Michael SCHUMACHER
 M.SCHUMACHER
Benetton Ford Cosworth
Alain PROST
 A.PROST
Williams Renault
Mark BLUNDELL
 M.BLUNDELL
Ligier Renault

542e Grand Prix

LV Grosser Preis von Deutschland
Légérement nuageux
25 juillet 1993 - Hockenheim
45 tours x 6.815 km - 306.675 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

Avant ce Grand Prix d'Allemagne la Formule 1 est secouée par une grave affaire politique. Mais tout d'abord, le 14 juillet, la FISA rend un jugement confirmant les résultats des Grands Prix de Saint-Marin, d'Espagne, de Monaco et d'Europe. En effet lors de ces courses, Williams, Benetton, Sauber et Ferrari étaient suspectées d'avoir utilisé des carburants non conformes. Finalement « faute de preuve », ces équipes sont lavées de tous soupçons. Mais c'est le lendemain que les remous débutent.

 

Suite au rapport réalisé lors du Grand Prix du Canada, et qui considérait que toutes les écuries sauf la Scuderia Italia utilisaient de manière -soi-disant- illégale les aides électroniques au pilotage, le président de la FISA Max Mosley annonce l'interdiction de la suspension active avec effet immédiat, même si la prohibition proprement dite aura lieu lors du GP de Hongrie. Les écuries pourront utiliser ce système à Hockenheim, mais seront soumises à une plainte déposée par une autre écurie. Cette annonce fait l'effet d'une bombe car c'est une attaque délibérée contre Williams-Renault, championne en matière d'électronique. La suspension active étant à la base de la FW15, une telle interdiction obligerait l'écurie de Didcot à construire une nouvelle voiture, et donc à manquer plusieurs courses. Aussitôt, Williams, Footwork et McLaren déposent une plainte devant le tribunal de la FIA.

 

Derrière cette interdiction, il y a le patron de Ferrari Luca di Montezemolo, farouche adversaire des équipes anglaises. De plus beaucoup prêtent à Max Mosley et à Bernie Ecclestone l'intention de relancer ainsi l'intérêt du championnat dominé par les Williams. Mais à vrai dire, ceux-ci voient cette annonce comme une manœuvre afin d'amener les équipes à accepter l'interdiction des dispositifs électroniques pour la saison 1994, dans l'optique de réduire les coûts de production. Aussi Mosley tend la main aux écuries: si elles s'opposent unanimement à la décision de la FISA, celle-ci sera caduque.

 

C'est ici qu'intervient Bernie Ecclestone, en qualité de président de la FOCA. Le jeudi 22 juillet, il réunit les douze chefs d'équipe dans l'hôtel du petit village de Reilingen, près Hockenheim. Sa tâche s'annonce malaisée, car Ferrari et surtout les petites équipes ont tout intérêt à saisir cette occasion pour abattre Williams et éventuellement McLaren et Benetton. Mais après cinq heures de discussion, Ecclestone annonce que la FOCA rejette à l'unanimité la décision du président Mosley. Celui-ci fait donc marche arrière. Les aides électroniques au pilotage demeureront légales jusqu'à la fin de la saison. En revanche, il est déjà acquis qu'elles seront bannies en 1994. La comédie est finie.

 

Malgré les remous politiques, Renault confirme son engagement en Formule 1 pour les années à venir et lance la production de son nouveau moteur RS6.

 

Après avoir été inaugurée sans brio par de Cesaris à Silverstone, Tyrrell confie également à Katayama la nouvelle 021. L'écurie anglaise n'a toujours pas inscrit le moindre point depuis le début de l'année...

 

Pas de changement aux essais qualificatifs: malgré des problèmes de suspension (!) le vendredi, les Williams-Renault sont toujours intouchables. Prost signe sa neuvième pole de la saison avec deux dixièmes d'avance sur Hill. Le héros local Michael Schumacher est troisième et devance Senna. En troisième ligne on retrouve les deux Ligier-Renault, Blundell devançant Brundle. Patrese est septième et précède Suzuki qui obtient sa meilleure qualification depuis le début de l'année. Les Ferrari sont en cinquième ligne, Berger devant Alesi. Suivent Warwick et Michael Andretti. Tous les pilotes ont obtenu leurs qualifications.

 

Le warm-up, disputé sous la pluie, est marqué par un effroyable accident subit par Derek Warwick. Après avoir heurté Badoer à haute vitesse avant la troisième chicane, la Footwork se retourne et atterrit sur le toit dans les graviers. Indemne, le vétéran britannique décide de participer à la couse, malgré l'avis réservé des médecins.

 

Une foule immense se presse à Hockenheim ce dimanche 25 juillet, avec le faible espoir d'assister au triomphe de Schumacher, dont le culte est en plein essor. Mais celui-ci rencontre une contrariété: suite à des vibrations inexplicables sur sa Benetton, il choisit de disputer la course avec sa voiture de réserve. Après une matinée arrosée, le beau temps est au rendez-vous.

 

 

Départ: Comme souvent Prost manque son départ. Hill s'empare de la première place, suivi par Schumacher, tandis que Senna plonge à l'intérieur du premier virage pour doubler Prost. Suivent Blundell et Brundle.

 

1er tour: Prost et Senna franchissent côte à côte la première longue ligne droite. A la chicane, Prost s'impose par l'intérieur. Senna tente de résister, met deux roues dans les graviers et part en tête-à-queue. Placé à l'extérieur de la trajectoire, il n'est heurté par personne, effectue un 360° et repart en dernière position. Plus loin, à l'abord de la deuxième chicane, Brundle perd le contrôle de sa Ligier et part en tête-à-queue, forçant Prost à couper la chicane par un superbe réflexe. Les deux pilotes rejoignent la piste grâce à l'échappatoire, sans perdre de place.

Hill mène devant Schumacher, Prost, Brundle, Blundell, Patrese, Berger, Alesi, Andretti et Wendlinger. Comas renonce à cause d'un souci de transmission.

 

2e: Hill mène avec deux secondes d'avance sur Schumacher et six secondes sur Prost. Senna est vingtième. De Cesaris renonce à cause d'un souci avec sa boîte de vitesses.

 

4e: Hill ne s'échappe guère à cause d'un petit souci avec ses freins. Prost se rapproche de Schumacher. Alesi prend la septième place à Berger. Senna est aux prises avec son protégé Barrichello.

 

5e: Prost est sur les talons de Schumacher. Andretti sort de la piste après s'être frotté à Berger. C'est terminé pour le pilote américain. Abandon également de Badoer à cause d'un bris de suspension.

 

6e: Prost dépasse Schumacher par l'extérieur dans la première ligne droite. Les deux Footwork de Warwick et Suzuki entrent en collision à l'entrée du Stadium: Suzuki repart quinzième, Warwick vingtième.

 

7e: Prost se rapproche de Hill. Senna est déjà de retour en onzième position.

 

8e: Prost est revenu juste derrière son coéquipier. Il le déborde dans la première ligne droite et s'empare du commandement. Senna est dixième après avoir doublé Herbert.

 

9e: Prost mène devant Hill (1.2s.), Schumacher (2.6s.), Brundle (10.9s.), Blundell (11.9s.) et Patrese (14.1s.). Suivent Alesi, Berger, Wendlinger et Senna.

 

10e: La direction de course donne deux pénalités de dix secondes à Prost et à Brundle pour avoir coupé la seconde chicane lors du premier tour. Prost entre donc dans les stands à la fin de ce tour pour être sanctionné. Hill récupère la première place. Suzuki entre aussi dans les stands mais pour abandonner à cause d'un problème de boîte de vitesses. De toute façon, il était aussi sous le coup d'une pénalité, pour la même raison que précité.

 

11e: Prost est reparti en sixième position. Puis Brundle s'arrête pour effectuer sa pénalité et ne ressort qu'en treizième position.

Senna double Wendlinger.

 

12e: Hill mène avec deux secondes d'avance sur Schumacher. Blundell est troisième à seize secondes. Cinquième suite à l'arrêt de Brundle, Prost se lance à la poursuite de Patrese.

 

14e: Prost double Patrese. Alesi s'arrête à son stand pour changer de pneus. L'arrêt dure logtemps et le pilote français ne repart qu'en dix-huitième position. Senna est revenu juste derrière Berger.

 

15e: Hill mène avec sept secondes d'avance sur Schumacher. Plus loin, Blundell est sous la menace de Prost.

 

16e: Prost dépasse Blundell. Le voici troisième. Senna butte toujours derrière Berger.

 

17e: Après avoir fait un plat sur un pneu, Schumacher s'arrête à son stand pour changer de gommes. L'arrêt est très court (6.1s.) et l'Allemand repart en quatrième position, devant son équipier Patrese. Arrêt pour Wendlinger qui passe du huitième au douzième rang.

 

18e: Schumacher s'impose face à Blundell à la première chicane.

 

20e: Hill mène avec 22s. d'avance sur Prost. Senna attaque Berger avant la première chicane, sans succès. Arrêt de Patrese qui repart en septième position. Sortie de route pour Zanardi qui doit renoncer. Il occupait la seizième place.

 

21e: Senna entre dans les stands pour changer de pneus. L'arrêt est exceptionnellement rapide: 4.8s. Le triple champion du monde repart neuvième, derrière un duo composé de Herbert et de Fittipaldi. Tête-à-queue de Patrese à la première chicane. Il repart sans perdre de place.

 

22e: Seulement trois secondes séparent Prost et Schumacher, aux prises avec un trafic composé de Brundle, Warwick et Alboreto.

Arrêt de Blundell qui repart cinquième et cède le quatrième rang à Berger.

 

23e: Katayama sort de la route à la première chicane pour éviter un freinage intempestif de Boutsen. Il repart. A l'Ostkurve, Lehto quitte la piste à cause d'un accélérateur bloqué. La course s'arrête là pour le Finlandais.

 

24e: Hill mène devant Prost (22.2s.), Schumacher (24.9s.), Berger (51.3s.), Blundell (54s.) et Patrese (1m. 01s.). Senna est septième et devance Herbert, Fittipaldi et Wendlinger.

 

25e: Blundell est juste derrière Berger et essaie sans succès de le déborder dans les lignes droites. Senna remonte sur Patrese.

 

26e: Blundell dépasse Berger dans la première ligne droite et s'impose à la chicane. Mais Berger se défend: il déborde la Ligier dans la ligne droite suivante par l'extérieur. Les deux voitures se donnent des coups de roues et c'est un miracle qu'elles n'entrent pas en contact. Blundell finit par céder. Il retente sa chance avant le Stadium mais échoue.

 

27e: Dans la dernière ligne droite avant le Stadium, Blundell se faufile à l'intérieur et bien, que tassé par Berger, parvient à prendre le dessus sur l'Autrichien. Pendant ce temps-là Patrese et Senna sont revenus derrière ces deux pilotes.

 

28e: Senna dépasse Patrese dans la première ligne droite. Puis le Brésilien déborde Berger à la troisième chicane. Patrese dépasse enfin Berger peu avant le Stadium. Nouveau tête-à-queue de Katayama, cette fois-ci à l'Elfkurve.

 

30e: Hill mène avec une vingtaine de secondes d'avance sur Prost. Schumacher est à trois secondes du Français. Quatrième, Blundell subit maintenant la menace de Senna. Patrese est sixième et devance Berger, Herbert et Fittipaldi. Alesi remonte dans le peloton et prend la dixième place à Wendlinger. Katayama arrête sa voiture sur un bas-côté, à cause d'un arbre de roue défectueux..

 

32e: Schumacher effectue un deuxième changement de pneus (5.7s.). Il conserve sa troisième place, mais perd toute chance de rattraper Prost.

 

33e: Alesi prend la neuvième place à Fittipaldi.

 

35e: Hill possède quatorze secondes d'avance sur Prost. Rien ne semble pouvoir empêcher le pilote anglais de remporter son premier Grand Prix. Après s'être fait prendre un tour par le leader, Wendlinger double Fittipaldi. Barrichello abandonne à cause d'un souci de roulement de roue.

 

37e: Senna ne parvient pas à rattraper Blundell car ses pneus sont assez dégradés. Alesi poursuit sa remontée et double Herbert.

 

40e: Schumacher réalise le meilleur tour en course: 1'41''859'''. Alesi revient sur Berger. Remontant aussi rapidement que le pilote Ferrari, Brundle anime cette fin de course. Il a déjà doublé Fittipaldi et menace Wendlinger.

 

42e: Hill est gêné par Berger. Senna s'engouffre dans les stands pour changer de pneus, l'effondrement soudain le menaçant. Il parvient à repartir devant Patrese et conserve ainsi la cinquième place.

 

43e: Brundle double Wendlinger, puis Herbert.

 

44e: Hill perd de la vitesse après l'Ostkurve: son pneu arrière gauche est crevé. Il déchape peu après. Prost double son équipier qui tente de regagner quand même son garage. Mais il part en tête-à-queue juste avant l'entrée des stands et sort de sa Williams perchée sur un vibreur.

 

45e: Alain Prost récupère la tête de la course et franchit donc la ligne d'arrivée en vainqueur. C'est sa 51ème et, mais on l'ignore encore, dernière victoire en Formule 1. Schumacher termine deuxième sous les vivas de la foule. Blundell est un excellent troisième et obtient son deuxième podium de la saison. Senna finit à une honorable quatrième place. Il devance Patrese et Berger. Alesi est septième et précède Brundle, Wendlinger, Herbert, Fittipaldi, Alliot, Boutsen, Martini, Hill (classé 15ème), Alboreto et Warwick.

 

Schumacher effectue le tour d'honneur en brandissant un drapeau allemand, comme s'il avait remporté la course. Hill regagne les stands, très déçu. Pour la deuxième fois de rang, un souci technique le prive d'une victoire méritée. Boutsen prend en stop Lehto et le ramène aux stands.

 

Après la course, Prost et Brundle tentent d'avoir des explications concernant leurs pénalités, pour le moins injustifiées, suite aux incidents du premier tour. Brundle était en effet en perdition et Prost n'avait pas d'autre choix que de braquer vers la chicane pour éviter un choc douloureux. Brundle effaré s'entendra répondre par les commissaires que ceux-ci n'avaient pas vu son tête-à-queue ! Quant à Prost, très en colère, il estime que cette pénalité n'est qu'une énième manœuvre pour relancer artificiellement le suspens.

 

Cette quatrième victoire consécutive de Prost est sans doute chanceuse, mais le Français fait un nouveau pas décisif vers son quatrième titre mondial. Il possède maintenant 27 points d'avance sur Senna. Chez les constructeurs, Williams-Renault caracole en tête, Benetton se rapproche de McLaren, Ligier consolide sa quatrième place et Ferrari revient au niveau de Lotus.

Tony