Riccardo PATRESE
 R.PATRESE
Williams Renault
Nigel MANSELL
 N.MANSELL
Williams Renault
Michael SCHUMACHER
 M.SCHUMACHER
Benetton Ford Cosworth

519e Grand Prix

XXI Grande Premio do Brasil
Couvert
5 avril 1992 - Interlagos
71 tours x 4.325 km - 307.075 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

On peut dire en quelque sorte que la saison 1992 va se jouer durant ce Grand Prix du Brésil. En effet pour répondre aux ultra-dominatrices Williams-Renault, McLaren-Honda présente sa nouvelle MP4/7A à boîte de vitesses automatique. A charge pour elle de concurrencer les bolides de Mansell et Patrese. Hélas, dès les premiers essais la nouvelle machine rend comme sa devancière plus de deux secondes au tour aux Williams.

 

Chez Ferrari on est mécontent des piètres performances de Capelli et des rumeurs annoncent son remplacement par Nelson Piquet. D'autres, plus fantaisistes, imaginent le retour d'Alain Prost au sein de la Scuderia.

 

L'écurie Andrea Moda fait encore parler d'elle ce week-end. Ses deux pilotes Caffi et Bertaggia ayant décidé de quitter le navire, ils sont remplacés par Roberto Moreno, spécialiste des écuries improbables, et par le très anonyme pilote de F3000 Perry McCarthy. Ce dernier n'a cependant pas de super-licence. La FISA consent à lui donner, mais Bernie Ecclestone s'y oppose et obtient gain de cause. Le « Grand Argentier » n'entend faire aucun cadeau à l'équipe d'Andrea Sassetti qui selon lui déshonore la F1. Finalement l'Andrea Moda de Moreno sera assemblée vingt minutes avant les pré-qualifications et bien évidemment ne sera pas retenue, n'ayant couvert que deux tours.

 

Mansell décroche la pole position, la vingtième de sa carrière, avec plus d'une seconde d'avance sur Patrese. Senna est relégué à plus de deux secondes de Mansell. La cause est entendue: les Williams seront imbattables cette saison-là. Berger est quatrième et devance Schumacher, Alesi, Brundle et Martini. Wendlinger réalise une bonne qualification en neuvième position.

Les deux Brabham, dont celle de Giovanna Amati, sont éliminées, ainsi que la March de Belmondo et la Fondmetal de Chiesa.

 

Riccardo Patrese dispute la course sur la voiture de réserve.

 

Tour de formation: Berger ne parvient pas à démarrer. Il s'élancera depuis les stands.

 

Départ: Mansell prend un départ médiocre, ce qui permet à Patrese de s'emparer du commandement. Schumacher tente de doubler Mansell par l'intérieur mais l'Anglais ferme la porte. Dans le S, Schumacher se fait attaquer par Senna qui s'infiltre à l'extérieur.

 

1er tour: Mansell attaque Patrese à Subida do Lago, mais l'Italien ferme la porte au nez de son équipier. Patrese mène devant Mansell, Senna, Schumacher, Alesi, Brundle, Martini, Wendlinger, Boutsen et Capelli.

 

2e: Patrese compte une seconde d'avance sur Mansell. Senna est à deux secondes. Modena renonce, boîte de vitesses bloquée.

 

3e: Mansell met la pression sur Patrese. Suzuki quitte la course, son moteur ne répondant plus. Vingt-troisième, Berger ne semble pas être en mesure de remonter le peloton.

 

5e: Patrese est l'homme le plus rapide en piste. Senna a du mal à contenir Schumacher, tandis qu'Alesi et Brundle sont en embuscade. Berger revient à son garage et abandonne à cause d'une surchauffe.

 

6e: A douze secondes des Williams, Senna est en grosses difficultés et retient un groupe composé de Schumacher, Alesi, Brundle et Martini.

 

8e: Senna loupe une vitesse dans la courbe Subida dos Boxes et se fait doubler par Schumacher. Mais il se place aussitôt dans le sillage de la Benetton.

 

9e: A l'abord du S Senna plonge à l'intérieur et reprend la troisième place à Schumacher.

 

10e: Tandis que Patrese et Mansell roulent en escadrille, Senna ralentit une bonne partie du peloton, de Schumacher au quatrième rang à Comas qui n'est que treizième.

 

11e: Schumacher attaque Senna à Juncao, mais le Brésilien se rabat devant lui.

 

12e: Le peloton retenu par Senna se compose désormais de Schumacher, Alesi, Brundle, Martini, Wendlinger, Boutsen, de Cesaris, Capelli, Alboreto et Comas. Les Williams comptent plus de trente secondes d'avance sur ce groupe.

 

13e: Exactement comme au huitième tour, Senna loupe une vitesse à Subida dos Boxes et se fait doubler par Schumacher.

 

14e: Sur la lancée de Schumacher, Alesi attaque Senna avant le S et lui prend la quatrième place. Dans la partie sinueuse du circuit Brundle double à son tour le Brésilien.

 

15e: Une seconde d'écart entre Patrese et Mansell. Schumacher est à 37 secondes des leaders.

 

18e: Senna revient à son stand et met pied à terre. Sa McLaren subit ds coupures électriques intermittentes, rendant la conduite impossible.

 

20e: Patrese possède toujours environ une seconde d'avance sur Mansell. Schumacher est à quarante secondes. Alesi est quatrième, deux secondes derrière l'Allemand, et contient toujours Brundle. Martini est sixième puis viennent Wendlinger, Boutsen, de Cesaris et Capelli.

 

21e: Patrese est gêné sur quelques centaines de mètres par Katayama.

 

22e: De Cesaris renonce suite à une panne électrique sur sa Tyrrell. Il venait de doubler Boutsen.

 

24e: Schumacher entre dans les stands pour changer de pneus. L'arrêt dure 5.5s. L'Allemand repart dixième. Martini est au ralenti à cause d'une panne d'embrayage et entre au garage pour abandonner. Pendant ce temps-là Gachot a brisé une suspension en touchant un concurrent et finit sa course dans le gazon.

 

25e: Changements de pneus pour Alesi et Wendlinger, qui manquent de peu de se heurter dans l'allée des stands, le Français repartant sous le nez de l'Autrichien qui s'arrêtait.

 

26e: Arrêt d'Alboreto qui se retrouve treizième.

 

27e: Arrêt de Brundle (7.2s.). Le Britannique ressort en huitième position. Boutsen récupère la troisième place. Schumacher passe Comas.

 

28e: Changements de pneus pour Boutsen et Capelli. Schumacher récupère la troisième place et devance Comas (qui ne s'est pas arrêté), Alesi, Brundle et Gugelmin.

 

29e: Patrese essaie de prendre un tour à Grouillard à Subida do Lago, mais le Français ferme la porte au nez de la Williams. Mansell tente de s'infiltrer à l'intérieur pour doubler son équipier, sans succès. Grouillard s'efface au virage suivant. Mansell s'arrête pour changer de pneus à la fin de ce tour. Il repart au bout de 8.5s., toujours deuxième.

 

31e: Au premier freinage Brundle attaque Alesi mais percute la Ferrari, l'envoyant en tête-à-queue. Alesi peut repartir, en revanche Brundle doit s'arrêter, ayant démoli son train avant. Patrese s'arrête à la fin de ce tour. L'arrêt dure 9.1s.

 

32e: Patrese repart trois secondes derrière Mansell. Ce dernier n'a plus qu'à se diriger vers un nouveau succès. Comas et Gugelmin effectuent leurs changements de pneus.

 

34e: Mansell compte cinq secondes et demie d'avance sur Patrese. L'Italien réalise le meilleur tour en course: 1'19''490'''. Schumacher est relégué à quarante secondes. Alesi est quatrième et devance Capelli, Alboreto, Herbert (qui a changé de pneus et est assez rapide), Comas, Boutsen et Wendlinger.

 

36e: Patrese remonte sur Mansell qui est pris dans le trafic.

 

38e: A l'abord du S Boutsen attaque Comas par l'intérieur. Mais le Français ne voit pas arriver son équipier et par conséquent se rabat devant lui. Les deux voitures entrent en contact et Boutsen part en tête-à-queue, percutant Herbert au passage. Le Belge et l'Anglais abandonnent, tandis que Comas peut continuer. La course est aussi terminée pour Gugelmin qui est en panne de boîte.

 

40e: Mansell compte neuf secondes d'avance sur Patrese, qui à son tour a rencontré du trafic. Schumacher est troisième à 56 secondes, Alesi quatrième à 1min. 20s. Tous les autres pilotes sont à un tour.

 

41e: Mansell prend un tour à Alesi.

 

44e: Comas abandonne, son moteur ne répondant plus. Il arrête sa Ligier à l'entrée des stands, d'où un drapeau jaune permanent jusqu'à la fin de la course.

 

47e: Mansell compte huit secondes d'avance sur Patrese et 1min 10s d'avance sur Schumacher. Suivent Alesi, Capelli, Alboreto, Wendlinger, Morbidelli, Grouillard et Häkkinen.

 

50e: La seule lutte d'importance oppose Capelli à Alboreto pour la cinquième place. Une seconde les sépare.

 

53e: Mansell arrive derrière Schumacher, qui se fait prier pour laisser passer son aîné. Wendlinger est en difficulté et perd deux places aux profits de Morbidelli et de Grouillard.

 

54e: Schumacher laisse passer Mansell. Grouillard est trahi par son moteur et quitte la course.

 

57e: Alors dixième, Christian Fittipaldi ne verra pas l'arrivée de son Grand Prix national. Sa boîte de vitesses ne fonctionne plus.

 

58e: C'est au tour de Wendlinger de renoncer, la faute à un embrayage bloqué. Il revient à son garage à faible allure.

 

59e: Dernier à quatre tours, Tarquini réalise un chrono de 1'21''028''', ce qui est le troisième meilleur tour en course, derrière ceux des Williams ! Un véritable exploit pour le pilote Fondmetal... ou une erreur du chronomètre électronique ?

 

61e: Plus rien ne peut menacer Mansell qui possède désormais seize seconde d'avance sur Patrese.

 

63e: Alboreto continue à attaquer Capelli, mais celui-ci tient bon.

 

66e: Un problème de radiateur oblige Tarquini à abandonner. Il n'y a plus que dix pilotes en piste: Mansell, Patrese, Schumacher, Alesi, Capelli, Alboreto, Morbidelli, Lehto, Katayama et Häkkinen.

 

68e: L'écart entre Mansell et Patrese est à présent de vingt-quatre secondes.

 

71ème et dernier tour: Nigel Mansell remporte son troisième Grand Prix de rang, et pour la troisième fois de suite Patrese est son second. Schumacher termine troisième, avec un tour de retard. Alesi et Capelli sont quatrième et cinquième et ouvrent ainsi le compteur de points de la Scuderia Ferrari. Alboreto termine sixième et inscrit son premier point depuis trois ans, le premier de l'écurie Footwork. Morbidelli est septième puis viennent Lehto, Katayama et Häkkinen.

 

Mansell effectue son tour d'honneur en agitant deux petits drapeaux britannique et brésilien. Évidemment le public n'est guère enthousiaste à cause de l'abandon de son idole Ayrton Senna.

 

Aux classements généraux, Williams-Renault possède le score parfait. Mansell compte 30 points sur 30 possibles et l'écurie 48 points sur les 48 qui étaient en jeu. Au championnat des constructeurs Benetton prend la deuxième place à McLaren.

Tony