Jacky ICKX
 J.ICKX
Lotus Ford Cosworth
Jochen MASS
 J.MASS
McLaren Ford Cosworth
Carlos REUTEMANN
 C.REUTEMANN
Brabham Ford Cosworth

254e Grand Prix

XXI Gran Premio de España
Ensoleillé
27 avril 1975 - Montjuïc Park
29 tours x 3.791 km - 109.939 km
Course prévue pour 75 tours, stoppée à cause de l'accident de Rolf Stommelen. La moitié des points est attribuée.
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
L'accident de Rolf Stommelen qui fit cinq morts et une dizaine de blessés.

La saison européenne débute par le Grand Prix d'Espagne à Montjuïc. Deux mois se sont écoulés depuis le GP d'Afrique du Sud et entretemps s'est déroulée la Course des champions à Brands-Hatch qui a vu la victoire de Tom Pryce au volant de la Shadow DN5. Il prouve ainsi que cette voiture est bien encore compétitive malgré un désastreux week-end sud-africain. Toutefois il convient d'indiquer que le plateau était assez réduit, les Ferrari et les Brabham étant absentes. Un mois plus tard a eu lieu l'International Trophy à Silverstone. Face à une concurrence plus relevée, Niki Lauda a donné sa première victoire à la Ferrari 312T devant la McLaren de Fittipaldi.

 

Ainsi si les trois premières courses ont vu trois vainqueurs différents, Emerson Fittipaldi, Carlos Pace et Jody Scheckter, les Ferrari 312T de Niki Lauda et Clay Regazzoni sont au cœur de l'attention du paddock. Après des débuts médiocres à Kyalami à cause d'un manque de puissance du Flat 12, la motorisation du bolide rouge a été revue et tout le monde se demande s'il va enfin pouvoir se frotter aux Brabham, aux McLaren et aux Tyrrell.

 

Pour cette course espagnole plusieurs changements sont intervenus dans le paddock. Lotus a un nouvel ingénieur de course, Nigel Bennett, en provenance d'Hesketh. Williams aligne sa nouvelle voiture, la FW04 pour le seul Arturo Merzario, qui l'a déjà pilotée à Brands-Hatch. Jacques Laffite étant désormais occupé par le championnat du monde de Formule 2, il cède provisoirement son volant au jeune pilote anglais Tony Brise, âgé de 23 ans. Chez March, deux 751 sont maintenant engagées pour Vittorio Brambilla et Lella Lombardi.

 

L'Hesketh 308 première version réapparait pour le compte de l'équipe de Harry Stiller, patron d'une équipe de Formule 3 qui trouve ainsi l'occasion de faire débuter en F1 son pilote, un Australien mal dégrossi et bourru de 29 ans: Alan Jones. Rob Walker est partenaire de l'entreprise et la voiture arbore la couleur bleue nuit de l'ancien Walker Racing Team.

 

Graham Hill décide de laisser sa place de pilote pour cette course au Français François Migault. Suite à un accord avec Eric Broadley, les nouvelles Lola T371 prennent le nom de Hill GH1.

 

L'équipe Ensign fait son retour grâce aux subsistes de HB, un fabricant hollandais d'alarmes qui impose comme pilote le Néerlandais Roelof Wunderink. Les hommes de Mo Nunn utilisent toujours la voiture de la saison précédente, la N174.

 

Conflit autour de la sécurité

Mais le Grand Prix est secoué par une terrible polémique. En effet, lors des premiers essais préliminaires, il apparaît aux pilotes que la sécurité est très déficiente sur ce tracé urbain. Les rails ARMCO ne sont pas bien fixés entre eux et menacent donc de céder au moindre choc, ce qui peut avoir des conséquences catastrophiques. L'association des pilotes, le GPDA, présidée par Denny Hulme mais véritablement menée par Emerson Fittipaldi, refuse de prendre part aux essais du vendredi pour protester contre cette carence. Ainsi seuls les quelques pilotes non affiliés au GPDA, comme Jacky Ickx, prennent la piste lors des essais du vendredi.

 

Dans la nuit du vendredi au samedi les officiels ordonnent la réparation des barrières sur tout le circuit. La tâche est rude, et le samedi matin, les équipes envoient même une partie de leur personnel prêter main forte aux commissaires de piste. Mais les pilotes ne sont toujours pas satisfaits de l'état des barrières et refusent de disputer la séance de qualification du samedi. Le Grand Prix est alors en péril et les organisateurs, soutenus par le CSI, somment les pilotes de courir. Face au refus de Fittipaldi et consorts, les Espagnols menacent d'attaquer en justice pilotes et écuries et de faire saisir le matériel de ces dernières par la garde civile. La FOCA prend alors peur et les constructeurs demandent à leurs pilotes de céder. Ce qu'ils acceptent finalement de mauvais gré.

 

Les qualifications

La séance de qualification du samedi se déroule donc dans une mauvaise ambiance mais elle est riche d'enseignements. Les Ferrari 312T démontrent enfin tout leur potentiel et sont plus rapides que toute la concurrence. Lauda réalise sa dixième pole position en carrière devant Regazzoni. Les outsiders sont très en verve puisque Hunt est troisième devant Andretti, Brambilla et surtout Watson dont la Surtees est étonnamment rapide. Depailler est le seul rival des Ferrari a faire bonne figure avec la septième place. Pryce est un décevant huitième avec la Shadow DN7. En cinquième ligne on retrouve Stommelen avec la nouvelle Hill aux côtés de Jarier. Mass est onzième devant Peterson (qui n'a presque pas pu tourner) et Scheckter. Les Brabham sont peu à l'aise sur cette piste: Pace et Reutemann sont 14ème et 15ème. Brise est dix-huitième pour sa première course et devance les deux autres débutants Wunderink et Jones.

 

Merzario et Fittipaldi sont en dernière ligne après avoir volontairement ralenti en signe de protestation. Emmo n'a ainsi couvert que les trois tours réglementaires pour être qualifié.

 

Le Grand Prix

La querelle autour de la sécurité n'est pas apaisée le lendemain. Le dimanche matin, Emerson Fittipaldi annonce qu'il refuse de participer à la course en raison des mauvaises conditions de sécurité et quitte l'Espagne.

 

C'est donc dans une ambiance très tendue que va se dérouler cette course, la plupart des pilotes courant presque contre leur volonté.

 

Départ: Lauda conserve l'avantage de sa pole devant Regazzoni, Andretti et Brambilla. Mais à l'abord de l'épingle, Brambilla tente de se faufiler et heurte Andretti. L'Américain est envoyé contre Lauda dont la voiture part en travers et percute le flanc de Regazzoni avant de taper le rail de face. Les deux Ferrari sont contraintes de s'arrêter près du rail tandis que Hunt double Andretti qui a pu conserver le contrôle de sa voiture. Depailler a été touché par un concurrent et une de ses suspensions est détruite. Un début d'incendie se déclare sur la voiture de Lauda mais il est maîtrisé.

 

1er tour: La confusion règne suite au carambolage. Pendant que Lauda regagne les stands à pied, Regazzoni repart avec un train avant démoli. En piste Hunt mène devant Andretti, Watson, Stommelen, Brambilla, Pace, Peterson, Jarier, Pryce et Mass.

 

2e: W. Fittipaldi et Merzario regagnent les stands pour abandonner par solidarité avec Emerson Fittipaldi. Regazzoni rejoint aussi les stands pour faire réparer sa Ferrari. Quant à Depailler, il doit renoncer, suspension pliée.

En piste Hunt compte quelques mètres d'avance sur Andretti. Scheckter double Mass.

 

3e: Hunt et Andretti s'échappent en tête de la course. Watson et Stommelen mènent un peloton très compact. Pryce cale en voulant éviter la voiture d'Evans partie en tête-à-queue. Il repart en dix-huitième position.

 

4e: Scheckter casse son moteur et répand de l'huile sur la piste. Jones et Donohue glissent sur les projections. L'Américain heurte le rail et harponne l'Australien qui part en tête-à-queue. Les deux hommes doivent abandonner.

 

5e: Regazzoni a repris la piste avec quatre tours de retard.

 

6e: Hunt mène avec une seconde d'avance sur Andretti. Watson est à quatre secondes, Stommelen à sept secondes. A plus de dix secondes, Brambilla contient Pace ainsi que Peterson, Mass et Ickx.

 

7e: A la sortie du virage Tecninca, Hunt glisse sur de l'huile répandue par Scheckter et tape violemment le rail de sécurité. L'Anglais n'a plus qu'à sortir de sa voiture, laissant Andretti en tête de l'épreuve. Au même moment Brambilla est au ralenti suite à un méplat sur un pneu avant.

 

8e: Andretti sur Parnelli mène désormais avec cinq secondes d'avance sur Watson. Stommelen est troisième à une dizaine de secondes et précède de peu Pace, Peterson, Mass et Ickx. Jarier est au stand Shadow pour changer une roue suite à une crevaison et ne repart qu'au bout d'une minute. Brambilla s'arrête aussi aux stands pour changer de pneus. Evans renonce suite à une panne d'alimentation.

 

10e: Andretti est assez confortablement en tête avec environ cinq secondes d'avance sur Watson. Stommelen est troisième et complète cet incroyable trio de tête composé d'une Parnelli, d'une Surtees et d'une Hill. Pace est quatrième et précède Peterson, Mass, Ickx, Brise, Migault et Pryce.

 

12e: La Surtees de Watson vibre beaucoup. Le Nord-Irlandais doit s'arrêter à son stand pour résoudre le problème. Cela laisse Stommelen au deuxième rang avec Pace et Peterson sur ses talons. Migault part en tête-à-queue puis regagne les stands.

 

13e: Migault doit faire changer une calandre sur sa voiture. L'opération va prendre plus d'un quart d'heure.

 

14e: Andretti réalise le meilleur tour en course en 1'25''1'''.

 

15e: Andretti a quelques secondes d'avance sur Stommelen qui précède Pace et Peterson. Mass est cinquième devant Ickx. Le jeune Brise est septième mais est très menacé par Pryce. Watson a repris la piste.

 

17e: Une rupture de suspension arrière gauche envoie Andretti contre le rail. L'équipe de Parnelli Jones ne remportera pas son premier Grand Prix... Tandis que le champion américain sort de sa voiture, Stommelen et sa nouvelle Hill prenne la tête du Grand Prix.

 

18e: Stommelen mène avec une demi-seconde d'avance sur Pace. Peterson est troisième à une huitaine de secondes et précède Mass, Ickx, Brise et Pryce. Suivent Wunderink, Reutemann, Brambilla et Jarier.

 

19e: Stommelen tente de résister aux assauts de Pace dont la Brabham est bien plus rapide que sa Hill.

 

20e: Pryce percute l'arrière de la Williams de Brise, envoyant celle-ci en tête-à-queue. Pryce poursuit sa route tandis que Brise peut se relancer.

 

21e: Brice s'arrête au stand Williams pour réparer sa voiture abîmée dans le choc avec Pryce. Wunderink abandonne à cause de la rupture d'un arbre de transmission.

 

22e: Pace parvient à doubler à Stommelen. Le voici en tête de la course.

 

23e: Pace commet une petite erreur et Stommelen reprend le commandement. Les deux hommes sont roues dans roues.

 

24e: Peterson percute Migault qui venait de reprendre la piste. Le Suédois termine sa course contre une glissière. Mass récupère la troisième place mais a Ickx sur ses talons. Pendant ce temps-là Pryce renonce, ses suspensions ayant trop souffert de son accrochage avec Brice.

 

25e: Stommelen est toujours en tête avec quelques mètres d'avance sur Pace. A une dizaine de secondes se trouve Mass qui résiste à Ickx. Reutemann est cinquième devant Jarier, Brambilla et Lombardi.

 

26e: Au moment où Stommelen entame ce tour, avec Pace derrière lui, l'aileron arrière de la Hill se détache. Complétement déséquilibrée, la voiture de l'Allemand décolle sur une bosse en s'engageant dans la Recta de l'Estadi. Elle heurte le côté intérieur de la piste avant d'être renvoyée vers l'autre versant, touchant au passage la voiture de Pace. La Hill vole au-dessus du rail de sécurité puis s'écrase de l'autre côté où elle se désintègre, touchant de nombreuses personnes. De son côté, Pace voit un de ses pneus éclater et tape le rail. Les drapeaux jaunes sont immédiatement déployés dans le secteur. Toutefois Jarier en profite pour doubler Reutemann.

 

27e: Mass est désormais en tête de la course juste devant Ickx, mais la confusion règne à cause du drame qui vient de se produire. Dans Recta de l'Estadi plusieurs personnes ont été très gravement blessées par la voiture folle de Stommelen, et certaines sont mêmes mortes sur le coup. Quant au pilote, il gît dans sa voiture, conscient mais grièvement touché. Pace reste aussi dans sa voiture, très sonné. Les secours ne savent plus où donner de la tête.

 

28e: Plus personne ne s'intéresse à ce qui se passe sur la piste, mais la lutte en tête continue puisque Ickx dépasse Mass au freinage de l'épingle, et ce alors que les drapeaux jaunes sont agités.

 

29ème et dernier tour: La direction de course décide d'arrêter l'épreuve. Toutefois le comte de Villapadierna, directeur de l'épreuve, fait brandir par erreur le drapeau à damiers devant Reutemann et Brambilla, qui s'arrêtent donc aussitôt alors qu'ils n'ont parcouru que vingt-huit tours. En piste, Ickx se retrouve au point mort à l'épingle et Mass en profite pour le repasser. C'est donc le jeune Allemand qui franchit la ligne d'arrivée en vainqueur juste devant le Belge. Jarier est troisième. Reutemann et Brambilla sont classés quatrième et cinquième. Lella Lombardi est sixième et précède Brice et Watson, Regazzoni et Migault n'étant pas classés.

 

Jochen Mass remporte donc sa première victoire dans l'indifférence générale. Comme moins de 75% des tours ont été couverts, les pilotes n'inscrivent que la moitié des points. Deuxième, Ickx marque les premiers points de Lotus en 1975. Il reçoit aussi mille francs suisses d'amende pour avoir doubler Mass sous régime de drapeaux jaunes. Jarier est troisième mais il a doublé Reutemann tandis qu'il devait ralentir. Il reçoit une lourde sanction d'un tour de pénalité. Reutemann récupère ainsi la troisième place. Jarier est seulement quatrième mais au moins ouvre le compteur de points de Shadow. Brambilla est cinquième devant sa coéquipière Lella Lombardi qui devient la première femme à inscrire un demi-point en Formule 1.

 

Après la course

Le drame du vingt-sixième tour a des conséquences désastreuses. Quatre personnes ont été tuées sur le coup par les débris de la voiture de Stommelen. Il s'agit d'un photographe italien, d'un pompier espagnol et de deux spectateurs, mal protégés. Une dizaine de spectateurs ont été blessés et l'un d'entre eux décède à l'hôpital, portant le nombre des victimes à cinq. Stommelen a été relevé avec une jambe et des côtes cassées et un bras fracturé. Mais heureusement ses jours ne sont pas en danger. Quant à Pace, il s'en tire avec une légère commotion.

 

Le président du CSI, le prince de Metternich, s'empresse de dédouaner les organisateurs du Grand Prix de toute responsabilité dans l'accident. Mais il n'empêche que suite aux violentes polémiques de ce week-end, le circuit barcelonais apparaît comme perdu pour la Formule 1. Le drame de dimanche ne fait qu'ajouter au discrédit touchant ce tracé si contesté. L'équipe Embassy Hill est aussi montrée du doigt car l'enquête révèlera que les supports de l'aileron arrière de Stommelen étaient déjà endommagés au moment du départ. Ses mécaniciens se seraient en effet appuyés sur l'aileron pour conduire la voiture sur la grille de départ...

 

D'un point de vue sportif, ce demi Grand Prix a peu de conséquences. Fittipaldi conserve la première place du championnat avec trois points d'avance sur Reutemann et Pace. Grâce au succès de Mass, McLaren revient à un demi-point de Brabham au classement des constructeurs.

Tony