste s'assèche, Brundle est le premier pilote à mettre des pneus slicks. Katayama passe aussi par les stands.

 

7e: Alboreto et Katayama concèdent déjà un tour aux leaders.

 

8e: Brundle part en tête-à-queue juste avant The Esses. La Ligier est toujours sur la piste mais a calé. Brundle sort de sa voiture que les commissaires vont essayer d'évacuer de cet endroit dangereux.

 

9e: Barrichello est attaqué par Alesi et Schumacher. La Ligier de Brundle est tractée hors de la piste.

 

10e: Senna mène devant Prost (6.1s.), Hill (7.6s.), Barrichello (18.3s.), Alesi (20s.) et Schumacher (20.8s.). Suivent Berger, Herbert, Patrese et Barbazza. Zanardi est aux stands pour mettre des pneus pour le sec.

 

11e: Herbert s'arrête aux stands pour mettre des slicks.

 

13e: Senna rencontre du trafic, ce qui permet à Prost d'être un peu plus rapide que lui. L'écart n'est plus que de 3.4s. Hill suit le sillage de son leader. Katayama renonce suite à une panne d'embrayage.

 

14e: La trajectoire s'assèche de plus en plus. Les Williams sont gênées par Zanardi.

 

15e: Senna a ainsi de nouveau plus de six secondes d'avance sur Prost. Berger est aux stands et met des slicks. L'arrêt dure vingt secondes et l'Autrichien repart dixième.

 

16e: Prost est le plus rapide en piste. Victime d'un incessant souci de tenue de route, Lehto entre à son garage et renonce.

 

17e: Cinq secondes entre Senna et Prost. Alesi est aux stands Ferrari pour changer de pneus. Il ne perd qu'une place au profit de Schumacher. Barbazza l'imite peu de temps après.

 

18e: Hill s'arrête pour mettre des slicks. Il ressort quatrième, derrière Barrichello.

 

19e: Senna est au stand où il chausse des slicks. Il ressort deuxième au bout de 8.3s. d'arrêt. Quelques instants plus tard c'est Barrichello qui change de pneus. Il repart devant Schumacher mais derrière Alesi. Patrese s'arrête également un peu plus tard. Prost est le nouveau leader.

 

20e: Prost est le dernier pilote à entrer aux stands pour mettre des slicks. Son changement dure sept secondes et le Français repart second. Senna est de nouveau en tête. Berger est victime d'un problème de suspension active: c'est l'abandon pour l'Autrichien.

 

21e: La pluie refait son apparition. Tous les pilotes étant maintenant en slicks, vont-ils devoir remettre des pneus pluie ?

 

22e: Cinq secondes d'écart entre Senna et Prost. Les deux sont dans le trafic. Schumacher double Barrichello. Juste devant Senna, Blundell attaque Fittipaldi à la chicane des Esses mais loupe complétement sa manœuvre et part en tête-à-queue dans les graviers. L'Anglais abandonne.

 

23e: Le crachin ne cessant pas, Prost revient à son stand pour remettre des pneus pour la pluie. Il repart cinquième. Schumacher part en tête-à-queue et atterrit dans le sable. La Benetton est enlisée et c'est terminé pour le jeune Allemand.

 

24e: Senna mène avec douze secondes d'avance sur Hill. Alesi est troisième à 17s., Barrichello quatrième à 23s.. Prost est cinquième (27s.) et précède Herbert, Patrese, Alliot, Barbazza et Boutsen.

 

25e: Hill est aux stands où il remet des pneus rainurés comme son équipier. Il repart cinquième derrière Prost. Patrese met aussi des pneus pluie et chute au neuvième rang. Il repart un tour derrière Senna.

 

26e: Senna mène avec vingt secondes d'avance sur Alesi. Barrichello est troisième mais est menacé par Prost.

 

27e: Prost dépasse Barrichello à Holywood.

 

29e: La pluie est plus intense. Senna s'arrête pour mettre des pneus pluie. L'arrêt dure 6.4s. et le Brésilien repart en tête. Barrichello change aussi de gommes et cède ainsi la quatrième place à Hill. A l'abord des Esses, de Cesaris attaque Alliot par l'intérieur mais il glisse et part en tête-à-queue, entraînant Alliot. De Cesaris repart tandis qu'Alliot remet sa voiture dans le bon sens mais cale en pleine piste.

 

30e: Prost est sur les talons d'Alesi. Il finit par le dépasser. Le drapeau jaune est agité dans le troisième secteur pour évacuer la Larrousse d'Alliot, arrêtée à même la piste.

 

31e: Alesi s'arrête pour chausser des pneus pluie. La roue avant gauche a du mal à se fixer et l'Avignonnais perd ainsi quelques secondes. Il est désormais cinquième, derrière Barrichello. Changement de pneus pour Barbazza qui cède la septième place à Patrese.

 

32e: Senna compte quatorze secondes d'avance sur Prost. Hill est gêné par Warwick et Fittipaldi, en bagarre devant lui. A l'épingle Melbourne, il est surpris par Barrichello qui plonge à l'intérieur et reprend ainsi la troisième place.

Suzuki abandonne suite à un problème de boîte de vitesses.

 

33e: L'averse semble s'être arrêtée. Dans les stands, les mécaniciens préparent les slicks.

 

34e: Prost effectue son troisième changement de pneus. Il met des slicks et repart toujours deuxième.

 

35e: Arrêt aux stands de Senna, pour mettre des slicks. Les mécaniciens ont du mal à fixer la roue arrière droite. L'arrêt dure vingt secondes et lorsque Senna reprend la piste, Prost s'est emparé du commandement. Hill suit Senna dans les stands et met lui aussi des slicks. Il demeure quatrième.

 

36e: Prost mène désormais l'épreuve avec sept secondes d'avance sur Senna. Mais... la pluie retombe de nouveau ! Alesi entre dans les stands à cause d'un souci de suspension. Ferrari le renvoie en piste, en sixième position, derrière Herbert.

 

37e: Senna remonte sur Prost. Hill est revenu derrière Barrichello. Alesi est de retour à son garage pour abandonner.

 

39e: Voici Prost de retour à son stand, cette fois-ci pour remettre des pneus rainurés. Il repart deuxième, laissant la première place à Senna. Barrichello s'arrête aussi aux stands et repart quatrième.

 

40e: Senna est en tête devant Prost (16.6s.), Hill (39.2s.), Barrichello (46.1s.), Herbert (1m. 03s.) et Patrese (à un tour). Suivent Warwick, Barbazza, Fittipaldi et Boutsen.

 

42e: Arrêt aux stands de Hill. Comme Prost, le pilote anglais remet des pneus pour la pluie. Il retrouve ainsi la quatrième place derrière Barrichello. Barbazza profite d'un arrêt de Warwick pour prendre la septième place.

 

44e: Senna creuse l'écart sur Prost. Il possède maintenant vingt secondes d'avance sur son rival.

 

45e: La pluie a de nouveau cessé. Senna prend un tour à Herbert à l'épingle. Trouvant que le pilote Lotus a été un peu long à s'écarter, il lui adresse un signe de mécontentement.

 

48e: Vingt-cinq secondes d'écart entre Senna et Prost. Barrichello et Hill sont relégués à plus d'une minute.

 

49e: Prost reprend le chemin des stands et tente le pari de rechausser des slicks. L'arrêt se passe bien jusqu'à ce que le Français cale. Les secondes s'écoulent, les mécaniciens de Williams observent l'arrière de la voiture. Finalement Prost repart au bout de quarante secondes. Barrichello et Hill sont passés devant lui.

 

50e: Les trajectoires s'assèchent. Senna mène maintenant avec une minute d'avance sur Barrichello. Le jeune Brésilien de 20 ans fait une aussi belle course que son aîné.

 

51e: Senna prend un tour à Prost. Hill s'arrête pour mettre des slicks et repart quatrième. Seuls Senna et Barrichello sont désormais dans le même tour.

 

52e: Senna est aux prises avec Warwick, Barbazza et Patrese, en lutte pour la sixième place.

 

53e: Hill est proche de Prost. Warwick prend la septième place à Barbazza. Peu après Patrese s'arrête aux stands pour changer de pneus, ce qui permet à Warwick d'entrer dans les points.

 

54e: Prost subit une chute de pression des pneus et pense avoir une crevaison. Il laisse passer Hill, puis revient donc aux stands pour changer encore une fois de train de gommes.

 

56e: Senna tente de prendre un tour à Barrichello, mais le jeune Brésilien zigzague devant son mentor avant de le laisser passer. Il croyait défendre sa deuxième place... Il change de pneus à la fin de ce tour et repart en slicks. Il est maintenant quatrième derrière les deux Williams.

 

57e: Senna entre aux stands pour changer de pneus mais ses mécaniciens ne sont pas prêts ! Gardant son sang-froid, le pilote McLaren ressort des stands sans s'être arrêté. Comme l'allée des stands est un raccourci par rapport à la piste, cet incident permet à Senna de signer le meilleur tour en course: 1'18''029'''.

 

58e: Un crachin fait son apparition. Senna demeure en piste.

 

59e: De Cesaris abandonne à cause d'une panne de boîte de vitesses.

 

60e: Il pleut de nouveau sur Donington. Senna mène devant Hill, Prost, Barrichello et Herbert, relégués à un tour. Warwick, Patrese, Barbazza qui vient de s'arrêter et Fittipaldi sont à deux tours. Suivent Zanardi, Comas, Boutsen et Alboreto.

 

62e: Hill est proche de Senna en piste... mais est à un tour au classement général.

 

63e: Arrêts aux stands successifs de Barbazza et de Fittipaldi. Ils sont respectivement septième et huitième.

 

65e: Senna laisse Hill reprendre son tour de retard. Tête-à-queue de Zanardi. Lorsque l'Italien revient en piste, c'est Fittipaldi qui se fait surprendre et part dans l'herbe. Il fait un 360° et repart. Le circuit semble plus glissant. Boutsen renonce suite à une panne d'accélérateur.

 

67e: L'averse redoublant, Senna entre aux stands pour mettre des pneus pluie. Il ressort très largement en tête.

 

68e: Warwick s'arrête dans l'herbe à cause d'un problème de boîte de vitesses. Patrese entre dans les points.

 

69e: Hill s'arrête à son stand pour mettre des pneus pluie. Il repart au bout de sept secondes, toujours deuxième et un tour derrière Senna.

 

70e: Pour la septième fois, Prost s'arrête à son stand. Il chausse des pneus rainurés et repart quatrième. Barrichello retrouve une place sur le podium. Patrese s'arrête aussi pour mettre d'autres pneus.

 

71e: Senna laisse de nouveau passer Hill. Herbert perd le contrôle de sa Lotus et effectue un 360° à même la piste. Comme il roule isolé au cinquième rang, il peut repartir sans perdre de place.

 

72e: Victime d'un souci de pression d'essence, Barrichello doit stopper sa Jordan dans l'herbe. Immense déception pour le jeune Brésilien qui s'apprêtait à monter sur le podium pour son troisième Grand Prix seulement. Il a en tout cas pu révéler tout son talent lors de cette course difficile. Barbazza effectue un tête-à-queue. Il repart mais a perdu une place au profit de Patrese.

 

74e: Hill est le pilote le plus rapide en cette fin de course.

 

76ème: Ayrton Senna remporte un Grand Prix d'Europe absolument dantesque. C'est la 38ème et peut-être plus belle victoire de sa carrière. Hill finit deuxième et est le seul pilote à finir dans le même tour que Senna. Après s'être arrêté sept fois à son stand, Prost termine à la troisième place. Le Français est le grand vaincu de cette épreuve. Auteur d'une course très sage, ne s'étant arrêté qu'une seule fois, Herbert est quatrième, pour la seconde fois de rang. Patrese finit cinquième et marque ses premiers points de la saison. Barbazza est sixième et inscrit le premier point de sa carrière. Son équipier Fittipaldi est septième. Zanardi, Comas et Alboreto sont les autres pilotes à l'arrivée.

 

Lors du tour d'honneur, Senna s'arrête en pleine piste pour réclamer un drapeau brésilien. Malheureusement il laisse échapper celui-ci qui se coince dans ses roues arrière. Finalement il en trouve un deuxième pour saluer la foule.

 

Pendant la conférence de presse, lorsque l'on demande à Prost de commenter sa course, celui-ci se lance dans une longue litanie énumérant ses soucis techniques: problèmes d'embrayage, de boîte de vitesses, de stabilité, d'électronique etc. Railleur, Senna l'interrompt pour lui lancer: « Si tu n'aimes pas ta voiture, on peut échanger si tu veux ! ». C'est un trait piquant quand on songe à tous les efforts fournis par Senna pour obtenir le volant d'une Williams... En tout cas suite à cette course la presse se déchaîne contre Prost à cause de son piètre début de saison. Du fait de la supériorité de la Williams-Renault, tout le monde s'attendait à ce que le Français gagne toutes les courses. Frank Williams lui-même se montre acide en critiquant les nombreux et peu pertinents changements de pneumatiques effectués par son pilote durant la course. Prost réplique en incriminant la stratégie de l'écurie.

 

Ainsi Senna est en tête du championnat du monde avec 26 points contre 14 à Prost et 12 à Hill. Au classement des constructeurs, Williams et McLaren sont à égalité avec 26 points chacun. Lotus est troisième avec sept points.

Tony