Niki LAUDA
 N.LAUDA
Ferrari
Emerson FITTIPALDI
 E.FITTIPALDI
McLaren Ford Cosworth
Jody SCHECKTER
 J.SCHECKTER
Tyrrell Ford Cosworth

240e Grand Prix

XXXII Grote Prijs van Belgie
Légérement nuageux
12 mai 1974 - Nivelles
85 tours x 3.724 km - 316.540 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Gérard Larrousse dispute son unique Grand Prix. Il devance ici Jochen Mass.

Le Grand Prix de Belgique fait escale pour la deuxième fois sur le circuit de Nivelles près de Bruxelles, après une première édition en 1972. L'alternance avec le circuit flamand de Zolder est l'œuvre de Bernie Ecclestone, patron de l'association des constructeurs, la F1CA, qui a négocié directement avec les organisateurs. Le CSI n'apprécie évidemment pas l'empiètement de plus en plus manifeste des constructeurs sur le pouvoir sportif, mais il ne peut pas les contrer pour l'heure.

 

La Scuderia Ferrari demeure sur un doublé réalisé à Jarama et la presse transalpine est très enthousiaste, célébrant ce curieux duo de pilotes si différents et pourtant conduisant les voitures rouges au succès: l'ombrageux et calculateur Niki Lauda associé à l'exubérant et fougueux Clay Regazzoni.

 

Chez Lotus, les pilotes sont désespérés par les nombreux problèmes techniques rencontrés par la 76 et Colin Chapman envisage de réintroduire en course la vieille 72, moins rapide mais plus fiable.

Tyrrell dispose enfin de deux 007, Depailler pilotant enfin la nouvelle voiture en course.

 

Une nouvelle équipe fait ses débuts: Token. Il s'agit d'un projet initialement conçu par Ron Dennis, directeur de l'équipe de Formule 2 Rondel. Celui-ci, prévoyant de débuter en F1, avait commandé un projet à l'ingénieur Ray Jessop. Mais Dennis a dû finalement renoncé bien que la voiture soit construite. Elle est rachetée par deux financiers, Tony Vlassopoulo et Ken Grob, qui décident de s'engager en F1 sous le nom de Token, avec pour pilote le jeune Gallois Tom Pryce, pilote Rondel en F2. La voiture est déjà apparue à l'International Trophy où elle n'a pas fait grande impression.

Autre nouvelle voiture: la Lyncar. C'est un projet du pilote amateur néo-zélandais John Nicholson et réalisé par l'ingénieur Martin Slater. La Lyncar 006 a réussi de bons débuts à la Course des champions en obtenant une sixième place aux mains de Nicholson. L'équipe devait faire ses débuts à Nivelles mais l'engagement est abandonné à la dernière minute.

 

L'écurie Ensign fait son retour. Après avoir perdu Rikky von Opel, Mo Nunn a reçu le soutien financier du milliardaire hong-kongais Teddy Yip et a recruté l'Australie Vern Schuppan pour piloter la N174... moyennant une valise de billets.

Brabham engage une troisième voiture officielle, une BT42 pour le pilote local Teddy Pilette, fils de l'ancien pilote André Pilette.

Chez Williams, Gijs van Lennep fait sa réapparition en remplaçant Tom Belsø dans la deuxième Iso-Marlboro.

Vainqueur des 24 heures du Mans, Gérard Larrousse fait enfin ses débuts en Formule 1 sur une autre Brabham BT42 engagée par la Scuderia Finotto. Parmi les pilotes privés on rencontre le Finlandais Leo Kinnunen qui pilote une Surtees TS16 de l'écurie finlandaise AAW. Enfin, Chris Amon doit déclarer forfait pour la course, sa voiture n'étant pas prête.

 

Les qualifications

Les Ferrari sont de nouveau en grande forme lors des essais, et cette fois c'est Regazzoni qui obtient la pole position avec une seconde d'avance sur Scheckter dont la Tyrrell fait des progrès encourageants. D'autant plus qu'en réalité c'est bel et bien le Sud-Africain qui avait réalisé le meilleur chrono mais celui-ci n'a pas été enregistré par les officiels.

Lauda et Fittipaldi se partagent la deuxième ligne. Peterson obtient la cinquième place et précède Merzario, toujours aussi véloce en qualifications. Beltoise est septième devant Pace qui malgré des résultats corrects se plaint du comportement de sa voiture auprès de John Surtees. En cinquième ligne on retrouve Hunt et Stuck. Suivent Depailler, Hulme, Hailwood et Schuppan, très en verve avec l'Ensign. Le Grand Prix national de Ickx se passe très mal: en proie à d'incessants soucis mécaniques, le champion belge ne part que du seizième rang.

 

La surprise du week-end vient des très mauvaises performances des Brabham officielles: von Opel et Reutemann sont respectivement 22ème et 24ème ! Pryce obtient une satisfaisante 20ème place avec la Token. Pilette et Larrousse sont 27 et 28ème. Brambilla ferme la marche. Seul Kinnunen n'est pas qualifié. Il y aura donc trente-et-une voitures au départ de la course, un nombre quelque peu excessif sur un si petit tracé.

 

Le Grand Prix

Départ: Bons envols de Regazzoni, Scheckter et Fittipaldi. Les deux premiers arrivent côte à côte au premier freinage et c'est Regazzoni qui conserve l'avantage tandis que Fittipaldi surprend Scheckter en se faufilant à l'intérieur. S'en suit une bagarre entre Lauda et Scheckter qui se conclut au bénéfice du second. Stuck est resté scotché sur la grille à cause d'un embrayage défectueux et ne part que bon dernier.

 

1er tour: Peterson surprend Lauda. Après un tour, Regazzoni mène devant Fittipaldi, Scheckter, Peterson, Lauda, Hunt, Pace, Beltoise, Depailler, Hailwood, Pescarolo et Jarier. Merzario est treizième après avoir raté son départ et précède Reutemann.

 

3e: Lauda reprend la quatrième place à Peterson. Brambilla et Van Lennep s'arrêtent à leurs stands.

 

4e: Regazzoni compte une seconde d'avance sur Fittipaldi qui contient Scheckter. Reutemann est très bien parti et est douzième après avoir doublé Merzario et Jarier.

 

5e: Depailler prend la huitième place à Beltoise. Pryce et Stuck s'arrêtent aux stands. Si le Gallois repartira, Stuck doit renoncer, son embrayage refusant de fonctionner.

 

7e: Lauda est revenu juste derrière Scheckter. Depailler dépasse Pace.

 

8e: Lauda prend l'avantage sur Scheckter.

 

10e: Regazzoni est toujours en tête et mène un peloton composé de Fittipaldi, Lauda, Scheckter, Peterson et Hunt. A plusieurs secondes se trouve Depailler qui précède Pace, Beltoise, Reutemann, Hailwood, Ickx, Merzario et Jarier. Le reste du peloton est semé.

 

12e: Quinzième après avoir été doublé par Hulme, Pescarolo est percuté par Edwards. Le pilote français va rentrer à son stand pour réparer.

 

13e: Pescarolo est au stand BRM et doit renoncer, sa voiture étant trop endommagée.

 

15e: Les six premiers poursuivent leur parade en tête avec quelques secondes d'avance sur Depailler. Suit un peloton composé de Pace, Beltoise, Reutemann, Hailwood, Merzario, Ickx, Hulme et Jarier.

 

19e: Reutemann s'arrête à son stand à cause de vibrations récurrentes sur sa voiture.

 

20e: Regazzoni compte une seconde et demie d'avance sur Fittipaldi, lequel contient Lauda et Scheckter. Peterson et Hunt sont sur leurs talons.

 

22e: Reutemann reprend la piste avec plusieurs tours de retard.

 

24e: La bagarre fait rage pour la dixième place entre Merzario, Ickx, Hulme et Jarier. Pendant ce temps-là, Pace déchape suite à une crevaison et doit passer par son stand pour réparer.

 

25e: Statu quo en tête de l'épreuve. Les leaders doivent dépasser les forts nombreux retardataires. Larrousse s'arrête à son stand pour faire vérifier sa voiture.

 

27e: Hailwood double Beltoise. Merzario est en difficulté et cède trois places à Ickx, Hulme et Jarier.

 

28e: Scheckter se rapproche de Lauda grâce au trafic. Merzario se défend en repassant Jarier.

 

30e: Scheckter prend la troisième place aux dépens de Lauda gêné par un retardataire. Merzario doit stopper son Iso à cause d'une rupture de transmission. Edwards est aux stands pour changer de pneumatiques.

 

32e: Lauda met la pression sur Scheckter, bien décidé à récupérer sa troisième place.

 

35e: Regazzoni, Fittipaldi, Scheckter et Lauda se tiennent en quelques secondes. Peterson et Hunt ne sont pas loin. Depailler est septième devant Hailwood, Beltoise, Ickx, Hulme et Jarier.

 

37e: Lauda attaque Scheckter. Hulme réalise le meilleur tour en course: 1'11''31'''. Arrêt aux stands de Redman.

 

38e: Lauda reprend l'avantage sur Scheckter. Peterson ralentit, victime de vibrations et d'une fuite d'essence. Il regagne les stands.

 

39e: Tassé par Larrousse auquel il prenait un tour, Regazzoni fait une excursion dans l'herbe. Il repart aussitôt mais entretemps Fittipaldi et Lauda sont passés. Le Suisse est reparti juste devant Scheckter. C'est le tournant de la course. Les mécaniciens de Peterson réparent la Lotus qui repartira quelques minutes plus tard en vingt-sixième position.

 

40e: Fittipaldi est désormais en tête mais devance de peu Lauda, Regazzoni et Scheckter, tandis que Hunt est à quelques secondes de là.

 

43e: Arrêt aux stands pour Mass qui passe de la 14ème à la 23ème place.

 

45e: Tandis que les quatre leaders sont presque roues dans roues, Hailwood attaque Depailler pour la sixième place. Beltoise est dans sa roue

 

46e: Hunt subit une rupture de suspension à l'arrière droit dans la descente à mi-circuit. L'Hesketh part en vrille dans l'herbe. Hunt doit renoncer avec une roue complétement tordue. Au même moment Hailwood double Depailler.

 

47e: Hailwood commet une erreur à l'épingle et part à moitié en tête-à-queue. Il parvient à se relancer assez vite mais se retrouve derrière Jarier.

 

48e: Ickx entre aux stands car ses freins ont du mal à répondre tandis qu'une fuite d'huile se déclare. Les mécaniciens vont réparer tant bien que mal la deuxième Lotus.

 

50e: Fittipaldi mène avec une seconde d'avance sur Lauda. Regazzoni est à quatre secondes et Scheckter à cinq secondes. Depailler est cinquième, beaucoup plus loin, et précède Beltoise, Hulme, Hailwood, Jarier et Watson.

 

51e: Abandon de von Opel suite à une chute de pression d'huile. Il occupait le treizième rang.

 

52e: Depailler est très menacé par Beltoise. Ickx reprend la piste au vingt-troisième rang.

 

54e: Depailler s'arrête à son stand. Ses pneus sont très usés et un disque de freins s'est détaché. Ken Tyrrell juge plus prudent que le Français abandonne. Hulme entre dans les points.

 

55e: Fittipaldi et Lauda ne sont séparés que par deux secondes. En revanche Regazzoni et Scheckter décrochent nettement et sont maintenant à plus de dix secondes des leaders. Abandon de Mass suite à un bris de suspension.

 

58e: Larrousse renonce, ses pneus étant détruits et un moyeu étant défectueux sur sa Brabham.

 

60e: Fittipaldi compte une seconde et demie d'avance sur Lauda. Regazzoni est troisième à quinze secondes et précède Scheckter, Beltoise et Hulme. Hailwood est septième devant Jarier, Watson et l'étonnant Schuppan. La Lotus de Peterson laisse échapper de fortes projections d'essence. Le Suédois regagne son garage. C'est son troisième abandon consécutif.

 

61e: Ickx passe encore une fois par les stands à cause d'un problème de freins.

 

63e: Beltoise et Hulme sont sous la menace de Hailwood et Jarier qui sont maintenant plus rapides qu'eux.

 

65e: L'écart est le même entre Fittipaldi et Lauda. Regazzoni et Scheckter sont maintenant relégués à plus de trente secondes. Reutemann est arrêté dans l'herbe suite à la rupture d'une conduite d'essence. Il occupait le dix-huitième rang.

 

66e: Hailwood prend la sixième place à Hulme.

 

67e: Hailwood attaque Beltoise tandis que Hulme cède à Jarier.

 

69e: Hailwood dépasse Beltoise, bientôt attaqué par Jarier.

 

70e: Jarier prend la sixième place à Beltoise. Pendant ce temps Watson regagne les stands pour changer de pneus.

 

71e: Scheckter est à la poursuite de Regazzoni. Ce faisant, il heurte Pryce relégué à plusieurs tours et l'envoie en tête-à-queue. Le débutant doit renoncer tandis que la Tyrrell poursuit sa route. Schuppan fait un passage par les stands pour résoudre un problème d'alimentation en essence.

 

75e: Fittipaldi compte deux secondes d'avance sur Lauda. Regazzoni est à plus de quarante secondes et est sous la menace de Scheckter. A une minute évolue Hailwood qui précède Jarier, Beltoise, Hulme, Edwards et Redman.

 

77e: Ickx regagne le stand Lotus, son moteur surchauffant. Cette course s'achève par un nouveau double abandon des 76.

 

79e: Jarier n'a plus d'essence dans son réservoir à cause d'un souci d'alimentation et doit lever le pied. Il regagne le stand Shadow pour ravitailler, abandonnant toutes ses chances d'inscrire un point. Beltoise récupère la sixième place.

 

81e: Le moteur de Redman explose sur la ligne de chronométrage, obligeant son pilote à s'arrêter dans l'herbe. Jarier a repris la piste mais va finir au ralenti car son problème d'alimentation n'est pas résolu.

 

82e: Lauda se rapproche sensiblement de Fittipaldi dans ces derniers tours.

 

83e: Hailwood tombe lui aussi en panne d'essence. Il poursuit malgré tout mais roule à très faible allure, se faisant doubler par Beltoise et Hulme.

 

84e: Lauda est revenu à une demi-seconde de Fittipaldi et semble décider à lui contester la victoire jusqu'au bout. Edwards est victime d'une fuite d'essence et doit stopper.

 

85e: A la sortie de l'épingle, Lauda prend l'aspiration derrière Fittipaldi afin de pouvoir le doubler sur la ligne d'arrivée. L'Autrichien déborde la McLaren au dernier moment mais il est trop tard et Emerson Fittipaldi remporte sa deuxième victoire de la saison.

Plus loin, à l'abord des derniers mètres, le moteur de Regazzoni toussote: il n'y a plus d'essence dans son réservoir ! Le Suisse franchit tout de même la ligne d'arrivée en roue libre mais Scheckter l'a entretemps devancé et monte ainsi sur son premier podium. Beltoise termine cinquième devant Hulme. Hailwood finit septième au ralenti avant d'arrêter sa McLaren en panne sèche. Hill est huitième puis viennent Brambilla, Schenken, Watson, Jarier, van Lennep, Schuppan, Migault et Pilette.

 

Après la course

Cette victoire étriquée est néanmoins d'un grand intérêt pour Fittipaldi qui s'empare de la première place au classement général. Il possède 23 points contre 21 à Lauda et 19 à Regazzoni. En ce qui concerne la coupe des constructeurs, McLaren a gagné trois des cinq premières courses et mène logiquement avec 37 points contre 27 à Ferrari. BRM et Tyrrell se partagent la troisième place.

Tony