Riccardo PATRESE
 R.PATRESE
Williams Renault
Nigel MANSELL
 N.MANSELL
Williams Renault
Ayrton SENNA
 A.SENNA
McLaren Honda

517e Grand Prix

XX Grand Prix of South Africa
Légérement nuageux
1 mars 1992 - Kyalami
72 tours x 4.261 km - 306.792 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

L'équipe Williams-Renault apparaît comme la grande favorite de cette saison 1992. La FW14B conçue par Adrian Newey est en effet une évolution de la FW14 qui avait fait si grande impression en 1991. Avec sa boîte de vitesses semi-automatique, son système antiblocage, sa suspension active, son anti patinage, c'est une merveille d'électronique surpassant ses rivales en la matière. Servis par un V10 Renault plus performant que jamais, Nigel Mansell et Riccardo Patrese ont toutes les raisons d'être optimistes, surtout le Britannique, leader incontesté de l'équipe. De son côté McLaren-Honda s'attend à souffrir, d'autant plus que l'équipe championne du monde ne débute la saison qu'avec une simple évolution de la voiture de 1991. C'est la même stratégie qui est employée par Benetton-Ford. Quant à la Scuderia Ferrari, elle n'espère que rebondir après le départ fracassant d'Alain Prost six mois auparavant.

Pour ce début de saison la Formule 1 fait son retour en Afrique du Sud, grâce à la fin de l'Apartheid. Mais le circuit de Kyalami a été profondément modifié et n'est désormais plus qu'un tracé lent et sinueux sans grand intérêt, assez semblable au Hungaroring.

 

Dès les essais libres la supériorité des Williams ne fait guère de doute. Mansell obtient sans se forcer sa dix-huitième pole position, avec sept dixièmes d'avance sur Senna. La deuxième ligne est occupée par Berger et Patrese. Puis suivent Alesi et le jeune prodige allemand Schumacher. L'étonnant Wendlinger est septième sur sa March. La performance de l'Autrichien est d'autant plus remarquable que son équipier Paul Belmondo a échoué à se qualifier... Autre non-qualification surprise, celle de Modena sur la Jordan. L'équipe irlandaise, brillante en 1991, semble s'être complétement fourvoyée en adoptant le moteur Yamaha à l'intersaison, puisque l'autre 192 de Gugelmin n'est que vingt-et-unième.

Enfin pour la première fois depuis Désiré Wilson en 1980, une femme, l'Italienne Giovanna Amati, est inscrite à un Grand Prix, pour Brabham. Malheureusement elle ne parvient pas à se qualifier.

 

Départ: Mansell s'élance parfaitement, tout comme Patrese qui se faufile entre les deux McLaren jusqu'à la seconde place. Derrière Alesi déborde Berger.

 

1er tour: Schumacher passe Berger avant Nashua. Plus loin Senna attaque Patrese, sans réussite. A Wesbank Martini part en tête-à-queue et se relance dernier. Quelques mètres plus loin Brundle est percuté par de Cesaris. Ce dernier passe par les graviers tandis que l'Anglais, en tête-à-queue, peut repartir, mais sa Benetton a subi des dommages.

A l'issue de ce premier tour Mansell mène devant Patrese, Senna, Alesi, Schumacher, Berger, Capelli, Wendlinger, Herbert et Comas.

 

2e: Mansell compte déjà 3.5s d'avance sur Patrese qui est menacé par Senna. Wendlinger perd trois places dans ce tour et se retrouve onzième. Sa voiture étant endommagée, Brundle s'arrête dans l'herbe.

 

5e: Patrese commence à semer Senna qui se retrouve chassé par Alesi et Schumacher.

 

8e: Mansell compte sept secondes d'avance sur Patrese et onze secondes sur Senna.

 

9e: Sortie de piste de Gachot qui ne peut pas repartir.

 

11e: Mansell mène devant Patrese (10.5s.), Senna (16.8s.), Alesi (19s.), Schumacher (19.8s.) et Berger (22.9s.).

 

14e: Abandon de Wendlinger, sa March ayant subi une surchauffe.

 

19e: Mansell et Patrese désormais envolés, Senna a pris de l'avance sur Alesi et Schumacher, tandis qu'un peu plus loin Berger est aux prises avec Capelli.

 

24e: Tarquini s'arrête dans l'herbe, moteur cassé.

 

25e: Mansell mène devant Patrese (19.3s.), Senna (28.2s.), Alesi (35.4s.), Schumacher (36s.) et Berger (36.7s.). Suivent Capelli, Herbert, Comas et Boutsen.

 

29e: Capelli doit stopper sa Ferrari en panne de moteur sur le bas-côté.

 

31e: Pris dans le trafic, Mansell manque de peu de s'accrocher avec Grouillard.

 

37e: Patrese est gêné par du trafic, ce qui permet à Senna de le rejoindre. Tête-à-queue de Katayama qui ne sort pas de la piste et parvient à repartir.

 

39e: Schumacher prend la quatrième place à Alesi.

 

41e: Le moteur d'Alesi part en fumée, obligeant son pilote à s'arrêter dans les graviers. Ferrari commence donc 1992 par un double abandon.

 

43e: De Cesaris, qui avait réalisé une superbe remontée jusqu'à la dixième place, revient au stand Tyrrell suite à un problème moteur et doit mettre pied à terre. Au même moment le jeune Fittipaldi stoppe sa Minardi dans l'herbe à cause d'une panne électrique.

 

45e: Mansell mène devant Patrese (25.6s.), Senna (27.5s.), Schumacher (40.7s.), Berger (47.5s.) et Herbert (1m. 05.1s.). Puis viennent Comas, Boutsen, Suzuki et Grouillard.

 

47e: Au ralenti, Lehto abandonne sa Dallara dans les graviers.

 

52e: Mansell est de nouveau gêné par le trafic, et notamment par les deux Ligier de Boutsen et Comas.

 

57e: Morbidelli revient au stand Minardi pour abandonner, moteur fumant.

 

60e: Mansell mène devant Patrese (25.4s.), Senna (30s.), Schumacher (50.9s.), Berger (1m. 02s.) et Herbert à un tour.

 

62e: Tandis qu'il était honteusement bloqué par Gugelmin, Boutsen est contraint à l'abandon suite à une défaillance de son V10 Renault. Bon dernier à cinq tours du leader, Martini ramène sa voiture au garage de la Scuderia Italia et abandonne.

 

64e: Grouillard abandonne suite à une panne d'embrayage.

 

69e: Senna est revenu à deux secondes de Patrese mais ne semble pas en mesure de menacer le doublé des Williams.

 

70: Mansell signe le meilleur tour en course: 1'17''578'''.

 

72e: Suite à une course très ennuyeuse, Mansell remporte sa vingt-deuxième victoire en Formule 1. Après avoir signé la pole, la victoire, le meilleur tour et mené l'épreuve de bout en bout, il obtient ainsi un grand chelem, preuve de l'écrasante supériorité de la Williams-Renault. Patrese est second devant Senna qui n'a jamais été très distancé par l'Italien malgré la vétusté de sa McLaren. Après une course sage Schumacher obtient la quatrième place, devant le non moins discret Berger. L'Autrichien peut malgré tout être satisfait: il tombe en panne d'essence une fois la ligne d'arrivée franchie ! Herbert inscrit le dernier point pour Lotus. Suivent Comas, Suzuki, Häkkinen, Alboreto, Gugelmin, Katayama et van de Poele, dernier à quatre tours après avoir dû s'arrêter de longs moments pour réparer sa Brabham.

 

Le public sud-africain, acquis à Mansell, est ravi de ce résultat si l'on en juge du nombre d'Union Jack s'agitant dans les tribunes. C'est le fameux ministre des Affaires étrangères sud-africain Pik Botha qui accueille le vieux lion moustachu sur le podium. Ce n'est décidément pas la journée de Senna qui, surpris par le poids de la pourtant modeste coupe du troisième, manque de tomber à la renverse en la brandissant. Déçu mais réaliste, le Brésilien a pu mesurer l'écart qui sépare les Williams-Renault du reste du peloton...

Tony