Ayrton SENNA
 A.SENNA
McLaren Ford Cosworth
Alain PROST
 A.PROST
Williams Renault
Mark BLUNDELL
 M.BLUNDELL
Ligier Renault

533e Grand Prix

XXI Grand Prix of South Africa
Variable
14 mars 1993 - Kyalami
72 tours x 4.261 km - 306.792 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Dès la première course, Ayrton Senna et Alain Prost luttent pour la victoire.

Le Grand Prix d'Afrique du Sud, disputé à Kyalami, marque le début de la saison 1993 de Formule 1. Alain Prost, qui fait son grand retour après une année sabbatique, débute le championnat en favori incontestable. Sa nouvelle écurie Williams-Renault a en effet écrasé la saison 1992 et, au vu des essais d'intersaison, on ne voit pas très bien qui pourrait concurrencer les hommes de Sir Franck et de Patrick Head. Le coéquipier de Prost, Damon Hill, le fils de Graham, paraît par contre un peu tendre avec deux Grands Prix seulement au compteur avec une modeste Brabham. Néanmoins son expérience de pilote d'essais lui donne un certain crédit.

 

Derrière Williams, les prétendants au titre de dauphin ne manquent pas : Benetton, qui dispose du moteur V10 Ford Cosworth officiel, semble être l'équipe la mieux placée, d'autant plus qu'elle compte dans ses rangs le jeune prodige allemand Michael Schumacher, ainsi que le vétéran Riccardo Patrese.

McLaren est en difficulté : avec le départ de Honda, l'équipe de Ron Dennis doit se contenter d'un moteur Ford client, d'une version plus ancienne que celui utilisé par Benetton. Ayrton Senna, mécontent de cet état de fait, n'a d'ailleurs signé que pour le premier Grand Prix de la saison et menace de prendre une année sabbatique si sa voiture n'est pas compétitive. Il y a aussi une véritable interrogation sur l'état de forme du Brésilien qui n'a pas couru de l'hiver, se contentant de tester la MP4/8 à Silverstone une semaine avant ce Grand Prix. La véritable attraction de l'équipe est l'arrivée de Michael Andretti, fils de Mario et vainqueur de l'IndyCar en 1992. Le jeune Finlandais Mika Häkkinen a été recruté comme pilote d'essais, mais est prêt à supplanter Senna si ce dernier décide de s'en aller.

 

La Scuderia Ferrari espère retrouver le succès avec Alesi et le revenant Berger, mais elle part de loin tant la saison 1992 fut mauvaise. A noter l'arrivée de l'écurie Sauber, soutenue par Illmor et Mercedes, avec deux jeunes pilotes: JJ Lehto et Karl Wendlinger. Ligier-Renault, désormais dirigée par l'homme d'affaire Cyril de Rouvre, a de grandes ambitions pour son duo de pilotes anglais composé de Martin Brundle et de Mark Blundell, dits les « Dupondt ». Ambitions aussi pour Footwork qui a recruté le revenant Derek Warwick, 39 ans. Associé à Aguri Suzuki, il a pour charge de mener les voitures blanches et rouges régulièrement dans les points. Néanmoins Footwork débute la saison avec une version B de la vieille FA13. Lotus n'aligne qu'une version améliorée de la saison précédente mais peut compter sur un duo prometteur composé de Johnny Herbert et d'Alex Zanardi. Mêmes petits espoirs chez Minardi qui a engagé l'Italien Fabrizio Barbazza, aperçu chez AGS en 1991, et reconduit Christian Fittipaldi. Tyrrell a de plus hautes visées après la belle saison 1992 mais son duo Andrea de Cesaris-Ukyo Katayama semble quelque peu explosif. Tôles froissées et passages dans le gazon sont à craindre... De plus comme Footwork l'écurie débute avec la voiture de l'an passé. L'équipe de Gérard Larrousse produit désormais des châssis à son nom et va essayer de survivre.

 

Pour ce qui est du présumé fond de grille, Larrousse a convaincu Philippe Alliot de faire son retour en F1 et a obtenu un contrat avec le toujours prometteur Erik Comas. L'écurie Jordan va essayer de survivre grâce au moteur Hart, à Ivan Capelli, qui doit se refaire une santé après son douloureux passage chez Ferrari, et au jeune débutant brésilien Rubens Barrichello. La Scuderia Italia a de son côté abandonné les châssis Dallara pour faire appel à Lola. Pour le mettre au point elle a fait appel au vétéran Michele Alboreto et au champion en titre de F3000 Luca Badoer.

Enfin l'écurie March s'engage pour cette course avec Jan Lammers et Jean-Marc Gounon mais elle fait faillite avant l'épreuve.

 

Sous l'action du président de la FISA Max Mosley le règlement a évolué. Les séances d'essais libres sont réduites de 150 à 90 minutes. Le nombre de moteurs par pilote est limité à douze pour la saison. Les pneus sont plus étroits et moins endurants, d'où des arrêts aux stands plus nombreux. De plus chaque pilote n'aura droit qu'à sept trains de pneus par week-end. Le type de carburant a été modifié afin de se rapprocher de celui utilisé par les voitures de série. De plus le président évoque la suppression des aides électroniques au pilotage pour la saison 1994. Quant à Bernie Ecclestone, il désire une révolution technique afin de permettre aux Formule 1 de courir bientôt sur des ovales à l'américaine.

 

La saison commence hélas dans une mauvaise ambiance. En effet au cours de l'intersaison Alain Prost s'est montré lors de plusieurs interviews très critiques envers le pouvoir sportif. Il a ainsi accusé Ecclestone d'exercer une véritable dictature sur la Formule 1. De plus selon lui Mosley n'est que l'agent docile du « Grand Argentier ». Il aurait de plus vilipendé « les sous-fifres incompétents de la FISA ». Début février, Mosley réplique en menaçant Prost de ne pas lui octroyer sa super-licence pour la saison 93. Selon lui ce comportement salit l'image de la Formule 1. Il va même plus loin en évoquant le possible rejet de l'inscription de Williams-Renault au championnat du monde. Même Jean-Marie Balestre, toujours président de la FIA, trouve que Prost est allé trop loin mais agit dans la coulisse pour lui éviter une sanction. Finalement le 14 février la commission spéciale de la FISA accorde à Prost et à Williams la super-licence et l'inscription. Néanmoins Mosley renvoie l'affaire à un conseil le 19 mars, soit après le GP d'Afrique du Sud, où Prost devra répondre de ses prétendues insultes à l'égard de la FISA. Le pilote français risque d'être puni d'une ou deux courses de suspension.

 

 

Lors des essais les Williams-Renault se révèlent de nouveau largement supérieures à la concurrence. Prost signe la pole position. C'est la 21ème de sa carrière, sa première depuis 1989. Toutefois il devance Senna de seulement huit centièmes, ce qui est de bon augure pour les performances de la McLaren. Le troisième Schumacher est cependant relégué à une seconde et demie de Prost. Il précède Hill qui a un peu péché par inexpérience. Alesi est un bon cinquième et devance Lehto qui démontre ainsi tout le potentiel de la nouvelle Sauber. Suivent Patrese, Blundell, Andretti et l'autre Sauber de Wendlinger. Berger n'est que quinzième sur la deuxième Ferrari. Enfin les deux nouvelles Lola de la Scuderia Italia sont rejetées en queue de peloton.

 

La course se déroule sous un ciel couvert et menaçant.

 

Départ: A cause d'un souci d'embrayage, Prost prend un mauvais envol, ce qui permet à Senna de s'emparer de la première place. Hill est deuxième devant Schumacher et Prost. Andretti, Comas et de Cesaris restent bloqués sur la grille. Les deux premiers peuvent partir, poussés par les commissaires, mais le vétéran italien doit déjà abandonner.

 

1er tour: Hill part en tête-à-queue dans le virage n°3. Il se rattrape aussitôt, ne sort pas de la piste mais perd de nombreuses places. Senna mène devant Schumacher, Prost, Lehto, Wendlinger, Alesi, Blundell, Brundle, Patrese et Berger. L'Autrichien a pris un excellent départ. Hill est douzième.

 

2e: Katayama renonce à cause d'une panne de transmission: les deux Tyrrell sont déjà hors course.

 

3e: Senna mène avec deux secondes d'avance sur Schumacher. Prost remonte sur ces derniers. Grosse sortie de route pour Capelli dans l'avant-dernier virage. La Jordan s'échoue dans les protections. L'Italien sort sans dommage de son épave.

 

5e: Senna mène devant Schumacher (2s.), Prost (5.1s.), Lehto (11.9s.), Wendlinger (13.5s.) et Alesi (17.4s.). Celui-ci subit la pression des deux Ligier.

 

6e: Andretti percute Fittipaldi et perd ainsi sa roue avant droite. Il rentre aux stands sur trois roues et achève donc sa première prestation en Formule 1. Quant à Fittipaldi, il peut poursuivre sa route. Lehto est bloqué dans les stands pour régler un souci technique: il repartira bon dernier.

 

7e: Senna ne compte plus qu'une seconde d'avance sur Schumacher. Prost est le pilote le plus rapide et n'est qu'à trois secondes du Brésilien. De son côté Hill ne remonte pas car il est bloqué par Alliot, lui-même ralenti par Berger.

 

9e: Regroupement en tête de la course: Senna, Schumacher et Prost se tiennent en à peine plus d'une seconde.

 

11e: Prost attaque Schumacher dans le premier virage, sans succès. Le Français fait ensuite une petite erreur et perd ainsi une seconde. Wendlinger reçoit une pénalité pour avoir anticipé le départ. Badoer est aussi dans les stands, mais à cause d'un souci technique.

 

13e: Prost est revenu juste derrière Schumacher. Il le déborde par l'extérieur sur la ligne de chronométrage et s'impose dans le premier virage. Wendlinger entre dans les stands pour effectuer sa pénalité.

 

14e: Prost est désormais dans les roues de Senna. Schumacher demeure en embuscade derrière la Williams.

 

15e: Senna résiste bien à Prost, profitant de l'absence de longue ligne droite pour garder l'avantage.

 

16e: Senna, Prost et Schumacher se tiennent dans la même seconde. Alesi est relégué à 28s., puis viennent Blundell, Brundle, Patrese, Wendlinger, Berger et Alliot.

 

17e: Prost harcèle Senna dans chaque virage mais le Brésilien tient bon. Schumacher est juste derrière Prost, prêt à profiter de la moindre erreur des deux leaders. A l'abord de Wesbank Zanardi attaque Hill mais loupe complétement son freinage: les deux voitures entrent en collision et s'échouent dans les graviers. Les deux pilotes abandonnent.

 

19e: Sur la ligne d'arrivée Prost déborde Senna par l'extérieur mais le Brésilien ferme autoritairement la porte sous le nez du Français.

 

21e: Prost est toujours bloqué derrière Senna et Schumacher est toujours sur les talons des deux rivaux.

 

22e: Prost plonge à l'extérieur du premier virage et semble avoir débordé Senna, mais le virage suivant étant à gauche, Senna conserve sa ligne à l'intérieur et reprend l'avantage. Schumacher se montre ensuite dans les rétroviseurs du Français. Badoer renonce à cause d'un problème de boîte de vitesses.

 

23e: Suzuki percute Barbazza qui part en tête-à-queue. L'Italien abandonne tandis que le Japonais n'ira guère plus loin.

 

24e: Prost déborde de nouveau Senna par l'extérieur sur la ligne de chronométrage. Mais cette fois-ci il se rabat devant le Brésilien et conserve ainsi l'avantage lors de l'enchaînement suivant. Plus loin, Schumacher dépasse Senna à Wesbank. Mais ceux-ci entrent aux stands en fin de tour.

 

25e: Senna et Schumacher changent leurs pneus. L'arrêt du Brésilien est plus rapide que celui de l'Allemand, et ainsi Senna récupère la deuxième place. Changement de pneus pour Brundle qui repart quatorzième.

 

26e: Prost entre dans les stands pour changer de pneus. L'arrêt dure sept secondes et le pilote français repart largement en tête. Arrêt de Berger qui passe du huitième au douzième rang.

 

27e: Prost mène avec deux secondes d'avance sur Senna, très menacé par Schumacher.

 

28e: Prost commence à s'échapper en tête de la course. Senna résiste toujours à Schumacher. Plus loin, Alesi est en bagarre avec Patrese tandis que Blundell s'arrête aux stands pour mettre un nouveau train de pneus. Alliot part en tête-à-queue et reste bloqué dans les graviers.

 

29e: Prost mène devant Senna (4.6s.), Schumacher (5.4s.), Alesi (21.6s.), Patrese (22.9s.) et Blundell (42.5s.). Viennent ensuite Wendlinger, Barrichello, Fittipaldi et Herbert.

 

30e: Alesi entre dans les stands à faible allure.

 

31e: Tandis que Schumacher ne cesse de menacer Senna, Alesi sort de sa Ferrari, victime d'une panne hydraulique.

 

32e: Schumacher attaque Senna à Wesbank, sans succès. Barrichello abandonne à cause d'une boîte de vitesses bloquée.

 

34e: Prost compte maintenant quinze secondes d'avance sur le duo Senna-Schumacher. Wendlinger est arrêté sur un bas-côté suite à une coupure électrique sur la Sauber. Fittipaldi entre dans les points.

 

36e: De gros nuages noirs s'amoncellent dans le ciel. Schumacher continue d'harceler Senna. Le Brésilien rencontre des problèmes avec son électronique et sa McLaren est instable.

 

38e: Prost mène avec 17s. d'avance sur Senna. Schumacher est à une demi-seconde du Brésilien. Patrese est quatrième à quarante secondes de Prost. Suivent Blundell, Fittipaldi, Herbert, Berger, Brundle et Alboreto.

 

40e: A l'abord du virage de Topsport, Schumacher tente de se faufiler à l'extérieur pour surprendre Senna. Mais celui-ci se rabat devant l'Allemand qui doit monter sur un vibreur et part ainsi en tête-à-queue. Schumacher cale et les commissaires de piste n'ont plus qu'à le pousser dans l'herbe. Sa course s'arrête là. Patrese récupère la troisième place.

Prost réalise le meilleur tour en course: 1'19''492'''. Herbert renonce suite à un problème de pression d'essence.

 

42e: Prost possède vingt-deux secondes d'avance sur Senna. Patrese est à quarante-cinq secondes du leader.

 

43e: Patrese s'arrête au stand Benetton pour changer de pneus. Il repart au bout de sept secondes, toujours troisième.

 

44e: Prost est gêné par du trafic, mais compte tout de même 24s. d'avance sur Senna. Hormis le Brésilien, seuls Patrese et Blundell sont encore dans le même tour que le pilote Williams.

 

46e: Warwick prend la huitième place à Alboreto.

 

47e: Patrese perd le contrôle de sa voiture à Yellow Pages et sort de la piste. Sa voiture atterrit dans les graviers et il doit abandonner. Pour la première fois depuis le GP du Japon 1991, aucune Benetton n'inscrira de point. Blundell est maintenant troisième.

 

49e: Après Prost, Lehto est le pilote le plus rapide en piste. Désormais neuvième, il est bloqué derrière Blundell, à deux tours devant lui.

 

50e: Prost mène devant Senna (31.5s.), Blundell (1m. 12s.), Fittipaldi, Berger et Brundle à un tour. Les autres pilotes encore en piste sont Warwick, Alboreto, Lehto et Comas.

 

53e: Prost prend un tour à Blundell. Peu avant Lehto avait déjà passé le pilote britannique.

 

54e: Une fuite d'huile se déclare sur la Larrousse de Comas. Le Français poursuit sa route mais ce faisant répand du liquide sur la piste.

 

55e: Comas entre aux stands et abandonne.

 

59e: Le moteur d'Alboreto tombe en panne. Il n'y a plus que huit pilotes en piste.

 

60e: Après être sorti de la piste, Brundle est au ralenti. Il doit être poussé vers un bas-côté par les commissaires.

 

62e: Prost possède cinquante secondes d'avance sur Senna. Blundell est troisième à un tour. Fittipaldi est quatrième puis viennent Berger, Warwick et Lehto.

 

64e: Fittipaldi remonte assez rapidement sur Blundell. Le jeune Brésilien peut espérer le podium.

 

65e: Alors qu'il reste sept tours, un orage éclate et la pluie fait son apparition. Les écuries sortent les pneus rainurés des garages. Dans l'avant-dernier virage Berger sort de la piste et manque de peu d'heurter le mur. Il parvient à reprendre la piste.

 

67e: La piste commence à s'humidifier mais les pilotes pourront rester en slicks jusqu'au bout, à condition d'être prudents.

 

68e: Les pilotes sont très prudents et ralentissent. Les temps au tour chutent. Prost et Senna sont séparés par 55 secondes. Lehto se rapproche de Warwick.

 

71e: Prost double Warwick, puis Berger. Ces deux pilotes sont roues dans roues mais la pluie s'intensifiant, les dépassements deviennent difficiles.

 

72ème et dernier tour: Warwick a passé Berger, mais les deux pilotes ne sont pas dans le même tour. Berger est au ralenti: son radiateur étant percé, le moteur Ferrari rend l'âme et l'Autrichien stoppe dans l'herbe.

La pluie est désormais forte et le drapeau jaune et rouge est agité. Tous les pilotes roulent lentement. Dans le deuxième secteur, très humide, Prost laisse passer Lehto qui chasse Warwick.

Finalement Prost franchit la ligne d'arrivée en vainqueur tandis que Warwick et Lehto entament un nouveau tour. Le Finlandais a tôt fait de doubler la Footwork. Finalement, tandis que Senna, Blundell et Fittipaldi concluent la course en roulant à moins de 100 km/h, Warwick sort de la piste et s'échoue dans les graviers.

 

Prost remporte donc sa 45ème victoire en carrière. Il devance Senna d'une minute et vingt secondes. Blundell finit troisième et obtient le premier podium de sa carrière, le premier de Ligier depuis 1986 ! Fittipaldi est quatrième et devance Lehto qui inscrit les premiers points de Sauber. Berger est classé sixième et marque donc le dernier point. Seules cinq voitures sont à l'arrivée.

 

Senna effectue un tour d'honneur en brandissant un drapeau brésilien. Le triple champion du monde est plutôt satisfait de ce Grand Prix mais n'est toujours pas décidé à rester chez McLaren. Cette course a en effet montré que Prost et Williams seront difficiles à concurrencer cette saison-là.

 

Le podium se déroule sous la pluie. Très applaudis par le public, Prost et Senna échangent quelques mots...

Tony