Patrick DEPAILLER
 P.DEPAILLER
Tyrrell Ford Cosworth
Ronnie PETERSON
 R.PETERSON
Lotus Ford Cosworth
Gilles VILLENEUVE
 G.VILLENEUVE
Ferrari

309e Grand Prix

XVI Grosser Preis von Osterreich
Variable
13 août 1978 - Österreichring
54 tours x 5.942 km - 320.868 km
Course interrompue au 7e tour suite à une forte pluie. Classement par addition des temps.
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Ronnie Peterson en route vers sa dernière victoire.

L'intervalle entre les Grands Prix d'Allemagne et d'Autriche est marqué par la conclusion de l'affaire Shadow versus Arrows. Le juge à la Haute Cour de Londres Sydney Templeman tranche en faveur de Shadow. Arrows est condamnée pour plagiat et doit remettre à Shadow les FA1 et ses pièces détachées ou les détruire. Mais Jackie Oliver avait de toutes façons anticipé son échec et dès le GP de Suède ordonné à Tony Southgate de concevoir une nouvelle machine, originale celle-ci, l'A1. Elle est imaginée en un temps record et deux modèles sont déjà présents en Autriche pour Riccardo Patrese et Rolf Stommelen. L'A1 est cependant nettement moins performante que la FA1 et se montre très difficile à équilibrer.

 

Chez Ensign, Derek Daly retrouve son volant tandis qu'Harald Ertl conserve le deuxième baquet.

Aperçu au volant d'une N177 à Hockenheim, Nelson Piquet a été recruté par B&S Fabrications. Il pilote la vieille McLaren M23 qui a été utilisée plus tôt dans la saison par Brett Lunger. Ce dernier hérite d'un châssis M26 achetée à McLaren.

Chez Surtees Brian Henton fait une pige lors des essais en tant que troisième pilote, en remplacement de Rupert Keegan.

Il y a encore du changement chez ATS où Jean-Pierre Jarier, définitivement dégoûté des errements de cette équipe, cède sa place au régional de l'étape Hans Binder.

 

Les qualifications

Les essais sont perturbés par des averses qui sont à l'origine de beaucoup de sorties de route. Lors de l'une d'elles, Lunger manque de peu de faucher un photographe qui s'était imprudemment assis dans l'herbe.

 

Les Lotus dominent comme d'habitude. Mais pour une fois c'est Peterson qui réalise la pole position avec seulement cinq centièmes d'avance sur Andretti. Profitant de l'altitude, Jabouille a utilisé toute la puissance de son turbo pour hisser la Renault au troisième rang. C'est le meilleur résultat en qualification de la marque française. Reutemann est quatrième devant Laffite et Fittipaldi dont la Copersucar est très en forme. Scheckter et Hunt composent la quatrième ligne. Ils devancent Pironi, Watson, Villeneuve et Lauda. Les Brabham-Alfa ne sont pas performantes sur ce tracé. Les nouvelles Arrows semblent bien rétives: Patrese n'est que seizième tandis que Stommelen n'est même pas parvenu à se pré-qualifier.

Les deux ATS de Mass et Binder ne sont pas qualifiées, ainsi que la Merzario de... Merzario et la Surtees de Keegan. Cela permet à Arnoux de retrouver le chemin de la grille perdu de vue depuis le GP de France. Le jeune Grenoblois est 26ème.

 

Le Grand Prix

 

Première manche

Avant le départ, de gros nuages se forment dans le ciel et la pluie est menaçante. Néanmoins aucun pilote ne l'anticipe et tout le monde s'élance en pneus slicks.

 

Départ: Peterson prend le meilleur départ et vire en tête au premier virage. Il est suivi par Reutemann qui a pris un excellent envol. Andretti n'est que troisième, suivi par Scheckter, Laffite et Hunt. Jabouille a pris un très mauvais départ et ne pointe qu'au douzième rang. Rebaque est au ralenti à cause d'une panne d'embrayage.

 

1er tour: Andretti menace Reutemann. A Sebring il tente de s'infiltrer à l'extérieur, mais il heurte la Ferrari et est expédié dans le rail. C'est déjà terminé pour le leader du championnat. Scheckter en profite pour passer Reutemann. Mais le plus impressionnant est Depailler qui, neuvième au premier virage, passe pas moins de cinq voitures avant de doubler Reutemann. Il a gagné dix places en un tour ! Après un bon départ, Fittipaldi rétrograde subitement dans le classement.

Peterson mène ce premier tour devant Scheckter, Depailler, Reutemann, Hunt, Laffite, Pironi, Watson, Patrese et Jabouille. Rebaque revient à son stand pour abandonner.

 

2e: Peterson s'envole en tête et possède cinq secondes d'avance sur Scheckter. Le Sud-Africain est d'ailleurs doublé par Depailler à Bosch. Pironi passe Laffite, Jabouille s'impose face à Watson. Patrese perd deux places au profit des Brabham.

 

3e: La pluie fait son apparition. Jabouille double Laffite à la chicane. Le pilote Ligier se fait ensuite doubler par Watson puis par Lauda. Jabouille dépasse Pironi dans la descente vers Bosch. Plus loin, Patrese subit la pression de Villeneuve. Surpris par la pluie, Piquet sort de la piste dans les enchaînements de Texaco et est envoyé sur un talus. Sa course s'arrête là.

 

4e: Jabouille double Hunt à la première chicane. Plus loin, à Sebring, Scheckter perd le contrôle de sa Wolf et percute la Lotus abandonnée d'Andretti. Cet accident crée une énorme confusion avec un peloton de dix voitures. Pironi chute dans le classement. C'est Watson qui fait la meilleure opération en doublant Jabouille, Hunt, puis Reutemann.

Le classement est le suivant: Peterson mène devant Depailler, Watson, Jabouille, Hunt, Laffite, Reutemann, Lauda, Patrese, Regazzoni, Stuck, Pironi et Villeneuve.

 

5e: La pluie tombe de plus en plus fort mais permet à Peterson de s'échapper. Une voiture est stationnée dans la courbe Sebring pour tracter la Wolf de Scheckter. Depailler est deuxième, relativement tranquille, suivi par Watson et Jabouille. Laffite double Hunt tandis que Reutemann dégringole à la neuvième place.

 

6e: La piste devient impraticable dans la partie haute du tracé. Tandis que Pironi et Villeneuve gagnent des places, Regazzoni subit la menace de Daly et de Jones. A Texaco Reutemann et Stuck se touchent et partent en tête-à-queue. L'Argentin ne peut pas redémarrer, au contraire de l'Allemand qui entre dans les stands.

 

7e: Suivant le sillage de Lauda, Pironi passe Patrese puis Hunt. Peu après Patrese perd le contrôle de son Arrows à Bosch, part en tête-à-queue et atterrit dans les broussailles, manquant de peu d'emmener avec lui Hunt et Regazzoni. Jabouille fait un tête-à-queue et se retrouve quatorzième.

A Texaco Pironi double Lauda. Villeneuve entre aux stands pour chausser des pneus pluie.

 

8e: La course tourne au jeu de massacre tandis que l'averse se répand sur tout le circuit. Pironi attaque Laffite à Bosch, mais part en vrille et tape le rail de face. Il endommage ainsi son aileron avant et est renvoyé vers la piste. Par miracle, Lauda qui le suivait parvient à l'éviter. Pironi continue. Fittipaldi entre aux stands pour chausser des pneus rainurés.

 

9e : Peterson part en tête-à-queue et perd le commandement au profit de Watson. Depailler a en effet commis lui aussi une faute et se retrouve derrière... Pironi. Tambay sort de la route à Texaco. La piste est complètement détrempée et tous les pilotes roulent à très faible allure.

 

Finalement les autorités se décident enfin à sortir le drapeau rouge. Il était temps car les conditions météorologiques sont devenues épouvantables et un drame était à craindre. Le classement est arrêté à la fin du septième tour.

 

Seconde manche

Peterson a pu repartir après sa sortie et regagne les stands... sans casque ! Sa Lotus est heureusement intacte. Il s'élancera donc en pole position pour le second départ. La Ferrari de Reutemann, abandonnée dans les broussailles mais intacte, pourra repartir. Patrese pourra aussi utiliser son Arrows.

La grille de départ s'établit comme suit: Peterson, Depailler, Watson, Laffite, Pironi, Lauda, Hunt, Regazzoni, Daly, Jones, Rosberg, Villeneuve, Brambilla, Jabouille, Stuck, Tambay, Fittipaldi, Arnoux, Lunger et Ertl. Patrese et Reutemann partiront derniers avec respectivement un et deux tours de retard. Le classement du Grand Prix se fera par addition des temps des deux manches.

 

L'épreuve repart après une heure d'interruption. La pluie a cessé. Toutefois la piste est encore assez détrempée, surtout dans la première portion, et tous les pilotes partent en pneus rainurés.

 

Deuxième départ: Bon envol de Depailler qui menace Peterson et le double au premier virage. Lauda est troisième. Derrière, Watson n'a pas pu démarrer. Les poursuivants immédiats parviennent à l'éviter, ce qui n'est pas le cas d'Ertl et de Patrese qui finissent contre le rail et sont contraints à l'abandon. Par chance, la Brabham de Watson n'est pas trop endommagée et le Nord-Irlandais peut repartir, mais en dernière position.

 

8e: Tambay part en tête-à-queue à la chicane, mais il peut redémarrer. Dans la courbe Sebring Jones perd le contrôle de sa Williams et heurte le rail: c'est fini pour lui. Peterson attaque Depailler à Bosch, plonge à l'extérieur et grâce à sa remarquable maîtrise, parvient à doubler la Tyrrell sans coup férir. C'est l'un des plus beaux dépassements de la saison. Quelques secondes plus tard, au même endroit, Hunt tape les barrières. Il repart mais sa McLaren est détruite.

 

9e: Peterson mène devant Depailler, Lauda, Laffite, Villeneuve, Daly, Stuck, Pironi, Reutemann et Fittipaldi. Hunt revient à son garage et renonce.

 

10e: Peterson compte déjà trois secondes d'avance sur Depailler. Lauda est dans le sillage de la Tyrrell. La lutte fait rage dans le peloton, notamment entre Daly et Villeneuve. Reutemann prend la huitième place à Pironi.

 

11e: Le trio de tête s'échappe. Laffite est en difficulté à cause d'un souci sur son train avant. Il se fait doubler par Daly. Villeneuve tente de résister Stuck à Texaco, mais se loupe et sort de la piste. Il repart onzième. Laffite s'arrête aux stands à la fin de ce tour.

 

12e: Lauda double Depailler. Daly est un incroyable quatrième et devance Reutemann qui a passé Stuck. L'arrêt de Laffite s'éternise et le Français ne repart qu'en dix-huitième position, en pneus slicks.

 

13e: Reutemann est très rapide et double Daly à Texaco. Le voici quatrième... en piste car, selon l'addition des temps, il a deux tours de retard. Villeneuve a doublé Brambilla puis Fittipaldi et est revenu au huitième rang.

 

14e: La piste commence à s'assécher. Peterson mène en piste devant Lauda (7s.), Depailler (13s) et Reutemann (16s.). Suivent Daly et Stuck. Villeneuve est septième après avoir doublé Pironi. Tambay s'arrête à son stand pour chausser des slicks. Autre pilote à se faire remarquer, Rosberg est neuvième après avoir doublé Brambilla et Fittipaldi.

 

15e : Regazzoni fait une excursion hors-piste.

 

16e: La piste s'asséchant très vite, les pilotes tentent de sauvegarder leurs pneus rainurés en restant sur les parties humides. Huit secondes séparent Peterson et Lauda. Les Ferrari sont en forme: Reutemann double Depailler et Villeneuve double Stuck. Changement de pneus pour Regazzoni et Brambilla.

 

17e: Reutemann remonte à pas de géant sur Lauda. Villeneuve passe Daly. Les pneus Michelin sont nettement supérieurs aux Goodyear dans ces conditions. Stuck s'arrête chez Shadow pour mettre des slicks. Lunger s'arrête chez B&S et fait de même.

 

18e: Les pneus de Lauda sont détruits et l'Autrichien risque la sortie de route à chaque instant. Reutemann le double sans mal dans la descente vers Bosch Kurve. Villeneuve rattrape Depailler. Fittipaldi prend la septième place à Pironi. Rosberg fait changer ses pneus mais grille son embrayage en repartant. Il va poursuivre tout de même sa route.

Peterson entre aux stands à la fin de ce tour pour mettre des slicks. Il est imité par Lauda.

 

19e: Parti dernier, Reutemann se retrouve en tête de la course, même s'il a deux tours de retard au classement officiel. Il devance Villeneuve qui vient de doubler Depailler. Suivent Fittipaldi et Pironi. Peterson est reparti sixième et devance Jabouille, Lauda, Arnoux et Stuck. Regazzoni est chez Shadow piur localiser une vibration, conséquence de sa sortie de route.

 

20e: L'écart entre Reutemann (1er) et Peterson (6ème) est de 36 secondes. Changement de pneus pour Depailler. Le Français repart neuvième, entre Arnoux et Stuck. Daly et Watson chaussent aussi des slicks.

 

21e: Brièvement troisième derrière les Ferrari, Fittipaldi change ses pneus. Peterson récupère sa place et devance Jabouille et Lauda. Arnoux est un étonnant sixième, mais roule en pneus pluie. Pironi sort de la piste dans le virage Jochen Rindt et tape les barrières. Cette fois-ci il ne repartira pas.

 

22e: Reutemann tente de prendre un tour à Brambilla par l'intérieur à Flatschach. Brambilla ne le voit pas et il s'en faut de peu pour que les deux voitures n'entrent en collision. Reutemann finit par passer. Les pneus Michelin des Ferrari et de la Renault de Jabouille sont en voie de destruction. Depailler prend la sixième place à Arnoux.

 

23e: Reutemann perd de l'adhérence à chaque tour. Il rate son freinage à la chicane et doit prendre l'échappatoire pour regagner la piste. Entretemps Villeneuve a pris le commandement. L'Argentin change prudemment ses pneus en fin de boucle. Arrêt également pour Arnoux.

 

24e: Villeneuve est désormais leader, mais Peterson remonte rapidement sur lui. Reutemann est reparti troisième, juste devant Jabouille et Lauda, en bagarre pour la quatrième place.

 

25e: Lauda déborde Jabouille sur la ligne de chronométrage. Juste devant eux, Reutemann part en glissade à la chicane et se retrouve dans l'herbe. Il peut se relancer mais a perdu quarante secondes et six places dans cette mésaventure.

 

26e: Changement de pneus pour Jabouille qui repart en huitième position. Depailler et Stuck sont en bagarre pour la quatrième place. Daly qui les suivait tire tout droit à la chicane et perd du temps. Les ennuis se poursuivent pour Reutemann qui doit encore couper la chicane.

 

27e: Stuck passe Depailler. Brambilla coupe à son tour la chicane.

 

29e: Villeneuve entre aux stands en fin de tour. Dans le virage Jochen Rindt, Lauda perd le contrôle de sa Brabham qui rebondit contre le rail. Elle semble intacte mais l'Autrichien entre dans les stands.

 

30e: Sur la piste, Peterson mène devant Villeneuve, Stuck, Depailler, Daly et Fittipaldi. Lauda ne repartira pas car ses suspensions sont détruites. Soudain on apprend la disqualification de Reutemann. L'Argentin a pris en effet le second départ avec l'aide des commissaires qui ont dégagé sa Ferrari après sa sortie de piste de la première manche. Il s'arrête donc à son stand et met pied à terre.

 

31e : Stuck et Depailler sont revenus sur Villeneuve. Les trois hommes sont roues dans roues. Ils évoluent à trente secondes de Peterson.

 

32e: Depailler surprend Stuck à la chicane. Jabouille est au ralenti à cause d'un problème de boîte de vitesses. C'est l'abandon pour le pilote Renault.

 

33e: Depailler double Villeneuve avant Bosch. Stuck est en embuscade derrière la Ferrari.

 

34e: A la sortie de la Texaco-Schikane, Stuck perd le contrôle de sa Shadow et tape le rail. L'Allemand est si furieux de son erreur qu'il jette ses gants de colère. Le podium lui tendait en effet les bras.

 

36e: Peterson mène avec trente-huit secondes d'avance sur Depailler. Villeneuve est encore plus distancé. Daly est quatrième devant Fittipaldi. Puis viennent Brambilla, Tambay, Laffite, Watson et Lunger, tous à un tour.

 

37e : Peterson prend un tour à Fittipaldi. Seuls Depailler, Villeneuve et Daly sont encore dans la même boucle que lui.

 

40e: Daly part en tête-à-queue dans la courbe à droite ramenant vers Raiffeisenhügel. L'Irlandais se retrouve bloqué dans les broussailles. Il appelle à l'aide les commissaires qui acceptent de le pousser, mais ceci est illégal et la disqualification le menace donc.

 

41e : Trente-sept secondes séparent Peterson et Depailler. Par chance Daly n'a pas perdu de place dans sa mésaventure et se retrouve devant Watson, relégué à un tour.

 

42e: Tambay quitte la piste au même endroit que Daly et atterrit dans les hautes herbes. C'est fini pour lui.

 

45e: Seuls les trois premiers sont encore dans le même tour. Daly revient à son stand et abandonne, son Ensign étant instable depuis sa sortie de route. Il est ensuite disqualifié pour avoir bénéficié d'une aide extérieure, comme Reutemann. Fittipaldi récupère la quatrième position.

 

46e : Depailler est aussi rapide que Peterson. L'écart est plutôt stable entre les deux leaders : entre 35 et 40 secondes. Villeneuve est à 18 secondes de Depailler. Alors sixième, Laffite est lui aussi très rapide et remonte sur Brambilla.

 

48e: La seule bagarre en piste oppose désormais Brambilla à Laffite pour la cinquième place.

 

49e: Laffite prend la cinquième place à Brambilla.

 

50e : Peterson compte trente-six seconde d'avance sur Depailler et une minute sur Villeneuve. Suivent à un tour Fittipaldi, Laffite, Brambilla et Watson. Lunger et Arnoux ont deux boucles de retard.

 

53e: Meilleur tour en course pour Peterson: 1'43''12'''. Laffite est si véloce en cette fin d'épreuve qu'il a déjà presque un tour d'avance sur Brambilla doublé quelques minutes auparavant.

 

54ème et dernier tour: Ronnie Peterson reçoit le drapeau à damiers et remporte la dixième victoire de sa carrière. Lors de cette course folle, il a rappelé à tout le monde qu'il était sans doute le plus grand virtuose du peloton. Brillant deuxième, Depailler remonte sur le podium pour la première fois depuis sa victoire à Monaco. Villeneuve est troisième et obtient ainsi le premier podium de sa jeune carrière. Le très expérimenté Fittipaldi est quatrième. Laffite termine cinquième devant Brambilla qui inscrit son premier point de la saison. Watson est septième et devance Lunger et Arnoux. Regazzoni et Rosberg, victimes de nombreux soucis mécaniques, ne sont pas classés.

 

Après la course

Peterson fait une belle opération au championnat des conducteurs puisqu'il revient à neuf points d'Andretti. Néanmoins son sévère contrat devrait l'interdire de convoiter le titre mondial. A cause de leurs abandons Lauda et Reutemann n'ont pratiquement plus aucune chance d'être champions du monde. Ils cèdent même la troisième place à Depailler.

 

Au classement des constructeurs, Lotus est toute proche de la couronne tandis que Tyrrell chipe la troisième place à Ferrari.

Tony