Patrick DEPAILLER
 P.DEPAILLER
Tyrrell Ford Cosworth
James HUNT
 J.HUNT
McLaren Ford Cosworth
Mario ANDRETTI
 M.ANDRETTI
Lotus Ford Cosworth

278e Grand Prix

XV Canadian Grand Prix
Ensoleillé
3 octobre 1976 - Mosport Park
80 tours x 3.957 km - 316.560 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

James Hunt disqualifié du G.P. de Grande-Bretagne

Le 24 septembre 1976 au matin, place de la Concorde à Paris, le tribunal d'appel de la FIA se réunit pour juger les réclamations portées par Ferrari contre les victoires de James Hunt lors des Grands Prix d'Espagne et de Grande-Bretagne. A Jarama l'Anglais l'avait emporté tandis que son aileron arrière était trop large. A Brands-Hatch, il avait pris le second départ alors qu'il n'en avait théoriquement pas le droit. Entourés d'avocats, Teddy Mayer et Daniele Audetto sont présents, prêts à en découdre. Après délibération, les six juges rendent leurs verdicts sans appel: si la victoire de Hunt en Espagne est confirmée, en revanche il est disqualifié du Grand Prix de Grande-Bretagne qui revient donc à Niki Lauda. La sanction est terrible pour Hunt dont le retard sur Lauda au championnat des conducteurs passe ainsi de cinq à dix-sept points.

 

Au passage, la FIA redonne à John Watson sa troisième place acquise au Grand Prix de France. Grâce à la disqualification de Hunt en Grande-Bretagne, le Nord-Irlandais passe de la quatrième à la troisième position de cette course et obtient ainsi deux podiums d'un seul coup.

 

Présentation de l'épreuve

James Hunt fait évidemment la tête en arrivant au Canada. Non seulement ses chances de titre mondial sont très amoindries, mais en plus Niki Lauda s'est bruyamment réjoui du verdict de la FIA. Les relations entre les deux hommes s'en ressentent et ils vont demeurer en froid pendant quelques jours. Lauda est en meilleure forme qu'à Monza, mais les séquelles physiques de son accident sont bien encore présentes et il n'est pas en pleine possession de ses moyens. Il peut remporter le titre mondial s'il marque deux points de plus que Hunt, mais ce n'est pas son objectif pour ce week-end. L'Autrichien se sait trop diminué pour lutter pour la victoire.

 

Grâce au soutien financier des brasseries Labatt, le Grand Prix du Canada a pu remplir ses obligations auprès de la F1CA et revenir au calendrier. Néanmoins le circuit de Mosport apparaît comme de plus en plus vétuste et les pilotes se plaignent de son manque de sûreté. Le GPDA se réunit à initiative de Lauda pour présenter ses remontrances aux organisateurs. Fatigué et stressé, Hunt se désintéresse de la question et lance à la cantonade : « Au diable la sécurité, tout ce que je veux, c'est conduire ! » C'est évidemment la dernière chose à dire en présence de Lauda qui le prend très mal. Mais Hunt choisit délibérément d'entretenir la tension pour déstabiliser son adversaire. Aussi, lorsque Daniele Audetto l'aborde pour lui présenter ses excuses au sujet du GP de Grande-Bretagne, il lui répond : « Va te pendre ! » et provoque un attroupement des mécaniciens des deux camps.

 

Ferrari n'engage que deux voitures pour la fin de la saison. Carlos Reutemann va demeurer au placard jusqu'à la saison 1977 où il remplacera Clay Regazzoni. Chez Brabham, Larry Perkins devient le coéquipier de Carlos Pace. Il a été laissé libre par l'équipe Boro, trop désargentée pour disputer les trois dernières épreuves hors d'Europe. Une deuxième Williams est de nouveau engagée en plus de celle d'Arturo Merzario. Elle est confiée à Chris Amon qui a accepté de faire énième retour. Le Néo-Zélandais avait pourtant annoncé sa retraite à l'issue du GP d'Allemagne. Les voitures privées de Guy Edwards, Harald Ertl et Henri Pescarolo sont présentes, de même que la Tyrrell 007 du persévérant Otto Stuppacher. En revanche la Scuderia Rondini a décidé de renoncer à engager la 007 d'Alessandro Pesenti-Rossi.

 

Les qualifications

Hunt écrase complètement les essais et bat à cinq reprises le record du tour ! Il réalise sans problème sa septième pole position de l'année. Derrière lui, les March sont très en verve. Vainqueur à Monza, Peterson est deuxième et devance Brambilla. Depailler est quatrième mais il a été victime d'une erreur de chronométrage. D'après les temps contrôlés par Ken Tyrrell et Michèle Dubosc, la chronométreuse de Ligier, le Français est en fait deuxième... Andretti et Lauda se partagent la troisième ligne. Scheckter est septième devant la troisième March de Stuck. Laffite ne réédite pas sa performance de Monza et est seulement neuvième, devant Pace, Mass et Regazzoni. Watson déçoit beaucoup avec une simple quatorzième place. Perkins est seulement dix-neuvième pour sa première course avec Brabham. Les Williams d'Amon et Merzario peuplent la dernière ligne, tandis que Stuppacher n'est pas qualifié.

 

Mais lors des essais, un violent accrochage a eu lieu entre Ertl et Amon. L'Autrichien déclare forfait à cause de douleurs au dos. Quant à Amon, il s'en titre avec des ecchymoses aux jambes et doit lui aussi renoncer à prendre le départ. C'est sa quatrième blessure en moins d'un an, celle de trop. A 33 ans, il quitte définitivement la Formule 1 sans être jamais parvenu à remporter un seul Grand Prix.

 

Le Grand Prix

C'est sous un très beau soleil que se déroule ce Grand Prix du Canada.

 

Tour de chauffe: Le moteur de Nilsson a des ratés, si bien que le Suédois se fait doubler par tous ses concurrents. Lorsque le départ est donné, il n'a pas encore rejoint la grille et s'élance donc dernier.

 

Départ: Peterson prend le meilleur envol et double Hunt dans la première courbe. Andretti et Depailler franchissent celle-ci côte à côte et finalement le Français s'impose.

 

1er tour: Peterson mène devant Hunt, Depailler, Andretti, Brambilla, Scheckter, Lauda, Mass, Laffite et Stuck.

 

2e: Peterson, Hunt et Depailler sont roues dans roues.

 

3e: Tandis qu'Andretti a du mal à suivre le trio de tête, Brambilla résiste aux assauts de Scheckter. Stuck s'est fait doubler par Pace et par Regazzoni.

 

4e: Scheckter prend la cinquième place à Brambilla.

 

5e: Peterson ne compte qu'une demi-seconde d'avance sur Hunt. Depailler est dans le sillage de la McLaren. A environ une seconde viennent Andretti et Scheckter qui se détachent devant Brambilla, Lauda, Mass, Laffite et Pace. Perkins part en tête-à-queue dans le virage n°2. Il laisse passer tout le peloton avant de reprendre la piste.

 

6e: Peterson, Hunt, Depailler et Andretti forment maintenant un train, suivis de très près par Scheckter.

 

8e: Hunt se fait de plus en plus pressant derrière Peterson. Derrière, Depailler, Andretti, Scheckter, Brambilla, Lauda, Mass, Laffite, Pace et Regazzoni se tiennent en quelques secondes.

 

9e: Hunt parvient à prendre le commandement à Peterson. Dans le peloton, Lauda double Brambilla.

 

10e: Hunt s'échappe en tête de l'épreuve tandis que Peterson contient Depailler. Andretti et Scheckter sont sur les talons de l'Auvergnat

 

12e: Depailler commence à s'impatienter derrière Peterson. Merzario effectue un tête-à-queue dans le virage n°2 et heurte un grillage. Il doit abandonner sa Williams dans le sable.

 

13e: Depailler prend la deuxième place à Peterson, aussitôt attaqué par Andretti et Scheckter.

 

14e: Hunt a quatre secondes d'avance sur Depailler tandis que Peterson contient Andretti, Scheckter et Lauda.

 

16e: Toujours à la peine, Peterson se fait doubler par Andretti au premier freinage, puis plus loin par Scheckter.

 

17e: Lauda met désormais la pression sur Peterson dont les pneus avant surchauffent. Le Suédois doit donc être prudent.

 

18e: Lauda prend la cinquième position à Peterson. Derrière eux, Brambilla et Mass sont en bagarre. Regazzoni prend la dixième place à Pace.

 

19e: Mass double Brambilla. Il revient ensuite sur Peterson.

 

20e: Hunt a trois secondes de marge sur Depailler. Il perd du temps car sa M23 sous-vire. Mass attaque Peterson pour la sixième place.

 

21e: Peterson se fait doubler par Mass puis par Brambilla. En plus de ses problèmes de pneus, Ronnie souffre d'une mauvaise répartition de freinage.

 

23e: Regazzoni prend la huitième place à Peterson.

 

25e: Hunt a deux secondes d'avance sur Depailler qui remonte sur lui. Suivent Andretti (5s.), Scheckter (7s.) et Lauda (10s.). Mass est sixième devant Brambilla, Regazzoni et Pace qui a doublé Peterson.

 

27e: Depailler est désormais dans le sillage de Hunt.

 

28e: Fittipaldi s'arrête à son stand à cause de soucis techniques et repart au bout de quelques secondes.

 

29e: Regazzoni prend la septième place à Brambilla.

 

30e: Deux secondes séparent Hunt et Depailler qui rencontrent des retardataires. Andretti se maintient à environ cinq secondes de la tête de course. Pace double Brambilla. Stuck fait un tête-à-queue en pleine ligne droite. Il n'heurte heureusement rien et repart.

 

31e: Stuck s'arrête au stand March à cause de soucis de tenue de route. Il y demeure plusieurs minutes et repart sans que ses mécaniciens n'aient trouvé le moindre souci sur la March.

 

32e: Après avoir buté contre quelques concurrents attardés, Depailler est revenu dans les roues de Hunt.

 

35e: Une demi-seconde sépare Hunt et Depailler. Andretti est à cinq secondes de ce duo, Scheckter à dix secondes, Lauda à quinze secondes. Mass est sixième tandis que derrière lui Regazzoni et Pace se battent férocement pour la septième place.

 

38e: Depailler maintient la pression sur Hunt qui n'est pas satisfait du comportement de sa voiture.

 

40e: Hunt est en tête devant Depailler (0.5s.), Andretti (7s.), Scheckter (10s.), Lauda (17s.) et Mass (19.6s.). Stuck renonce à cause de ses soucis de tenue de route.

 

42e: Depailler est juste derrière Hunt mais ne trouve pas l'ouverture. Il semble toutefois difficile à l'Anglais de résister encore longtemps à la Tyrrell.

 

43e: Fittipaldi abandonne car l'attache de son aileron arrière est cassée. Comme si cela ne suffisait pas, sa Copersucar souffrait de problèmes de moteur, de conduite d'essence et de châssis !

 

44e: Jusqu'alors onzième, Laffite renonce à cause d'une chute de sa pression d'essence.

 

45e: Hunt a environ une seconde d'avance sur Depailler. Andretti se trouve à une huitaine de secondes, devançant toujours Scheckter de quelques centaines de mètres.

 

47e: Edwards s'arrête à son stand et repartira dernier.

 

50e: Hunt et Depailler poursuivent leur numéro de duettistes. Le pilote McLaren craint une panne qui pourrait lui faire perdre tout espoir de devenir champion du monde.

 

52e: Tandis que les leaders se battent, Peterson se rapproche de Brambilla. Ickx, Watson et Pryce luttent pour le gain de la onzième place.

 

55e: Pas de changement en tête mais on remarque que Lauda est moins rapide. Peterson prend la neuvième place à Brambilla. L'Italien a perdu l'usage de son quatrième rapport de boîte.

 

57e: Depailler se fait de plus en plus pressant derrière Hunt. Le Français a sa première victoire en F1 à portée de main.

 

58e: La Ferrari de Lauda est très instable et zigzague dangereusement. L'Autrichien en conserve le contrôle mais lève le pied. Brambilla est aussi en difficulté et se fait doubler par Watson.

 

59e: Mass double Lauda qui ne cherche pas à résister. Regazzoni est bientôt dans les roues de son coéquipier.

 

60e: Depailler réalise le meilleur tour en course: 1'13''817'''. Regazzoni et Pace dépassent Lauda qui a ainsi chuté au huitième rang.

 

61e: Hunt et Depailler ne sont séparés que par une demi-seconde.

 

62e: Depailler semble moins rapide. La canalisation de son manomètre d'essence a rompu. De l'alcool est vaporisé dans le dos et sur le casque du Français, ainsi très incommodé. Brambilla dégringole au classement: il s'est fait doubler par Pryce, Ickx et Jones.

 

64e: Depailler a dû ralentir et Hunt s'échappe en tête de la course... et donc vers la victoire.

 

66e: Après l'alcool, c'est de l'essence qui se répand sur Depailler qui est positivement enivré !

 

68e: Hunt a maintenant trois secondes d'avance sur Depailler qui tente de conserver ses esprits pour ramener au moins sa voiture à l'arrivée. Par chance il compte encore une dizaine de secondes d'avance sur Andretti et Scheckter.

 

69e: Jones effectue un tête-à-queue et percute une protection, endommageant sa calandre. Il reprend sa route pour regagner son stand.

 

70e: Cinq secondes séparent Hunt et Depailler. Regazzoni et Pace sont en lutte pour la sixième place. Beaucoup plus loin, Lauda essaie de maintenir sa Ferrari en piste mais ne peut plus espérer mieux que sa huitième place.

 

71e: Jones reprend la piste après avoir fait réparer sa Surtees.

 

72e: A cause des vapeurs d'alcool et d'essence, Depailler ne peut plus ouvrir son œil gauche. Il pilote donc surtout par réflexes, restant éveillé grâce à l'essence qui brûle son dos. Dans le stand Tyrrell, on est perplexe car on ignore la cause de ses problèmes.

 

75e: Andretti remonte sur Depailler mais ce dernier a encore une avance suffisante pour conserver sa deuxième place.

 

77e: Hunt compte six secondes d'avance sur Depailler et une dizaine de secondes sur Andretti. Scheckter est relégué à vingt secondes, Mass à quarante secondes. Regazzoni est sixième mais doit toujours surveiller Pace dans ses rétroviseurs.

 

79e: Les derniers tours sont un calvaire pour Depailler qui est au bord de l'évanouissement.

 

80ème et dernier tour: James Hunt remporte sa cinquième victoire de la saison et fait une excellente opération dans la course au titre mondial. Depailler obtient la deuxième place après une fin de course très pénible. Andretti obtient son deuxième podium de la saison. Scheckter est quatrième devant Mass et Regazzoni qui devance Pace de seulement deux dixièmes ! Lauda est huitième: après la course, ses mécaniciens découvrent un bris de suspension à l'arrière droit de la 312 T2. Cet incident coûte au moins deux points à l'Autrichien. Peterson, Watson, Pryce, Nilsson, Ickx, Brambilla, Lunger, Jones, Perkins, Jarier, Pescarolo et Edwards sont à l'arrivée.

 

Dans son tour d'honneur, Hunt heurte un mur, heureusement à faible allure...

 

Après la course

Seuls Hunt et Andretti assistent à la cérémonie du podium. Patrick Depailler est tombé dans les pommes sitôt la ligne d'arrivée franchie. Il est évacué sur une civière au centre médical du circuit où il retrouve ses esprits. Fort heureusement ses brûlures sont superficielles. Mais il est très désappointé: jamais il n'avait été aussi proche de sa première victoire en Formule 1.

 

James Hunt est en revanche très content. Son retard sur Lauda au championnat se réduit désormais à huit points. La bataille pour le titre mondial est relancée. Il raconte sa course : « La voiture roulait très bien mais une fois de plus j'avais un problème de sous-virage. Depailler me donnait vraiment du fil à retordre en me talonnant sans relâche. Mais il lui manquait la vitesse de pointe nécessaire pour me passer. J'étais surtout préoccupé par les attardés encombrant la piste car il suffisait que je commette une petite erreur en les doublant pour que Depailler me dépasse et me sème. Je jouais donc les « traînards » contre Patrick, conduisant sans forcer entre les voitures attardées puisque de toute façon je ne pouvais pas le semer. Puis, lorsque nous approchions d'un paquet de distancés, j'accélérais pour me donner du champ et effectuer le dépassement plus à l'aise. Bientôt je réglais même mon allure pour retrouver les traînards sur une portion plus favorable du circuit. En calculant de la sorte, je passais plus facilement que Depailler, mais je dois dire qu'il faut un peu de chance pour réussir ce genre de manœuvre. »

 

Chez les constructeurs, McLaren est à seize points de Ferrari et a encore une petite chance de remporter la coupe. Les espoirs de Tyrrell sont par contre très minces. Lotus rejoint Ligier à la quatrième place.

Tony