Alain PROST
 A.PROST
McLaren Honda
Ayrton SENNA
 A.SENNA
McLaren Honda
Alessandro NANNINI
 A.NANNINI
Benetton Ford Cosworth

470e Grand Prix

IX Gran Premio di San Marino
Ensoleillé
23 avril 1989 - Imola
58 tours x 5.040 km - 292.320 km
Course prévue pour 61 tours, interrompue au 3e tour suite à l'accident de G. Berger. Classement par addition des temps.
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

Après un premier Grand Prix au Brésil mouvementé, la saison 1989 s'annonce disputée entre les McLaren-Honda d'un côté, les Ferrari et les Williams-Renault de l'autre. Grâce à sa boîte de vitesses semi-automatique, la Scuderia a prouvé qu'elle pouvait faire pièce à la suprématie des McLaren.

 

Pour ce GP de Saint-Marin, trente-neuf voitures sont au départ, ce qui constitue un record absolu. Chez AGS Gabriele Tarquini remplace Philippe Streiff très gravement blessé à Jacarepagua. Après une première manche disputée avec une monoplace de transition, Tyrrell engage sa nouvelle 018 pour Palmer et Alboreto.

 

Senna obtient sa trente-et-unième pole en carrière deux dixièmes devant Prost. En deuxième ligne Mansell est relégué à plus d'une seconde et demie du Brésilien, Patrese à près de deux secondes. La troisième ligne est composée de Berger et de Boutsen, puis suivent Nannini et Piquet. Très mauvaise performance de Herbert, qualifié en vingt-troisième position sur sa Benetton. Rien ne fonctionne sur la nouvelle Tyrrell: Palmer se classe 25ème, Alboreto échoue à se qualifier ! Chez Ligier Arnoux ne parvient pas non plus à se placer sur la grille, au contraire de Grouillard, excellent dixième. Enfin cela va mieux pour la Scuderia Italia: non pré-qualifié au Brésil, Caffi obtient le neuvième temps.

 

Tour de formation: Dalmas cale sur la pré-grille. Il ne pourra démarrer et son Grand Prix s'arrête avant même d'avoir débuté.

Alliot entre aux stands à l'issue de ce tour à cause d'un souci d'alimentation en essence.

 

Départ: Senna et Prost prennent tout deux un bon départ, mais le Brésilien s'impose au premier freinage.

 

1er tour: Mansell attaque Prost avant Villeneuve, mais le Français conserve sa position. Senna mène devant Prost, Mansell, Patrese, Berger, Boutsen, Capelli, Nannini, Piquet et Warwick. Alliot a fait quelques mètres avant d'abandonner.

 

2e: Les deux McLaren-Honda s'envolent en tête. Après s'être fait passer par Nannini, Capelli perd le contrôle de sa March à Rivazza et atterrit dans les graviers. C'est l'abandon pour l'Italien.

 

4e: Tandis que Berger poursuivait Patrese, quelque chose casse sur sa Ferrari. Celle-ci tire tout droit et est propulsée comme un boulet de canon dans le mur à l'entrée de Tamburello. La machine fait plusieurs tours sur elle-même avant de prendre feu, le réservoir ayant crevé. L'image est affreuse, mais heureusement les secours sont là immédiatement. Il ne leur faut que quinze secondes pour éteindre l'incendie. Reste à évacuer Berger qui git dans son épave. La course est interrompue.

 

Il faut dix minutes aux médecins pour secourir Berger qui est conscient. Il s'en sort bien: il souffre de quelques côtes cassées et de brûlures au deuxième degré aux mains. Sa chance a été de frapper le mur à l'entrée de Tamburello, c'est-à-dire dans un angle entraînant un choc de face, et non pas latéral comme lors de l'accident qui coûtera la vie à Senna cinq ans plus tard. Il est ensuite héliporté vers l'hôpital Maggiore de Bologne.

 

 

La course reprendra mais sera divisée en deux manches. Le classement se fera donc par addition des temps. Les mécaniciens s'affairent sur la nouvelle grille. Boutsen et Caffi repartiront des stands. Le Grand Prix reprend au bout de quarante minutes d'interruption.

 

 

Deuxième départ: Prost prend l'avantage sur Senna tandis que Mansell se fait déborder par Patrese et Nannini.

 

4e: Senna se place aussitôt dans le sillage de Prost, prend l'aspiration et le déborde à Tosa. Ce faisant le Brésilien viole le « pacte de non-agression » qu'il aurait conclu avec son équipier, selon lequel ils ne devaient pas s'affronter avant le premier freinage. Prost est furieux.

En piste, Senna mène devant Prost, Patrese, Nannini, Mansell, Piquet, Warwick et de Cesaris. Mais en fait le classement est le suivant: Senna, Prost, Mansell, Patrese, Nannini, Piquet, Warwick, Boutsen, de Cesaris, Larini.

 

5e: Grouillard reçoit le drapeau noir, ses mécaniciens ayant effectué illégalement des réparations durant l'interruption.

 

6e: Mansell passe Nannini, ce qui ne change rien au classement officiel.

 

7e: Martini revient au garage Minardi. Il repartira pour un tour avant d'abandonner, boîte de vitesses bloquée.

 

9e: Mansell menace Patrese.

 

12e: Patrese a pris un peu de champ sur Mansell. Boutsen remonte dans le peloton et vient de passer Herbert.

 

14e: Prost enchaîne les meilleurs tours et maintient la pression sur Senna: il n'a qu'une seconde de retard sur le Brésilien en piste, quatre secondes officiellement.

 

15e: Au classement officiel, Senna mène devant Prost (3.3s.), Mansell (24.8s.), Patrese (25.5s.), Nannini (36.9s.) et Piquet (44.4s.). Suivent Warwick, Boutsen, Larini et Cheever.

 

18e: Prost est désormais dans les roues de Senna. Nakajima est bloqué aux stands à cause d'un souci technique.

 

20e: Dans la descente vers Rivazza, Modena perd le contrôle de sa machine. Il heurte le muret extérieur de face, à haute vitesse, avant de finir sa course dans les graviers.

 

22e: A Rivazza Patrese ralentit soudainement et se fait passer par Mansell. Victime d'un souci d'arbre à cames, il ne va pas plus loin.

 

24e: Senna et Prost sont maintenant aux prises avec les retardataires. Mansell casse sa boîte de vitesses et doit stopper dans l'herbe.

 

28e: A la faveur du dépassement des attardés, Senna a repris du champ sur Prost. Nannini est relégué à plus de cinquante secondes. Au classement général Boutsen prend la cinquième place à Warwick.

 

30e: Piquet casse son moteur peu avant Tamburello. Boutsen se retrouve quatrième devant les Arrows de Warwick et de Cheever.

 

32e: Herbert part en tête-à-queue à Tosa. Grâce aux commissaires de course, sa Benetton est remise dans le bon sens, mais il cale ensuite dans les graviers. Il doit être à nouveau poussé pour pouvoir repartir.

 

35e: Officiellement Senna mène devant Prost (6.2s.), Nannini (1m. 19s.), Boutsen (1m. 26s.), Warwick (1m. 31s.) et Cheever à un tour. Suivent Larini, Caffi, Tarquini et Palmer.

 

38e: Senna est l'homme le plus rapide en piste. Il prend un tour à Boutsen.

 

39e: Senna prend un tour à Nannini. Seules les McLaren roulent désormais dans le même tour.

 

40e: Prost est gêné par Warwick et Boutsen. Larini passe Cheever au classement officiel, et se retrouve dans les points avec l'Osella. Quant au pilote américain il chute dans le classement.

 

43e: Larini rencontre des problèmes et se fait passer par Caffi, Tarquini puis Palmer. Abandon de Gugelmin suite à une panne d'embrayage.

 

44e: Prost commet une erreur avant la dernière chicane et part en tête-à-queue. Il parvient aussitôt à se redresser et à reprendre la piste, mais a perdu toute chance de revenir sur Senna.

 

45e: Senna compte désormais vingt-deux secondes d'avance sur son équipier. Ce dernier signe pourtant le meilleur tour en course: 1'26''795 '''. De Cesaris s'accroche avec Pérez-Sala à Acque Minerale. Les deux voitures sont envoyées dans les graviers. L'Italien peut repartir, mais l'Espagnol reste coincé dans le sable.

 

47e: Palmer prend la sixième place à Caffi.

 

51e: Prost a considérablement levé le pied et compte cinquante secondes de retard sur Senna.

 

53e: Après une course anonyme, Brundle abandonne à cause d'un souci de pression d'essence sur sa Brabham.

 

54e: Larini quitte la piste à Piratella et tape le mur: c'est la fin de la course pour le jeune Italien.

 

58ème et dernier tour: Ayrton Senna remporte sa quinzième victoire en carrière, avec quarante secondes d'avance sur Alain Prost. Nannini termine troisième à un tour. Boutsen est quatrième devant Warwick et Palmer. Suivent Caffi, Tarquini, Cheever, de Cesaris, Herbert et Nakajima qui termine non-classé.

 

Après la course Boutsen et Caffi sont disqualifiés par la FIA suite à une plainte de Ligier les accusant d'avoir changé illégalement de pneus durant l'interruption de la course. Finalement les deux pilotes sont blanchis et réintègrent leurs places.

 

Au championnat, Prost s'empare de la première place avec douze points contre neuf à Senna et Mansell. McLaren-Honda prend la première place au classement des constructeurs. L'écurie britannique a prouvé que ses machines étaient encore très au-dessus de la concurrence.

 

Mais après la course éclate l'imbroglio Prost-Senna. Le Français reproche au Brésilien de ne pas avoir respecté le pacte de non-agression qu'il avait lui-même défini: celui qui partait en tête ne pouvait pas être attaqué par l'autre avant le premier freinage. Senna avait réclamé cet accord après son accrochage avec Berger à Rio de Janeiro. Ron Dennis expose le problème dans la presse quelques jours plus tard et annonce que Senna a présenté ses excuses. Mais Prost déclare qu'au contraire, il sait désormais à quoi s'en tenir concernant son équipier et ne fera plus de cadeau. C'est le début d'un conflit de quatre ans entre les deux champions.

Tony