Niki LAUDA
 N.LAUDA
Ferrari
Alan JONES
 A.JONES
Shadow Ford Cosworth
Hans Joachim STUCK
 H.STUCK
Brabham Alfa Romeo

292e Grand Prix

XV Grosser Preis von Osterreich
Légérement nuageux
14 août 1977 - Österreichring
54 tours x 5.942 km - 320.868 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
  • 1re et unique victoire pour Shadow
Moteur
Victoire totalement inattendue d'Alan Jones.

Un an après un Grand Prix catastrophique pour les organisateurs du fait des forfaits de Niki Lauda et de la Scuderia Ferrari, les spectateurs autrichiens sont de retour en masse pour soutenir leur idole. Lauda est en effet fort bien parti pour remporter son deuxième titre de champion du monde. Il est d'ailleurs très pressé de s'assurer de cette couronne afin de quitter la Scuderia au plus vite. Il ne supporte plus Reutemann, Nosetto, Forghieri, le Commendatore lui-même... Chez ses adversaires, le moral est assez bas. James Hunt et Mario Andretti doivent absolument l'emporter pour conserver une chance de le menacer. Quant à Jody Scheckter, il n'est qu'à dix points de la première place, mais n'est pas très optimiste pour la suite de la saison.

 

Le tracé de l'Österreichring a été modifié suite à l'accident mortel dont a été victime Mark Donohue en 1975. La courbe qui formait précédemment le premier virage a été transformée en une chicane très lente.

 

Arturo Merzario abandonne très provisoirement son équipe pour se glisser dans le deuxième baquet de Shadow, où il remplace Patrese. Celui-ci doit en effet disputer ce week-end là une manche du championnat d'Europe de F2. Surtout, Ambrosio n'a pas réglé certaines échéances à Don Nichols et son protégé est donc écarté... L'équipe anglo-américaine enregistre par ailleurs le retour de Tony Southgate qui a effectué un court passage chez Lotus. Pour ce Grand Prix il a légèrement modifié sa DN8, en plaçant un radiateur d'huile à l'avant et en redessinant les pontons. La voiture a également perdu 35 kilos.

Il y a aussi du changement chez ATS, où l'Autrichien Hans Binder remplace l'Allemand Hans Heyer. Après le départ d'Ertl, Hesketh engage de nouveau une seconde voiture confiée à Ian Ashley. Enfin Brian Henton tente de nouveau sa chance avec la March de son British F1 Racing Team.

Renault, BRM et RAM ont déclaré forfait.

 

Les qualifications

Les essais qualificatifs sont une nouvelle fois très serrés, mais Lauda et Hunt semblent au-dessus du lot. Devant son public le pilote autrichien signe la pole position avec seulement un dixième d'avance sur Hunt. Andretti est troisième et devance Stuck. Ces quatre pilotes sont les seuls à être passés sous la barre d'1' 40''. Reutemann est cinquième et devance Laffite. Tambay continue de surprendre avec l'Ensign du team Theodore et se qualifie au septième rang. Scheckter est huitième et précède Mass, Depailler et Regazzoni. Handicapé par un mauvais virus, Watson est seulement douzième sur la deuxième Brabham. Nilsson déçoit toujours en qualifications et n'est que seizième, aux côtés de son glorieux aîné Ronnie Peterson.

 

Fittipaldi a monté un nouveau train arrière sur sa Copersucar et parvient cette fois-ci à se qualifier, en vingt-troisième position. Pour la deuxième fois de l'année, Emilio de Villota gagne sa place sur la grille de départ. Rebaque, Ashley, Henton et Ribeiro sont non qualifiés.

 

Le Grand Prix

La pluie s'abat sur le circuit quelques heures avant la course. Lors du warm-up, la piste est noyée sous les eaux. Seules les Shadow de Jones et Merzario tournent en moins de deux minutes. Mais personne ne prête attention à leurs performances... Pourtant leurs suspensions souples sont un réel atout sur ce tracé.

 

Toutefois au moment du départ, la pluie s'est arrêtée et la trajectoire n'est plus que légèrement humide. Les équipes et les pilotes sont perplexes: quels pneus choisir ? Le ciel est toujours menaçant... Finalement la grande majorité des pilotes décide de monter des slicks. Seuls Nilsson, Merzario, Jarier, Schuppan et Binder prennent le risque de chausser des pneus rainurés.

 

Départ: Lauda et Hunt sont en côte à côte durant toute la montée vers la chicane, mais c'est finalement l'Autrichien qui s'y impose. Juste derrière Hunt se place Andretti. Reutemann est quatrième.

 

1er tour: A la courbe Bosch Andretti se place à l'extérieur pour doubler Lauda et Hunt, mais manque de peu de se mettre dehors. Qu'à cela ne tienne, il profite d'un écart de Hunt à la sortie de la courbe pour le passer. Il double ensuite Lauda sans difficulté à Texaco. Puis Hunt passe Lauda dans la courbe Rindt. Derrière eux, Reutemann a perdu des places.

Andretti mène devant Hunt, Lauda, Scheckter, Tambay, Stuck, Nilsson qui a réalisé un premier tour fantastique, Reutemann, Mass et Peterson. Regazzoni est sorti de la piste et a dû abandonner. Brambilla est aussi parti dans la terre mais est parvenu à se désembourber.

 

2e: Scheckter double Lauda dans Flatschach. Grâce à ses pneus rainurés, Nilsson vole sur la piste: il double Stuck, Tambay, puis enfin Lauda. Le voici quatrième. Mass a pris la huitième place à Reutemann. De son côté, Merzario est onzième. Brambilla s'arrête à son stand pour refixer ses ceintures et repart dernier.

 

3e: Tandis qu'Andretti contrôle ce début de course, Nilsson prend la troisième place à Scheckter. Merzario double Peterson et se retrouve dixième. Sortie de route pour Ian Scheckter qui doit abandonner.

 

4e: Nilsson déborde Hunt à la première chicane. Voici les deux Lotus en tête. Stuck passe Tambay. Merzario double Reutemann.

Tête-à-queue de de Villota qui parvient à repartir grâce à l'aide des commissaires de piste. Laffite est bloqué aux stands et repartira dernier.

 

5e: Merzario double Mass. Le choix des pneus rainurés semble assez pertinent en ce début de course, mais la piste s'assèche...

 

6e: Tandis que Nilsson revient derrière son équipier, Merzario se débarrasse de Tambay. Cela va mal pour Lauda qui, peu à l'aise avec sa voiture, se fait doubler par Stuck, puis par Merzario en fin de tour. Plus loin, Jones prend la dixième place à Reutemann.

 

7e: La piste commence à sérieusement s'assécher. Tambay double Lauda.

 

8e: Jones double Mass. L'Australien est très rapide grâce à ses suspensions souples qui font merveille sur ce circuit. Jarier s'arrête au stand ATS pour mettre des slicks.

 

9e: Andretti mène devant Nilsson, Hunt, Scheckter, Stuck, Merzario et Tambay. Lauda perd encore deux places aux profits de Jones et de Mass.

 

10e: Nilsson entre aux stands pour chausser des slicks. L'arrêt dure longtemps et le jeune Suédois ne ressort qu'en treizième position. Merzario choisit également de s'arrêter et va repartir douzième. Binder chausse aussi des slicks. Tambay se fait doubler par Jones, puis est attaqué par Mass auquel il résiste.

 

11e: Mass double Tambay.

 

12e: Le moteur d'Andretti casse dans la descente vers Bosch. L'Américain n'a plus qu'à s'arrêter dans une échappatoire. Cette troisième avarie consécutive de son moteur lui ôte tout espoir de remporter le titre. Hunt s'empare du commandement. Lauda repasse Tambay. Dernier pilote à avoir des pneus pluie, Schuppan fait monter des slicks sur sa Surtees.

 

13e: Mass s'arrête aux stands car ses manomètres ne fonctionnent plus tandis que son échappement lui donne de l'inquiétude. Après quelques réparations, il repart quatorzième.

 

14e: Hunt mène la course avec quelques secondes d'avance sur Scheckter qui retient péniblement Stuck et Jones. Lauda est cinquième puis viennent Tambay, Reutemann, Depailler, Peterson et Nilsson.

 

15e: La piste est désormais sèche. Hunt s'échappe en tête. Jones plonge à l'intérieur dans la courbe Bosch et déborde Stuck.

 

16e: A Bosch Jones prend de nouveau l'intérieur et double ainsi Scheckter, légèrement gêné par Fittipaldi qui se trouvait devant lui.

 

20e: Hunt mène avec une quinzaine de secondes d'avance sur Jones. Scheckter est troisième, puis viennent Stuck, Lauda, Tambay, Reutemann, Depailler, Nilsson et Peterson.

 

21e: Nilsson passe Depailler et remonte sur Tambay et Reutemann, en bagarre pour la sixième place.

 

22e: Tambay se fait doubler par Reutemann, puis par Nilsson. Arrêt aux stands de Depailler qui chausse de nouveaux pneus et repart en dix-huitième position.

 

23e: Nilsson prend la sixième place à Reutemann.

 

25e: Jones remonte peu à peu sur Hunt. Plus loin Lauda menace Stuck. Laffite abandonne, victime d'incessants problèmes de tenue de route, et peut-être d'une fuite d'huile sur le pneu arrière gauche. Il était alors dernier à plusieurs tours du leader.

 

28e: Tête-à-queue de Merzario à la chicane. L'Italien va bientôt devoir abandonner à cause d'une boîte de vitesses cassée.

 

29e: Lauda est revenu juste derrière Stuck.

 

30e: Lauda passe Stuck à la chicane. Il se lance désormais à la poursuite de Scheckter. A Bosch Nilsson double à son tour Stuck.

 

32e: Lauda et Nilsson sont revenus derrière Scheckter. Mais Nilsson est plus rapide que l'Autrichien et le double à Texaco. Puis le jeune Suédois attaque et passe Scheckter à la Jochen Rindt Kurve. Le voici troisième.

 

33e: Lauda double Scheckter à la chicane.

 

35e: Jones poursuit son effort mais Hunt semble avoir la course en main. Dix-neuf secondes les séparent. Nilsson est relégué à trente-trois secondes du leader. Lauda est quatrième et devance Scheckter, Stuck, Reutemann, Tambay, Peterson et Keegan.

 

38e: A la fin de ce tour Nilsson ralentit brusquement avant de s'arrête sur le bas-côté. Son moteur ne fonctionne plus. Voici Lauda troisième.

 

40e: Hunt possède vingt secondes d'avance sur Jones et trente secondes d'avance sur Lauda.

 

42e: L'explosion de son moteur contraint Tambay à s'arrêter dans le gazon. Mais le jeune Français a marqué les esprits par ce beau Grand Prix. Peterson récupère la septième position.

 

44e: Le moteur de Hunt part en fumée: l'Anglais s'arrête sur le bas-côté. Jones récupère le commandement.

 

45e: Jones mène un Grand Prix pour la première fois de sa carrière. Toute l'équipe Shadow prie pour qu'il tienne jusqu'au bout. Relégué à quinze secondes, Lauda n'est pas une menace, pas plus que Scheckter qui occupe le troisième rang. Stuck est quatrième et viennent ensuite Reutemann, Peterson, Keegan, Mass, Nève et Watson.

 

46e: Scheckter commet une erreur et part en tête-à-queue. Il cale: c'est terminé pour le Sud-Africain qui perd ainsi de gros points dans l'optique du championnat du monde. Stuck grimpe du coup sur le podium et Keegan entre les points.

 

48e: Keegan et Mass sont en bagarre pour la sixième place. Plus loin, Nève et Watson se battent pour la huitième rang.

 

50e: Avec vingt secondes d'avance sur Lauda, Jones a course gagnée. En revanche Stuck voit sa troisième place dangereusement menacée par Reutemann.

 

52e: Mass double Keegan. Après une course totalement anonyme, Watson réalise le meilleur tour en course: 1'40''96.

 

53e: Reutemann est sur les talons de Stuck. De Villota sort de la piste et finit sa course dans les hautes herbes.

 

54ème et dernier tour: Alan Jones franchit la ligne d'arrivée et remporte sa première victoire en Formule 1, la première d'un Australien depuis Sir Jack Brabham. C'est aussi la première victoire de l'écurie Shadow, pour le plus grand bonheur de son patron Don Nichols. Lauda termine second après une belle démonstration: peu à l'aise avec une Ferrari rétive, souffrant de sous-virage, il a évité tous les pièges et obtient une deuxième place fort utile dans la course au titre. Stuck parvient jusqu'au bout à résister à Reutemann: deux dixièmes de seconde les séparent à l'arrivée. Le pilote allemand obtient son deuxième podium d'affilé. Peterson termine cinquième et Mass sixième. Suivent Keegan, Watson qui a doublé Nève dans le dernier tour, Lunger, Fittipaldi, Binder, Depailler, Jarier, Brambilla et Schuppan.

 

Après la course

Cette victoire permet à Jones de démontrer qu'il n'est pas qu'un Australien grassouillet et bourru, mais aussi un coureur doué et intrépide. Il espère bien trouver une place dans les meilleures équipes en 1978. Après Nilsson et Laffite, il est en tout cas le troisième coureur à remporter son premier succès en 1977.

 

Toutefois, la victoire serait sans doute revenue à Mario Andretti sans cette nouvelle rupture de moteur. « La voiture roulait de façon fantastique, admet l'Américain. On l'aurait dit peinte sur la piste. Lorsque mon V8 lâcha, je ne voulais pas y croire: je conduisais en souplesse, sans forcer, comme à l'économie, et soudain crac !... Incroyable... »

 

Niki Lauda n'a toujours pas remporté son Grand Prix national, mais au classement général il fait encore une belle opération. Il compte désormais seize points d'avance sur Scheckter. Reutemann est maintenant troisième, à vingt points de son coéquipier. Avec respectivement vingt-deux et trente-deux longueurs de retard, Andretti et Hunt semblent exclus de la course au titre.

 

En ce qui concerne la coupe des constructeurs, Ferrari consolide sa première place et a maintenant vingt-quatre points d'avance sur Lotus-Ford-Cosworth. Grâce à cette victoire, Shadow grimpe à la septième place.

Tony