Jody SCHECKTER
 J.SCHECKTER
Wolf Ford Cosworth
Niki LAUDA
 N.LAUDA
Ferrari
Patrick DEPAILLER
 P.DEPAILLER
Tyrrell Ford Cosworth

283e Grand Prix

XI Grand Prix of South Africa
Légérement nuageux
5 mars 1977 - Kyalami
78 tours x 4.104 km - 320.112 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
  • 66e victoire pour Ferrari
  • 197e et dernier Grand Prix pour BRM
Moteur
  • 66e victoire pour Ferrari
  • 189e et dernier Grand Prix pour BRM
Après avoir fauché un commissaire de piste, la Shadow de Tom Pryce percute la Ligier de Jacques Laffite.

Entente F1.C.A. - Ferrari: la victoire de Bernie Ecclestone

L'approche de la saison européenne fait craindre le pire aux dirigeants sportifs. En effet jusqu'ici, Bernie Ecclestone et les constructeurs ont accepté de disputer les premières courses de l'année selon les règles définies par le WCR. Mais en Europe ils comptent bien faire respecter les contrats signés entre eux et les organisateurs. Patrick Duffeler ne peut rien faire pour s'assurer de ces derniers. Pour ne rien arranger, le président de la CSI Pierre Ugeux juge que Duffeler mène la Formule 1 au schisme et décide de lui retirer la direction des négociations avec la F1CA. Ecclestone et Ugeux savent que désormais l'issue de la crise dépend de la position de la Scuderia Ferrari. Jusqu'ici celle-ci a soutenu le pouvoir sportif, mais elle ne peut se désolidariser complétement des autres équipes.

 

Le 15 février, Bernie Ecclestone et Max Mosley se rendent à Maranello afin de rencontrer Enzo Ferrari en personne. Le Commendatore est entouré de son jeune conseiller Marco Piccinini. Luca di Montezemolo, les yeux et les oreilles de Gianni Agnelli, est également présent. Ferrari entend profiter de la fascination qu'il exerce sur Ecclestone. Le « petit homme » le considère un peu comme un maître. Ferrari a déjà arrêté sa décision. Il accepte de soutenir la F1CA en échange de quelques avantages financiers. Ecclestone repart d'Italie triomphant: la CSI doit s'incliner, le WCR n'a plus de raison d'être. Les Grands Prix de la saison 1977 se dérouleront selon les conditions imposées par les constructeurs.

 

Présentation de l'épreuve

Plus d'un mois s'écoule entre les Grands Prix du Brésil et d 'Afrique du Sud. Chez Ferrari, Niki Lauda est furieux du traitement de faveur dont bénéficie son équipier Carlos Reutemann. Refusant son statut de deuxième pilote, il compte mettre à profit l'arrivée de la Ferrari 312 T2 version 1977 pour renverser la situation en sa faveur. Il obtient d'Enzo Ferrari et Mauro Forghieri la permission de participer à des essais privés à Kyalami afin de préparer au mieux l'épreuve. Reutemann pour sa part se contente d'essais à Fiorano.

 

En Afrique du Sud, on attend beaucoup de Jody Scheckter, vainqueur en Argentine, qui a effectué plusieurs séances d'essais particuliers sur le tracé loué par Walter Wolf.

 

Brabham lance son nouveau modèle, la BT45B à moteur Alfa Romeo. Elle se distingue peu de sa devancière. Elle est toutefois plus légère grâce à l'utilisation d'une boîte à six rapports assemblée chez Alfa Romeo. Seul Carlos Pace utilise cette voiture.

BRM est dans la panade: la nouvelle P207 connaissant de graves problèmes de surchauffe, l'équipe a dû ressortir la vieille P201, rebaptisée P204 après quelques modifications, pour disputer cette épreuve. Cette monoplace a trois ans d'âge...

Shadow engage enfin deux DN8 pour Tom Pryce et Renzo Zorzi. Les voitures américaines arborent désormais une livrée blanche et bleue.

Hormis Jody Scheckter, il n'y a pas d'autre Sud-Africain inscrit pour cette manche. Son frère Ian Scheckter s'est blessé au pied en Formule Atlantique. Il est remplacé chez March par Hans Joachim Stuck, dont c'est le troisième retour en Formule 1.

L'écurie RAM fait son retour associée à F&S Properties qui soutient Boy Hayje. Déjà aperçu l'année précédente, le Néerlandais pilote cette fois une March 761. Autre écurie privée: Chesterfield Racing, autre nom de BS Fabrications, équipe de Bob Sparshott qui avait déjà soutenu la Surtees privée de Henri Pescarolo en 1976. Elle engage aussi une March 761 donnée à l'Américain Brett Lunger.

 

Les qualifications

Au cours de la première séance d'essais qualificatifs, une forte pluie s'abat sur Kyalami. Pryce étonne en signant le meilleur temps avec une large avance sur ses poursuivants. Lauda, dont on sait à quel point il craint la pluie depuis son accident du Nürburgring, réalise lui aussi un bon chrono.

 

Tout se joue donc lors de la séance du vendredi après-midi où, comme à Interlagos, la lutte est sévère entre Hunt et Pace. Le Brésilien a longtemps le meilleur temps mais finalement Hunt décroche sa troisième pole en trois épreuves. Les essais privés menés par Lauda semblent avoir porté leurs fruits puisque l'Autrichien est troisième. Il précède Depailler dont la Tyrrell P34 se comporte mieux. Scheckter occupe une belle cinquième place sur la Wolf. Andretti est sixième devant Peterson et Reutemann, qui cette fois est très en retrait par rapport à Lauda. Fittipaldi est un étonnant neuvième au volant de la vieille Copersucar. Suivent Nilsson, Watson, Laffite et Mass. Déception chez Shadow où, décidément, la DN8 ne s'améliore pas en qualifications, du moins sur piste sèche: Pryce est quinzième et Zorzi seulement vingtième. Hayje, Perkins et Lunger sont en fond de grille.

 

Le Grand Prix

Le ciel est de nouveau couvert ce samedi 5 mars, mais aucune averse n'est attendue.

 

Départ: Bon envol de Hunt, au contraire de Pace qui se fait doubler par Scheckter, à droite, et par Lauda, à gauche. Celui-ci s'impose face au Sud-Africain et menace même Hunt à Crowthorne, sans succès. Mauvais départ de Pryce qui reste un temps scotché avant de démarrer.

 

1er tour: Hunt mène devant Lauda, Scheckter, Depailler, Pace, Mass, Andretti, Peterson, Fittipaldi et Reutemann.

 

2e: Lauda chasse Hunt tandis que Scheckter est un peu isolé au troisième rang.

 

3e: Hunt n'a qu'une demi-seconde d'avance sur Lauda qui semble être le plus rapide dans la longue pleine charge. Le Flat 12 Ferrari a trente chevaux de plus que le V8 Ford-Cosworth...

 

5e: Hunt mène devant Lauda (0.5s.), Scheckter (3s.), Depailler (4s.), Pace (5s.), Mass (6s.) et Andretti (6.5s.).

 

6e: Peterson s'arrête sur le bas-côté à Jukskei Sweep, à cause d'une chute de pression d'essence.

 

7e: Lauda déborde Hunt dans la longue ligne droite et s'impose à Crowthorne. C'est la première fois qu'il mène une course depuis son accident d'août 1976. Watson double Fittipaldi et réalise le meilleur tour de la course en 1'17''63'''.

 

9e: Lauda s'échappe un peu en tête de la course.

 

10e: Lauda compte deux secondes d'avance sur Hunt. Scheckter est à quatre secondes, Depailler à six secondes. Un peu plus loin vient un peloton composé de Pace, Mass, Andretti, Reutemann et Watson.

 

12e: Lauda a trois secondes d'avance sur Hunt qui est de plus en plus menacé par Scheckter. Depailler est dans le sillage de ces deux pilotes.

 

14e: Tandis que la situation est assez clame en haut du paquet, on assiste dans le peloton aux remontées de Brambilla, douzième, et de Pryce, quinzième.

 

15e: Cinq secondes séparent Lauda et Hunt. Scheckter est sur les talons du pilote anglais.

 

16e: Après une lutte épique roues contre roues dans la ligne droite, Brambilla prend la onzième place à Stuck, le tout sous le regard de Laffite. Juste derrière ce trio, Nilsson et Pryce sont en bagarre.

 

18e: Scheckter prend la deuxième place à Hunt. Depailler se retrouve à une demi-seconde du pilote McLaren. Reutemann prend la septième place à Andretti.

 

20e: Lauda a six secondes d'avance sur Scheckter, sept sur Hunt et huit sur Depailler. A dix secondes vient un groupe composé de Pace, Mass, Reutemann, Andretti et Watson. A quinze secondes, Fittipaldi et Brambilla sont en lutte puis, plus loin, se bagarrent Stuck, Pryce, Laffite et Nilsson.

 

21e: Scheckter s'échappe devant Hunt et Depailler. Watson prend la huitième place à Andretti.

 

23e: Zorzi s'arrête face aux stands, sur le côté gauche de la piste, en pleine montée. L'essence est pompée hors du moteur de sa Shadow. L'Italien sort de sa voiture, péniblement car il a du mal à débrancher son tuyau à oxygène. Un léger incendie se déclare sur la voiture. Après un court moment d'hésitation, il se précipite pour couper le contact. Le feu cesse. Mais depuis le muret des stands, deux jeunes commissaires de piste, un dénommé Bill et Frederik Jansen Van Vuuren, 17 ans, décident de traverser la piste munis d'extincteurs pour prêter main forte à Zorzi. Ceci est particulièrement dangereux car au moment où les deux hommes courent sur la piste, surgit le groupe Stuck-Pryce-Laffite-Nilsson. Stuck voit Bill courir devant lui. Par un réflexe inouï, il l'évite de quelques millimètres. Mais Pryce qui prenait l'aspiration derrière lui est complétement aveuglé. Il percute de plein fouet van Vuuren qui est projeté dans les airs tel un pantin désarticulé. L'extincteur du malheureux vient frapper la tête de Pryce, arrachant son casque. Le Gallois est tué sur le coup. Mais la Shadow incontrôlée continue sa route et dévale la pente vers Crowthorne. Elle mord sur la gauche, frotte le rail puis revient en piste à l'abord du virage. Laffite, qui ne se doute de rien, tente de lui faire l'extérieur mais le choc est inévitable. La Ligier décolle avant de s'écraser lourdement dans les protections. Quant à la voiture folle, elle démolit deux rangées de grillage avant de se pulvériser contre un mur. Deux hommes viennent de mourir.

 

24e: Laffite sort de sa Ligier en boitillant, écorché à un genou. Il veut s'expliquer avec Pryce mais découvre l'épave de la Shadow maculée de sang. Très choqué, Jacques quitte aussitôt les lieux. Les secours se précipitent mais il n'y a plus rien à faire: Pryce a été à moitié décapité par l'extincteur. Son corps est rapidement placé sur une civière. Quelques centaines de mètres en amont, le spectacle est encore plus horrible: le pauvre commissaire est dans un triste état. Son cadavre est également évacué, sous les regards hébétés de Renzo Zorzi et du commissaire Bill.

 

25e: Malgré cette tragédie, la course se poursuit comme si de rien n'était. Lauda roule sur l'arceau de la Shadow de Pryce qui vient se ficher dans le flanc avant gauche de sa Ferrari, au niveau du radiateur d'huile.

 

26e: Lauda sent que sa voiture est désormais instable sans savoir pourquoi. A Crowthorne, les secours évacuent le corps de Tom Pryce, traversant (eux aussi...) dangereusement la piste.

 

28e: Lauda souffre d'un important sous-virage. Scheckter le rattrape.

 

30e: Lauda n'a plus que trois secondes d'avancer sur Scheckter. A six secondes se trouve Hunt qui résiste toujours à Depailler. Puis à dix secondes vient le groupe composé de Pace, Mass, Watson, Reutemann et Andretti, toujours très compact.

 

32e: Scheckter est revenu à moins de deux secondes de Lauda.

 

33e: Face au déséquilibre qui affecte sa 312 T2, Lauda décide d'être prudent en entrant dans les virages, afin d'en sortir le mieux possible et de ne pas perdre trop de temps. Dans les lignes droites, il fait confiance à la puissance de son moteur pour semer Scheckter.

 

35e: L'écart commence à se stabiliser entre Lauda et Scheckter. Hunt et Depailler sont toujours en bagarre. Nilsson a crevé un pneu après avoir roulé sur les débris de la voiture de Pryce. Il regagne le stand Lotus pour changer de roue. Hayje a endommagé sa suspension après une sortie de route. Le Néerlandais va devoir renoncer.

 

36e: Andretti reprend la huitième place à Watson.

 

38e: La zone des drames du 23ème tour est désormais à peu près nettoyée. La nouvelle de la mort de Tom Pryce commence à se répandre.

 

40e: Lauda a deux secondes d'avance sur Scheckter qui, heureusement pour l'Autrichien, a également quelques soucis de tenue de route et ne peut donc suffisamment se rapprocher de lui dans la partie sinueuse du tracé.

 

42e: Statu quo en tête de l'épreuve, les différents groupes ne bougeant pas.

 

44e: Reutemann et Andretti entrent en contact. L'Argentin effectue un léger tête-à-queue et repart derrière Watson et Brambilla. En revanche, Andretti doit arrêter sa Lotus car une de ses suspensions est tordue.

 

45e: L'écart demeure peu ou prou le même entre Lauda et Scheckter. A cinq secondes du leader, Hunt contient Depailler. Plus loin, Pace a de plus en plus de mal à résister à Mass à cause d'un problème de sous-virage.

 

48e: Pace s'arrête à son stand pour changer de pneumatiques. Il reprend la piste en quatorzième position.

 

50e: Lauda a deux secondes d'avance sur Scheckter, mais la tenue de route de la Ferrari continue de se détériorer. Hunt et Depailler sont toujours en bagarre. Mass est désormais cinquième et précède Watson, Brambilla, Reutemann, Fittipaldi et Regazzoni.

 

52e: Lauda aperçoit sur son tableau de bord que son voyant d'huile ne cesse de s'allumer. Il poursuite tout de même sa route, en essayant de penser à autre chose...

 

53e: Pace est très rapide grâce à ses pneus neufs et remonte dans le peloton. Il a déjà doublé Binder et Ribeiro.

 

55e: L'écart entre Lauda et Scheckter varie entre une seconde et demie et trois secondes.

 

57e: Stuck doit abandonner, son moteur ne fonctionnant plus.

 

58e: Regazzoni prend la neuvième place à Fittipaldi.

 

60e: Les niveaux d'huile et d'eau de la Ferrari de Lauda sont très bas. L'Autrichien prie pour que son moteur tienne le coup jusqu'à l'arrivée.

 

62e: Scheckter commence à lâcher prise par rapport à Lauda, ce qui laisse respirer celui-ci. Depailler se fait de plus en plus pressant derrière Hunt.

 

64e: Depailler est désormais juste derrière Hunt. Le duel auquel que se livrent les deux hommes depuis une heure va peut-être trouver son terme.

 

66e: Les pneus de Pace sont de nouveaux dégradés et le Pauliste doit repasser par les stands. Il perd encore des places dans l'opération.

 

67e: Depailler déborde Hunt dans la longue ligne droite et s'impose enfin à Crowthorne.

 

68e: Scheckter n'est plus une menace pour Lauda qui désormais ne regarde que son voyant d'huile. Hunt perd pied face à Depailler. Ribeiro abandonne à cause d'une panne de moteur.

 

70e: Lauda a cinq secondes d'avance sur Scheckter. Depailler remonte sur son ancien coéquipier. Hunt est à dix secondes de la tête de course. Suivent Mass et Watson, à vingt secondes.

 

72e: Depailler n'est plus qu'à quelques secondes de Scheckter et donne tout ce qu'il peut pour le rattraper.

 

74e: Pratiquement à court d'eau et d'huile, le moteur de Lauda est au bord de la surchauffe. Le pilote autrichien se montre très prudent pour éviter l'explosion.

 

75e: Depailler n'est plus qu'à deux secondes de Scheckter. Mass et Watson sont en bagarre pour la cinquième place.

 

77e: Les voyants d'huile et d'essence clignotent sur le tableau de bord de Lauda. Sa voiture va-t-elle tenir ? A cinq secondes derrière lui, Depailler attaque Scheckter.

 

78ème et dernier tour: Niki Lauda remporte sa première victoire depuis son grave accident. Ce succès obtenu au volant d'une voiture déséquilibrée, au moteur expirant, est probablement le plus beau de sa carrière. Scheckter conserve in extremis sa deuxième place. Cette belle course prouve que le triomphe de la Wolf à Buenos Aires n'était pas un feu de paille. Depailler obtient le premier podium de l'année pour Tyrrell. Hunt se contente de la quatrième place et précède son équipier Mass. Celui-ci devance de justesse Watson qui inscrit son premier point pour Brabham. Suivent Brambilla, Reutemann, Regazzoni, Fittipaldi, Binder, Nilsson, Pace et Lunger. Perkins est dernier à cinq tours, après que sa BRM s'est lamentablement traînée durant toute l'épreuve.

 

Après la course

Sitôt la ligne franchie, Lauda s'arrête sur le bas-côté. Il examine l'avant gauche de sa Ferrari pour voir ce qui la gênait tant, puis regagne l'allée des stands. Il a été très chanceux de terminer la course. Lorsque ses mécaniciens examinent sa voiture, ils n'y découvrent que trois litres d'eau au lieu de quatorze et un litre et demi d'huile au lieu de huit. C'est un miracle que la Flat 12 ait tenu jusqu'au bout.

 

Lorsque Lauda paraît sur le podium, il est acclamé par les mécaniciens de Ferrari. Toutefois, l'ingénieur de Goodyear Bert Baldwin s'approche pour lui parler à l'oreille. Il lui annonce la mort de Pryce. Lauda blêmit et ne participe pas aux festivités. Il discute de l'évènement avec Scheckter, qui sablera tout de même le champagne pour faire plaisir à ses fans.

 

Ce succès est très important pour Lauda qui se pose ainsi en prétendant naturel au titre mondial. Il n'a en effet absolument pas l'intention de servir de porteur d'eau à Reutemann. L'Argentin n'ayant même pas fini dans les points, la situation se trouve renversée chez Ferrari.

L'étonnant Scheckter récupère la première place du championnat avec deux points d'avance sur Reutemann et Lauda, et six sur Hunt. En ce qui regarde les constructeurs, Ferrari consolide sa première place, sept points devant Wolf.

 

La mort de Tom Pryce

Le décès de Tom Pryce bouleverse le monde du sport automobile. Le gentil et discret Gallois était apprécié de tous. C'était surtout un pilote très rapide, un des plus sûrs espoirs du sport automobile. Colin Chapman souhaitait en faire un pilote Lotus. Quels résultats aurait-il pu obtenir au volant de la « wing car » ? Avec Roger Williamson et Tony Brise, il fait partie de la « génération perdue » du sport automobile britannique. Il laisse une veuve, Nella, qu'il avait épousé deux auparavant. Elle était présente sur le circuit au moment de l'accident et c'est Alan Rees, le team manager de Shadow, qui a dû lui annoncer la nouvelle.

 

Quant au malheureux commissaire van Vuuren, son corps est si abîmé après l'accident que ce n'est qu'après le Grand Prix, lorsque que le directeur de course fait l'appel des commissaires, qu'il peut être identifié.

 

Cet accident mortel est sans doute l'un des plus stupides de l'histoire du sport automobile. Il résulte de l'imprudence des deux commissaires qui ont traversé la piste juste en haut de la colline suivant The Kink, ce qui avait été formellement interdit par la direction de course. De plus, Renzo Zorzi n'a jamais fait appel à eux pour éteindre le début d'incendie sur sa Shadow. Un malheureux concours de circonstances a fait le reste...

Tony