Jody SCHECKTER
 J.SCHECKTER
Tyrrell Ford Cosworth
Ronnie PETERSON
 R.PETERSON
Lotus Ford Cosworth
Jean-Pierre JARIER
 J.JARIER
Shadow Ford Cosworth

241e Grand Prix

XXXII Grand Prix Automobile de Monaco
Ensoleillé
26 mai 1974 - Monaco
78 tours x 3.278 km - 255.684 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
L'accrochage entre Denny Hulme et Jean-Pierre Beltoise qui va provoquer un carambolage.

Le « F1 Circus » pose ses bagages dans le cadre enchanteur de la Principauté de Monaco. En raison de très belles performances des Ferrari à Jarama et à Nivelles, des milliers de Transalpins ont gagné le Rocher pour encourager les belles italiennes. Le jeune retraité Jackie Stewart tient une conférence de presse au cours de laquelle il livre ses pronostics sur le championnat en cours. Selon lui le titre mondial se jouera entre Ronnie Peterson et Emerson Fittipaldi, Niki Lauda tenant lieu d'outsider.

 

Tandis que trente-quatre voitures s'étaient présentées au départ du Grand Prix de Belgique, Michel Boeri et l'ACM limitent le nombre d'entrants au Grand Prix de Monaco. Seules vingt-sept voitures seront admises. Les équipes Lyncar, Token, Finotto et AAW sont ainsi absentes, tandis que Williams n'engage qu'une seule voiture pour Arturo Merzario. L'équipe japonaise Maki, qui avait prévu de débuter avec comme pilote Howden Ganley, déclare finalement forfait. En revanche Chris Amon fait son retour avec sa voiture personnelle.

 

Les performances de la Lotus 76 étant trop mauvaises, Colin Chapman a sagement décidé de remettre en service la 72E. Celle-ci n'est certes pas aussi évoluée que la McLaren ou la Ferrari mais elle a encore un potentiel certain.

 

Les qualifications

Pour la quatrième fois consécutive la pole position revient à une Ferrari. Malgré un accident à la Piscine lors des essais du jeudi, Lauda réalise le meilleur temps des séances d'essais et devance de trois dixièmes son équipier Regazzoni. Peterson obtient une belle troisième place avec la 72. Il devance Depailler qui réalise sa meilleure qualification jusqu'alors. Le jeune Auvergnat est en pleine confiance et devient un prétendant à la victoire. Il précède Scheckter qui découvre ce tracé, ainsi que Jarier, étonnant sixième avec la Shadow. En quatrième ligne on retrouve Hunt et Reutemann. Suivent Stuck et Hailwood qui est le premier pilote McLaren. Les McLaren officielles sont en grandes difficultés sur ce circuit qui ne leur convient pas: Hulme et Fittipaldi sont seulement 12ème et 13ème. Ickx est moins heureux que Peterson avec la 72 puisqu'il est seulement dix-neuvième. Il est devant Amon qui est relativement rapide avec son AF101 privée.

 

Pescarolo obtient la dernière place sur la grille. Von Opel échoue à qualifier la seconde Brabham... Bernie Ecclestone se dit alors qu'il serait temps pour lui de trouver un second pilote digne de ce nom...

 

Le Grand Prix

Mass ne peut pas prendre le départ à cause de la rupture d'un demi-arbre de roue dans le tour de mise en grille. Amon doit aussi renoncer suite à un problème de distributeur. Quant à Depailler, il doit abandonner sa 007 sur la grille à cause d'une fuite du distributeur d'injection. Il doit se rabattre in extremis sur la vieille 006 et prendre le départ en dernière position.

 

Départ: Regazzoni part mieux que Lauda et vire en tête à Sainte-Dévote. Derrière eux Jarier a pris un excellent envol et pointe au troisième rang devant Peterson.

 

1er tour: Dans la montée de Beaurivage Beltoise tente de déborder Hulme par l'intérieur mais les deux voitures entrent en contact. Hulme tape le rail et derrière lui plusieurs voitures, surprises, entrent en collision, à savoir celles de Merzario, Pace, Redman, Brambilla, Schuppan et Schenken. Hulme et Merzario se rangent dans une échappatoire tandis que les autres pilotes poursuivent leurs routes avec des voitures très abîmées.

Regazzoni mène à l'issue de cette première boucle devant Lauda, Jarier, Peterson, Reutemann, Scheckter, Hunt, Hailwood, Stuck et Fittipaldi.

 

2e: Regazzoni, Lauda, Jarier et Peterson sont roues dans roues. Beltoise et Brambilla entrent aux stands pour mettre pied à terre. Schenken, Pace et Redman ne pourront pas repartir non plus.

 

3e: Peterson prend la troisième place à Jarier. De son côté Hailwood double Hunt. Schuppan reprend la piste après avoir changé une de ses roues avant.

 

4e: Scheckter attaque Reutemann. Dans la descente vers Mirabeau Stuck attaque Hunt par l'intérieur mais celui-ci ne le voit pas surgir. Les deux voitures entrent en contact. La March de Stuck décolle, escalade le trottoir et dévale la pente jusqu'à s'écraser contre le rail. L'Allemand sort aussitôt de sa voiture mais s'est brisé le pouce dans cette mésaventure.

 

5e: Suite à une rupture de freins, Migault tire tout droit à la chicane après le tunnel et vient s'encastrer dans les barrières de protection. Assez miraculeusement, le pilote français s'en tire parfaitement indemne.

 

6e: Le grabuge se poursuit: en chassant Lauda, Peterson part en tête-à-queue à la Rascasse et est percuté par Reutemann. Par chance, le Suédois peut repartir sans que sa Lotus ait souffert, mais en revanche l'Argentin a brisé sa suspension et doit abandonner.

 

7e: Regazzoni mène devant Lauda et Jarier qui sont sur ses talons. Scheckter est quatrième et précède Hailwood, Peterson, Hunt, Fittipaldi, Ickx et Watson. A Beaurivage, Schuppan dérape sur de l'huile répandue par le carambolage du départ et heurte le rail. L'Ensign est rapidement évacuée par les commissaires.

 

10e: Regazzoni mène devant Lauda (0.5s.) et Jarier (1s.). Scheckter est à quatre secondes et précède Hailwood et Peterson. Seules quatorze voitures sont encore en course.

 

12e: Hailwood glisse sur de l'huile répandue dans la montée vers le Casino et heurte le rail en marche arrière. La barrière est défoncée par le choc mais le pilote anglais n'est pas blessé.

 

15e: Regazzoni, Lauda et Jarier se tiennent toujours en quelques secondes. A cinq secondes, Scheckter est sous la pression de Peterson qui est très rapide. Hunt est sixième devant Fittipaldi, Ickx, Watson, Hill, Edwards, Depailler et Pescarolo.

 

17e: Peterson est revenu juste derrière Scheckter.

 

19e: Peterson prend la quatrième place à Scheckter. Pendant ce temps-là Watson a doublé Ickx.

 

20e: Regazzoni contient toujours Lauda et Jarier. Une seconde sépare chacun de ces trois pilotes. Peterson n'est qu'à trois secondes du leader. Dans le stand Ferrari, Luca di Montezemolo voudrait que Regazzoni laisse passer Lauda qui est manifestement plus rapide.

 

21e: Regazzoni part en tête-à-queue à la Rascasse, exactement comme Peterson. Sans doute de l'huile a-t-elle été répandue à cet endroit. Le Suisse se fait doubler par Lauda, Jarier, Peterson et Scheckter, avant de repartir au prix d'une périlleuse marche arrière.

 

22e: Lauda est désormais leader et prend de l'avance sur Jarier qui rencontre des soucis avec son allumage.

 

23e: Jarier est sous la pression de Peterson.

 

25e: Jarier commet une erreur à l'épingle du Loews et part à l'extérieur de la piste. Peterson en profite pour se jeter à l'intérieur et prendre la deuxième place.

 

27e: Scheckter double à son tour Jarier qui est en difficulté. C'est fort dommage pour le Français qui semblait quelques tours auparavant capable de contester le commandement à Lauda.

 

28e: Hunt renonce suite à une panne de transmission qui permet à Fittipaldi d'entrer dans la zone des points.

 

30e: Peterson revient rapidement sur Lauda qui n'est plus très rapide. Scheckter est troisième à une dizaine de secondes et précède Jarier, Regazzoni et Fittipaldi.

 

32e: Lauda résiste à Peterson qui se place dans son sillage.

 

33e: Lauda ralentit dans la descente vers Mirabeau. Peterson se déporte à l'extérieur et double la Ferrari, s'emparant de la tête du Grand Prix. Lauda subit en fait une panne d'allumage et ne va pas pouvoir aller beaucoup plus loin.

 

34e: Suite à l'abandon de Lauda, Peterson mène désormais avec une dizaine de secondes d'avance sur Scheckter. Jarier est à quinze secondes et précède Regazzoni, Fittipaldi et Watson.

 

35e: Le moteur de Ickx explose et le pilote Belge doit s'arrêter à l'entrée des stands. Les pompiers éteignent un début d'incendie sur la Lotus.

 

38e: Peterson compte désormais quinze secondes d'avance sur Scheckter.

 

40e: A mi-course les positions sont désormais figées et seulement dix voitures sont encore en piste.

 

45e: Peterson est en tête avec une quinzaine de secondes d'avance sur Scheckter, lequel précède Jarier de dix secondes. Plus loin se trouve Regazzoni qui devance Fittipaldi, Watson, Hill, Depailler, Edwards et Pescarolo.

 

48e: Les écarts sont à peu près les mêmes en tête de l'épreuve. Peterson prend peu à peu de l'avance sur Scheckter. Depailler est assez rapide et remonte sur Hill.

 

50e: Peterson a une vingtaine de secondes d'avance sur Scheckter.

 

54e: Depailler s'arrête à son stand afin de faire resserrer une roue fixée à la hâte avant le départ. Il perd ainsi le bénéfice de sa remontée et se repart dixième et dernier, à trois tours de Peterson.

 

57e: Peterson réalise le meilleur tour en course: 1'27''9'''.

 

60e: Vingt-cinq secondes séparent désormais Peterson et Scheckter. Jarier est à plus de quarante secondes du leader et Regazzoni à près d'une minute. Fittipaldi est en passe de se faire prendre un tour.

 

64e: Pescarolo renonce suite à une avarie de sa boîte de vitesses. Seuls neuf pilotes sont encore en piste.

 

65e: La fin de course est très calme, Peterson se contentant de gérer son avance sur Scheckter.

 

66e: Regazzoni est le pilote le plus rapide en piste et tente de revenir sur Jarier, mais il est encore à plus de vingt secondes du pilote Shadow.

 

70e: L'écart est le même entre les deux leaders. Suivent Jarier, Regazzoni, Fittipaldi, Watson, Hill, Edwards et Depailler.

 

72e: Regazzoni est à quinzaine de secondes de Jarier et ne pourra donc pas lui contester le podium. Le Français tient le coup malgré des soucis avec son allumage depuis plus d'une heure.

 

74e: Peterson a pris un tour à Fittipaldi. Désormais seuls trois pilotes sont dans le même tour que lui.

 

78ème et dernier tour: Ronnie Peterson remporte sa cinquième victoire en Formule 1 dans les rues de Monte-Carlo. Il prouve ainsi que la bonne vieille Lotus 72 a encore des forces à revendre. Scheckter finit deuxième, ce qui est son meilleur résultat de la saison. Jarier termine troisième et grimpe sur son premier podium en F1. Regazzoni se contente de la quatrième place. Fittipaldi est cinquième après un week-end médiocre. Watson marque son premier point en F1 au volant de la Brabham BT42 de l'équipe de John Goldie. Hill finit septième devant Edwards et Depailler.

 

Après la course

Ce succès est tout à l'honneur de Peterson qui a connu un début de saison difficile et surtout s'est accroché avec Reutemann en début de course. Mais c'est bien Jarier qui est le « héros du jour »: en effet, sans son problème d'allumage, le jeune pilote français aurait très certainement pu remporter la course.

Ronnie Peterson et son épouse Barbro sont invités par le prince Rainier sur le podium pour recevoir les lauriers de la victoire.

 

Ce GP de Monaco apporte peu de changements au classement général. Fittipaldi conserve la première place avec 24 points contre 22 à Regazzoni et 21 à Lauda. Scheckter apparaît au quatrième rang avec 12 points. Au classement des constructeurs, McLaren reste en tête devant Ferrari tandis que Tyrrell et Lotus sont maintenant troisième et quatrième.

Tony