François CEVERT
 F.CEVERT
Tyrrell Ford Cosworth
Jackie STEWART
 J.STEWART
Tyrrell Ford Cosworth
James HUNT
 J.HUNT
March Ford Cosworth

230e Grand Prix

XX Grote Prijs van Nederland
Couvert
29 juillet 1973 - Zandvoort
72 tours x 4.226 km - 304.272 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
David Purley tentera en vain de sauver Roger Williamson du brasier.

Après le mouvementé Grand Prix de Grande-Bretagne vient le Grand Prix des Pays-Bas sur le beau circuit de Zandvoort.

Celui-ci a été absent de la saison 1972. Les organisateurs ont profité de ces deux années pour moderniser la piste. Elle a été resurfacée et la sécurité a été renforcée par l'ajout de zones de dégagements et de barrières de sécurité. Une nouvelle chicane a été installée au niveau de Panorama pour ralentir les voitures.

 

A six épreuves de la fin du championnat, la lutte pour le titre reste très ouverte. Emerson Fittipaldi reste sur une mauvaise passe de trois abandons consécutifs, mais entretemps Jackie Stewart n'a inscrit que cinq points. Plus que jamais, leurs équipiers respectifs François Cevert et Ronnie Peterson apparaissent comme les outsiders de cette fin de saison, au même titre que les deux pilotes McLaren Peter Revson et Denny Hulme.

 

Ken Tyrrell est à la recherche d'un remplaçant pour Stewart qui va très certainement prendre sa retraite à la fin de l'année. Il songeait à engager un autre Écossais, le jeune et prometteur pilote de Formule 2 Gerry Birrell, mais celui-ci s'est tué fin juin au volant d'une Chevron sur le dangereux tracé de Rouen.

 

La grande nouvelle de cette épreuve est l'absence de la Scuderia Ferrari. Après la performance calamiteuse de la 312B3 à Silverstone, trop lourde et trop instable, l'équipe italienne décide de faire l'impasse sur deux Grands Prix avant de revenir avec une voiture améliorée. En fait, la Scuderia subit en coulisse une profonde révolution. Le patron de Fiat Gianni Agnelli somme Enzo Ferrari de rappeler Mauro Forghieri à la direction technique et de faire le ménage parmi la direction sportive. Sandro Colombo est sur le départ, tout comme Jacky Ickx, tandis que Clay Regazzoni a déjà signé un contrat pour revenir dans l'équipe en 1974.

 

Le plateau est bien sûr plus réduit par rapport à la course britannique. Roger Williamson est toujours au volant de la March STP. Privée d'Andrea de Adamich blessé, Ceramica Pagnossin MRD engage une Brabham privée pour John Watson mais celle-ci ne sera pas prête à temps. Williams accueille encore un pilote payant pour sa deuxième voiture. Cette fois c'est le pilote néerlandais Gijs van Lennep, déjà aperçu à Zandvoort en 1971 sur une Surtees, qui est choisi.

 

Les qualifications

Les séances du vendredi sont perturbées par une forte pluie, qui permet tout de même au jeune Lauda de se mettre en évidence en signant le meilleur temps.

 

Samedi 28 juillet, E. Fittipaldi est victime d'un gros accident à près de 240 km/h, suite à la défaillance d'une jante. Le champion du monde est sorti de sa Lotus avec plusieurs hématomes et des luxations aux deux chevilles et au talon gauche. Sa participation à la course paraît compromise.

 

De nouveau la pole position n'échappe pas à Peterson, qui devance en première ligne les deux Tyrrell de Stewart et Cevert. En deuxième ligne se trouvent Hulme et Reutemann. Le vainqueur de Silverstone Revson est sixième et précède Hunt qui confirme une nouvelle fois toute la qualité de la March version Hesketh. Suivent Pace, Beltoise et Oliver dont c'est la meilleure qualification depuis le début de l'année. E. Fittipaldi n'ayant pu réaliser de bon temps lors de la séance du samedi, il n'est que seizième sur la grille. Le jeune Williamson est 18ème. Le revenant van Lennep est vingtième avec l'Iso-Marlboro. Suite à des soucis techniques, Hailwood a signé le dernier chrono.

 

Le Grand Prix

La course se déroule sous un ciel couvert. Après quelques hésitations, Fittipaldi décide de prendre le départ, mais les douleurs qu'il ressent en montant dans sa Lotus sont si vives qu'il ne paraît pas en mesure de piloter pendant une heure et demie dans ces conditions.

 

Tour de formation: Von Opel doit renoncer à prendre le départ suite à un problème de suspension sur son Ensign.

 

Départ: Peterson prend un bon envol et devance Stewart et Cevert au premier virage. Pace démarre superbement et se porte à la hauteur du Français à Tarzan. Il ressort de la courbe en troisième position.

 

1er tour: Lauda est heurté par Ganley au freinage de l'Hunzerug et part dans les graviers. Il parvient à regagner la piste.

Peterson mène devant Stewart, Pace, Cevert, Hunt, Hulme, Reutemann, Revson, Oliver et Regazzoni. Ganley entre au stand Williams pour faire réparer sa voiture abîmée par l'accrochage avec Lauda. Il repartira dernier.

 

2e: Oliver tape le rail à Hunzerug, le virage derrière les stands, et est contraint à l'abandon, laissant la neuvième place à Regazzoni. Fittipaldi est 22ème. Il regagne les stands en fin de tour. Ses chevilles le font trop souffrir pour qu'il puisse continuer. C'est son quatrième abandon consécutif. Il quitte aussitôt le circuit pour rejoindre une clinique à Genève.

 

3e: Peterson compte déjà trois secondes d'écart sur Stewart, tandis que Cevert attaque Pace. Beuttler abandonne suite à une panne électrique.

 

5e: Tout va bien pour Peterson qui est plus rapide que Stewart au rythme d'une seconde au tour.

 

6e: Cevert prend la troisième place à Pace.

 

7e: Peterson possède huit secondes d'avance sur Stewart. Cevert est troisième à dix secondes et précède Pace, Hunt et Hulme. Suivent Reutemann, Revson, Regazzoni, Beltoise, W. Fittipaldi, Van Lennep, Williamson et Purley.

 

8e: Suite à une crevaison, la March de Williamson est expédiée contre le rail externe au niveau de Hondenvlak. Le choc est tel que la voiture est renvoyée en piste, se retourne et s'embrase. Elle finit par s'arrêter sur le bas-côté opposé au lieu du choc. Purley, qui suivait Williamson, arrête aussitôt sa voiture dans l'herbe et court au secours de son collègue. Williamson est alors conscient mais prisonnier de sa voiture retournée et en flammes. Il appelle Purley à l'aide. Il faut agir rapidement et Purley s'emploie à retourner la March. Des commissaires de course le rejoignent mais ne l'aident pas, sans doute parce qu'ils ne portent pas de vêtements ignifugés. Purley réclame un extincteur: il traverse la piste, au péril de sa vie, pour en arracher un des mains d'un pompier. Il l'actionne autour du brasier, mais ce dernier ne cesse de croître. Pendant ce temps-là les officiels ne font rien et la course continue. Plusieurs spectateurs tentent de franchir les barrières de sécurité pour secourir Williamson, mais ils sont refoulés par la police.

 

9e: Purley a vidé son extincteur, sans succès. Il tente à nouveau, seul, de soulever la voiture, mais il ne peut rien faire. Un policier lui demande de s'écarter: personne ne viendra en aide à Williamson. L'incendie se propage et une fumée noire envahit les airs. Depuis les stands, une voiture de pompiers se met enfin en route mais elle doit traverser la moitié du circuit à vitesse réduite pour arriver sur les lieux. Furieux, Purley est écarté de la zone du sinistre. Il agite les bras, s'interpose sur la piste interpelle les pilotes qui passent sans s'arrêter. Ils pensent en effet que la voiture en feu est celle de Purley et qu'il n'y a pas de péril. Plus loin en amont, un autre incendie s'est déclaré suite à l'explosion du réservoir de la March. La situation est dangereuse car la visibilité est rendue nulle par l'épaisse fumée.

 

10e: Pendant que le malheureux Williamson est abandonné à son sort, Reutemann sort de la piste assez violemment à Tarzan suite à l'éclatement d'un pneu. Heureusement le pilote argentin n'est pas blessé.

 

11e: Une voiture « de sécurité » est stationnée en pleine piste à Hondenvlak. Les drapeaux jaunes sont agités et les pilotes lèvent le pied. Quelques pompiers vont tenter d'éteindre les incendies.

 

12e : Peterson mène devant Stewart (8s.), Cevert (8.5s.), Pace (13s.), Hunt (13.5s.), Hulme, Revson, Beltoise et Regazzoni (22s.), W. Fittipaldi et van Lennep (33s.), Lauda (56s.), Hill (1m.) et Follmer (1m. 10s.).

 

13e: Le rythme de la course est ralenti par les opérations en cours au niveau de Hondenvlak. Les incendies sont maîtrisés.

 

15e: Peterson compte dix secondes d'avance sur Stewart tandis que Pace est attaqué par Hunt.

 

16e: Hunt prend la quatrième place à Pace qui est en difficulté avec ses pneumatiques. Hulme attaque le jeune Brésilien.

 

17e: Hulme double à son tour Pace.

 

18e: Peterson mène devant Stewart (13s.) et Cevert (14s.). Hunt est quatrième à plus de vingt secondes et précède Hulme et Pace. Suivent Revson, Beltoise, Regazzoni et Lauda.

 

19e: La March de Williamson est remise sur ses quatre roues. Hélas, il n'y a plus rien à faire pour le pauvre pilote, mort asphyxié. Le corps est évacué assez rapidement, sous le regard du malheureux Purley qui a tenté en vain de sauver son ami.

 

20e: Pace entre aux stands pour changer de pneus. Il perd ainsi tout le bénéfice de son beau début de course et repart en dix-septième et dernière position. Purley ramène sa voiture à son garage.

 

22e: L'écart demeure le même entre Peterson et les deux Tyrrell qui roulent ensemble. Hunt est relégué à vingt-cinq secondes.

 

24e: Amon renonce suite à un problème de pression d'essence.

 

26e: Peterson compte une douzaine de secondes d'avance sur Stewart.

 

28e: Sortie de route de Wilson Fittipaldi à Tarzan à cause de pneus dégradés. Le Brésilien finit sa course dans les protections. Les deux Brabham ont donc échoué au même endroit suite à un mauvais choix de pneumatiques... En proie à des soucis d'ordre technique, Follmer passe par le stand Shadow.

 

30e: La nouvelle du décès de Williamson se répand dans le paddock. Mais nul ne songe à interrompre le Grand Prix.

 

31e: Le moteur de Hulme explose. Le Néo-Zélandais n'a plus qu'à revenir aux stands à vitesse réduite. C'est son premier abandon de la saison, le premier depuis un an.

 

33e: Regazzoni s'arrête chez BRM pour changer un pneu et perd ainsi trois places.

 

35e: Peterson mène devant Stewart (11s.), Cevert (12s.), Hunt (28s.), Revson (42s.), Beltoise (44s.) et Lauda (1m. 12s.). Suivent van Lennep, Hill et Regazzoni.

 

36e: Hill est contraint de regagner les stands à cause d'un souci technique. Il y reste arrêté de longues minutes avant de redémarrer dernier.

 

38e: Lauda est victime d'une fuite d'huile et revient au stand BRM pour la colmater. Il repartira lui aussi après quelques instants. Ganley est chez Williams pour nettoyer ses coulisses de gaz, obstruées par la mousse des extincteurs déversés sur la voiture de Williamson.

 

40e: Statu-quo en tête de la course. La seule lutte oppose van Lennep et Regazzoni pour la septième place.

 

42e: Peterson réalise le meilleur tour de la course: 1'20''31'''.

 

43e: Pace est remonté à la dixième place après avoir doublé Follmer.

 

45e: Toujours une dizaine de secondes de marge entre Peterson et Stewart. Cevert suit son équipier en parfait lieutenant. Hunt est quatrième à quarante secondes et précède Revson et Beltoise.

 

48e: Peterson a neuf secondes d'avance sur Stewart et onze secondes sur Cevert.

 

50e: Peterson est soudainement plus lent: il n'a plus que cinq secondes d'avance sur Stewart.

 

52e: Peterson a du mal à passer ses vitesses, mais il semble encore pouvoir contenir les Tyrrell et son avance demeure stable.

 

53e: Jusqu'alors neuvième, Hailwood doit renoncer suite à un court-circuit sur sa Surtees.

 

55e: Peterson a toujours cinq secondes d'avance sur Stewart. Cevert est à sept secondes. Hunt, Revson et Beltoise occupent toujours les autres places dans les points. Lauda renonce suite à un problème de pompe à essence.

 

57e: Peterson a de plus en plus de mal à conserver son avantage. Il n'a plus que quatre secondes de marge sur Stewart.

 

59e: Ganley prend la dixième place à Follmer, contraint de regagner les stands. Hill abandonne à cause de la rupture du joint de culasse sur sa machine.

 

60e: Trois secondes entre Peterson et Stewart. Cevert suit à une seconde et demie de son équipier. Hunt est à environ une minute des leaders. Il possède cinq secondes d'avance sur Revson.

 

62e: La boîte de vitesses de Peterson est à l'agonie. A ces ennuis s'ajoute une perte de puissance de son moteur.

 

63e: Stewart et Cevert sont dans les roues de Peterson.

 

64e: Stewart déborde Peterson à Tarzan et s'empare ainsi du commandement.

 

65e: Cevert double à son tour Peterson, plaçant les deux Tyrrell en tête de la course. Le pilote Lotus va désormais essayer de finir l'épreuve. Regazzoni doit s'arrêter aux stands pour remettre de l'essence dans son réservoir et cède ainsi la septième place à van Lennep.

 

67e: De la fumée s'échappe de la voiture de Peterson: c'est fini pour le Scandinave qui, comme en Espagne et en Suède, perd une course qu'il avait pourtant outrageusement dominée.

 

68e: La course semble jouée: Stewart mène avec quelques secondes d'avance sur Cevert. Hunt tient maintenant une superbe troisième place devant Revson et Beltoise. Bien que relégué à deux tours, van Lennep est dans les points.

 

70e: Cevert est victime d'une crevaison lente. Le pilote français ralentit mais décide de poursuivre, en espérant que la roue tienne le coup jusqu'à l'arrivée.

 

72ème et dernier tour: Jackie Stewart remporte sa 26ème victoire en Formule 1, ce qui lui permet de battre le record de succès en championnat détenu par Jim Clark. Cevert finit deuxième malgré une roue dégonflée, offrant un doublé à Tyrrell. Hunt termine troisième et obtient ainsi son premier podium pour sa quatrième course seulement. Lord Hesketh est aux anges. Revson est quatrième et précède Beltoise. Van Lennep se classe sixième et inscrit son premier point, le premier également pour Iso-Marlboro. Pace, Regazzoni, Ganley et Follmer sont les autres pilotes à franchir la ligne d'arrivée.

 

Après la course

Sitôt les voitures revenues dans l'allée des stands, les pilotes apprennent la mort de Roger Williamson. C'est Ken Tyrrell qui transmet l'information à Stewart. Sur le podium, les visages sont bien évidemment fermés. Toutefois, cet accident mortel va faire beaucoup de bruit. En effet l'incompétence des services de secours a été patente et leur incapacité à réagir promptement a coûté la vie à un homme qui aurait pu facilement être sauvé. Le circuit de Zandvoort est aussi montré du doigt car l'accident mortel de Piers Courage, survenu au même endroit que celui de Williamson en 1970, est encore dans les mémoires. La plupart des pilotes et des journalistes vont réagir très vivement à ce drame, mais les autorités sportives ne prendront aucune mesure effective.

 

Au-delà de cet événement tragique, ce GP de Pays-Bas marque un tournant dans le championnat du monde 1973. Stewart compte en effet désormais dix points d'avance sur Fittipaldi au classement général et devient le favori dans la quête du titre mondial. Pis encore pour le Brésilien, Cevert n'est plus qu'à deux points derrière lui.

Au classement des constructeurs, du fait de ce score vierge, l'équipe de Colin Chapman rétrograde à la deuxième place, avec quatre points de retard sur Tyrrell.

Tony