Jacques LAFFITE
 J.LAFFITE
Ligier Matra
John WATSON
 J.WATSON
Penske Ford Cosworth
Gunnar NILSSON
 G.NILSSON
Lotus Ford Cosworth

275e Grand Prix

XIV Grosser Preis von Osterreich
Couvert
15 août 1976 - Österreichring
54 tours x 5.910 km - 319.140 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
  • 1re et unique victoire pour Penske
  • 10e pole position pour McLaren
  • 3e et dernier podium pour Penske
Moteur

Convalescence de Niki Lauda

Une fois délivré de ses problèmes respiratoires, Niki Lauda a été transféré à l'hôpital de Ludwigshafen pour subir des transplantations. Des morceaux de peau prélevés sur sa cuisse sont greffés sur les parties de son visage et de son crâne qui ont été brûlées dans l'accident. Puis, environ deux semaines après le drame, Lauda sort de l'hôpital pour suivre sa convalescence dans sa maison autrichienne de Hof. Il envisage déjà très sérieusement son retour à la compétition et écrit à l'Automobile Club de Milan afin d'annoncer sa participation au Grand Prix d'Italie le 12 septembre.

 

Ferrari annonce son retrait

Mais le jeudi 5 août, un coup de tonnerre a frappé la Formule 1: prenant prétexte de l'accident de Lauda, la Scuderia Ferrari annonce son retrait du championnat du monde 1976. Cette décision est incompréhensible car l'équipe italienne aurait au contraire tout intérêt à renforcer sa présence jusqu'à la fin de la saison pour barrer la route des titres mondiaux à James Hunt et à McLaren. En fait, la vraie raison de ce retrait serait l'exaspération d'Enzo Ferrari face aux décisions du pouvoir sportif favorables à McLaren. Les scandales des Grands Prix d'Espagne et de Grande-Bretagne ne sont pas oubliés. De plus Ferrari se méfie grandement de la montée en puissance de la F1CA, perçue comme le syndicat d'intérêt des écuries anglaises. Mais on peut se demander si ce retrait n'est pas aussi le fruit des éternelles luttes de pouvoir qui traversent la Scuderia. A 78 ans, le Commendatore est-il encore le vrai maître de son équipe ? Niki Lauda rapportera que Daniele Audetto a tenté en sous-main de faire annuler le Grand Prix d'Autriche !

 

En tout cas, le pilote autrichien est évidemment furieux de cette décision. Bien décidé à conserver sa couronne mondiale, il téléphone à Enzo Ferrari pour l'enjoindre de continuer le combat. Il lui demande aussi sans doute de cesser de répéter à la presse que l'accident du Nürburgring n'est pas dû à une défaillance mécanique. Une manière peu élégante de faire porter le chapeau du drame sur les épaules de son pilote meurtri dans sa chair.

 

Présentation de l'épreuve

Le retrait de Ferrari ouvre un boulevard à James Hunt vers le titre mondial. A six courses de la fin de la saison, il n'a plus que quatorze points à rattraper sur Lauda. Il pourrait bénéficier de la nouvelle McLaren M26, version améliorée et allégée de la M23, qu'il teste sur l'Österreichring une semaine avant le Grand Prix. Il bat à cette occasion le record de la piste. Mais la voiture souffre encore de graves déficiences et n'est pas encore utilisée en course.

 

Guy Edwards est absent: en Allemagne le pilote anglais a réveillé sa vieille blessure au poignet datant de 1974 et a préféré déclarer forfait.

L'équipe RAM a résolu ses ennuis judiciaires à l'amiable, en réengageant Loris Kessel. Lella Lombardi pilote toujours la deuxième Brabham privée. Choqué par l'accident de Lauda, et plusieurs fois blessé ces derniers mois, Chris Amon a décidé de quitter la Formule 1 avec effet immédiat. Pour le remplacer dans l'Ensign, Mo Nunn fait appel pour cette course à l'Autrichien Hans Binder, pilote de Formule 2 recommandé à Nunn par Helmuth Marko.

 

Outre Harald Ertl qui pilote toujours son Hesketh, deux autres Autrichiens s'inscrivent à leur Grand Prix national. Cette opportunité leur est offerte après qu'ils ont remporté une épreuve organisée par l'Automobile Club d'Autriche. Le premier, Karl Oppitzhauser, est un pilote amateur de 35 ans inscrit par la fédération au volant d'une March 761. Cependant, l'homme n'ayant jamais touché une Formule 1 de sa vie, les organisateurs jugent prudents de l'éconduire... De son côté, Otto Stuppacher a réussi à louer une vieille Tyrrell 007. Mais ce pilote de course de côte n'a lui aussi aucune expérience en Formule 1 et est recalé. Il essaie de mettre en place une pétition en sa faveur, sans succès.

 

Pour cette épreuve Brabham-Alfa Romeo teste de nouveaux disques de frein en carbone inspirés de ceux utilisés dans l'aviation, notamment sur les Concorde. Seule la voiture de Carlos Pace en est équipée.

 

L'atmosphère est triste à Zeltweg. Privé de Niki Lauda, le public autrichien ne s'est pas déplacé. Les tribunes sont clairsemées: on compte cent mille spectateurs de moins par rapport à 1975 ! Face à ce désastre économique, les organisateurs de l'épreuve menacent de porter plainte contre Ferrari, ainsi que de réclamer une compensation financière à la F1CA. Bernie Ecclestone est de ce fait très remonté envers la Scuderia.

 

Les qualifications

Le vendredi, Hunt réalise sans grande surprise le meilleur temps. A la surprise générale, la deuxième place est occupée par Watson dont la Penske fonctionne parfaitement sur ce tracé. Les outsiders ont le vent en poupe puisque Peterson, vainqueur ici même en 1973, est troisième devant son compatriote Nilsson dont c'est la meilleure qualification. Laffite est cinquième devant Pryce dont la Shadow DN5B est en regain de forme. Suivent Brambilla, Pace et Andretti. Les Tyrrell ne sont curieusement pas performantes: Scheckter est dixième et Depailler seulement treizième. Ils encadrent Stuck et Mass. Pescarolo, Pesenti-Rossi, Lombardi et Kessel sont en queue de peloton.

 

Le samedi, une forte pluie s'abat sur la piste juste avant le début des essais. Aucun temps ne sera donc amélioré et la grille de départ sera fondée sur la feuille des temps du vendredi.

 

Le Grand Prix

Le dimanche 15 août, le ciel est menaçant. Le warm-up se déroule sur piste sèche. Mais l'après-midi, au moment du départ,

Une forte averse s'abat sur le circuit. L'envol des voitures est remis. Chaque équipe pense installer des pneus rainurés. Exactement comme l'année précédente, il y a beaucoup d'incertitude quant à l'opportunité de donner le départ, d'autant plus que la pluie cesse mais le ciel demeure toujours menaçant. Bernie Ecclestone débat pendant plus d'une demi-heure avec les organisateurs. Finalement, l'asphalte ayant rapidement séché, le départ est donné et tous les pilotes sont chaussés de slicks.

 

Départ: Watson prend un meilleur départ que Hunt et vire en tête au premier virage. Suivent Nilsson, Peterson et Laffite. Les pilotes s'aperçoivent que l'asphalte est trempé dans la courbe Vöest-Hügel. Reutemann a grillé son embrayage et sa course est déjà finie.

 

1er tour: La piste est humide dans le premier tronçon et sèche sur le reste du tracé. Hunt menace Watson tandis que Peterson passe Nilsson à Flatschach. Le Suédois double ensuite Hunt dans la descente vers la courbe Bosch. Laffite se fait doubler par Pryce.

Watson mène devant Peterson, Hunt, Nilsson, Pryce, Laffite, Pace, Scheckter, Andretti et Mass.

 

2e: Peterson est sur les talons de Watson. Il l'attaque dans la courbe Sebring, sans succès. De son côté Hunt résiste à Nilsson. Laffite et Scheckter doublent Pryce tandis que Pace se fait passer par Andretti et par Mass. Brambilla part en tête-à-queue dans la Texaco-Schikane et casse son nez. Il repart toutefois en dix-neuvième position et continue dans cet état.

 

3e: Peterson attaque Watson par l'extérieur dans Flatschach mais le Nord-Irlandais ferme la porte. Peterson ne relâche pas la pression: il déborde la Penske dans la courbe Jochen Rindt et s'impose sur la ligne de chronométrage. Plus loin, Mass a doublé Pryce puis Scheckter. Pryce est en difficulté puisqu'il a ensuite dû céder à Andretti.

 

4e: Peterson est désormais en tête, mais Watson, Hunt et Nilsson demeurent proches de lui. Laffite commet une légère erreur et se fait doubler par Mass et Scheckter. Le Sud-Africain double ensuite l'Allemand.

 

5e: Scheckter et Mass se rapprochent du quatuor de tête. Derrière eux Laffite, Andretti et Pryce sont en bagarre.

 

6e: Peterson, Watson et Hunt demeurent proches. A quelques dizaines de mètres, Scheckter déborde Nilsson. Mass est sur les talons du pilote Lotus. Stuck est neuvième après avoir doublé Pace puis Pryce.

 

7e: En début de tour, Scheckter double Hunt par l'intérieur de la courbe Sebring. Puis il s'attaque à Watson qui, malgré un semblant de résistance, doit céder au Sud-Africain. Scheckter a gagné huit places en sept tours. Pace double Pryce.

 

8e: La piste s'assèche, mais de gros nuages noirs encombrent le ciel. Scheckter est désormais à l'attaque derrière Peterson, qui est l'obstacle le plus coriace. Watson, Hunt et Nilsson demeurent dans son sillage. Kessel est au stand RAM à cause de la rupture d'une canalisation d'essence. Il repartira après quinze minutes d'arrêt.

 

9e: Peterson, Scheckter, Watson, Hunt et Nilsson sont roues dans roues et passent les premiers retardataires. Un peu plus loin, Mass tente de résister à Laffite. Suit un train composé d'Andretti, Stuck, Pace, Pryce et Depailler.

 

10e: Laffite prend la sixième place à Mass. Les leaders arrivent sur Jarier, relégué à un tour. Nilsson parvient à déborder Hunt. A l'abord de la Jochen Rindt Kurve, Scheckter plonge à l'intérieur et parvient à prendre le commandement à Peterson.

 

11e: Quelques secondes plus tard, Scheckter est gêné par Jarier dans la ligne droite principale. Peterson le déborde par l'intérieur tandis que Watson se place juste derrière la Tyrrell. Peterson reprend la tête, puis Watson se place dans son sillage, double Scheckter, se porte à la hauteur du Suédois... mais doit céder dans Vöest-Hügel. Plus tard, Nilsson déborde Scheckter dans la courbe Jochen Rindt. Voici le Sud-Africain retombé au quatrième rang.

 

12e: Peterson et Watson sont en bagarre. Dans la première courbe Texaco, le Nord-Irlandais plonge à l'intérieur et retrouve le commandement de l'épreuve.

 

13e: Watson mène devant Peterson tandis que Nilsson, Scheckter et Hunt sont un peu distancés.

 

15e: Suite à la rupture d'un triangle de suspension à l'avant droit, Scheckter sort de la piste et heurte le rail de face. Le train avant de la P34 est démoli, contraignant son pilote à l'abandon. Pryce renonce lui aussi après avoir perdu ses freins. C'est le premier abandon d'une Shadow depuis six courses.

 

16e: Watson s'échappe: il a trois secondes d'avance sur Peterson et six secondes sur Nilsson. En proie à une voiture sous-vireuse, Hunt est distancé. Viennent ensuite Laffite, Mass, Andretti, Pace, Stuck et Depailler.

 

18e: Nilsson se rapproche de plus en plus de Peterson. Merzario sort de la piste et termine sa course dans l'herbe.

 

19e: Nilsson prend la deuxième place à Peterson.

 

20e: Le ciel est désormais plus clair et la piste complétement sèche. Watson mène avec cinq secondes d'avance sur Nilsson. Peterson est à six secondes. A une dizaine de secondes vient Hunt, poursuivi par Laffite, Mass et Andretti.

 

22e: Watson continue de creuser l'écart sur Nilsson. Peterson perd du terrain par rapport aux deux leaders et voit le groupe Hunt remonter sur lui.

 

24e: Hunt et Laffite reviennent sur Peterson qui commence à rencontrer des problèmes de freins, le mal récurrent des March cette saison.

 

25e: Watson a désormais une dizaine de secondes d'avance sur Nilsson. Comme Scheckter, Depailler est victime d'une rupture de suspension à l'avant droit et sort de la route. C'est la première fois que les deux P34 ne rallient pas l'arrivée.

 

26e: Laffite prend la quatrième place à Hunt. Le Français remonte ensuite rapidement sur Peterson.

 

27e: Stuck renonce à cause de la fuite de sa pompe à essence.

 

28e: Laffite est dans les roues de Peterson qui se débat avec une voiture instable. Andretti prend la sixième place à Mass.

 

29e: Laffite surprend Peterson et s'empare de la troisième place. Hunt surveille leur duel.

 

30e: Watson mène avec une quinzaine de secondes d'avance sur Nilsson. A vingt secondes vient Laffite qui subit une contre-attaque de Peterson: le Suédois reprend la troisième place.

 

31e: Laffite reprend l'avantage sur Peterson dans la première courbe. Plus loin le pilote March doit céder à Hunt.

 

32e: Jones abandonne à cause d'une panne de moteur. Il occupait le dixième rang.

 

33e: Laffite est maintenant lancé à la poursuite de Nilsson, sur lequel il a six secondes de retard.

 

35e: Tout va bien pour Watson qui contrôle l'épreuve avec une quinzaine de secondes de marge sur Nilsson. Laffite est à vingt secondes et se détache de Hunt dont la voiture sous-vire toujours beaucoup. Peterson perd néanmoins peu à peu le contact avec lui. Andretti est sixième à une quarantaine de secondes et précède Mass, Pace, Ertl et Binder.

 

37e: Laffite s'en donne à cœur joie et remonte assez rapidement sur Nilsson. La Ligier-Matra fonctionne parfaitement.

 

40e: Nilsson n'a plus que trois secondes d'avance sur Laffite. Plus loin, Andretti revient peu à peu sur Peterson.

 

41e: Son liquide frein ayant surchauffé, Pace éclate un disque: la Brabham part en vrille puis est propulsée dans les grillages de protection à près de 300km/h, démolissant tout sur son passage. Miraculeusement, Pace sort sans un bobo de son épave. Mais les disques de frein en carbone vont être mis au placard suite à ce grave incident...

 

42e: Jarier abandonne à cause de la rupture d'une canalisation d'essence.

 

44e: Laffite est désormais juste derrière Nilsson. De son côté Andretti a rattrapé Peterson.

 

45e: Dans la première courbe Texaco, Laffite plonge à l'intérieur et déborde Nilsson. A l'abord de la courbe Sebring, Brambilla percute Fittipaldi: les deux voitures partent en tête-à-queue et heurtent le rail de sécurité. Nullement fâché, Fittipaldi aide l'Italien à sortir de sa voiture avant de traverser la piste en courant.

 

46e: Laffite a quatorze secondes de retard sur Watson mais est plus rapide que lui. Andretti prend la cinquième place à Peterson.

 

48e: Laffite cravache et est déjà revenu à dix secondes de Watson. De son côté Nilsson est en délicatesse avec sa mécanique et voit Hunt fondre sur lui.

 

49e: Après une première course satisfaisante, Binder doit mettre pied à terre à cause d'une panne d'accélérateur.

 

50e: Watson est pris dans le trafic, mais c'est aussi le cas de Laffite. L'écart entre les deux hommes se stabilise par conséquent autour de dix secondes. De plus le Français ne parvient pas à semer Nilsson et Hunt.

 

52e: Si Laffite n'a plus aucune chance de rattraper Watson, Hunt est désormais dans les roues de Nilsson.

 

53e: Privé de freins, Lunger sort de la route et atterrit dans les piquets de protection. Il était neuvième avant cet accident.

 

54ème et dernier tour: John Watson remporte sa première victoire en Formule 1, la première de l'écurie Penske. Auteur d'une course splendide, Laffite obtient la deuxième place, le meilleur résultat de la Ligier-Matra. Nilsson résiste jusqu'au bout à Hunt pour monter sur son deuxième podium de la saison. Andretti est cinquième. Peterson est assez mal récompensé de son début de course époustouflant, mais sa sixième place lui apporte tout de même son premier point de la saison. Mass termine septième. Ertl, Pescarolo, Pesenti-Rossi et Lombardi sont aussi à l'arrivée, tandis que Kessel termine non classé.

 

Après la course

Ce podium Watson-Laffite-Nilsson est pour le moins inattendu. La victoire de l'équipe Penske est la première d'une voiture américaine depuis celle de l'Eagle de Dan Gurney à Spa-Francorchamps en 1967. Ce succès va coûter sa barbe à John Watson: il avait en effet promis à Roger Penske de la raser s'il triomphait au volant d'une de ses machines! Jacques Laffite est tout aussi content car après ce beau résultat, la première victoire de la Ligier semble proche.

 

Hunt est en revanche déçu car il n'a repris que trois points à Lauda. Son retard sur l'Autrichien est désormais de onze longueurs. Au classement des constructeurs, McLaren n'est en revanche plus qu'à huit points de Ferrari.

Pour Scheckter et Tyrrell, cette mauvaise course semble sonner le glas des espoirs de sacre.

 

 

Classements (Avant la disqualification de J. Hunt au GP de Grande-Bretagne et la réintégration du J. Watson au classement du GP de France)

 

Pilotes Constructeurs
1.Lauda58 pts1.Ferrari61 pts
2.Hunt47 pts2.McLaren-Ford-Cosworth53 pts
3.Scheckter35 pts3.Tyrrell-Ford-Cosworth47 pts
4.Depailler26 pts4.Ligier-Matra16 pts
5.Regazzoni16 pts5.Penske-Ford-Cosworth14 pts
Laffite16 pts6.Lotus-Ford-Cosworth13 pts
6.Watson14 pts7.Brabham-Alfa Romeo10 pts
Mass14 pts8.March-Ford-Cosworth8 pts
7.Nilsson10 pts9.Shadow-Ford-Cosworth6 pts
8.Pace8 pts10.Surtees-Ford-Cosworth3 pts
9.Stuck7 pts11.Ensign-Ford-Cosworth2 pts
10.Pryce6 ptsCopersucar-Ford-Cosworth2 pts
Andretti6 pts12.Parnelli-Ford-Cosworth1 pt
11.Reutemann3 pts
Jones3 pts
12.Amon2 pts
Fittipaldi2 pts
13.Stommelen1 pt
Peterson1 pt
Tony