Patrick DEPAILLER
 P.DEPAILLER
Tyrrell Ford Cosworth
Jody SCHECKTER
 J.SCHECKTER
Wolf Ford Cosworth
Jochen MASS
 J.MASS
McLaren Ford Cosworth

296e Grand Prix

XVI Canadian Grand Prix
Légérement nuageux
9 octobre 1977 - Mosport Park
80 tours x 3.957 km - 316.560 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
  • 3e et dernière victoire pour Wolf
  • 40e et dernier Grand Prix pour Penske
Moteur

Une semaine seulement sépare les Grands Prix des USA et du Canada. C'est sans aucun enthousiasme que les pilotes arrivent à Mosport. Ils découvrent un circuit dans un état lamentable. Comme chaque année, l'asphalte a été dégradé par le gel au cours de l'hiver. Certaines barrières ARMCO sont mal fixées... Nombreux sont ceux qui aimeraient déclarer forfait. Bernie Ecclestone réagit et fait savoir aux autorités canadiennes que pour conserver leur Grand Prix, elles devraient peut-être choisir une nouvelle piste...

 

Chez Ferrari l'ambiance est irrespirable. Sacré champion du monde, mais mis en porte-à-faux par Enzo Ferrari et privé de son chef mécanicien Ermanno Cuoghi, Niki Lauda n'a guère envie de disputer les deux dernières courses de la saison, sans enjeu pour lui.

Fiat a lancé une campagne de publicité pour célébrer les titres mondiaux de Ferrari... sans le mentionner. Le Commendatore n'a pas envoyé un seul télégramme pour féliciter son pilote. Très aigri, Lauda s'est réfugié dans un hôtel à Oshawa, et n'en sortira que pour les essais...

 

Pour cette manche, la Scuderia amène une troisième 312 T2 pour Gilles Villeneuve, le futur successeur de Niki Lauda. La titularisation du jeune Québécois fait une malheureux: l'Italo-Américain Eddie Cheever, 19 ans, troisième pilote de la Scuderia qui avait signé une option pour 1978 au mois d'août. Il répand son aigreur dans la presse.

 

Le vendredi matin, Niki Lauda téléphone à Roberto Nosetto. Il lui annonce qu'il souffre d'une grippe intestinale et ne peut pas prendre part à la course. Nosetto essaie de le retenir, sans résultat. Il boucle ses valises et s'envole pour l'Europe. Il ne pilotera plus jamais pour Ferrari.

 

Il n'y a pas de changements de pilote depuis Watkins-Glen, si ce n'est le retour de Riccardo Patrese dans la deuxième Shadow après l'intérim de Jean-Pierre Jarier.

 

Les qualifications

Tout au long des essais, les pilotes se plaignent de l'état de la piste. Le vendredi, la situation devient dramatique lorsque l'Hesketh de Ian Ashley s'envole sur une bosse, décolle, passe par-dessus les barrières et s'écrase sur une antenne de télévision. Les secours sont si lents qu'il faut 45 minutes pour dégager l'Anglais de son épave. Il souffre de sérieuses blessures aux jambes. On ne le reverra pas en Formule 1. Le samedi, c'est Jochen Mass qui heurte violemment les rails de sécurité. Sa voiture est complétement détruite mais l'Allemand est miraculeusement indemne.

 

Comme à Watkins-Glen, la grille est déterminée par les essais du vendredi car le samedi le circuit est noyé sous les averses. Andretti et Hunt poursuivent leur duel de la semaine précédente. L'Italo-Américain réalise sa sixième pole de la saison avec six dixièmes d'avance sur Hunt. Tout le monde est étonné du regain de forme des Tyrrell: Peterson est troisième et Depailler sixième. Entre eux se trouvent Nilsson et Mass. Les Lotus, McLaren et Tyrrell monopolisent donc les trois premières lignes. En quatrième ligne on trouve les Shadow de Jones et Patrese. Scheckter occupe une décevante neuvième place. Les Martini Brabham sont très en deçà de leur niveau habituel: Watson est dixième et Stuck treizième. Laffite n'est qu'onzième avec la Ligier. Les Ferrari sont vraiment à la peine. Reutemann est douzième tandis que Villeneuve, se débattant avec une voiture réglée pour Lauda, obtient péniblement la dix-septième place. Tambay parvient cette fois à qualifier son Ensign privée, au 16ème rang.

 

Ongais fait mieux qu'aux USA avec sa Penske privée puisqu'il est vingt-et-unième devant Ribeiro, Binder et Keegan. Jabouille et Renault sont les grands perdants des averses du samedi. La veille, deux moteurs turbos ont été cassés, et Jabouille se retrouve non-qualifié... Renault Sport met fin à sa saison après cette déconvenue, en espérant revenir en force l'année suivante.

 

Le Grand Prix

Une violente averse s'abat sur le circuit le dimanche matin, et le warm-up se dispute ainsi sur une piste mouillée. L'après-midi, l'asphalte est encore un peu humide, mais tous les pilotes partent en slicks. La pluie n'est plus attendue.

 

Départ: Andretti prend un bon envol et conserve la première place devant Hunt, Nilsson, Mass et Patrese. Peterson a pris un mauvais envol et perd des places.

 

1er tour: Mass double Nilsson. Dans le deuxième virage, Scheckter et Jones se frottent et font des écarts. Pour les éviter, Regazzoni met ses quatre roues dans l'herbe, dérape et finit dans le décor. Le Tessinois renonce.

Andretti mène devant Hunt, Mass, Nilsson, Patrese, Depailler, Peterson, Watson, J. Scheckter et Jones.

 

2e: Andretti et Hunt semblent s'échapper en tête de l'épreuve. Depailler prend la cinquième place à Patrese. Watson se frotte à Peterson, quitte la piste et heurte un rail. La course s'arrête là pour le Nord-Irlandais.

 

3e: Andretti a une seconde d'avance sur Hunt et trois secondes d'avance sur Mass.

 

5e: Depailler double Nilsson et s'empare de la quatrième place. Reutemann prend la neuvième position à Jones.

 

6e: Andretti et Hunt sont de loin les plus rapides en ce début d'épreuve. Mass est déjà relégué à plus de huit secondes de la tête de course.

 

7e: Scheckter prend la septième place à Peterson.

 

9e: Scheckter est revenu sur Patrese et menace sa position. Il va le doubler au tour suivant.

 

10e: Andretti mène devant Hunt (1s.). A plus de douze secondes vient un trio composé de Mass, Depailler et Nilsson. Puis à vingt secondes se trouve un deuxième groupe avec Scheckter, Patrese, Peterson, Reutemann et Jones.

 

11e: Peterson double Patrese.

 

12e: Reutemann dépasse à son tour Patrese.

 

13e: Mass sème quelque peu Depailler et Nilsson, toujours en bagarre, tandis que Scheckter et Reutemann reviennent sur ce duo. Laffite était dixième mais il doit abandonner à cause de la rupture d'un demi arbre de roue.

 

14e: Nilsson repasse devant Depailler. Scheckter est désormais sur les talons de pilote français. Peterson effectue un tête-à-queue. Il reprend sa route en quatorzième position.

 

15e: Une seconde sépare Andretti et Hunt. Scheckter dépasse Depailler.

 

16e: Reutemann double à son tour Depailler qui semble en difficulté.

 

18e: L'accélérateur de Nilsson se bloque, envoyant le jeune Suédois dans le décor. C'est son sixième abandon consécutif. Scheckter récupère la quatrième place.

 

20e: Andretti a une seconde et demie de marge sur Hunt. Mass compte vingt-cinq secondes de retard sur l'Américain, Scheckter trente secondes. Reutemann est au ralenti à cause d'un problème de pression d'essence.

 

21e: Reutemann regagne son garage. La course est aussi finie pour Stuck qui a cassé son moteur Alfa Romeo.

 

24e: Andretti mène devant Hunt (1.5s.), Mass (30s.) et Scheckter (35s.). Suivent Depailler, Patrese, Jones, Brambilla, Peterson et Lunger.

 

26e: Tandis que les deux leaders ne se quittent pas, Brambilla attaque Jones pour la septième place.

 

28e: Brambilla dépasse Jones.

 

30e: Pas de changement en tête: l'écart entre Andretti et Hunt varie entre une seconde et deux secondes et demie. Leur avance sur le reste du peloton se creuse. Mass est désormais à plus de quarante secondes de la tête de course. Depailler et Patrese sont en lutte pour la cinquième place.

 

31e: I. Scheckter subit une panne de moteur sur sa March et renonce.

 

32e: Fittipaldi est au stand Copersucar, se plaignant du manque de puissance de son moteur Ford-Cosworth. Il préfère renoncer plutôt que de casser un bloc.

 

33e: Alors treizième, Keegan veut prendre un tour à Binder, dix-septième. Il tente sa manœuvre avant les Esses mais les deux hommes se tamponnent. Binder part en tête-à-queue et Keegan percute le rail. Ils doivent abandonner tous les deux.

 

35e: Une fuite d'essence se déclare sur la Tyrrell de Peterson. La canalisation n'est pas réparable. Il n'y a plus que quatorze voitures encore en piste.

 

37e: Andretti ne parvient toujours pas à se défaire de Hunt, lequel demeure dans son sillage. Les dépassements des retardataires n'y changent rien.

 

40e: A mi-course, Andretti mène devant Hunt (1.2s.), Mass (50s.), Scheckter (54s.), Depailler (1m. 04s.), Patrese (1m. 06s.), Brambilla (1m. 07s.) et Jones ( (1m. 09s.). Viennent ensuite Lunger, Tambay, Villeneuve, Ongais, Ribeiro et Nève.

 

42e: Hunt commence à s'impatienter derrière Andretti: voilà une heure qu'il le suit sans trouver d'ouverture.

 

44e: Pendant que la lutte fait rage en tête de l'épreuve, Depailler, Patrese, Brambilla et Jones sont presque roues dans roues et se battent pour les derniers points.

 

45e: Toujours une seconde d'écart entre Andretti et Hunt. Mass est désormais à plus d'une minute.

 

48e: Statu quo en tête de l'épreuve. Andretti et Hunt poursuivent leur affrontement. Ils reviennent sur le trio Depailler-Patrese-Brambilla pour lui prendre un tour.

 

50e: Andretti a une seconde et demie d'avance sur Hunt. Mass est troisième à une minute et dix secondes. Scheckter est sur le point de concéder un tour aux deux leaders.

 

52e: Andretti et Hunt sont revenus derrière Scheckter.

 

53e: Scheckter laisse passer les leaders. Seul Mass est encore dans la même boucle qu'eux.

 

55e: Hunt ne cesse d'attaquer et met une énorme pression sur les épaules d'Andretti.

 

56e: Andretti réagit et réalise le meilleur tour de la course: 1'13''299'''.

 

58e: A cause d'un problème de pression d'huile, le moteur de Nève ne fonctionne plus. Le Belge regagne le stand Williams pour abandonner.

 

59e: Andretti et Hunt sont désormais dans le sillage de Mass. L'Allemand va-t-il aider son coéquipier à doubler la Lotus ?

 

61e: A l'abord des Esses, Mass gêne opportunément Andretti. Hunt se jette à l'intérieur et prend l'avantage sur l'Américain, complétement floué par ce « coup tordu ».

 

62e: Désormais leader, Hunt pense avoir course gagnée lorsqu'il arrive derrière Mass avant la courbe Québec. Il croit que son équipier va le laisser passer et plonge à l'extérieur. Mais Mass ne l'a pas vu et les deux McLaren se touchent. Mass part en tête-à-queue tandis qu'Hunt percute le rail de face. L'Allemand reprend sa route tandis que Hunt sort furieux de sa voiture. Andretti a repris le commandement.

 

63e: Andretti est désormais leader avec un tour d'avance sur Scheckter. Mass s'arrête à son stand pour faire vérifier sa voiture. Hunt est en colère envers son équipier et demeure sur le bord de la piste. Un brave commissaire lui conseiller de quitter les lieux. L'impulsif Anglais lui répond par un crochet du droit. Hunt se rend immédiatement compte de la stupidité de son geste et s'excuse auprès du commissaire, mais l'image a été filmée par une caméra de télévision...

 

64e: Andretti mène avec un tour d'avance sur Scheckter et Depailler. Brambilla prend la quatrième place à Patrese. Mass est reparti en sixième position.

 

67e: Andretti est en tête devant Scheckter, Depailler, Brambilla, Patrese et Mass, tous relégués à un tour. Viennent ensuite Jones, Lunger et Tambay.

 

70e: Il n'y a plus de suspens en piste, si ce n'est pour la quatrième place pour laquelle Brambilla et Patrese sont encore en lutte.

 

72e: Andretti ménage sa voiture en cette fin d'épreuve et baisse le rythme.

 

74e: Lunger s'arrête à son stand pour faire vérifier sa machine. Il se fait ainsi doubler par Tambay et Villeneuve.

 

76e: A quatre tours du but, Andretti a un tour et une minute trente secondes d'avance sur Scheckter.

 

78e: Coup de théâtre: de la fumée s'échappe de la Lotus d'Andretti. Le moteur Cosworth de la 78 a une nouvelle fois rendu l'âme. L'Américain regagne son stand tout en répandant de l'huile dans la dernière portion du circuit. Scheckter récupère le commandement devant Depailler et Brambilla. Villeneuve part en tête-à-queue dans les Esses. Il va pouvoir repartir mais n'ira pas bien loin, un arbre de transmission s'étant rompu sur sa Ferrari.

Dans les Esses, Patrese glisse sur l'huile répandu par Andretti et vient s'encastrer dans la voiture abandonnée de Keegan.

 

79e: Scheckter a sept secondes d'avance sur Depailler. Toujours dans les Esses, Brambilla dérape à son tour sur l'huile et percute la Shadow de Patrese. Les deux Italiens viennent de perdre leurs chances de monter sur le podium. Ongais dérape à son tour à cet endroit mais évite les épaves et va pouvoir repartir, pousser par des commissaires. Lunger est pour sa part à son stand où il renonce, moteur en panne.

Villeneuve est sorti de la piste dans la montée vers le virage Moss.

 

80ème et dernière course: Jody Scheckter remporte donc une victoire inespérée, sa troisième de la saison. Depailler termine deuxième et retrouve enfin le chemin du podium. Il n'avait plus inscrit de point depuis quatre mois. Mass termine troisième après une fin de course mouvementée. Mais il n'est pas sûr que cette performance fasse oublier son accrochage avec Hunt... Jones finit quatrième devant Tambay qui marque des points pour la troisième fois cette saison. Malgré son abandon, Brambilla est classé sixième. Ongais et Ribeiro sont les seuls autres pilotes à franchir la ligne d'arrivée.

 

Après la course

Le succès de Scheckter est très chanceux mais il est symbolique pour Walter Wolf qui fait ainsi triompher sa voiture dans son pays d'adoption, le Canada. Mario Andretti est évidemment déçu: c'est la cinquième fois cette saison que son moteur le trahit en course.

 

Vittorio Brambilla se fait tirer les oreilles par l'équipe Surtees après avoir manqué stupidement un podium. Heureusement pour lui, l'irascible John Surtees n'est pas présent: il est en Angleterre pour tester lui-même sa TS19...

 

Le héros local Gilles Villeneuve a connu une course pénible, au volant d'une Ferrari inconduisible... Au moins a-t-il pu rester en piste jusqu'à l'antépénultième tour.

 

La CSI décide de sévir contre Hunt après le coup de poing qu'il a donné au commissaire de piste. Le pilote anglais reçoit ainsi une amende de 2750 dollars.

 

La victoire de Scheckter lui assure pratiquement le titre de vice-champion du monde puisqu'il possède huit points d'avance sur Andretti à une course de la fin de la saison.

Chez les constructeurs, Wolf reprend la troisième place à McLaren et peut même espérer doubler Lotus sur le fil. Sept points séparent en effet les deux équipes.

Tony