Ronnie PETERSON
 R.PETERSON
Lotus Ford Cosworth
Mario ANDRETTI
 M.ANDRETTI
Lotus Ford Cosworth
James HUNT
 J.HUNT
McLaren Ford Cosworth

306e Grand Prix

LXIV Grand Prix de France
Légérement nuageux
2 juillet 1978 - Le Castellet
54 tours x 5.810 km - 313.740 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Mario Andretti prend le commandement dès le premier tour et ne le lâchera plus.

Juste après le Grand Prix de Suède, Bernie Ecclestone a décidé de retirer la Brabham BT46B dite « aspirateur », et ce malgré la superbe victoire de Niki Lauda à Anderstorp. Il a en effet été menacé par ses pairs de perdre leur soutien dans la direction de la FOCA. Néanmoins cet épisode a alerté la Commission sportive internationale sur l'illégalité des éléments aérodynamique mobiles qui prolifèrent afin de générer de l'effet de sol. En effet, s'il est évident que la BT46B ne respecte pas le règlement avec sa turbine, c'est aussi le cas de la Lotus 79 et de ses jupes. Pierre Ugeux, président de la CSI, s'est emparé du dossier et a annoncé que l'affaire serait examinée par la commission à la fin de l'été.

 

Le Grand Prix de France fait son retour au Castellet après un an d'absence. L'alternance se poursuit entre le tracé varois et celui de Dijon-Prenois. Pas moins de six pilotes français sont engagés pour leur Grand Prix national : Patrick Depailler, Jacques Laffite, Jean-Pierre Jabouille, Patrick Tambay et les débutants René Arnoux et Didier Pironi. Il ne manque que Jean-Pierre Jarier qui s'est mis quelque peu en retrait de la Formule 1. Le sport automobile français compte aussi trois écuries : Renault, Ligier-Matra et Martini. De son côté Michelin fournit des pneus à Ferrari et à Renault. Cette fin des années 1970 constitue l'âge d'or du sport automobile français, technologiquement en pointe grâce à deux innovations majeurs introduites en F1 : le moteur turbocompressé de Renault et le pneu à carcasse radiale de Michelin. Le milieu sportif bénéficie aussi du soutien financier de deux entreprises d'État, Elf-Aquitaine et la Seita (via Gitanes), qui appuient aussi les carrières de bon nombre de pilotes. Si le succès en Formule 1 n'est pas encore tout à fait au rendez-vous, le public est en revanche très enthousiaste. Le record d'affluence du circuit Paul-Ricard sera battu ce week-end. Tout le monde est persuadé que les Français finiront par triompher. C'est déjà le cas dans les autres catégories : Renault et Alpine viennent de remporter les 24 Heures du Mans tandis qu'en rallye des pilotes comme Jean-Pierre Nicolas, Jean Ragnotti ou Bernard Darniche sont des concurrents redoutables.

 

Il y a du rififi chez Ensign. Accusé par Mo Nunn de se concentrer uniquement sur son programme d'endurance avec Porsche, Jacky Ickx a claqué la porte de l'équipe. Il est remplacé par le jeune Irlandais Derek Daly, déjà aperçu en début d'année avec Hesketh et qui a fait bonne impression lors de l'International Trophy en mars. McLaren engage une troisième voiture officielle confiée à Bruno Giacomelli qui domine le championnat de Formule 2. Enfin l'écurie de Tico Martini est de retour pour son Grand Prix national avec une nouvelle calandre sur sa voiture.

 

Ferrari étrenne un système anti-tangage composé d'un tirant sur l'avant et d'un câble sur l'arrière. Surtout l'équipe italienne reçoit de nouveaux pneus de la part de Michelin censés résister à la dégradation prématurée observée à Zolder, à Jarama et à Anderstorp.

Parmi les autres nouveautés, la Tyrrell 008 est munie d'un nouvel aileron arrière et la Renault turbo d'un capot arrière modifié. Enfin la Ligier JS/9 utilise des freins en carbone dérivés de ceux du Mirage 2000.

 

Brabham utilise donc de nouveau la BT46 dans sa version originelle. Gordon Murray a mal digéré le retrait de sa voiture à turbine mais déclare : « même sans ventilateur, Lauda gagnera le Grand Prix de France et redeviendra champion du monde cette année ! » On ne demande qu'à le croire...

 

Les qualifications

Et si Gordon Murray avait raison ? La BT46 conventionnelle se montre particulièrement véloce aux essais, si bien que John Watson obtient la pole position, avec cinq centièmes d'avance sur Andretti. L'Irlandais est même le premier à tourner sur ce circuit à plus de 200km/h de moyenne. Cependant Andretti a été retardé le samedi par une sortie de piste dans les S de la Verrerie. En deuxième ligne on retrouve Lauda et Hunt. Peterson est cinquième et précède Tambay, lui aussi très en verve pour cette course à domicile. Ces deux coureurs auraient pu faire mieux mais une averse en toutes fin d'essais les a empêchés d'améliorer leurs temps. Scheckter est septième et devance les deux Ferrari de Reutemann et de Villeneuve. Cette course s'annonce délicate pour la Scuderia car les pneus Michelin ne sont pas du tout à l'aise sur la piste du Castellet.

 

Le clan français n'est pas vraiment satisfait: Laffite n'est que dixième et Jabouille onzième. Quant aux Français de Ken Tyrrell, ils sont en pleine déroute: Depailler est 13ème, Pironi 16ème. Seule vraie satisfaction: la belle 18ème place d'Arnoux sur la petite Martini.

 

Giacomelli n'est que 22ème sur la troisième McLaren. Les ATS de Mass et de Rosberg closent la marche. Les non-qualifiés sont Merzario, Daly et Rebaque.

 

Le Grand Prix

L'épreuve de Formule 3 qui regroupe les championnats de France et d'Angleterre voit la victoire du Brésilien Nelson Piquet sur Ralt-Toyota devant les Français Jacques Coulon et Alain Prost, tous deux aux volants de Martini. En Formule Renault le Dauphinois Philippe Streiff remporte son premier succès en monoplace.

 

75 à 80 000 spectateurs s'installent dans les tribunes bondées du circuit Paul-Ricard. Le directeur du circuit François Chevallier est ravi. Malgré un ciel plutôt couvert, il fait très chaud en ce dimanche 2 juillet.

 

Tour de formation: Celui-ci s'effectue sous le commandement de Jackie Stewart qui pilote la Renault turbo de réserve équipée d'une caméra pour les besoins de la télévision. Ceci fait l'ancien champion rejoint la cabine de CBS pour commenter l'épreuve... tout en faisant une escapade aux côtés de Heinz Prüller, le commentateur de la chaîne autrichienne ORF. Il paraît que Stewart est à la retraite...

 

Départ: Watson conserve le commandement face à Andretti. Tambay prend un excellent départ et se hisse au troisième rang devant Lauda. Excellent envol également pour Jones qui grimpe de la quatorzième à la septième place. Giacomelli percute Fittipaldi qui part en travers mais parvient à se relancer, en 21ème position.

 

1er tour: Andretti prend l'aspiration derrière Watson dans la ligne droit du Mistral et finit par s'imposer à l'extérieur.

Andretti mène devant Watson, Tambay, Lauda, Peterson, Hunt, Jones, Laffite, Scheckter et Patrese.

 

2e: Scheckter double Laffite. Le moteur de Jabouille, déjà balbutiant lors du tour de formation, tombe en panne. Renault n'a guère brillé pour son Grand Prix à domicile. Regazzoni est dans les stands à cause de soucis avec son moteur.

 

3e: Andretti compte deux secondes d'avance sur Watson. Tambay retient péniblement Lauda et Peterson. Finalement Lauda double le Français dans la ligne droite du Mistral.

 

4e : Regazzoni passe pour la seconde fois par les stands et abandonne peu après sur une panne d'allumage.

 

5e: Andretti commence à prendre du champ sur Watson. Il le précède de quatre secondes. Peterson se débarrasse à son tour de Tambay.

 

6e: Andretti mène devant Watson (3s.), Lauda (4s.), Peterson (4.5s.), Tambay, Hunt, Jones, Scheckter, Laffite et Patrese roues dans roues à 7s., Pironi (15s.). Suivent Depailler, Reutemann et Villeneuve.

 

7e : Lauda et Peterson se rapprochent de Watson.

 

8e: Lauda déborde Watson à l'entrée de Signes. Dans le sillage de l'Autrichien Peterson se faufile à l'intérieur pour déborder Watson. Les deux hommes parcourent quelques dizaines de mètres roues contre roues et finalement Peterson, mieux placé, s'impose à Beausset.

 

9e: Tambay retient son équipier Hunt qui guigne la cinquième place. Les deux McLaren reviennent nettement sur le trio Lauda – Peterson -Watson.

 

10e: Lauda ralentit après les S de la Verrerie. Il entre dans les stands et dégrafe aussitôt son harnais: son moteur Alfa Romeo ne répond plus. Un ressort de soupape s'est brisé. Reutemann s'arrête au stand Ferrari pour changer de pneus. Les Michelin ne tiennent absolument pas la cadence au Castellet. L'Argentin repart dernier.

 

11e: Hunt dépasse Tambay. Le jeune Français souffre d'une crevaison à l'arrière gauche, conséquence d'une touchette avec Peterson au départ. Il s'engouffre dans les stands à la fin de ce tour pour mettre de nouveaux pneus. Jusqu'alors dixième, Depailler est abandonné par son moteur. Le Français s'arrête sur un bas-côté. C'est son troisième abandon consécutif.

 

12e: Andretti mène désormais devant Peterson (6s.), Watson (7.5s.), Hunt (8s.), Jones (10s.) Scheckter (12s.), Laffite (13s.), Patrese (14s.), Pironi (20s) et Stuck (26s.). Tambay est reparti en dix-neuvième position. Villeneuve s'arrête à son tour pour chausser un nouveau train de pneus. Les Ferrari sont dernières.

 

13e: Hunt est désormais sur les talons de Watson. Fittipaldi a effectué une splendide remontée et prend la dixième place à Stuck.

 

15e: Peterson est revenu à quatre secondes de son équipier.

 

16e: Hunt prend la troisième place à Watson dans la ligne droite du Mistral.

 

17e: Andretti mène devant Peterson (3.3s.), Hunt (6.7s.), Watson (8.2s.), Jones (9s.), Scheckter (12s.), Laffite (13s.) et Patrese (18s.).

 

18e : Les principaux duels opposent désormais Watson à Jones et Scheckter à Laffite. Tambay est remonté jusqu'au treizième rang.

 

20e: Peterson est à moins de trois secondes d'Andretti. Va-t-il sortir de son rôle de n°2 pour attaquer son leader ? Andretti rencontre des vibrations sur son châssis réparé après sa sortie du samedi. Plus étonnant : Hunt parvient à suivre le rythme des Lotus. Reutemann est à nouveau à son stand pour chausser de nouvelles gommes. Il devra s'arrêter encore quatre fois pour changer de pneus.

 

21e : Sortant des stands, Reutemann se retrouve juste devant Hunt. Sans doute surpris par ses pneus froids, il sort de la route à La Chicane et reprend la piste avec difficulté.

 

24e: Peterson et Hunt se rapprochent toujours d'Andretti. Tambay anime le peloton en remontant vers les dix premiers.

 

25e : Andretti mène devant Peterson (1.3s.), Hunt (3.5s.), Watson (11.8s.), Jones (12.2s.), Scheckter (15.9s.) et Laffite (16.4s.)

 

26e: Giacomelli s'arrête au garage McLaren pour mettre de nouveaux pneus. Il occupait la quatorzième place.

 

27e: Tambay prend la onzième place à Stuck. Arrêt aux stands de Villeneuve, en proie au même souci de pneumatiques que son équipier.

 

28e : Les Lotus prennent un tour à Rosberg.

 

29e: Giacomelli s'arrête dans les graviers à cause d'une panne de moteur.

 

30e: Andretti mène devant Peterson (1.2s.), Hunt (2.9s.), Watson (15.8s.), Hunt (16.3s.), Scheckter (22s.) et Laffite (22.4s.).

 

32e: Fittipaldi prend la neuvième place à Pironi. Reutemann change de nouveau ses pneus.

 

33e : Peterson est maintenant à une seconde de son coéquipier. Hunt parvient toujours à garder le contact avec les Lotus.

 

34e : Les leaders doublent le retardataire Brambilla. Bien plus loin Fittipaldi remonte sur Patrese.

 

35e: Les écarts se stabilisent. Andretti est leader devant Peterson (1.1s.), Hunt (2.8s.), Watson (20.1s.), Jones (21s.), Scheckter (26s.) et Laffite (27.9s.).

 

37e : Peterson est désormais à moins d'une seconde d'Andretti.

 

38e: Fittipaldi s'impose face à Patrese. Le voici huitième.

 

39: Pas de changement en tête de la course. Reutemann change de pneus pour la cinquième fois !

 

40e : Hunt perd du temps derrière des retardataires Lunger et Mass tandis que les Lotus s'en sortent mieux. Jones met toujours la pression sur Watson tandis que Villeneuve, relégué à un tour, ne les quitte pas d'une semelle.

 

42e: Abandon de Keegan suite à une panne de moteur.

 

43e: Andretti a maintenant deux secondes d'avance sur Peterson. Hunt est à quatre secondes. Le pilote suédois se laisse volontairement distancer par son équipier afin de ralentir Hunt. C'est de bonne guerre...

 

44e: Fittipaldi stoppe sa Copersucar à la chicane suite à un bris de suspension, conséquence de son accrochage avec Giacomelli. Mais le champion brésilien a vraiment réalisé une superbe course. Patrese récupère la huitième place.

 

45e : Andretti mène devant Peterson (2.5s.) et Hunt (4.3s.). Bien plus loin, Watson et Jones sont toujours en lutte, de même que Scheckter et Laffite.

 

47e: Laffite est dans les échappements de Scheckter. Il l'attaque à la chicane, sans succès. Le moteur de Lunger casse devant les stands.

 

48e: Après avoir installé ses pneus de qualification Reutemann réalise le meilleur tour en course: 1'48''56''''. C'est le nouveau record de cette piste du Castellet.

 

49e : Laffite est collé à l'arrière de la Wolf de Scheckter mais ne trouve pas l'ouverture. Il est le plus rapide dans les courbes, mais est lâché par le Sud-Africain en ligne droite.

 

50e: Andretti augmente la cadence et possède quatre secondes d'avance sur Peterson. Hunt semble en mesure de menacer le Suédois.

 

52e: Watson a réussi à se défaire de Jones. Laffite reste collé à Scheckter mais ne parvient toujours pas à s'imposer. Plus loin, Tambay prend la neuvième place à Pironi.

 

54ème et dernier tour: En début de tour Laffite tente de déborder Scheckter par l'intérieur mais échoue à nouveau.

Épuisé par ses efforts pour suivre les Lotus, Hunt vomit dans son casque et effectue un tête-à-queue, heureusement sans conséquence.

Mario Andretti remporte sa dixième victoire en Formule 1. Peterson est deuxième et assure le troisième doublé de Lotus en quatre courses. Hunt termine troisième, à 19s. du vainqueur, et monte ainsi sur son premier podium de la saison. Watson est quatrième. Cinquième, Jones confirme les progrès de la Williams FW06. Enfin, Scheckter a réussi jusqu'au bout à contenir les assauts de Laffite et obtient le dernier point. Laffite est donc septième et précède Patrese, Tambay, Pironi, Stuck, Villeneuve, Mass, Arnoux, Stommelen, Rosberg, Brambilla et Reutemann, lequel a usé sept trains de pneus Michelin durant cette course !

 

Après la course

Ce nouveau doublé des Lotus laisse fort peu d'espoirs à leurs adversaires pour leur contester le titre mondial. Maintenant débarrassée de la Brabham BT46B, il est certain que la 79 est nettement supérieure à toutes ses rivales. Avec ce quatrième succès en neuf courses, Mario Andretti est parti pour être facilement titré. Cependant sa victoire sur le circuit Paul-Ricard ne convainc pas tout le monde car Ronnie Peterson a mené une course d'équipe et, pour certains, a laissé gagner son équipier. Bien qu'il refuse de l'admettre le Suédois est en effet tenu par son contrat de deuxième pilote de ne pas entraver la marche en avant de son équipier. Colin Chapman ne souhaite pas revivre les déboires de la saison 1973 lorsque la rivalité entre Emerson Fittipaldi et (déjà) Ronnie Peterson avait fait perdre le titre mondial à Lotus.

 

On célèbre en revanche la course de James Hunt qui s'est incroyablement démené pour menacer les deux bolides noirs et or. Voilà qui fait quelque peu oublier son calamiteux début de championnat.

 

Grâce à ce succès, Andretti prend le large au classement général. Avec 45 points, il compte maintenant neuf longueurs d'avance sur Peterson et vingt de mieux que Lauda, son plus dangereux rival jusqu'alors. Au classement des constructeurs, Lotus possède vingt-quatre points d'avance sur Brabham.

Tony