James HUNT
 J.HUNT
McLaren Ford Cosworth
Niki LAUDA
 N.LAUDA
Ferrari
Jochen MASS
 J.MASS
McLaren Ford Cosworth

266e Grand Prix

X Grand Prix of South Africa
Couvert
6 mars 1976 - Kyalami
78 tours x 4.104 km - 320.112 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

Ronnie Peterson, de Lotus à March

La principale information du mois de février est le départ de Ronnie Peterson de chez Lotus. Le Suédois est en effet las des mauvaises performances des voitures de Colin Chapman, et le comportement de la 77 au Brésil l'a épouvanté. Il décide de retourner chez March, le team de ses débuts en Grand Prix, qui lui confie avec plaisir la voiture de Lella Lombardi. C'est une excellente recrue pour Max Mosley qui vise des podiums réguliers avec la nouvelle 761. A Kyalami, Peterson s'explique sur les raisons de sa rupture avec son ancienne équipe: « La Lotus 76 de l'an passé était une voiture à problèmes, de construction fragile, que je n'aimais pas beaucoup. J'ai accompagné Colin Chapman au creux de la vague, et je crois qu'il n'a pas été très chic avec moi car j'avais beaucoup d'espoirs dans ses nouvelles voitures. Je souhaitais une bonne F1 pour 1976, pour rattraper tous les ennuis que j'ai eus en 75... » En outre, le Scandinave est en froid avec Peter Warr qui a longtemps cherché à marchander son contrat pour renflouer les caisses de l'écurie...

 

Mario Andretti étant reparti chez Parnelli, Lotus se retrouve sans pilote à la veille de cette course. Pour piloter la 77, sont finalement choisis Bob Evans et Gunnar Nilsson. Le premier a pour seul titre de gloire d'avoir essayé de piloter la BRM en 1975. Le second est un pilote suédois de Formule 2 « prêté » par March en échange du recrutement de Peterson.

 

Présentation de l'épreuve

Cinq semaines se sont écoulées entre les Grands Prix du Brésil et d'Afrique du Sud. Vainqueur à Interlagos, Niki Lauda s'est immédiatement présenté en candidat à sa succession et est de nouveau le favori à Kyalami. Néanmoins on attend beaucoup des McLaren ainsi que de la Tyrrell 007 de Jody Scheckter, vainqueur sur ses terres la saison précédente.

Plusieurs équipes font leur retour pour cette course. Tout d'abord Surtees, soutenue par le cigarettier Chesterfield. Brett Lunger est au volant de la nouvelle TS19. Financée par le fabricant de maquettes John Day, l'équipe Ensign est aussi présente avec une vieille N174 améliorée. Remis de ses blessures contractées dans un accident de la circulation, Chris Amon est à son volant. Enfin Parnelli présente sa nouvelle voiture, la VPJ4B, conçue par Maurice Philippe et pilotée par Mario Andretti. Malgré une robe blanche faute de sponsor, cette voiture arbore des inscriptions célébrant le bicentenaire de la déclaration d'indépendance des États-Unis.

Anthony « Bubbles » Horsley fait revivre une équipe Hesketh semi-officielle en engageant une 308D, émanation de la 308C utilisée par Williams. L'Autrichien Harald Ertl en est le pilote.

 

Signe des temps, de moins en moins de pilotes sud-africains ont les moyens de tenter leur chance lors de leur Grand Prix national. En 1976 seul Ian Scheckter y parvient, pilotant une Tyrrell 007 préparée par Lexington Racing.

 

BRM n'est en revanche pas là: après les performances désastreuses de la P201 à Interlagos, Louis Stanley a décidé d'éviter le ridicule en mettant d'ores et déjà un terme au programme 1976. L'équipe va préparer la construction d'une nouvelle voiture pour la saison 1977.

 

Chez Williams, la valse des pilotes payants recommence puisque la deuxième FW05 est cette fois confiée au Français Michel Leclère, déjà aperçu à Watkins-Glen l'année précédente sur une Tyrrell.

 

Enfin l'écurie Shadow, toujours à la recherche d'un sponsor titre depuis le retrait de l'UOP, a obtenu pour cette épreuve le concours du fabricant de cigarettes Lucky Strike.

 

La presse du cœur envahit les stands de Kyalami pour photographier James Hunt, époux malheureux. En effet, son épouse Suzy vient de le quitter pour convoler avec Richard Burton... De son côté, Niki Lauda affiche sa nouvelle compagne, Marlène Knaus, qu'il a « soufflée » à un autre acteur, Curd Jürgens. Les deux amoureux vont se marier quelques semaines plus tard.

 

Les qualifications

Une controverse se déroule lors des premiers essais lorsque les McLaren et les Penske roulent munies de jupes en polycarbonate. Certaines équipes protestent de l'illégalité de ces éléments. Leur efficacité n'étant pas démontrée, Teddy Mayer et Roger Penske acceptent de les faire démonter.

 

Comme au Brésil, c'est Lauda qui se montre le plus rapide dans un premier temps. Et comme au Brésil, le samedi Hunt lui souffle la pole position, cette fois-ci pour seulement un dixième de seconde. La grosse surprise vient de Watson qui hisse la nouvelle Penske au troisième rang, le meilleur résultat en qualifications jamais obtenu par cette écurie. Mass est quatrième et confirme la bonne tenue des McLaren. En troisième ligne on retrouve Brambilla et Depailler. Pryce est septième devant Laffite dont la Ligier se comporte de mieux en mieux. Regazzoni n'a obtenu qu'une médiocre neuvième place. Tout de suite à l'aise au volant de la March, Peterson est dixième. Onzième, Reutemann est le mieux placé des Brabham et précède un J. Scheckter très décevant. Parmi les autres déceptions, Pace n'est que quatorzième et Jarier quinzième. I. Scheckter obtient une belle seizième place.

 

Avec la vingt-et-unième position, Fittipaldi est loin des espoirs entrevus au Brésil. Les Williams sont toujours décevantes, et c'est encore pire chez Lotus: Evans est 23ème tandis que Nilsson, 25ème et dernier, partage la dernière ligne avec l'Hesketh d'Ertl...

 

Le Grand Prix

La course se déroule sous un ciel tout gris mais il ne pleuvra pas.

 

Départ: Certaines voitures de tête démarrent avant le signal du starter. Lauda prend immédiatement l'avantage sur Hunt. Mass et Brambilla dépassent aussi le pilote anglais. Très mal parti, Watson se retrouve au milieu du paquet. Au freinage de Crowthorne, Ian Scheckter heurte la Williams de Leclère et part en tête-à-queue, atterrissant dans le grillage de protection.

 

1er tour: Lauda mène devant Mass, Brambilla, Hunt, Depailler, Peterson, Reutemann, Pryce, Regazzoni et Andretti.

 

2e: Brambilla déborde Mass à Crowthorne. L'Allemand est bientôt dépassé également par Hunt. J. Scheckter prend la dixième place à Andretti.

 

3e: Peterson prend la cinquième place à Depailler. A la peine, Reutemann est doublé par Pryce, Regazzoni et Scheckter.

 

4e: Lauda s'échappe peu à peu et compte trois secondes d'avance sur Brambilla, lequel contient Hunt.

 

5e: Ertl s'arrête à son stand pour corriger un réglage défectueux. L'Autrichien souffre de sous-virage.

 

6e: Hunt parvient à déborder Brambilla dans la longue ligne droite. Lauda réalise le meilleur tour en course qui ne sera pas battu: 1'17''97'''.

 

7e: Cinq secondes séparent Lauda et Hunt. Mass est sur les talons de Brambilla.

 

9e: Mass parvient à prendre la troisième place à Brambilla.

 

10e: Lauda a huit secondes d'avance sur Hunt. A plus de dix secondes navigue Mass devant Brambilla, puis à une quinzaine de secondes vient un peloton composé de Peterson, Depailler, Pryce, Regazzoni et Scheckter.

 

12e: Lauda continue de creuser l'écart sur Hunt. Il semble parti pour dominer l'épreuve.

 

14e: Peterson et Depailler sont en bagarre pour la cinquième place. Reutemann regagne le stand Brabham car son moteur répand de l'huile sur la piste. L'Argentin va repartir après quelques minutes d'arrêt.

 

15e: Le groupe emmené par Depailler se rapproche de Brambilla, semé par les trois premiers.

 

16e: A Crowthorne Depailler part en tête-à-queue. En voulant l'éviter, Peterson heurte un rail et casse sa roue arrière droite. Il doit s'arrêter dans l'herbe tandis que Depailler repart douzième, entre Laffite et Amon.

 

17e: Lauda a plus de dix secondes d'avance sur Hunt tandis que Mass est à une quinzaine de secondes. Brambilla est maintenant sous la menace de Pryce, lequel précède Regazzoni, Scheckter, Andretti, Watson et Pace.

 

18e: Reutemann jette l'éponge suite à la chute de sa pression d'huile. Nilsson abandonne au garage Lotus, en panne d'embrayage. Il occupait jusqu'alors le dix-septième rang.

 

19e: Pryce prend la quatrième place à Brambilla. Pendant ce temps-là, duel américain: la Penske de Watson double la Parnelli d'Andretti.

 

20e: Lauda a douze secondes d'avance sur Hunt. Mass est à une vingtaine de secondes. Malgré ce matelas confortable, l'Autrichien n'est pas serein car son répartiteur de freinage est déréglé. La Ferrari a un comportement imprévisible.

 

21e: Pace prend la neuvième place à Andretti.

 

22e: Pace entre aux stands à faible allure: comme celle de son équipier, sa voiture est victime d'une chute de pression d'huile. Il est contraint à l'abandon. Début d'année désastreux pour les Brabham-Alfa Romeo, d'autant plus que ces problèmes sont dus à la mauvaise conception du réservoir d'huile de la BT45...

 

23e: Laffite prend la neuvième place à Andretti.

 

24e: Regazzoni prend la cinquième place à Brambilla qui souffre de sous-virage.

 

25e: La marge est stable entre Lauda et Hunt. Brambilla est désormais attaqué par Scheckter.

 

26e: Scheckter double Brambilla.

 

28e: Maintenant relégué hors des points, Brambilla est sous la menace d'un groupe composé de Watson, Laffite et Andretti.

 

29e: Jarier renonce après que son radiateur d'eau a été crevé. Héroïque au Brésil, il n'occupait cette fois qu'une piètre quatorzième place.

 

30e: Lauda a dix secondes d'avance sur Hunt et une vingtaine sur Mass. Pryce est solidement accroché à la quatrième place et précède Regazzoni, Scheckter, Brambilla, Watson, Laffite, Andretti, Amon et Depailler.

 

32e: Laffite prend la huitième place à Watson. Ligier semble pouvoir viser ses premiers points.

 

35e: La course est peu animée. Toutefois Hunt est maintenant plus rapide que Lauda même si la différence entre les deux hommes se calcule en centièmes de seconde.

 

38e: L'écart entre Lauda et Hunt tombe sous la barre des dix secondes. Plus loin, Regazzoni et Scheckter sont en bagarre pour la cinquième place.

 

40e: Hunt grappille quelques dixièmes sur Lauda. Mass roule maintenant à une trentaine de secondes des leaders. Pryce est à quarante secondes.

 

43e: Ickx regagne le stand Williams afin de faire réparer sa platine d'allumage qui est défectueuse.

 

44e: Tandis qu'il occupait une solide quatrième place, Pryce est victime d'une crevaison. Le Gallois se fait doubler par ses concurrents avant de regagner son stand.

 

45e: Lauda a huit secondes d'avance sur Hunt. Regazzoni a récupéré la quatrième place tandis que Brambilla fait son retour dans les points. Pryce repart en treizième position après avoir fait changer son pneu crevé.

 

47e: Une sévère bagarre oppose Brambilla, Watson, Laffite et Andretti pour la sixième place.

 

50e: Lauda n'a plus que six secondes d'avance sur Hunt. Mass roule à environ quarante secondes de l'Autrichien. Regazzoni est quatrième mais est menacé par Scheckter. Le moteur de Laffite est en surrégime: le Français est contraint à l'abandon.

 

51e: Scheckter double Regazzoni à Crowthorne et s'empare ainsi de la quatrième place.

 

52e: Ickx est de nouveau arrêté à son stand à cause de soucis avec son allumage.

 

53e: Le moteur de Regazzoni cesse de fonctionner. Le pilote suisse doit arrêter sa Ferrari. Il n'a pas inscrit un seul point en deux courses.

 

55e: Lauda a cinq secondes d'avance sur Hunt et quarante-cinq sur Mass. Scheckter est quatrième à plus d'une minute. Il précède un trio composé de Brambilla, Watson et Andretti. Amon est huitième devant Fittipaldi, Pryce et Depailler.

 

58e: Malgré ses efforts, Hunt a du mal à revenir sur Lauda et l'écart entre les deux hommes se stabilise.

 

60e: Toujours cinq secondes d'écart entre les deux leaders. La principale lutte en piste oppose Brambilla à Watson pour la cinquième place.

 

63e: Statu quo en tête de l'épreuve. Lauda et Hunt reviennent sur Brambilla, Watson et Andretti pour leur prendre un tour.

 

65e: Lauda a 4.5s. d'avance sur Hunt. Chez Ferrari on s'inquiète quelque peu car l'Anglais semble avoir encore de l'énergie à revendre.

 

68e: Tandis que Brambilla résiste toujours à Watson, plus loin Amon et sa modeste Ensign tentent de contenir un trio composé de Fittipaldi, Pryce et Depailler.

 

70e: Quatre secondes séparent Lauda et Hunt. Mass est toujours à quarante-cinq secondes de la tête de course.

 

71e: Suite à une chute de pression, un des pneus de Lauda se dégonfle. L'Autrichien garde le contrôle de sa voiture et espère pouvoir rallier l'arrivée sans encombre.

 

72e: Fittipaldi tombe en panne de moteur. Le Brésilien abandonne mais sa course a été plutôt satisfaisante.

 

73e: Hunt semble lancé à la poursuite de Lauda qui lève le pied pour ménager son pneu. Pryce prend la huitième place à Amon.

 

74e: Brambilla est à la peine: le sous-virage de sa March est insupportable mais surtout sa jauge d'essence est au zéro !

 

75e: Hunt n'est plus qu'à trois secondes de Lauda. Brambilla regagne le stand March pour rajouter de l'essence dans son réservoir. Il perd ainsi toutes ses chances d'inscrire un point. Victime lui aussi d'une panne d'essence, le valeureux Amon s'arrête au stand Ensign.

 

76e: Hunt est à deux secondes de Lauda. Peut-il l'attaquer avant le drapeau à damiers ?

 

77e: Brambilla et Amon ont repris la piste.

 

78e: Niki Lauda a tenu bon et remporte le GP d'Afrique du Sud avec une seconde et trois dixièmes d'avance sur Hunt qui a fait une belle fin de course. Mass finit troisième et permet ainsi aux deux McLaren de monter sur le podium. Scheckter est quatrième après une course assez anonyme. Watson finit cinquième et marque ainsi ses premiers points pour Penske, équipe qui semble en pleine progression. Enfin Andretti marque un point pour Parnelli. Pryce est septième et précède Brambilla, Depailler, Evans, Lunger, Stuck, Leclère, Amon, Ertl et Ickx.

 

Après la course

La victoire de Lauda renforce sa première place au championnat tout comme elle contraint les adversaires de Ferrari à cravacher. En effet, bien que les McLaren soient très compétitives, elles demeurent inférieures en conditions de course à la Ferrari de la saison précédente. Chez Tyrrell, après ce week-end décevant, on attend avec impatience la nouvelle P34 à six roues.

 

Au classement des conducteurs, Lauda compte 18 points sur 18 possibles, soit déjà douze de mieux que Depailler et Hunt. Chez les constructeurs, Ferrari a neuf points d'avance sur Tyrrell et onze sur McLaren.

Tony