Ronnie PETERSON
 R.PETERSON
Lotus Ford Cosworth
Peter REVSON
 P.REVSON
McLaren Ford Cosworth
Denny HULME
 D.HULME
McLaren Ford Cosworth

229e Grand Prix

XXVI British Grand Prix
Variable
14 juillet 1973 - Silverstone
67 tours x 4.711 km - 315.637 km
Course interrompue après 2 tours suite à un carambolage, relancée pour la distance originale.
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Jody Scheckter sera jugé responsable du carambolage du premier tour.

Comme tous les deux ans le Grand Prix de Grande-Bretagne fait halte à Silverstone. La lutte promet d'être sévère entre les Tyrrell, les Lotus et les McLaren. En ce qui concerne les pilotes, Emerson Fittipaldi est sous pression: il a abandonné lors des deux dernières courses et pour la première fois a cédé la première place du championnat à Jackie Stewart. Mais c'est Ronnie Peterson, vainqueur de GP de France et véritable « homme du moment » qui apparaît comme favori.

 

Ferrari est en pleine crise, ne parvenant pas à faire fonctionner la 312 B3, trop lourde et dont les problèmes de tenue de route apparaissent insolubles. Enzo Ferrari songe à rappeler Mauro Forghieri aux affaires. Mais en attendant, comme d'habitude, la presse sportive italienne a besoin d'un bouc émissaire et s'en prend à Jacky Ickx, jugé trop nonchalant. Le Belge qui depuis quatre ans subit les errements techniques de la Scuderia est blessé et songe à quitter l'écurie.

 

BRM est aussi en pleine tourmente. La P160 même améliorée est techniquement dépassée et certaines pièces utilisées datent de l'époque Siffert – Rodríguez... Jean-Pierre Beltoise est démotivé et espère que Matra fera son retour en Formule 1 en 1974. Clay Regazzoni ne songe qu'à retourner chez Ferrari et a d'ailleurs piloté la B3 en secret. C'est finalement le jeune Niki Lauda qui est le pilote le plus performant de l'équipe, faisant mentir ceux qui le considéraient autrefois comme un « tocard ».

 

Le GP de Grande-Bretagne est l'occasion de voir un peloton plus étoffé. Peter Revson retrouve le volant de la deuxième McLaren mais Jody Scheckter se voit confier la troisième voiture de l'équipe de Teddy Mayer. L'équipe STP March rencontrant toujours des problèmes de trésorerie, Jean-Pierre Jarier cède son volant au jeune pilote anglais Roger Williamson, double champion de F3 britannique avec l'équipe de Tom Wheatcroft. C'est d'ailleurs ce dernier qui l'a recommandé à Max Mosley et a financé son engagement.

Malgré ses difficultés techniques, Surtees engage une troisième voiture pour le jeune pilote allemand Jochen Mass, âgé de 26 ans.

Chez Brabham, Andrea de Adamich bénéficie à son tour de la BT42 tandis qu'une quatrième voiture, une BT37, est préparée pour le Nord-Irlandais John Watson, sponsorisé par le concessionnaire de BMW John Goldie. Cette voiture est d'ailleurs peinte en une étonnante couleur « chocolat ». Enfin, toujours en quête d'argent, Frank Williams a cette fois-ci confié la deuxième Iso au Néo-Zélandais Graham McRae.

Tecno et Chris Amon sont de retour avec la nouvelle « Tecno Goral » construite avec les deniers du sponsor Martini. Mais Amon détestant ce modèle, c'est la « Tecno McCall » qui sera utilisée en course.

 

Les qualifications

Peterson prouve une nouvelle fois qu'il est bien le meilleur cette année-là en qualifications et obtient sa cinquième pole. Toutefois il ne devance que de deux dixièmes les McLaren de Hulme et Revson qui semblent particulièrement véloces. En deuxième ligne on retrouve les deux rivaux pour le titre mondial, Stewart devançant Fittipaldi. Scheckter est sixième devant Cevert et Reutemann. Puis viennent Lauda, Regazzoni et Hunt. Celui-ci s'est montré rapide durant tous les essais et démontre qu'avec de l'argent et un bon ingénieur, il est possible de développer les March.

Cela va très mal chez Ferrari: la Scuderia a renoncé encore une fois à engager Merzario tandis que Ickx ne réalise que le dix-neuvième temps des qualifications.

 

Parmi les débutants, Mass obtient une belle douzième place, Williamson est 22ème, Watson 23ème et McRae 28ème. L'Ensign de von Opel est en progrès avec le 21ème rang. Hill n'est que 27ème avec sa Shadow privée. Amon ferme la marche au volant de la Tecno. Vingt-neuf voitures sont au départ.

 

Le Grand Prix

Suite à un accident lors des essais du dimanche matin, Purley doit renoncer à prendre le départ. C'est dommage car il avait obtenu une assez belle seizième place lors des qualifications.

 

La course se déroule sous un ciel couvert et menaçant.

 

Départ: Peterson prend un bon départ, ce qui n'est pas le cas de Revson et Hulme. Stewart s'envole parfaitement, se place dans le sillage de Peterson et double les deux McLaren. Reutemann démarre aussi très bien et se retrouve troisième après avoir pris l'intérieur à la suite de Stewart. Revson perd beaucoup de places ainsi que Fittipaldi.

Lauda est resté bloqué sur la grille et a été heurté par Oliver. Les deux pilotes semblent hors course.

 

1er tour: Stewart plonge à l'intérieur à Becketts et prend la tête aux dépends de Peterson. Suivent Reutemann, Hulme, Scheckter, Cevert, Hunt, Revson, Regazzoni et E. Fittipaldi.

 

A la sortie de Woodcote, Scheckter perd le contrôle de sa McLaren et part en tête-à-queue en plein milieu du peloton. Il heurte le rail par l'avant, revient en pleine piste, accroche Revson et casse l'aileron arrière de celui-ci. Mais le pire est à venir: Hailwood heurte de plein fouet la McLaren et crée ainsi un gigantesque carambolage impliquant Beltoise, Pace, Mass, Williamson, Hill, de Adamich et Follmer. C'est l'un des plus gros carambolages de l'histoire de la F1.

 

La piste est complètement obstruée par les voitures accidentées. La course continue quelques instants mais lorsque Stewart vient compléter le deuxième tour, les officiels l'arrêtent ainsi que ses poursuivants. Le drapeau rouge est brandi: le Grand Prix est arrêté. Les dégâts matériels sont très importants mais fort heureusement aucune voiture ne s'est embrasée. Tous les pilotes sont indemnes, excepté de Adamich qui est coincé dans sa Brabham.

Le pilote italien a violemment heurté la Surtees de Hailwood, détruisant tout l'avant de sa monoplace. Il s'est cassé une cheville dans l'accident et doit être extrait de son épave. Cette opération va prendre près d'une demi-heure avant que de Adamich ne soit transporté à l'hôpital de Northampton.

 

La course va repartir de zéro et un second départ sera donné. La grille est bien évidemment beaucoup plus clairsemée. Accroché par Scheckter, Revson peut se présenter au second départ avec son mulet. Mais de tous les pilotes impliqués dans les collisions, seuls Hill et Lauda ont pu faire réparer leurs voitures pour participer à la course. Oliver, Follmer, les trois Surtees de Hailwood, Pace et Mass, Williamson, Scheckter, Beltoise et bien sûr de Adamich sont non-partants, ce qui réduit le plateau à 19 participants.

La March Hesketh a été endommagée durant le carambolage et Anthony Horsley est obligé d'emprunter une prise d'air à l'équipe Space Racing de Mike Beuttler. C'est ainsi que la March Hesketh blanche se retrouve surmontée d'une prise d'air jaune...

 

Second départ: Peterson part de nouveau très bien, les McLaren moyennement. Mais la surprise vient de Lauda. Débarrassé de Scheckter qui était devant lui et excellemment placé à l'intérieur, il se glisse dans un trou de souris, double Stewart et pointe au deuxième rang à Copse, après avoir menacé Peterson. Suivent Hulme, Revson et Stewart.

 

1er tour: Lauda attaque Peterson à Stowe, sans succès. Stewart et Fittipaldi passent devant les McLaren. McRae est déjà contraint à l'abandon à cause d'une panne d'accélérateur.

Peterson mène devant Lauda, Stewart, Fittipaldi, Hulme, Revson, Cevert, Regazzoni, Hunt et Reutemann.

 

2e: Stewart double Lauda à Stowe. Hunt passe devant Regazzoni.

 

3e: Peterson compte une seconde d'avance sur Stewart. A quatre secondes, Lauda contient les assauts de Fittipaldi, qui lui-même doit surveiller Hulme et Revson.

 

4e: Stewart n'est plus qu'à une demi-seconde de Peterson.

 

6e: Stewart se fait de plus en plus pressant derrière Peterson. Lauda a beaucoup de mal à résister à Fittipaldi qui est nettement plus rapide que lui.

 

7e: Stewart prend l'aspiration derrière Peterson à l'abord de Stowe. Arrivé à la grande courbe, il se porte à la hauteur de la Lotus, plonge à l'intérieur, mais Peterson ne lui laisse pas d'espace. La Tyrrell dérape, Stewart tente de la contrôler mais rate une vitesse et part en tête-à-queue dans les broussailles. Il parvient à repartir mais seulement en treizième position. Pendant ce temps-là Fittipaldi a enfin pu dépasser Lauda, Revson a doublé Hulme et l'étonnant Hunt est passé devant Cevert.

 

8e: Voici les deux Lotus en tête de la course, Peterson comptant quatre secondes d'avance sur Fittipaldi. Revson dépasse Lauda et prend ainsi la troisième place. Amon est aux stands pour abandonner à cause d'une chute de pression d'huile.

 

9e: Hulme double Lauda. Hunt revient sur ces deux pilotes.

 

10e: Peterson mène devant E. Fittipaldi (6s.) et Revson (7s.). Hulme est quatrième à neuf secondes et devance un trio composé de Lauda, Hunt et Cevert. Suivent Reutemann, Regazzoni, Ickx, Ganley, W. Fittipaldi et Stewart.

 

11e: Hunt prend la cinquième place à Lauda. Stewart s'arrête au stand Tyrrell pour faire enlever des débris obstruant ses pontons. Il reprend la piste en dix-septième et dernière position, à un tour des leaders.

 

12e: Revson se rapproche des Lotus. Avec sa modeste BRM, Lauda ne peut pas résister à Cevert qui lui chipe la sixième place.

 

13e: Reutemann double Lauda. Hill s'arrête à son stand pour changer de pneus.

 

15e: Peterson compte six secondes d'avance sur Fittipaldi qui contient difficilement Revson. A plus de dix secondes se trouve Hulme qui est menacé par Hunt. Suivent Cevert, Reutemann, Lauda, Regazzoni et Ickx.

 

16e: Stewart commence à remonter dans le peloton tandis que von Opel s'arrête aux stands pour faire vérifier la température de son moteur.

 

18e: Les écarts sont les mêmes en tête de la course. Stewart est à un tour des trois premiers et roule devant Hulme, attaqué par Hunt.

 

20e: Cinq secondes d'écart entre Peterson et Fittipaldi. Le Brésilien surveille Revson dans ses rétroviseurs. Quatorzième au classement général, Stewart suit ces deux pilotes.

 

21e: Fittipaldi est gêné par Hill, qui roule avec deux tours de retard. Cela permet à Revson de le menacer encore plus.

 

22e: Fittipaldi est revenu à quatre secondes de Peterson. Regazzoni double Lauda et se retrouve ainsi huitième.

 

25e: Peterson mène devant Fittipaldi (2.5s.) et Revson (3s.). Hulme est à huit secondes, toujours suivi par Hunt. Cevert est sixième. Lauda entre aux stands à cause d'un problème avec sa roue avant-droite. Il fait changer ses pneus. L'arrêt prend beaucoup de temps et le jeune Autrichien ne repart qu'en quatorzième position, derrière Stewart.

 

27e: Hill s'arrête sur le bas-côté, une crémaillère de direction s'étant détachée de sa Shadow.

 

28e: L'écart est de moins de trois secondes entre Peterson et Fittipaldi. Revson est à une demi-seconde du Brésilien. Stewart est toujours dans leur sillage. Hulme et Hunt ne sont qu'à sept secondes du leader.

 

29e: Peterson est gêné par Beuttler, qui lui ferme notamment la porte au nez à Stowe. Il parvient à la doubler à Club.

 

30e: Beuttler ignore décidément ses rétroviseurs et se rabat devant Fittipaldi à Copse. Il s'écarte devant Fittipaldi et Revson avant Stowe. Hill tente de regagner les stands à vitesse très modérée. Le vétéran va rejoindre le studio de la BBC pour commenter la fin de la course.

 

32e: Fittipaldi est revenu à deux secondes de Peterson.

 

34e: Une seconde et demie entre Peterson et Fittipaldi. Revson est toujours sur les talons de la seconde Lotus.

 

35e: Peterson mène devant E. Fittipaldi (2s.) et Revson (2.5s.). Hulme est à quatre secondes du leader et précède Hunt. Cevert est toujours sixième devant Reutemann, Regazzoni, Ickx et Ganley. Stewart est douzième.

 

36e: Une petite pluie commence à faire son apparition, mais la piste demeure sèche.

 

37e: Fittipaldi s'arrête dans l'herbe suite à la rupture d'un demi arbre de roue. C'est une catastrophe pour le champion du monde qui était en passe de reprendre la tête du classement général.

 

38e: Revson est maintenant lancé à la poursuite de Peterson. De son côté Hunt prend la troisième place à Hulme. Lauda est arrêté sur le bord du circuit mais, après avoir réglé quelque chose à l'arrière de sa BRM, reprend la piste en treizième position. Bon dernier avec plusieurs tours de retard, Watson abandonne après la rupture de sa commande d'accélérateur.

 

39e: Revson prend l'aspiration derrière Peterson à l'abord de Stowe et le déborde sans mal. Voici le pilote américain en tête du Grand Prix. Lauda s'arrête chez BRM pour faire régler son limiteur de régime.

 

40e: Revson mène avec une seconde d'avance sur Peterson. Hunt n'est qu'à deux secondes du leader. Suivent Hulme (7s.), Cevert (19s.), Reutemann (28s.), Regazzoni (30s.), Ickx (46s.), Ganley (47s.) et W. Fittipaldi (50s.). Stewart repasse par les stands mais ne perd pas de place.

 

41e: Hunt attaque désormais Peterson. Le Suédois aurait des problèmes de boite de vitesses. Le pilote Hesketh ne cesse d'étonner mais il faut aussi souligner qu'il est parti avec des gommes plus tendres que celles des leaders.

 

42e: L'averse semble s'intensifier. Dans les stands les mécaniciens s'interrogent sur la nécessité pour les pilotes de chausser des pneus pour la pluie.

 

44e: La pluie s'est arrêtée et la piste n'est que légèrement humidifiée. Revson compte une seconde et demi d'avance sur Peterson, lequel contient Hunt tant bien que mal.

 

46e: W. Fittipaldi renonce suite à une rupture de conduite d'huile. Il occupait la dixième place, récupérée par Stewart.

 

49e: Les écarts demeurent les mêmes en tête de l'épreuve. Peterson continue de surveiller Hunt, mais celui-ci ne semble plus en mesure de porter une attaque.

 

52e: Revson possède cinq secondes d'avance sur Peterson. Hunt est plus lent qu'auparavant à cause de la dégradation de ses pneus, et est maintenant menacé par Hulme.

 

55e: Hulme est revenu juste derrière Hunt.

 

56e: Hulme reprend la troisième place à Hunt. Il ne compte que quatre secondes de retard sur son équipier, toujours bien installé au commandement.

 

59e: Hulme est maintenant à la poursuite de Peterson. Un doublé McLaren est envisageable

 

60e: Revson mène devant Peterson (1.5s.), Hulme (2s.) et Hunt (3s.). Cevert est cinquième à plus de trente secondes tandis que Reutemann est sixième à quarante-cinq secondes.

 

63e: Hunt réalise le meilleur tour en course: 1'18''6'''. Il parvient à suivre le rythme de Hulme.

 

65e: Les écarts sont stables, bien que Hulme ait grappillé quelques dixièmes par rapport à Peterson.

 

66e: Revson a deux secondes d'avance sur Peterson.

 

67ème et dernier tour: Peter Revson remporte sa première victoire en F1, la deuxième de McLaren en trois courses. Peterson termine deuxième d'extrême justesse: il met en effet deux roues dans l'herbe à Woodcote, dérape légèrement et devance Hulme de deux dixièmes seulement ! Quoiqu'il en soit, voici son quatrième podium d'affilé. Hulme est troisième et précède Hunt qui est réellement le héros du jour. Cevert finit cinquième après une course difficile tandis que Reutemann inscrit le dernier point. Regazzoni est septième puis viennent Ickx, Ganley, Stewart, Beuttler, Lauda et von Opel.

 

Après la course

Revson est le premier Américain vainqueur d'un Grand Prix depuis Mario Andretti deux ans auparavant. Surtout il gagne à Silverstone neuf ans après sa première participation... en 1964 ! Son succès fait en tout cas plaisir à Teddy Mayer qui a misé sur lui en 1972 alors que Revson semblait destiné à finir sa carrière en CanAm.

 

Mais c'est vers un autre pilote McLaren que les regards se tournent. Jody Scheckter est en effet très critiqué pour avoir provoqué le carambolage du premier tour. Certes, les commissaires ont découvert une crevaison sur son épave, mais il est impossible de savoir si elle a provoqué l'accident ou si elle n'en a été qu'une conséquence. Toujours est-il que cet incident renforce la réputation de pilote dangereux du Sud-Africain. Il est jugé responsable de l'incident et on ne le reverra pas sur les Grands Prix avant un bon moment.

Les conséquences de cet accident sont surtout importantes pour Andrea de Adamich. Victime d'une fracture à la cheville, l'Italien va bientôt renoncer à la compétition automobile. On ne le reverra plus en Formule 1.

 

Cette course ne change rien au classement des pilotes, ni Stewart ni Fittipaldi n'ayant inscrit de point. Toujours troisième, Cevert est revenu à neuf points de Stewart. Peterson est quatrième avec dix-sept points de retard et devance Hulme et Revson.

En ce qui concerne la coupe des constructeurs, Lotus a quelque peu creusé l'écart sur Tyrrell: cinq points séparent désormais les deux équipes anglaises. McLaren est troisième, avec 23 points de retard sur Lotus.

Tony