Clay REGAZZONI
 C.REGAZZONI
Ferrari
James HUNT
 J.HUNT
McLaren Ford Cosworth
Mario ANDRETTI
 M.ANDRETTI
Lotus Ford Cosworth

276e Grand Prix

XXIII Grote Prijs van Nederland
Couvert
29 août 1976 - Zandvoort
75 tours x 4.226 km - 316.950 km
(également Grand Prix d'Europe)
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
  • 19e victoire pour McLaren
  • 5e et dernière pole position pour March
Moteur

Le retour de la Scuderia

Cédant aux pressions de la presse et de Niki Lauda, mis face à la perspective d'un double échec aux championnats mondiaux, Enzo Ferrari est revenu sur sa décision de mettre un terme à la saison de son équipe. Le lundi 23 août, cinq jours avant le début du Grand Prix des Pays-Bas, la Scuderia annonce qu'elle engage une voiture à Zandvoort, celle de Clay Regazzoni. La tâche de celui-ci est simple: tout faire pour prendre des points à James Hunt et éviter que celui-ci se rapproche de Lauda au championnat du monde.

 

De son côté, Lauda se remet vite de ses blessures. Bien que son visage porte encore de lourds stigmates de son accident, il désire revenir à la compétition pour le Grand Prix du Canada, voire pour le Grand Prix d'Italie. Mais cette volonté ne sied guère au Commendatore...

 

Carlos Reutemann rejoint Ferrari

En effet Ferrari a déjà commencé à chercher un remplaçant à l'Autrichien pour la fin de la saison. Accessoirement, ce pilote remplacera aussi Clay Regazzoni en 1977. Le Tessinois n'est en effet plus vraiment en odeur de sainteté à Maranello. Le choix se porte sur Carlos Reutemann. L'Argentin est en effet en situation de rupture avec Brabham. Il a annoncé à Bernie Ecclestone son départ à l'issue du Grand Prix des Pays-Bas. Reutemann a rendez-vous avec Luca di Montezemolo le lendemain de l'épreuve pour signer son contrat.

 

De son côté, Ecclestone est en quête d'un suppléant à Reutemann pour 1977. Quatre pilotes figurent pour l'heure sur sa liste: Jody Scheckter, Jacques Laffite, Jochen Mass et Tom Pryce. Toujours très impliqué dans le développement du moteur Alfa Romeo, Carlos Pace sera premier pilote.

 

Présentation de l'épreuve

En attendant ces chambardements, l'équipe Shadow présente sa nouvelle voiture, la DN8, arborant les couleurs d'un nouveau sponsor, le cigarettier Tabatip. Seul Tom Pryce pilote ce modèle. Complétement transparent cette saison et occupé à chercher une autre équipe, Jean-Pierre Jarier se contente de la DN5.

 

Séparé de Chris Amon, Mo Nunn a trouvé une autre « veille pointure » pour piloter son Ensign: Jacky Ickx, qui espère avoir plus de résultats qu'avec la Williams.

Arrivé à court de budget, Brett Lunger a quitté l'équipe Surtees et est remplacé par le Suédois Conny Andersson. Celui-ci est un pilote prometteur, luttant pour le titre de champion d'Europe de Formule 3 avec l'Italien Riccardo Patrese. Guy Edwards étant toujours blessé au poignet, l'Hesketh engagée par Penthouse est récupérée par Rolf Stommelen, toujours partant pour un intérim sans lendemain. Une vieille Penske PC3 est alignée par F&S Properties pour le pilote local Boy Hayje. Ertl, Pescarolo et Pesenti-Rossi sont toujours présents sur leurs machines privées. Enfin l'équipe Boro est de retour pour son épreuve nationale, toujours avec Larry Perkins comme pilote.

 

L'équipe RAM a de nouveau des ennuis judiciaires avec son sponsor Tissot et a décidé de faire l'impasse sur cette épreuve.

 

James Hunt a décidé de confier la gestion de sa carrière à son frère Peter, expert-comptable assez renommé. Jusqu'alors, ses droits étaient gérés par l'agence IMG de Mark McCormack, ainsi que par le groupe British CSS Operation. Hunt souhaite ainsi se libérer des pesanteurs des financiers anglais et américains et reprendre sa carrière en main. En parallèle, il estime que sa magnifique saison justifie une augmentation de salaire. L'échange revêt le caractère diplomatique qui sied aux deux hommes : « Vas te faire foutre ! » lance Mayer ; « Je vais t'en coller une ! » réplique Hunt, avant de claquer la porte du stand McLaren et d'aller fêter son anniversaire avec ses amis.

 

Pour cette course McLaren a décidé de faire débuter la nouvelle M26, plus légère et plus basse que la M23. Cependant, afin de ne prendre aucun risque, c'est Jochen Mass et non James Hunt qui en fera l'essai.

 

Chez Tyrrell on est circonspect. La tenue de route de la P34 ne s'améliore pas et Jody Scheckter fait savoir à son patron qu'à son humble avis, cette voiture n'a aucun avenir. Pour cette course Derek Gardner a fait installer un radiateur frontal sur la machine de Scheckter afin de mieux refroidir un moteur qui a tendance à surchauffer. Une solution passéiste pour une monoplace censée être révolutionnaire, cela fait désordre...

 

Enfin John Watson a tenu son pari avec Roger Penske: il a coupé sa barbe juste après sa victoire à Zeltweg.

 

Les qualifications et l'affaire Goodyear-Ferrari

Les essais du vendredi sont marqués par les performances désastreuses de Regazzoni. Sa Ferrari n'occupe que le quinzième rang de la feuille des temps. Terriblement instable, la 312T2 est méconnaissable. La raison de cette déconvenue est simple. Goodyear a décidé d'apporter à Zandvoort les mêmes pneumatiques qu'en Autriche. Or Ferrari n'a pas disputé cette dernière épreuve et Daniele Audetto a fait régler la voiture selon d'anciennes données. Celles-ci ne correspondent évidemment pas aux pneus utilisés. Furieux, Enzo Ferrari téléphone le vendredi soir à Audetto et lui ordonne de trouver une parade. Le directeur sportif décide donc de faire monter sur la voiture de Regazzoni les pneus utilisés au GP de France, beaucoup plus adaptés aux réglages. Mais ce faisant, il enfreint un accord tacite imposant le même type de gommes à toutes les équipes. La réaction ne se fait pas attendre: le représentant de Goodyear Dennis Chrobak menace d'en référer à la maison mère d'Akron et de ne plus fournir Ferrari. Trop heureuse d'embêter la Scuderia, la F1CA soutient le manufacturier. Mais Ferrari reste Ferrari et la voix de la Scuderia porte au sein des instances sportives. Goodyear finit par céder. Regazzoni pourra utiliser les pneus qu'il désire.

 

Le samedi, Hunt, meilleur temps la veille, espère confirmer sa pole position. Las, il rencontre du sous-virage à cause de ses pneus. Il se fait devancer de huit dixièmes par un surprenant Peterson qui a enfin trouvé les bons réglages sur sa March. Le Suédois n'avait plus réalisé de pole depuis deux ans et demi. La deuxième ligne réserve encore une surprise: transfiguré au volant de la nouvelle Shadow, Pryce se hisse au troisième rang. Il précède Watson qui confirme que sa victoire autrichienne n'est pas un feu de paille. Avec les pneus qu'il a choisi, Regazzoni obtient une cinquième place digne de son rang. Suivent Andretti et Brambilla. Les Tyrrell sont encore décevantes: Scheckter est huitième et Depailler quatorzième. Pace est neuvième et précède Laffite, Ickx, Reutemann et Nilsson. La hiérarchie est très serrée: les quatorze premiers se tiennent dans la même seconde. Mass est seulement quinzième sur la McLaren M26 qui ne semble pas vraiment prête pour la compétition.

 

Hayje fait bonne figure pour sa première course et obtient la vingtième-et-unième place. Perkins qualifie la Boro au 19ème rang. Ertl, Stommelen et Andersson ferment la marche, tandis que Pesenti-Rossi est éliminé.

 

Pour distraire le paddock, Marlboro organise une compétition d'arrêts aux stands. Une prime de 500 dollars est dévolue à l'équipe qui changera le plus rapidement les pneus de ses pilotes, à condition que ceux-ci bouclent aussi un tour dans un temps imparti. Jody Scheckter est en passe de gagner le défi lorsqu'il ralentit à cause de l'encombrement dans les puits, et laisse ainsi s'envoler la victoire. Lorsqu'il sort de sa voiture, le Sud-Africain est incendié par Ken Tyrrell qui estime qu'il aurait dû zigzaguer entre les mécaniciens plutôt que lever le pied. S'en suit une scène affreuse entre les deux hommes qui se hurlent mutuellement dessus. James Hunt intervient pour les séparer. Ravalant sa colère, Scheckter déclare à son collègue qu'il quittera Tyrrell le plus tôt possible.

 

Le Grand Prix

Après des modifications sur la 312T, et sans doute afin de ne pas trop braquer les équipes anglaises, Mauro Forghieri a finalement décidé de faire monter sur la voiture de Regazzoni les pneus du GP d'Autriche.

 

Le ciel est couvert au bord de la mer du Nord et le vent souffle beaucoup, ramenant du sable sur la piste.

 

Départ: Peterson prend un bon envol, au contraire de Hunt dont la voiture est ballotée. Watson le déborde par l'extérieur. Suivent Andretti, Pryce et Regazzoni. Laffite endommage sa Ligier dans une touchette avec Scheckter. Stuck est tombé en panne d'embrayage mais peut finalement s'élancer.

 

1er tour: Peterson mène devant Watson, Hunt, Andretti, Pryce, Regazzoni, Scheckter, Pace, Laffite et Brambilla.

 

2e: Peterson ne parvient pas à s'échapper et est sous la pression de Watson et de Hunt. Brambilla et Depailler doublent Laffite.

 

3e: Regazzoni déborde Pryce par l'intérieur au virage de Tarzan.

 

5e: Peterson ne compte qu'une demi-seconde d'avance sur Watson qui le harcèle véritablement.. Hunt et Andretti sont dans leur sillage. Regazzoni est relégué à deux secondes.

 

6e: Watson se montre dans les rétroviseurs de Peterson qui ne bronche pas. Laffite est à la peine: il s'est fait doubler par Nilsson, puis maintenant par Mass et par Ickx. Merzario effectue un tête-à-queue puis cale: il doit abandonner.

 

7e: Hunt se rapproche de Watson tandis que Regazzoni est revenu derrière Andretti.

 

8e: En tentant de déborder Peterson par l'extérieur, Watson sort un peu trop large à Tarzan. Hunt en profite pour le dépasser par l'intérieur. Regazzoni prend la quatrième place à Andretti.

 

10e: Peterson mène devant Hunt (1.5s.), Watson (3s.), Regazzoni (4s.), Pryce (4.5s.), Scheckter (6s.) et Pace (7s.) qui précède de peu Brambilla et Depailler. La course s'annonce très serrée. Stuck renonce, moteur cassé. Andersson abandonne, également trahi par son moteur qui déverse de l'huile sur l'asphalte. Il occupait la vingt-troisième place.

 

11e: Hunt se rapproche de Peterson mais doit aussi surveiller Watson, très menaçant juste derrière lui. Reutemann est au stand Brabham où il renonce à cause d'un problème d'embrayage.

 

12e: Peterson dérape sur une flaque d'huile à Tarzan, ouvrant ainsi la porte à Hunt qui s'empare du commandement. Aussitôt le Suédois se retrouve sous la pression de Watson. Jusqu'alors onzième, Nilsson dérape sur l'huile répandue par Andersson et sort de la piste. Il doit renoncer.

 

13e: Watson déborde Peterson par la gauche juste avant Tarzan. Le Suédois aura vraiment mené une résistance désespérée pendant une dizaine de tours.

 

15e: Hunt et Watson s'échappent en tête de l'épreuve, tandis que Peterson résiste à Regazzoni et Andretti. Scheckter prend la sixième place à Pryce.

 

17e: Peterson tente désespérément de résister à Regazzoni, bien plus rapide que sa March.

 

18e: Un conduit de refroidissement de frein s'est cassé sur la voiture de Hunt et pendouille à l'avant, perturbant le fonctionnement aérodynamique et aggravant le sous-virage. Regazzoni parvient à dépasser Peterson. Andretti, Scheckter et Pryce sont désormais derrière le Suédois.

 

20e: Hunt ne compte qu'une demi-seconde d'avance sur Watson qui est très pressant. A plusieurs reprises le Nord-Irlandais tente de déboîter par l'extérieur à Tarzan, mais à chaque fois l'Anglais reste à la corde et lui bloque le passage. Regazzoni est troisième à six secondes. A dix secondes se trouve Peterson qui contient Andretti, Scheckter et Pryce. Pace est huitième et précède Brambilla, Depailler, Ickx et Mass.

 

22e: Les écarts sont stables en tête de l'épreuve. Pace et Brambilla sont en bagarre pour la huitième place.

 

25e: Hunt résiste toujours à Watson qui change souvent de trajectoire pour le perturber, sans succès. Regazzoni est relégué à sept secondes. Quatrième, Peterson emmène un groupe composé d'Andretti, Scheckter et Pryce.

 

27e: Brambilla prend la huitième place à Pace.

 

29e: Très rapide, Ickx s'empare de la dixième position aux dépens de Depailler.

 

30e: Statu quo en tête de la course. Watson cherche toujours l'ouverture pour doubler Hunt, sans résultat.

 

32e: Ickx est désormais revenu dans le sillage de Pace et Brambilla.

 

34e: Ickx dépasse Pace.

 

35e: Hunt et Watson sont toujours roues dans roues et précèdent Regazzoni d'une huitaine de secondes. Quelques centaines de mètres derrière le Suisse, Peterson, Andretti, Scheckter et Pryce sont en bagarre.

 

38e: Une seconde sépare Hunt et Watson. Par sa résistance acharnée, le pilote anglais espère bien faire casser la Penske.

 

39e: Tête-à-queue de Stommelen. L'Allemand parvient à repartir bien que sa voiture n'ait aucune adhérence à l'avant.

 

40e: Pas de changement en tête: le duel Hunt-Watson se poursuit tandis que Regazzoni est à sept secondes de la tête de course.

 

41e: Fittipaldi abandonne à cause d'une panne d'allumage sur sa Copersucar. Il occupait le treizième rang.

 

43e: Watson est de plus en plus impatient et tente déborder Hunt avant Tarzan, sans résultat.

 

45e: Hunt et Watson poursuivent leur mano à mano et maintiennent Regazzoni à huit secondes. A quinze secondes, Peterson contient toujours Andretti tandis que Pryce se fait menaçant derrière Scheckter.

 

46e: Ickx prend la huitième place à Brambilla. Victime de problèmes de tenue de route, Perkins perd le contrôle de sa Boro et échoue dans la poussière.

 

47e: Pryce parvient enfin à dépasser Scheckter.

 

48e: Watson attaque Hunt sur la ligne de chronométrage, mais alors sa boîte de vitesse se bloque. Les quatrième et cinquième vitesses ne passent plus et le Nord-Irlandais se range sur le bas-côté. Ses espoirs de deuxième succès consécutif s'envolent.

 

49e: Désormais second, Regazzoni réalise le meilleur tour en course: 1'22''59'''.

 

50e: Regazzoni se lance désormais à la poursuite de Hunt sur lequel il a six secondes de retard. Peterson est troisième à une quinzaine de secondes et précède Andretti, Pryce, Scheckter, Ickx, Brambilla, Pace et Depailler.

 

51e: Tête-à-queue d'Ertl. La marche arrière de l'Autrichien ne fonctionne pas et celui-ci est obligé d'abandonner.

 

52e: Peterson est victime d'une chute de sa pression d'huile. Il regagne au ralenti le stand March où il renonce.

 

53e: Débarrassé de Watson, Hunt n'a pas le temps de souffler car Regazzoni remonte sur lui au rythme de quelques dixièmes de seconde par tour.

 

54e: Une fuite survient sur la pompe à huile de Pace. Le Pauliste est contraint à l'abandon.

 

55e: La course s'achève pour Laffite à cause d'un problème de pression d'huile. Le Français n'occupait qu'une triste douzième place.

 

58e: Regazzoni est revenu à moins de cinq secondes de Hunt.

 

60e: Hunt n'a plus que quatre secondes d'avance sur Regazzoni. Sa McLaren souffre de problèmes de tenue de route. A une huitaine de secondes se trouve Andretti qui a un bon rythme en cette fin de course. Pryce est quatrième à quinze secondes et précède Scheckter, Ickx, Brambilla, Depailler, Mass et Jones.

 

62e: Regazzoni est un peu plus rapide que Hunt mais l'écart demeure encore relativement stable.

 

64e: Hayje occupait la treizième position lorsqu'il est arrêté par une panne de transmission.

 

65e: Trois secondes seulement séparent désormais Hunt et Regazzoni. Andretti est à six secondes de la tête de course.

 

66e: Jones prend la neuvième place à Mass.

 

67e: Un court-circuit se déclare sur l'Ensign d'Ickx. Le Belge doit mettre pied à terre alors qu'il avait effectué un superbe premier Grand Prix pour l'équipe de Mo Nunn. Brambilla récupère la sixième place.

 

70e: Regazzoni jette toutes ses forces dans la bataille et est revenu à deux secondes de Hunt. Les derniers tours vont voir les deux hommes s'affronter pour la victoire.

 

71e: Une seconde et demie sépare Hunt et Regazzoni. Andretti est à moins de cinq secondes du leader mais semble trop loin pour pouvoir l'inquiéter.

 

73e: Regazzoni est désormais à une seconde de Hunt. Il va essayer de prendre l'aspiration dans la ligne droite principale pour doubler la McLaren à Tarzan.

 

74e: Regazzoni se démène derrière Hunt, sans succès. Les deux hommes reviennent sur Jones, relégué à un tour. Andretti n'est plus qu'à deux secondes de la Ferrari.

 

75ème et dernier tour. En passant devant les tribunes, Hunt déborde Jones qui se rabat ensuite devant Regazzoni, empêchant celui-ci de demeurer dans le sillage de son rival. Rega montre son poing à l'Australien qui vient sans doute de lui faire perdre la course.

 

James Hunt remporte donc le Grand Prix des Pays-Bas avec neuf dixièmes d'avance sur Regazzoni. Andretti finit troisième à deux secondes du vainqueur. C'est son premier podium au volant d'une Lotus. Pryce finit quatrième pour sa première course au volant de la Shadow DN8. Scheckter termine cinquième après une course très terne pour les Tyrrell. Brambilla est sixième et marque enfin son premier point de la saison. Depailler est septième et précède Jones, Mass, Jarier, Pescarolo et Stommelen.

 

Après la course

Le podium est tout en paradoxe. James Hunt a de quoi être heureux: il a gagné à Zandvoort pour la deuxième année de suite, le jour de ses 29 ans, et revient à seulement deux points de Lauda au classement général. Mais sa course a été pénible et, comme il l'avoue lui-même, avec quelques tours supplémentaires Regazzoni l'aurait emporté. « En fait je me suis contenté d'exploiter les erreurs des autres car je n'ai jamais attaqué sérieusement personne durant cette course... » soupire-t-il.

 

Regazzoni s'est quant à lui dépensé comme un beau diable, a maîtrisé des pneus qu'il ne connaissait guère, et pourtant a échoué dans sa mission, celle de reprendre des points à Hunt.

 

Le duel Hunt - Watson a enthousiasmé la foule mais quelques esprits chagrins trouvent que l'Anglais a opposé une défense trop vigoureuse. Watson n'exprime pourtant aucune rancœur: « J'avais une voiture qui était très rapide sur un tour complet, mais sa voiture était très légèrement plus rapide que la mienne en ligne droite car nous avions des appuis différents. Il a brillamment défendu sa place... avec une certaine fermeté. C'est un duel classique entre deux pilotes britanniques de Formule 1. »

 

Au classement des constructeurs, McLaren est désormais à cinq points seulement de Ferrari. Lotus apparaît au quatrième rang devant Ligier et Penske.

 

 

Classements (Avant la disqualification de J. Hunt au GP de Grande-Bretagne et la réintégration du J. Watson au classement du GP de France)

 

Pilotes Constructeurs
1.Lauda58 pts1.Ferrari67 pts
2.Hunt56 pts2.McLaren-Ford-Cosworth62 pts
3.Scheckter37 pts3.Tyrrell-Ford-Cosworth49 pts
4.Depailler26 pts4.Lotus-Ford-Cosworth17 pts
5.Regazzoni22 pts5.Ligier-Matra16 pts
6.Laffite16 pts6.Penske-Ford-Cosworth14 pts
7.Watson14 pts7.Brabham-Alfa Romeo10 pts
Mass14 pts8.March-Ford-Cosworth9 pts
8.Nilsson10 ptsShadow-Ford-Cosworth9 pts
Andretti10 pts9.Surtees-Ford-Cosworth3 pts
9.Pryce9 pts10.Ensign-Ford-Cosworth2 pts
10.Pace8 ptsCopersucar-Ford-Cosworth2 pts
11.Stuck7 pts11.Parnelli-Ford-Cosworth1 pt
12.Reutemann3 pts
Jones3 pts
13.Amon2 pts
Fittipaldi2 pts
14.Stommelen1 pt
Peterson1 pt
Brambilla1 pt
Tony