François CEVERT
 F.CEVERT
Tyrrell Ford Cosworth
Ronnie PETERSON
 R.PETERSON
Lotus Ford Cosworth
Carlos REUTEMANN
 C.REUTEMANN
Brabham Ford Cosworth

228e Grand Prix

LIX Grand Prix de France
Ensoleillé
1 juillet 1973 - Le Castellet
54 tours x 5.810 km - 313.740 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Jody Scheckter va résister vingt tours à Emerson Fittipaldi avant qu'ils ne s'accrochent.

Après la Suède, le paddock retrouve avec plaisir la Côte d'Azur et le Grand Prix de France qui se déroule sur le circuit Paul Ricard.

 

Le Grand Prix de France marque la mi-saison. Jackie Stewart et Emerson Fittipaldi sont en lice pour le titre mondial et sont à armes à peu près égales, la Tyrrell 006 valant bien désormais la Lotus 72. Toutefois Fittipaldi a quelques inquiétudes. Tout d'abord il a abandonné pour la première fois de la saison en Suède. De plus il est de plus en plus chahuté par son équipier Ronnie Peterson qui semble être désormais le pilote Lotus le plus rapide. Bien que Peterson ne soit pas en mesure de remporter le titre, Colin Chapman le traite à égalité avec Fittipaldi, et semble même avoir une inclinaison particulière pour le Suédois.

Jackie Stewart apparaît donc en position de force, mais dans la coulisse certaines rumeurs parlent de sa lassitude et de son désir de prendre sa retraite à la fin de la saison.

Enfin, le duel Lotus vs Tyrrell est perturbé par la nette montée en puissance des McLaren-Ford-Cosworth M23. Denny Hulme a triomphé pour la première fois de l'année en Suède et, s'il a peu d'espoirs de remporter le titre, apparaît comme un outsider redoutable.

 

La plupart des pilotes absents en Scandinavie sont de retour: Arturo Merzario avec la deuxième Ferrari, Andrea de Adamich sur sa Brabham semi-officielle, David Purley sur la March de l'équipe LEC et surtout James Hunt avec l'écurie de Lord Hesketh. Ce dernier a décidé de mettre à profit sa fortune pour développer sa March 731, ne pouvant compter pour cela sur l'usine de Max Mosley gravement désargentée. Pour mener à bien cette tâche il fait appel au jeune ingénieur Harvey Postlethwaite qui vient justement de quitter March.

L'écurie Tecno est en revanche absente suite à une dispute entre la direction et le sponsor Martini, concernant la monoplace à engager puisque, rappelons-le, les frères Pederzani et Martini ont chacun commandé une voiture dans leur coin...

 

Peter Revson étant bloqué aux États-Unis par une course, McLaren fait de nouveau appel au jeune Sud-Africain Jody Scheckter qui a tant brillé lors de sa course nationale à Kyalami.

Mike Beuttler a été légèrement blessé lors d'un accident de Formule 2 à Rouen, et l'équipe Clarke-Mordaunt-Guthrie Racing le remplace par Reine Wisell, qui connaît bien la March 731 pour l'avoir pilotée à Anderstorp. John Surtees a de nouveau été tenté de revenir au volant de la troisième voiture de son équipe mais a renoncé à la dernière minute. Enfin, afin de remplacer Nanni Galli, Frank Williams confie le volant de la deuxième Iso à son ancien pilote Henri Pescarolo, récent vainqueur des 24 heures du Mans avec Matra.

 

Cette course voit aussi l'apparition en Grand Prix de l'équipe Ensign. Fondée par l'ancien pilote Mo Nunn, elle a connu de beaux succès en Formule 3 avant de lancer un projet F1 grâce à l'aide du pilote Rikky von Opel, richissime héritier du groupe automobile éponyme. Celui-ci a presque entièrement financé la construction de l'Ensign N173 et va faire à son volant ses débuts en F1.

 

La gloire de François Cevert

Il y a donc quatre pilotes tricolores au départ de la course: Jean-Pierre Beltoise, Henri Pescarolo, Jean-Pierre Jarier et bien sûr François Cevert. Le sport automobile tricolore est d'ailleurs en pleine « Cevert-mania ». En plus d'être le préféré des demoiselles, le jeune Français est considéré comme un futur champion du monde. Dans la perspective du retrait de Jackie Stewart, Cevert ambitionne logiquement de devenir le pilote n°1 chez Tyrrell. Il a en tout cas toutes les faveurs d'« Uncle Ken » qui le couvre régulièrement d'éloges.

 

La renommée de Cevert éclipse peu à peu celle d'un Jean-Pierre Beltoise vieillissant. Si les deux beaux-frères demeurent amis dans la vie, leur rivalité sportive est bien réelle comme le prouve leur cohabitation parfois agitée chez Matra en protos.

 

Les qualifications

Le week-end se déroule sous un soleil brûlant. Stewart réalise sa deuxième pole positon de l'année. Il devance le très étonnant Scheckter qui confirme sa belle pointe vitesse. Fittipaldi est troisième et complète ainsi la première ligne. Cevert est quatrième devant son public et précède Peterson qui est un peu en retrait. Hulme est sixième devant le surprenant Jarier qui réalise la grande performance de ces qualifications. Suivent Reutemann, Regazzoni et Merzario. Parmi les déceptions on retrouve Ickx, seulement douzième et Beltoise quinzième. Pescarolo est vingt-troisième. Von Opel qualifie l'Ensign au dernier rang mais avec un temps fort honorable.

A noter aussi le net progrès de la Shadow privée de Hill, seizième, tandis que les deux Shadow officielles sont en fond de grille.

 

Le Grand Prix

En ouverture du Grand Prix se déroulent les épreuves de Formule 3 et de Formule Renault qui permettent à de jeunes pilotes français de se mettre en valeur: Jacques Laffite triomphe lors de l'épreuve de F3 tandis que Patrick Tambay gagne en Formule Renault devant René Arnoux.

 

Grille de départ : Les mécaniciens de Ferrari s'affairent jusqu'à la dernière seconde sur la voiture de Merzario qui, un temps écarté sur le bas-côté, ne s'élance pas depuis son emplacement réglementaire...

 

Départ: Scheckter prend un superbe envol et s'empare immédiatement du commandement. Peterson surgit de la deuxième ligne et passe devant Stewart tandis que Fittipaldi a mal démarré et se retrouve cinquième derrière Hulme. Oliver ne fait que quelques mètres avant de s'arrêter, embrayage cassé.

 

1er tour: Dans la ligne droite du Mistral, Scheckter parvient à contenir Peterson qui tente de prendre l'aspiration. Il mène ce premier tour devant Peterson, Stewart, Hulme, E. Fittipaldi, Cevert, Reutemann, Ickx, Jarier et Regazzoni.

 

2e: Hunt prend la dixième place à Regazzoni.

 

3e: Peterson déborde Scheckter dans la Bretelle mais le Sud-Africain garde sa ligne et conserve la première place au S de la Verrerie. Stewart, Hulme et Fittipaldi suivent ce duo. Cevert est décroché et attaqué par Reutemann. Wisell entre aux stands et sort de sa voiture victime d'une fuite d'essence, mais il repartira.

 

4e : Scheckter, Peterson, Stewart, Hulme et Fittipaldi sont roues dans roues. A trois secondes viennent Cevert et Reutemann, puis un peu plus loin Ickx et Jarier. Le reste du peloton est distancé.

 

5e: Reutemann prend la sixième place à Cevert. Très véloce en ce début de course, Jarier double Ickx.

 

6e : Les cinq premiers sont absolument roues dans roues.

 

8e: Jarier doit s'arrêter à la chicane suite à une panne de transmission. Un couple conique a cédé. C'est dommage pour le Charentonnais qui avait fait un début de course remarquable.

 

9e : Fittipaldi s'attaque à Hulme dans la ligne droite du Mistral, sans succès. Wisell a repris la piste.

 

10e: Scheckter mène devant Peterson (0.5s.), Stewart (0.8s.), Hulme (1.5s.) et Fittipaldi (2s.), Reutemann (8s.) et Cevert (9s.). Ickx est septième à quinze secondes et précède Hunt, Hailwood, Hill et Regazzoni.

 

12e: La situation est la même en tête de la course. Malgré la longue ligne droite du Mistral, personne ne trouve l'aspiration. Hailwood est en difficulté: il cède trois places à Hill, Merzario et Lauda. Un immense peloton de douze bolides s'étend de Hill à Pescarolo.

 

14e: Follmer est arrêté à son stand à cause d'ennuis mécaniques.

 

15e: Scheckter, Peterson, Stewart, Hulme et Fittipaldi se tiennent en deux secondes. Viennent ensuite Reutemann (9s.), Cevert (11s.) et Ickx (20s.).

 

16e: Follmer renonce à cause d'une fuite d'essence sur sa Shadow. Il arrête celle-ci au niveau du S de Bendor.

 

17e: Premier incident majeur: Hulme ralentit, victime d'une crevaison sur son pneu arrière-gauche. C'est la troisième fois cette saison qu'une telle mésaventure lui survient. Il s'arrête à son stand et repart en dix-neuvième position. Pescarolo abandonne au même moment à cause d'une surchauffe de son moteur.

 

18e: Scheckter, Peterson, Stewart et Fittipaldi prennent un tour à von Opel. Scheckter rattrape magistralement une embardée au virage du Pont. Peterson n'arrive pas en profiter.

 

19e : Hulme ressort des stands... juste derrière le quatuor de tête.

 

20e: A Signes, Fittipaldi prend la troisième place à Stewart qui semble avoir des problèmes de tenue de route. Le Brésilien revient presque aussitôt sur les talons de Peterson.

 

21e: Fittipaldi double Peterson sans difficulté dans la ligne droite du Mistral. Il se lance tout de suite à la poursuite de Scheckter qui a une demi-seconde d'avance.

 

23e: Stewart décroche par rapport aux premiers et se fait doubler par Hulme. Il est victime d'une crevaison lente à l'arrière-gauche. Décidément les pneus Goodyear souffrent sur ce tracé. L'Écossais regagne son stand où les mécaniciens changent sa roue assez rapidement. Il repart treizième, à une minute et vingt secondes du leader.

 

24e : Les deux Lotus sont désormais collées derrière la McLaren de Scheckter.

 

25e: Les Lotus sont encadrées par les deux McLaren, mais Hulme, quatrième de ce peloton, est en fait 19ème à un tour. Scheckter mène devant E. Fittipaldi (0.5s.), Peterson (0.9s.), Reutemann (13s.) et Cevert (16s.). Ickx est sixième à trente secondes et précède Hunt, W. Fittipaldi, Hill et Lauda.

 

26e: Merzario double Lauda puis Hill, tandis que Stewart remonte rapidement sur ces pilotes.

 

27e: Reutemann part en tête-à-queue au virage du Pont. Il parvient à se dégager des graviers et à repartir, mais il a perdu la quatrième place au profit de Cevert. Stewart se débarrasse de Hill, puis de Lauda. Le voici dixième.

 

28e : Les trois leaders sont toujours roues dans roues. A chaque tour, Hulme tente de repasser devant Peterson au S de la Verrerie. Bon dernier après bien des ennuis mécaniques, Wisell abandonne à cause d'une surchauffe.

 

29e: Stewart double Merzario. Il rattrape désormais Wilson Fittipaldi. De Adamich renonce suite à une panne de transmission.

 

30e: Scheckter, E. Fittipaldi et Peterson se tiennent en moins de deux secondes. Cevert compte vingt-trois secondes de retard sur le leader et Reutemann trente secondes. Stewart double W. Fittipaldi.

 

31e : Nouvel abandon pour Hailwood, cette fois-ci à cause d'une fuite d'huile. Il arrive au stand Surtees avec une voiture fumante.

 

32e: Le trio composé de Scheckter, E. Fittipaldi et Peterson poursuit sa bagarre en tête de la course. Hulme les suit toujours. Stewart convoite la septième place occupée par Hunt.

 

33e : Le trio de tête prend un deuxième tour à von Opel.

 

36e : Hulme reprend son tour de retard à Peterson. Les leaders doublent Pace.

 

37e : Hulme s'amuse à se montrer dans les rétroviseurs de Fittipaldi pour le perturber. Passages aux stands de Ganley et de Pace. Tous les deux souffrent d'une mauvaise tenue de route à cause de pneus usés.

 

38e: Scheckter prend un tour à Regazzoni, mais ensuite le Tessinois bouchonne Fittipaldi pendant plusieurs virages avant de s'écarter. Stewart prend la septième place à Hunt. Il va désormais prendre Ickx en chasse.

 

40e: Scheckter est leader devant E. Fittipaldi (0.5s.), Peterson (1.2s., toujours gêné par Hulme), Cevert (28s.), Reutemann (40s.) et Ickx (45s.). Stewart est septième et précède Hunt, W. Fittipaldi et Merzario.

 

41e: Les trois premiers prennent un tour à Ganley et reviennent sur Beltoise.

 

42e: En arrivant à l'enchaînement de La Tour et du Pont, Scheckter hésite à doubler Beltoise qui ne s'écarte pas. Au Pont, Fittipaldi se faufile à l'intérieur et tente de passer mais Scheckter ne lui laisse aucun espace et les deux voitures entrent en collision. Scheckter décolle puis part dans le sable avant de reprendre la piste, mais Peterson a pris le commandement entretemps. Fittipaldi quant à lui s'arrête dans la ligne droite principale, suspension avant-gauche pliée.

 

43e: Fittipaldi est de retour aux stands et laisse éclater sa colère envers Scheckter. Le jeune Sud-Africain regagne son garage à l'issue de cette boucle et doit abandonner, sa suspension arrière droite ayant été brisée dans le choc.

 

44e: Peterson fonce désormais vers la victoire puisqu'il compte trente-deux secondes d'avance sur Cevert. A plus de quarante secondes se trouve Reutemann qui contient Ickx. Mais ceux-ci doivent surveiller le retour de Stewart. Hunt est sixième devant W. Fittipaldi, Merzario, Lauda et Hill.

 

46e: Stewart remonte rapidement sur Reutemann et sur Ickx. Mais le pilote le plus rapide de cette fin de course est Hulme qui prend la dixième place à Hill.

 

48e: Reutemann, Ickx et Stewart se tiennent en deux secondes.

 

49e : Peterson prend un troisième tour à von Opel dont l'Ensign s'est désespérément traînée durant tout l'après-midi.

 

50e: Peterson a quarante secondes d'avance sur Cevert. A 47 secondes se trouvent Reutemann, Ickx et Stewart. W. Fittipaldi entre aux stands suite à une panne d'alimentation. Il laisse la sixième place à Hunt. Pendant ce temps-là Hulme double Lauda.

 

51e: Stewart prend la quatrième place à Ickx qui n'avait pas les moyens de lui résister. Le pilote Tyrrell a maintenant la possibilité de menacer Reutemann.

 

52e: Hulme réalise le meilleur tour en course: 1'50''99'''. Le Néo-Zélandais remonte sur Merzario. Reparti pour un tour, W. Fittipaldi abandonne.

 

53e: Stewart est dans les roues de Reutemann. Cevert est bouchonné par Regazzoni avant de s'en débarrasser en fin de boucle.

 

54ème et dernier tour: Ronnie Peterson remporte (enfin !) sa première victoire en Formule 1, pour le plus grand bonheur de Colin Chapman qui réalise un très beau jet de casquette. Cevert obtient une belle deuxième place à domicile. Reutemann résiste jusqu'au bout à Stewart et obtient ainsi son premier podium en F1, qui est aussi le premier de la Brabham BT42 et de l'équipe depuis son rachat par Bernie Ecclestone. Ickx est cinquième et précède Hunt qui inscrit ainsi le premier point de l'écurie Hesketh, et aussi le premier de March en cette saison 1973. Sont également classés Merzario, Hulme, Lauda, Hill, Beltoise, Pace, Ganley et von Opel.

 

Dans le tour d'honneur, Pace doit stopper sa Surtees en catastrophe car de la fumée s'échappe de son cockpit. L'incendie est rapidement maîtrisé. Toutefois Pace s'enguirlande avec les commissaires au sujet du dégagement de sa Surtees...

 

Après la course

Ronnie Peterson savoure ce premier succès, certes un peu chanceux, mais qui compense largement tous les déboires endurés depuis le début de la saison. En revanche Emerson Fittipaldi n'a pas le cœur à la joie. Bien qu'il fasse bonne figure à Chapman et à Peterson, il ne digère par sa collision avec Jody Scheckter et accuse ce dernier de manœuvre dangereuse. Mais les commissaires de course refusent de charger le jeune pilote McLaren et concluent à l'incident de course.

 

Surtout, Fittipaldi cède la première place du championnat du monde à Stewart, lequel mène désormais avec 43 points contre 42. Avec 31 points, Cevert devient un concurrent sérieux pour le titre mondial, bien que Ken Tyrrell ait clairement établi une hiérarchie en faveur de Stewart. Fittipaldi ne comprend pas pourquoi Chapman n'agit pas de même à son profit... Après tout, il possède deux fois plus de points que son équipier... Au classement des constructeurs, grâce à la victoire de « Super Swede », Lotus reprend la première place avec une longueur d'avance sur Tyrrell.

Tony