François CEVERT
 F.CEVERT
Tyrrell Ford Cosworth
Emerson FITTIPALDI
 E.FITTIPALDI
Lotus Ford Cosworth
George FOLLMER
 G.FOLLMER
Shadow Ford Cosworth

224e Grand Prix

XIX Gran Premio de España
Ensoleillé
29 avril 1973 - Montjuïc Park
75 tours x 3.791 km - 284.325 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
  • 50e victoire pour Lotus (nouveau record)
  • 1er podium pour Shadow
Moteur
Hulme va résister longtemps aux assauts de Cevert et de Fittipaldi.

Le championnat du monde Formule 1 a été mis entre parenthèses pendant un mois et demi. Pendant ce temps-là deux épreuves hors-championnat se sont disputées. La Course des champions à Brands-Hatch a vu la victoire surprise de Peter Gethin sur une Chevron F5000 devant Denny Hulme sur McLaren M23 et le jeune James Hunt qui pilotait une Surtees de l'équipe Hesketh. Le 8 avril, l'International Trophy à Silverstone s'est conclu par la victoire de Stewart devant Peterson et Regazzoni.

 

Le Grand Prix d'Espagne qui se déroule sur le circuit urbain du Parc de Montjuïc voit l'entrée en vigueur de nouvelles règles imposant aux Formules 1 l'utilisation de structures déformables sur les flancs ainsi que l'emploi de réservoirs du type outre en caoutchouc. Chaque outre a une contenance de 80 litres et la capacité totale ne doit pas excéder 250 litres. Enfin la limite de poids des voitures est relevée de 550 à 575 kilogrammes.

 

De nouveaux modèles sont présentés, en conformité avec ce règlement. Tout d'abord la Tyrrell 006/2 confiée à Jackie Stewart et à François Cevert. Le circuit barcelonais n'apparait pas idéal pour faire débuter cette voiture car ce tracé sinueux exige beaucoup des freins, ce qui est le point faible des Tyrrell.

La 006/2 est censée rivaliser avec la nouvelle version de la Lotus 72, la 72E. Celle-ci présente une carrosserie élargie et de nouveaux ailerons. La Lotus demeure une voiture délicate à piloter, et Emerson Fittipaldi l'a pour l'heure beaucoup plus en main que Ronnie Peterson. Handicapé par la malchance et un virus mal soigné, le jeune Suédois n'a pas inscrit un seul point lors des trois premières manches. Mais il compte bien se rattraper en Europe.

 

La McLaren M23, déjà aperçue à Kyalami entre les mains de Denny Hulme, est cette fois-ci également donnée à Peter Revson.

Brabham présente la BT42 conçue par Gordon Murray, très étonnante par sa structure pyramidale. Il s'agit d'évacuer le flux d'air vers le haut afin de plaquer la voiture au sol. Deux modèles sont pilotés par Carlos Reutemann et Wilson Fittipaldi.

 

Ferrari lance sa 312 B3 à structure monocoque et à radiateur frontal, conçue en partie en Angleterre par John Thompson sur des plans de Franco Rocchi. C'est une nouvelle version de la B3 imaginée par Mauro Forghieri en 1972. Un seul modèle est aligné à Montjuïc pour Jacky Ickx, Arturo Merzario étant condamné à demeurer dans le garage.

 

March fait débuter son nouveau modèle, la 731, qui est une simple mise en conformité de la 721G. Il est donné à Henri Pescarolo, qui remplace provisoirement Jean-Pierre Jarier au sein de l'équipe officielle, et à Mike Beuttler qui pilote toujours pour son propre compte. Chez BRM, une énième version de la P160, la P160E, est présentée et se fait remarquer par son profil très arrondi. L'écurie Williams, qui a récupéré Nanni Galli comme second pilote, engage un nouveau modèle d'Iso-Marlboro: l'IR. Beaucoup notent sa grande ressemblance avec la Politoys brièvement aperçue en 1972.

 

La nouvelle équipe anglaise Ensign s'est inscrite pour cette course mais doit finalement déclarer forfait. En revanche peut débuter l'écurie de Graham Hill, soutenue par Embassy, une marque du cigarettier Imperial Tabacco. Le double champion du monde pilote une Shadow DN1 privée qui essaiera de rivaliser avec les Shadow officielles. Enfin Andrea de Adamich, toujours soutenue par Ceramica Pagnossin, a troqué sa Surtees contre une Brabham BT37.

 

Seule Surtees n'apporte donc pas de nouveau modèle, mais elle avait anticipé le changement de réglementation dès 1972 en construisant la TS14.

 

S'il n'y a pas de pilote espagnol engagé, la foule est néanmoins très dense pour soutenir les pilotes. Emerson Fittipaldi bénéficie de l'appui d'une importante cohorte brésilienne qui va mettre une grande ambiance dans les tribunes durant tout le week-end.

 

Les qualifications

Les essais confirment les résultats des trois premières courses en plaçant encore une fois les Lotus, les Tyrrell et les McLaren aux avant-postes. Très impressionnant, Peterson réalise sa deuxième pole de la saison avec sept dixièmes d'avance sur Hulme qui démontre encore une fois la vélocité de la M23. Les Tyrrell sont en deuxième ligne et pour une fois Cevert devance Stewart. Revson est cinquième devant Ickx. Fittipaldi a rencontré des soucis techniques et ne part que depuis le septième rang. Il précède Regazzoni, Hailwood, Beltoise et Lauda.

 

Les performances de la nouvelle Brabham BT42 sont moyennes: W. Fittipaldi est douzième et Reutemann quinzième. Les Shadow ne se comportent pas trop mal puisque Oliver et Follmer occupent la septième ligne. La nouvelle March ne brille pas puisque Pescarolo et Beuttler se retrouvent en fond de grille avec les Iso. Hill se qualifie en dernière position avec un temps très médiocre, à plus de huit secondes de celui de la pole.

 

La course

Après avoir dû changer in extremis de moteur, Hailwood doit s'élancer depuis les stands.

 

Départ : Peterson et Hulme partent très bien et sont côte à côte jusqu'à l'épingle où le Suédois vire en tête devant le Néo-Zélandais. Stewart est troisième devant Cevert et Beltoise tandis que Lauda a pris un départ canon et se retrouve sixième. Revson et Ickx se sont fait surprendre et perdent quelques places. Hailwood part avec un demi-tour de retard.

 

1er tour : Peterson mène devant Hulme, Stewart, Cevert, Beltoise, Lauda, E. Fittipaldi, Reutemann, Revson et Ickx.

 

2e : Peterson s'échappe devant Hulme qui est menacé par les Tyrrell. Fittipaldi prend la sixième place à Lauda.

 

3e : Stewart dépasse Hulme. Fittipaldi s'impose face à Beltoise.

 

5e : Peterson mène devant Stewart (3s.), Hulme (5s.), Cevert (6s.), Fittipaldi (7.5s.), Beltoise (9s.), Lauda (9.5s.), Revson (10s.), Reutemann (11s.) et Ickx (12s.). Suivent Regazzoni et Follmer.

 

7e : Revson double Beltoise et Lauda. Ce dernier cède aussi à Reutemann.

 

8e : Peterson maintient une avance d'environ trois secondes et demie sur Stewart. Hulme ne peut pas les suivre et est menacé par Cevert et par Fittipaldi.

 

10e : Peterson a quatre secondes d'avance sur Stewart. Follmer prend la dixième place à Ickx. Regazzoni arrive au stand BRM pour changer ses pneus qui sont déjà usés. Il repart en queue de peloton.

 

12e : Lauda double Beltoise. Les deux BRM sont cependant très menacées par Follmer et par Ickx.

 

13e : Peterson réalise le meilleur tour de l'épreuve : 1'23''8'''. Hulme, Cevert et Fittipaldi sont toujours en bagarre pour la troisième place.

 

14e : Follmer et Ickx doublent Beltoise. Pace renonce suite à l'avarie d'un demi arbre de roue.

 

15e : Peterson mène devant Stewart (4.6s.), Hulme (13.9s.), Cevert (14.7s.), E. Fittipaldi (15.2s.), Revson (28.1s.), Reutemann (29s.), Follmer (50s.), Ickx (51.2s.) et Beltoise (54.9s.). Les pneus Firestone de Lauda se sont effondrés, comme ceux de Regazzoni. Le jeune Autrichien est aux stands pour les faire changer.

 

17e : Peterson creuse l'écart sur Stewart. Hulme, Cevert et Fittipaldi sont toujours roues dans roues.

 

18e : Suite à la rupture d'un porte-moyeu arrière, de Adamich tape violemment le rail dans l'avenue de l'Estadi. Hailwood effectue un passage par les stands.

 

20e : Hulme emprunte l'allée des stands. Une de ses roues menace en effet de se détacher et doit être refixée. Cevert récupère ainsi la troisième place et précède Fittipaldi de quelques dizaines de mètres.

 

22e : Peterson a maintenant huit secondes d'avance sur Stewart. Hulme est reparti en quinzième position. Hill entre à son stand afin de faire purger ses freins.

 

24e : Le moteur d'Oliver cesse de fonctionner. L'Anglais met pied à terre.

 

25e : Peterson a neuf secondes de marge sur Stewart. Viennent ensuite Cevert et Fittipaldi, à vingt-cinq secondes, puis Revson et Reutemann à une quarantaine de secondes.

 

27e : Cevert entre aux stands avec une crevaison. Le chef des mécaniciens de Tyrrell Roger Hill ordonne de changer la roue défectueuse le plus rapidement possible afin que le jeune Français puisse encore grappiller quelques points malgré cet incident. Hailwood abandonne après la rupture d'une conduite d'huile sur sa Surtees.

 

28e : Hulme remonte dans le peloton : il a doublé Pescarolo, Galli, W. Fittipaldi et Beuttler, et pointe au neuvième rang. Cevert reprend la piste en quatorzième position.

 

29e : Hulme prend la huitième place à Beltoise. Lauda revient à son stand pour changer à nouveau de pneus. Mais une roue se bloque dans cette opération, et Lauda doit se retirer.

 

30e : Peterson est premier devant Stewart (10.3s.), E. Fittipaldi (27.7s.), Revson (38.7s.), Reutemann (43.7s.), Follmer (1m. 05s.) et Ickx (1m. 06s.). Suivent Hulme, Beltoise, Beuttler, W. Fittipaldi et Pescarolo. Victime d'incessants problèmes de freins, Hill abandonne.

 

31e : Ickx double Follmer.

 

34e : Tout va bien pour Peterson qui augmente régulièrement son avance sur Stewart. Fittipaldi est isolé au troisième rang. Plus loin, Reutemann remonte sur Revson.

 

35e : Cevert est revenu en onzième position. W. Fittipaldi regagne le stand Brabham car son câble d'accélérateur est défaillant. Il parviendra à repartir.

 

36e : Ickx rencontre un problème de freins. Il doit regagner les stands pour faire examiner sa machine. Il laisse ainsi la sixième place à Follmer.

 

37e : Reutemann prend la quatrième place à Revson.

 

40e : Hulme rejoint de nouveau le stand McLaren pour changer une nouvelle roue. Il chute ainsi au onzième rang et perd presque toute chance d'inscrire un point. Cevert a passé Beuttler.

 

42e : Peterson possède une quinzaine de secondes d'avance sur Stewart. Fittipaldi est à plus de trente secondes de son équipier et voit Reutemann le rattraper petit à petit. Revson est distancé, de même que Follmer. Beltoise est septième devant Cevert, Beuttler et Pescarolo. Ickx a repris la piste avec beaucoup de retard.

 

44e : Stewart n'est pas très rapide : sa Tyrrell est à la peine dans la partie sinueuse du tracé.

 

45e : Peterson mène devant Stewart (19.8s.), Fittipaldi (35.5s.), Reutemann (50.3s.) et Revson (1m. 14s.).

 

46e : Cevert double Beltoise et se retrouve à la porte des points.

 

47e : Stewart lève le bras : ses freins ne répondent plus. L'Écossais regagne son garage pour abandonner.

 

50e : Peterson est désormais leader avec quarante secondes d'avance sur son équipier E. Fittipaldi. Reutemann est troisième à une cinquantaine de secondes. Revson est quatrième avec près d'un tour de retard. Suivent Follmer, Cevert, Beltoise, Beuttler, Pescarolo et Hulme.

 

52e : Handicapé par un fil de bougie détaché, Revson est rattrapé par la Shadow de Follmer.

 

53e : Follmer prend la quatrième place à Revson. Cevert rattrape cependant les deux Américains avec une Tyrrell beaucoup plus véloce.

 

55e : Reutemann est le pilote le plus rapide en piste. Il n'est plus qu'à dix secondes de Fittipaldi.

 

57e : Peterson ne peut plus sélectionner ses vitesses. Il entre aux stands et renonce. Le Suédois perd ainsi une victoire qui lui tendait les bras. Fittipaldi récupère la première place devant Reutemann.

 

58e : Cevert double Revson et Hulme passe Pescarolo.

 

60e : Sept secondes séparent Fittipaldi et Reutemann.

 

62e : Reutemann continue de gagner du terrain sur Fittipaldi. La Brabham BT42 effectue vraiment des débuts remarquables et l'Argentin peut guigner sa première victoire.

 

64e : Fittipaldi se débat avec une Lotus très instable dans les grandes courbes. Elle subit en vérité une crevaison lente, très lente, si bien que la gomme tient encore.

 

65e : Fittipaldi précède Reutemann de 3.6s. Cevert prend la quatrième place à Follmer. Ganley renonce suite à une panne d'alimentation sur son Iso-Marlboro.

 

66e : Hulme prend la septième place à Beuttler.

 

67e : Tandis qu'il commençait à menacer Fittipaldi, Reutemann est trahi par un cardan de transmission. La nouvelle Brabham manque de peu le podium et la victoire pour sa première apparition.

 

68e : Fittipaldi a désormais course gagnée puisqu'il possède cinquante secondes d'avance sur Cevert. Toutefois sa Lotus lui donne des signes d'inquiétudes du fait de cette crevaison lente.

 

70e : Fittipaldi a quarante-six secondes d'avance sur Cevert. Follmer est troisième à plus d'une minute. Revson est quatrième à un tour du leader et précède Beltoise et Hulme.

 

72e : Fittipaldi fait beaucoup d'efforts pour maintenir sa Lotus dans la trajectoire. Il sait qu'à la moindre erreur il finira dans les rails.

 

75ème et dernier tour : Emerson Fittipaldi remporte sa troisième victoire de la saison avec quarante-deux secondes d'avance sur Cevert. Follmer termine à une magnifique troisième place et obtient donc pour Shadow un premier podium pour leur deuxième Grand Prix respectif. Ces pilotes sont les seuls à terminer dans le même tour. Revson est quatrième et précède Beltoise qui inscrit ses premiers points de la saison. Hulme sauve un point d'une course éprouvante. Beuttler est septième devant Pescarolo, Galli, Regazzoni, W. Fittipaldi et Ickx.

 

Après la course

Fittipaldi a réalisé un bel exploit en cette fin de course et, avec trois victoires en quatre Grands Prix, apparaît comme le grand favori du championnat. Néanmoins on peut constater qu'il a été dominé durant tout le week-end par Peterson, lequel, bien malchanceux, n'a toujours pas le moindre point au compteur. Mais seule la victoire est belle et Fittipaldi reçoit les lauriers de la victoire des mains de Juan Carlos, prince héritier d'Espagne. A ses côtés François Cevert est éprouvé mais heureux de cette deuxième place, après un Grand Prix très difficile. Le jeune Français effectue vraiment un très beau début de championnat. Il n'est plus le simple lieutenant de Jackie Stewart, et certains journalistes français lui promettent un avenir de coureur n°1 chez Tyrrell.

 

Au classement général, Fittipaldi compte 33 points, soit quatorze d'avance sur Stewart. Troisième avec douze unités, Cevert a déjà 21 points de retard sur le pilote Lotus. Au classement des constructeurs, quatre points séparent Lotus et Tyrrell.

Tony