Gerhard BERGER
 G.BERGER
McLaren Honda
Nigel MANSELL
 N.MANSELL
Williams Renault
Ayrton SENNA
 A.SENNA
McLaren Honda

530e Grand Prix

XXI Grande Premio de Portugal
Ensoleillé
27 septembre 1992 - Estoril
71 tours x 4.350 km - 308.850 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

Cette fin de saison sans enjeu est agitée par les rumeurs concernant les transferts. Depuis Monza, on sait qu'Alain Prost pilotera pour Williams-Renault à la place de Mansell en 1993. Mais on ignore encore le nom de son équipier. Riccardo Patrese n'est pas du tout certain de rester et est en concurrence avec Martin Brundle et le pilote d'essais Damon Hill. Mais un autre candidat a fait son apparition: Ayrton Senna en personne. Très logiquement le Brésilien souhait lui aussi rejoindre la meilleur équipe du plateau. Or Prost a mis son veto absolu à l'arrivée du Brésilien à Didcot, refusant de reproduire la houleuse cohabitation de l'époque McLaren. En attendant, Ron Dennis annonce avoir engagé Michael Andretti, le fils Mario, pour pilote une de ses machines en 1993.

 

Les essais qualificatifs se suivent et se ressemblent. Mansell obtient sa douzième pole de la saison avec six dixièmes de secondes d'avance sur Patrese. Les McLaren occupent la deuxième ligne, Senna devant Berger. Viennent ensuite Schumacher, Brundle, Häkkinen et Alboreto. Rien ne fonctionne chez Ferrari à Estoril. Subissant de multiples pannes, Alesi et Capelli ne peuvent faire mieux que dixième et seizième.

 

 

Tour de formation: Schumacher cale sur la grille: le jeune Allemand devra s'élancer depuis le dernier rang. Suzuki partira des stands.

 

Départ: Patrese part aussi bien que Mansell et tente de le passer par l'intérieur, mais l'Anglais conserve sa place. Peu de changements derrière eux.

 

1er tour: Mansell mène devant Patrese, Senna, Berger, Häkkinen, Brundle, Alboreto, Alesi, de Cesaris et Gachot. Herbert est aux stands à cause d'un problème de suspension.

 

3e: Mansell compte déjà quatre secondes d'avance sur Patrese. Schumacher est revenu au quinzième rang.

 

5e: Mansell compte cinq secondes d'avance sur Patrese, huit secondes sur Senna, dix secondes sur Berger. Reparti pour un tour, Herbert abandonne, sa Lotus étant trop endommagée.

 

8e: Mansell accroît son avance au rythme d'une seconde au tour et semble parti pour une nouvelle promenade dominicale.

 

10e: Treizième, Schumacher est bloqué dans sa remontée par la Ligier de Comas.

 

13e: Alesi perd le contrôle de sa Ferrari dans le troisième virage et atterri dans les graviers.

 

16e: Schumacher passe Comas et se retrouve onzième.

 

18e: Mansell rencontre les premiers retardataires. L'écart avec Patrese tombe à cinq secondes.

 

19e: Mansell est gêné par Modena, mais Patrese est lui aussi pris dans le trafic. Schumacher change ses pneus et ressort des stands en quinzième position.

 

20e: Senna s'arrête pour changer de pneumatiques et se retrouve sixième. L'opération a été très rapide car effectuée en moins de cinq secondes.

 

21e: Mansell compte dix secondes d'avance sur Patrese. Gugelmin abandonne à cause d'une panne électrique sur sa Jordan.

 

23e: Arrêt de Berger en 5.5s. Il se retrouve sixième.

 

24e: Patrese change ses pneus mais malheureusement ses mécaniciens ont du mal à fixer la roue arrière-droite. L'Italien repart au bout de vingt secondes en cinquième position, derrière les deux McLaren. Brundle s'est arrêté au même moment et se retrouve donc juste derrière la Williams n°6.

 

25e: Brièvement second, Häkkinen s'arrête pour changer de gommes et repart en cinquième position, entre Patrese et Brundle.

 

27e: Patrese est l'homme le plus rapide en piste. Alboreto s'arrête aux stands et cède la septième place à de Cesaris. Il repart neuvième derrière Schumacher. Gachot quitte la course à cause d'un souci de pression d'essence. Son équipier Katayama part en tête-à-queue dans le virage 3 et parvient à repartir, poussé par les commissaires de piste.

 

29e: Mansell change de pneus à la fin de ce tour (9.4s.) et repart toujours en tête. De Cesaris s'arrête également et se fait passer par Schumacher et par Alboreto. C'est terminé en revanche pour son équipier Grouillard dont la boîte de vitesses a rendu l'âme.

 

32e: Senna est très rapide et ne compte que deux secondes et demie de retard sur Mansell.

 

34e: Patrese part à l'abordage de Berger. Brundle prend la cinquième place à Häkkinen.

 

37e: Après s'être arrêté déjà deux fois, Capelli revient au garage Ferrari et abandonne, en panne de moteur. Il n'était que seizième...

 

38e: Mansell compte cinq secondes d'avance sur Senna. Häkkinen reprend la cinquième place à Brundle.

 

40e: Patrese est dans les roues de Berger. Il l'attaque dans le premier virage, sans succès. Il retente sa chance au tournant suivant, toujours sans résultat.

 

43e: Patrese harcèle Berger dont les pneus commencent à se dégrader. A la sortie de la Parabolique l'Italien prend l'aspiration de la McLaren lorsque soudain Berger braque vers la droite pour entrer dans les stands. Patrese ne peut pas l'éviter et sa Williams décolle sur une roue de la McLaren. Elle fait un terrifiant vol plané et retombe sur ses roues, fort heureusement sur la piste. L'accident est spectaculaire mais Patrese s'en tire sans dommage.

 

44e: Aussi incroyable que cela puisse paraître, la McLaren de Berger n'a pas souffert dans l'incident avec Patrese et l'Autrichien peut tranquillement chausser de nouvelles gommes. Il ressort toujours troisième, devant Brundle qui a repassé Häkkinen.

 

45e: Si Patrese n'a pas de bobo, en revanche les débris de sa Williams vont créer de gros ennuis à ses concurrents. Martini est ainsi victime d'une soudaine crevaison et doit s'arrêter dans le gazon. Schumacher crève aussi son pneu avant-droit et doit repasser par les stands pour réparer. Il chute au neuvième rang.

 

47e: Schumacher repasse encore par les stands pour enlever des débris accrochés à sa Benetton. Le voici onzième. Lehto rencontre lui aussi d'importants soucis après que les restes d'un arbre de roue appartenant à la Williams de Patrese ont traversé son train avant, écorchant légèrement une de ses jambes.

 

48e: Senna s'arrête pour changer de nouveau de pneus (6s.) et repart deuxième. Tête-à-queue de Katayama qui cette fois-ci ne peut pas repartir.

 

49e: Le moteur de Comas, alors huitième, part en fumée. Boutsen passe de Cesaris et apparaît au septième rang.

 

50e: Mansell compte maintenant 33s. d'avance sur Senna et prend un tour à Häkkinen.

 

51e: Wendlinger tombe en panne de boîte de vitesses.

 

52e: Brundle gêne Mansell pendant un tour, croyant peut-être avoir à faire à Patrese.

 

54e: Souffrant trop de sa jambe, Lehto abandonne.

 

55e: Schumacher passe de Cesaris et récupère la huitième place.

 

57e: Senna change de pneus pour la troisième fois, mais ses mécaniciens ont du mal à fixer la roue avant-droite et il ressort au bout de dix-sept secondes, derrière Berger. Schumacher passe Boutsen. Il est maintenant septième mais est trop loin pour viser la sixième place d'Alboreto.

 

60e: Mansell compte 43 secondes d'avance sur Berger et plus d'une minute sur Senna. Tous les autres pilotes ont au moins un tour de retard.

 

63e: Son précédent train de pneus s'étant effondré, Senna s'arrête une quatrième fois pour changer de gommes. Cette fois c'est la roue arrière-gauche qui fait des siennes. Le triple champion du monde repart au bout de vingt secondes, en quatrième position.

 

66e: Meilleur tour en course pour Senna: 1'16''272'''. Le Brésilien remonte très rapidement sur Brundle.

 

69e: Senna est revenu derrière Brundle et le passe dans le premier virage tandis que l'Anglais était gêné par des retardataires.

 

71ème et dernier tour: Nigel Mansell remporte sa trentième victoire en Formule 1, la neuvième de la saison, battant ainsi le record de huit succès en un an établi par Senna en 1988. Berger finit deuxième et est le seul pilote à terminer dans le même tour que Mansell. Senna est troisième, Brundle quatrième. Häkkinen obtient une belle cinquième place, devant Alboreto qui inscrit son sixième point de la saison. Schumacher échoue au septième rang. Viennent ensuite Boutsen, de Cesaris, Suzuki, Naspetti, Fittipaldi, Modena et Morbidelli.

 

Mansell affiche désormais un score de 108 points. C'est la première fois qu'un pilote franchit la barre des cent points en une saison. En ce qui concerne la lutte pour le titre de vice-champion, Senna a pris l'avantage avec 50 pts, contre 47 à Schumacher et 46 à Patrese. Chez les constructeurs, McLaren-Honda dépasse Benetton-Ford avec 83 points contre 77.

 

Lors de la conférence de presse d'après course, le principal sujet de conversation n'est pas le Grand Prix lui-même mais l'arrivée de Prost chez Williams. Furieux de se voir interdire l'accès de Williams par Prost, Senna trouve ce comportement indigne et traite son rival de «lâche». Mansell, viré pour faire la place à Prost, approuve bruyamment le Brésilien. Le glacial Frank Williams n'a sûrement pas dû apprécier...

Tony