René ARNOUX
 R.ARNOUX
Ferrari
Alain PROST
 A.PROST
McLaren TAG Porsche
Elio De ANGELIS
 E.De ANGELIS
Lotus Renault

392e Grand Prix

IV Gran Premio di San Marino
Légérement nuageux
6 mai 1984 - Imola
60 tours x 5.040 km - 302.400 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Quatrième abandon en quatre courses pour le Champion du Monde sortant.

Une semaine après le Grand Prix de Belgique se déroule GP de Saint-Marin à Imola. Les tifosi viennent moins nombreux que les années précédentes sur ce circuit, malgré le beau succès de Michele Alboreto à Zolder. L' « alboretisme » est à son zénith dans la presse italienne. Enzo Ferrari couvre son pilote de fleurs, le comparant à Alberto Ascari. Ces éloges gênent quelque peu l'intéressé, d'un naturel discret, timide et quasi agoraphobe...

 

La cascade d'abandons tant redoutée à cause de la consommation d'essence n'est pas survenue à Zolder. Les observateurs ont cru dès lors que l'on avait exagéré la gravité de la situation. C'était oublié que le manque d'adhérence de la piste flamande avait ralenti le rythme de la course. A Imola, les conditions sont normales, et bien des pilotes vont avoir des surprises...

 

Moment d'émotion le vendredi 4 mai lorsque Patrick Tambay reçoit le Trophée Gilles Villeneuve en hommage à sa victoire à Imola en 1983. Le Cannois se souviendra éternellement de ce jour où il a fait justice à son ami disparu. Cette récompense le relie intensément à son passé chez Ferrari. Ce n'est pas sans mélancolie qu'il observe la rouge n°27 désormais pilotée par Michele Alboreto. « La roue de la vie tourne aussi... » soupire-t-il.

 

Pour cette course à domicile, Ferrari amène quatre bolides munis de l'ancienne injection et d'échappements de type 1983. Victime d'incessantes casses du moteur BMW depuis le début de l'année, Brabham utilise un nouveau type d'essence. Mais l'innovation ne fonctionne pas du tout et les deux autres écuries propulsées par un bloc bavarois, ATS et Arrows, refusent de l'utiliser.

Osella engage une deuxième voiture, une antédiluvienne FA1E-Alfa Romeo V12 confiée à son pilote d'essais l'Autrichien Jo Gartner. Celui-ci n'a pas un palmarès très étoffé (sixième du dernier championnat d'Europe de F2) mais apporte un gros sponsor, les cigarettes Milde Sorte. Arrows n'engage toujours qu'une seule A7 à moteur BMW, mais cette fois-ci c'est Marc Surer qui est à son volant, Thierry Boutsen récupérant l'A6 à moteur Cosworth. Toleman a testé avec succès la nouvelle TG184 lors d'essais à Zolder mais c'est toujours la TG183B qui est utilisée par Johnny Cecotto et Ayrton Senna. Enfin, de manière anecdotique, Riccardo Patrese fête son centième Grand Prix.

 

La rupture Toleman - Pirelli

La grande affaire du week-end est le conflit qui éclate entre Toleman et Pirelli. Ted Toleman et Alex Hawkridge reprochent au manufacturier italien de lui donner des gommes de mauvaise qualité et donc d'être responsable des piètres performances de leurs bolides. En outre, Pirelli ne leur aurait pas remboursé le montant des derniers essais de Kyalami. On parle d'une ardoise de 250 000 dollars. Les menaces de Toleman vont très loin puisqu'elle annonce qu'elle a pris langue avec Michelin pour obtenir un contrat.

 

Le vendredi, les deux TG183 restent dans leur garage. Le soir, Bernie Ecclestone organise une médiation entre Toleman et Pirelli. Les deux parties s'entendent pour coopérer jusqu'à la fin du Grand Prix, mais l'accord entre elle est cassé. Ted Toleman signe avec Michelin qui fournira son équipe dès le Grand Prix de France. Pirelli perd ainsi son meilleur partenariat et n'équipera plus que RAM, Spirit et Osella, autant dire le menu fretin...

 

Les qualifications

La journée du vendredi est marquée par la pluie et aucun des chronos réalisés n'est significatif. Samedi, il pleut en début d'après-midi et la piste s'assèche ensuite peu à peu. Ces températures fraîches favorisent les voitures équipées de pneus Michelin. Certains pilotes commettent l'erreur de prendre la route trop tôt. Ceux qui ont les nerfs assez solides pour démarrer dans les tous derniers instants gagnent le gros lot.

 

A ce jeu, Piquet l'emporte et signe la dixième pole de sa carrière avec un dixième de seconde d'avance sur Prost. Handicapé par une voiture sous-vireuse, Lauda se contente du cinquième rang. En termes de sous-virage, les Williams-Honda ne craignent personne. Rosberg (3ème) fait pourtant preuve d'une détermination peu commune, au contraire de Laffite (15ème), las d'être traité comme un figurant par son équipe. Rapide sous la pluie le vendredi, Tambay rencontre une panne de turbo le lendemain et ne s'élancera que depuis le quatorzième rang. En revanche Warwick obtient une brillante quatrième place. Les Ferrari déçoivent et manquent de vitesse. Arnoux est seulement sixième. Tombé en panne d'essence le vendredi, Alboreto (13ème) rétablit à peine la situation le lendemain. Winkelhock (7ème) est le plus rapide des concurrents chaussés de Pirelli. Les Alfa Romeo (Cheever 8ème, Patrese 10ème) encadrent la Brabham de Fabi.

 

Les Lotus-Renault sont en retrait : de Angelis se classe onzième, Mansell dix-huitième après deux collisions successives avec Gartner et Alliot. Les Ligier (de Cesaris 12ème, Hesnault 17ème) progressent doucement. Surer est seizième pour sa première sortie avec l'Arrows-BMW. Son collègue Boutsen est sur le vingtième rang et devance les Tyrrell de Bellof et de Brundle. Suivent Alliot, Baldi, Palmer, et enfin Gartner qui s'est accroché avec Mansell puis avec Brundle. Le jeune Autrichien est sévèrement réprimandé par Derek Ongaro.

 

A cause du conflit avec Pirelli, les Toleman-Hart n'ont eu que le samedi pour se qualifier. Si Cecotto (19ème) y parvient sans problème, Senna est victime d'une panne d'alimentation et devra regarder la course depuis les stands. Ghinzani est aussi non-qualifié suite à des soucis électriques qui ont accablé son Osella.

 

Le Grand Prix

Le samedi soir une grosse averse s'abat sur Imola. Mais contrairement aux prévisions la course se déroule sur le sec et sous un ciel voilé. Prost est le plus rapide lors du warm-up. Rosberg regagne son garage à l'issue de la parade des leaders, à cause d'une fuite d'eau. Il devra démarrer avec son mulet. Les choix de pneus sont très divers. Certains de s'arrêter à mi-chemin, les pilotes McLaren et Williams mettent des pneus tendres. Ceux de Lotus et de Ferrari partent avec un mélange de Goodyear C et D, tandis que Piquet choisit des Michelin 10 endurants.

 

Pré-grille: De Cesaris a des ennuis de pression d'essence et sort trop tard des stands. Il partira après tout le monde depuis les stands.

 

Départ: Piquet et Prost partent bien. Le Français se place à l'extérieur et s'empare de la tête à Tamburello. Rosberg rencontre un problème avec son moteur et crée un embouteillage avant de démarrer. Lauda a du mal à passer la première vitesse et perd lui aussi des places. Palmer cale et est poussé par des commissaires de piste pour démarrer. Les deux Ferrari prennent en revanche un beau départ. Laffite touche Hesnault qui atterrit dans l'herbe et doit abandonner.

 

1er tour: Alboreto gagne plusieurs places. A Tosa, Cheever heurte Tambay par l'arrière. Le pilote Renault s'arrête dans l'herbe, suspension pliée. Prost mène devant Piquet, Warwick, Arnoux, Winkelhock, Alboreto, Patrese, de Angelis, Fabi et Lauda. Rosberg est 19ème.

 

2e: Warwick menace Piquet. Cheever est dans les stands pour changer sa roue arrière gauche dégonflée. Il repart dernier.

 

3e: Prost compte deux secondes d'avance sue Piquet. Alboreto fait un superbe début de course et double Winkelhock. Lauda dépasse Fabi. A cause d'un problème de freins, Mansell s'échoue dans le sable avant Acque Minerale. La course est finie pour lui. Rosberg est aussi hors-jeu suite à une panne de connexion électrique sur son V6.

 

4e: Prost s'envole en tête de la course. Lauda est très rapide et double de Angelis.

 

5e: Prost est premier devant Piquet (4.9s.), Warwick (6.9s.), Arnoux (10s.), Alboreto (12s.) et Winkelhock (14.9s.). Lauda prend la septième place à Patrese. Fabi double de Angelis.

 

6e: Winkelhock perd le contact avec le groupe de tête à cause de problèmes de freins. Fabi déborde Patrese. Le pilote Alfa Romeo rencontre des problèmes électriques qui altèrent le fonctionnement de son moteur.

 

7e: Prost mène devant Piquet (8s.), Warwick (10.5s.), Arnoux (12.5s.), Alboreto (14s.) et Winkelhock (18s.). Ce dernier est attaqué par Lauda. Patrese est contraint à l'abandon.

 

8e: Sentant qu'il ne peut rien faire contre Prost et que Warwick n'est pas menaçant, Piquet baisse sa pression de suralimentation. Lauda s'empare de la sixième place aux dépens de Winkelhock.

 

10e : Prost précède Piquet (13.1s.), Warwick (17.9s.), Arnoux (19.4s.), Alboreto (20.4s.), Lauda (22.5s.), Winkelhock (30.5s.), Fabi (32.7s.), de Angelis (41.5s.), Brundle (46s.), de Cesaris (51.5s.), Surer (53s.) et Bellof (53.6s.).

 

11e: Lauda remonte sur les deux Ferrari. Celles-ci sont roues dans roues et ne parviennent pas à rattraper Warwick.

 

12e: Lauda attaque Alboreto par l'extérieur du virage Villeneuve, mais l'Italien conserve l'ascendant à Tosa. Lauda contre-attaque dans la montée vers Piratella et parvient à déborder la Ferrari par la gauche. Laffite rejoint le stand Williams pour renoncer à cause d'un piston cassé.

 

13e: Lauda double Arnoux avant le virage Villeneuve. Il se lance maintenant aux trousses de Warwick.

 

14e: Warwick voit Lauda revenir dans ses rétroviseurs. L'Autrichien attaque la Renault.

 

15e: Prost compte dix-huit secondes d'avance sur Piquet qui a perdu son embrayage. Le Carioca précède de quatre secondes le quatuor Warwick – Lauda – Arnoux - Alboreto.

 

16e: Lauda ne cesse de menacer Warwick. Peu avant Tosa, une fumée s'échappe de la McLaren, annonçant une rupture des pistons. Lauda est contraint de s'arrêter dans l'herbe. C'est une grosse déception pour lui car il pouvait sans nul doute obtenir au moins la deuxième place. Fabi prend la sixième place à Winkelhock.

 

18e: Prost mène devant Piquet (24.4s.), Warwick (27.7s.), Arnoux (29.2s.), Alboreto (29.9s.) et Fabi (45.9s.). Viennent ensuite Winkelhock, de Angelis, de Cesaris et Brundle.

 

19e: Prost rencontre un problème de freins au moment de prendre un tour à Boutsen et se montre plus prudent. Warwick réduit son régime moteur car son ordinateur de bord lui indique qu'il va droit à la panne sèche. Alboreto met la pression sur Arnoux.

 

20e: A Rivazza, Prost perd soudainement la maîtrise de sa McLaren et effectue un double tête-à-queue. Il parvient à garder sa voiture en piste et à repartir sans perdre trop de temps. Cet incident est dû à un maître-cylindre de frein défectueux qui se bloque sans prévenir et se débloque aussitôt.

 

21e: Warwick menace Piquet. Arnoux observe un changement de pneus en 13.4s. Il repart en sixième position derrière Fabi.

 

22e: Prost ne semble plus rencontrer de problème et garde un bon rythme. Warwick prend la deuxième place à Piquet. De Angelis dépasse Winkelhock.

 

24e: Prost possède vingt-six secondes d'avance sur Warwick. Alboreto entre aux stands pour faire examiner sa pression de turbo qui est trop inconstante.

 

25e: Piquet n'a pas dit son dernier mot et menace Warwick. Celui-ci est contraint de diminuer encore davantage son régime moteur. L'arrêt d'Alboreto s'éternise. Le pilote discute avec Mauro Forghieri: un échappement est cassé sur la Ferrari et l'abandon est inévitable.

 

26e: Fabi est maintenant quatrième. De Cesaris prend la septième place à Winkelhock qui rencontre des problèmes d'allumage.

 

27e: Piquet est juste derrière Warwick. Il le déborde dans la descente vers Piratella et récupère la deuxième place.

 

28e: Prost compte trente-et-une d'avance sur Piquet. Arnoux remonte sur Fabi. Jusqu'alors sixième, de Angelis entre aux stands pour changer de pneus. Il repart dixième et laisse sa position à de Cesaris.

 

30e: Arnoux attaque Fabi par l'extérieur à Tosa, sans succès. Il retente sa chance dans la montée suivante mais Fabi se rabat devant lui et l'oblige à mettre deux roues dans l'herbe. Winkelhock se fait doubler par de Angelis et Cheever. Celui-ci a effectué une belle remontée. En fin de tour Prost entre aux stands.

 

31e: Prost est aux stands pour chausser des pneus neufs. L'arrêt dure onze secondes et le Français reprend la piste en première position. Arnoux déborde Fabi par l'intérieur du virage Villeneuve et s'impose à Tosa. Le voici quatrième. Palmer s'arrête chez RAM pour changer ses pneus mais cale au redémarrage. Il a besoin du concours de ses mécaniciens pour remettre les gaz.

 

32e : Prost est premier devant Piquet (14.9s.), Warwick (17s.), Arnoux (33s.), Fabi (34s.), de Cesaris (59s.), Brundle (1m. 04s.), de Angelis (1m. 15s.), Cheever (1m. 16s.) et Bellof (1m. 20s.). Winkelhock doit renoncer suite à une panne de turbo.

 

33e: Warwick tourne sa molette de pression de suralimentation au plus bas. Ce faible régime moteur fait souffrir la boîte, et le quatrième rapport finit par se casser. Piquet s'éloigne à tire-d'aile et Warwick voit revenir Arnoux.

 

35e: Tête-à-queue de Cecotto à Acque Minerale. Le Vénézuélien peut cependant repartir.

 

36e: Prost précède Piquet (18.9s.), Warwick (20s.), Arnoux (27.5s.), Fabi (35.8s.) et de Cesaris (59.1s.). De Angelis rattrape le « kart » de Brundle.

 

38e : Prost est leader devant Piquet (20.5s.), Warwick (22.3s.), Arnoux (22.7s.), Fabi (42.4s.), de Cesaris (59.7s.), Brundle (1m. 06s.), de Angelis (1m. 07s.) et Cheever (1m. 09s.).

 

39e: Arnoux attaque Warwick à Tosa, sans résultat. De Angelis prend la septième place à Brundle.

 

40e: Arnoux dépasse Warwick à l'entrée de Tamburello. Le voici troisième pour le plus grand bonheur des tifosi.

 

42e: Arnoux est maintenant lancé à la poursuite de Piquet. Cheever prend la huitième place à Brundle. Surer avait fini les trois premières courses avec le vieux moteur Cosworth ; cette fois-ci le turbo BMW tombe en panne. Le Suisse s'arrête au niveau de Tosa. Il était onzième.

 

43e: Prost mène devant Piquet (20.3s.), Arnoux (21.3s.) et Warwick (28.8s.).

 

45e: Arnoux est sur les talons de Piquet. A cause de son problème de consommation, Warwick ralentit considérablement. Fabi, de Cesaris et de Angelis le rattrapent.

 

46e : Prost précède Piquet (20.3s.), Arnoux (20.9s.), Warwick (45s.), Fabi (50.4s.), de Cesaris (1m. 05s.), de Angelis (1m. 11s.), Cheever (1m. 30s.), Brundle (1m. 34s.), Bellof (1m. 35s.) et Boutsen (-1t.).

 

48e: Piquet résiste très bien à Arnoux et signe le meilleur tour en course: 1'33''275'''. Brundle s'arrête chez Tyrrell pour lester sa machine.

 

49e: Piquet entre dans les stands avec de la fumée s'échappant de son moteur. Quatrième abandon en quatre courses pour le Brésilien ! C'est la catastrophe pour Brabham car peu après Fabi tombe lui aussi en panne de turbo. Les deux BT53 sont hors course.

 

50e: Prost est premier devant Arnoux (20.5s.), Warwick (1m. 04s.), de Cesaris (1m. 08s.), de Angelis (1m. 10s.), Cheever (1-t.), Bellof (-1t.), Brundle (-1t.), Boutsen (-1t.) et Baldi (-2t.). Gartner quitte la course après une panne de moteur sur l'Osella. Il était quinzième.

 

51e: De Cesaris prend la troisième place à Warwick qui ne peut pas résister.

 

52e: De Angelis double Warwick à son tour. Heureusement pour le pilote Renault, Cheever semble beaucoup trop loin pour pouvoir le rattraper.

 

54e : En route pour la victoire, Prost précède Arnoux (26s.), de Cesaris (1m. 10s.), de Angelis (1m. 11s.), Warwick (1m. 33s.) et Cheever (-1t.).

 

53e: De Cesaris est menacé par de Angelis. Cecotto renonce suite à un problème d'allumage.

 

55e : De Angelis est dans les échappements de de Cesaris. Les deux Romains se battent pour la dernière marche du podium.

 

56e: Warwick concède un tour à Prost. Bellof effectue un changement de pneus et cède la septième place à Brundle. Alliot abandonne car il est privé de pression de suralimentation.

 

57e: Brundle s'arrête peu après Tosa : une conduite d'essence vient de se rompre sur la petite Tyrrell.

 

59e: De Cesaris n'a plus d'essence dans son réservoir. De Angelis le double et le pilote Ligier s'arrête dans l'herbe. Bellof entre dans les points.

 

60ème et dernier tour: Warwick reste derrière Prost afin de ne pas effectuer un tour supplémentaire qui lui serait fatal. Cheever a moins de chance car il tombe en panne sèche et laisse ainsi sa place dans les points à Boutsen. De Angelis connaît la même mésaventure et s'immobilise peu avant la Variante Alta.

 

Alain Prost remporte sa deuxième victoire de la saison. Arnoux finit deuxième et console ainsi quelque peu des tifosi déçus. De Angelis est classé troisième malgré sa panne d'essence puisque Warwick, quatrième, a fini à un tour de Prost. Bellof termine cinquième tandis que Boutsen, sixième, ouvre le compteur d'Arrows... avec l'ancienne A6. De Cesaris est classé septième et précède Cheever, Baldi et Palmer.

 

Après la course

La chevauchée de Prost écœure la concurrence et prouve, s'il en est encore besoin, que la McLaren-TAG-Porsche est largement supérieure à toute concurrence. Reste à résoudre quelques problèmes de fiabilité, notamment sur la voiture de Niki Lauda. Radieux, Prost envisage avec confiance la suite de la saison : « Je n'ai qu'une idée, gagner le plus de courses possibles. En 1983, j'avais perdu le titre mondial à Monza, cette année, je me suis repris à Imola », déclare-t-il sur la RAI.

 

Ce Grand Prix inquiète la Régie Renault dont les moteurs consomment beaucoup trop d'essence et épuisent les 220 litres du réservoir. Warwick, de Angelis et de Cesaris en ont fait les frais. Les deux pilotes Italiens, trop prodigues, sont tombés en panne après s'être battus comme des chiffonniers dans les derniers kilomètres. Chacun se renvoie la responsabilité : « C'est à cause d'Elio ! Il n'aurait pas dû me pousser ainsi ! » fulmine de Cesaris. « C'est de sa faute, il a trop remonté sa pression de suralimentation quand je l'ai rejoint ! » clame de Angelis.

 

Au classement général Prost consolide son avance et compte maintenant onze points d'avance sur Warwick. McLaren a pour sa part quatorze points de mieux que Ferrari.

 

 

Classements (avant la disqualification des Tyrrell):

 

Pilotes Constructeurs
1.Prost24 pts1.McLaren-TAG-Porsche33 pts
2.Warwick13 pts2.Ferrari19 pts
3.Arnoux10 pts3.Renault14 pts
4.de Angelis10 pts4.Lotus-Renault10 pts
5.Lauda9 pts5.Williams-Honda9 pts
6.Alboreto9 pts6.Alfa Romeo6 pts
7.Rosberg9 pts7.Tyrrell-Ford-Cosworth5 pts
8.Patrese3 pts8.Ligier-Renault2 pts
9.Cheever3 pts9.Toleman-Hart1 pt
10.Bellof3 pts10.Arrows-Ford-Cosworth1 pt
11.Brundle2 pts
12.de Cesaris2 pts
13.Tambay1 pt
14.Senna1 pt
15.Boutsen1 pt
Tony