François CEVERT
 F.CEVERT
Tyrrell Ford Cosworth
Jackie STEWART
 J.STEWART
Tyrrell Ford Cosworth
Emerson FITTIPALDI
 E.FITTIPALDI
Lotus Ford Cosworth

225e Grand Prix

XXXI Grote Prijs van Belgie
Légérement nuageux
20 mai 1973 - Zolder
70 tours x 4.220 km - 295.400 km
(également Grand Prix d'Europe)
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Peterson mène devant Ickx, Cevert, Hulme et Reutemann.

Le Grand Prix de Belgique fait pour la première fois escale sur le circuit flamand de Zolder, construit en 1963, et dont les infrastructures ont été améliorées en vue de cet événement.

 

Après le GP d'Espagne, Emerson Fittipaldi est confortablement installé en tête du championnat du monde et compte douze points d'avance sur Jackie Stewart. Toutefois le Brésilien est inquiet des problèmes de fiabilité touchant la Lotus 72 et surtout des progrès de son équipier Ronnie Peterson qui l'a dominé durant tout le week-end barcelonais. Par malchance le Suédois n'a toujours pas inscrit un seul point au championnat et certains critiquent son style de pilotage trop brusque qui maltraiterait la fragile mécanique de Colin Chapman.

Ce tracé de Zolder est très exigeant pour les freins, ce qui est le point faible des Tyrrell 006 qui apparaissent cette fois avec des freins non suspendus, moins confortables mais peut-être plus fiables que les freins « inboard ».

 

Si l'Ensign n'est toujours pas au rendez-vous, l'écurie Tecno fait son retour avec une PA123/6, qui est l'une des deux voitures commandées par les frères Pederzani. En effet le sponsor de l'équipe Martini a financé la construction d'un autre modèle en parallèle, d'où une situation très confuse... Ce modèle-ci a été conçu par l'ingénieur néo-zélandais Alan McCall. Au volant on retrouve l'excellent Chris Amon qui a accepté de tenter l'aventure après avoir renoncé à rejoindre March.

 

De nouveau Ferrari se présente avec une seule 312 B3 monocoque pour Jacky Ickx, celle d'Arturo Merzario n'étant pas prête.

 

Essais et qualifications

La tenue du Grand Prix va toutefois être remise en question. Une semaine avant la course, Jackie Stewart, François Cevert et Emerson Fittipaldi, au nom de l'association des pilotes, inspectent la piste et découvrent que le bitume se désagrège à certains endroits. Ils enjoignent donc les organisateurs de resurfacer la piste au plus vite. Ce qui est fait.

 

Mais les pilotes vont avoir de mauvaises surprises lors des essais du vendredi: le nouvel asphalte s'effrite en effet à deux endroits, au fur et à mesure des passages des monoplaces. D'où une conduite dangereuse et deux accidents assez sévères pour George Follmer et Jean-Pierre Jarier. Les pilotes, furieux, menacent alors de boycotter la course. Les officiels décident de procéder à des travaux dans la nuit du vendredi au samedi.

 

Les essais qualificatifs du lendemain se déroulent sur une piste a priori satisfaisante. De nouveau c'est Peterson qui se montre le plus rapide et précède Hulme de cinq dixièmes. Le première ligne est ainsi la même qu'à Montjuïc. Ickx obtient une belle troisième place avec la nouvelle Ferrari et précède Cevert, Beltoise et Stewart. Reutemann et Pace se partagent la quatrième ligne. Fittipaldi est seulement neuvième ce qui fait quelque peu désordre si l'on considère la pole position de son équipier. Il devance Revson, Follmer et Regazzoni. Amon est quinzième avec la Tecno. Oliver n'est que 22ème avec la seconde Shadow. Comme en Espagne, Hill ferme la marche avec sa Shadow privée.

 

Après avoir détruit sa March 731, Jarier devra prendre le départ avec l'ancienne 721G.

 

Peterson est victime d'un accident lors du warm-up qui oblige ses mécaniciens à réparer sa 72E en catastrophe.

 

Le Grand Prix

Avec seulement 20 000 spectateurs, le Grand Prix n'est pas un succès populaire. De plus le temps est orageux et on craint les averses.

 

Départ: Bon envol de Peterson qui conserve la première place. Placé à l'extérieur, Hulme est en difficulté et se fait doubler par Ickx et Cevert. Stewart a été serré contre le mur des stands et a perdu quelques places.

 

1er tour: Cevert double Ickx à la chicane.

A l'issue de ce tour Peterson mène devant Cevert, Ickx, Hulme, Reutemann, Beltoise, Pace, Stewart, E. Fittipaldi et Lauda.

 

2e: Cevert prend l'avantage face à Peterson et s'empare du commandement de la course.

 

3e: Cevert creuse un écart de deux secondes sur Peterson, menacé par Ickx et Hulme. Le peloton est encore très compact.

 

4e: Fittipaldi prend la huitième place à Stewart.

 

5e: Pace se fait doubler par Fittipaldi puis par Stewart. Onzième et à l'attaque derrière Lauda, Hailwood commet une erreur et se retrouve dans les graviers.

 

6e: Après un bon début de course, Ickx est au ralenti. Il entre au stand Ferrari où un problème de pompe à huile est découvert. Le Grand Prix national de Jacky s'arrête là. Pendant ce temps-là, Hulme a dérapé sur l'huile répandu par la Ferrari. Le Néo-Zélandais parvient à repartir mais en dix-neuvième position seulement.

 

7e: Cevert prend facilement de l'avance sur Peterson. Galli met pied à terre suite à une panne de moteur.

 

8e: Fittipaldi et Stewart sont désormais à la poursuite de Beltoise pour obtenir la quatrième place.

 

9e: Beltoise rencontre un souci d'allumage sur sa BRM et doit entrer aux stands pour réparer. Il repart avant-dernier. Revson est en bagarre avec Pace, Lauda et Regazzoni pour la sixième place.

 

10e: Cevert mène avec neuf secondes d'avance sur Peterson. Reutemann est troisième et précède Fittipaldi et Stewart. Revson a pris la sixième place à Pace qui devance Regazzoni, Lauda et Follmer.

 

12e: Comme lors des essais, le bitume se désagrège par endroit. Oliver dérape sur des anfractuosités et doit abandonner tandis qu'il occupait la onzième place.

 

14e: La malchance poursuit Reutemann, victime d'une panne de moteur sur la Brabham. L'Argentin rentre à son stand à faible allure, laissant la troisième place à Fittipaldi. C'est aussi l'abandon pour Follmer dont l'accélérateur est bloqué.

 

16e: Dix secondes séparent Cevert et Peterson. Le Suédois voit revenir derrière lui Fittipaldi et Stewart. Revson est cinquième devant Pace, Regazzoni, Lauda, de Adamich et Jarier. Beuttler est à son stand pour changer un pneu crevé.

 

18e: Peterson est désormais sous la menace pressante de Fittipaldi et de Stewart. Il rencontre des problèmes de freins.

 

19e: Fittipaldi double son coéquipier. Celui-ci ne résiste pas longtemps à Stewart et chute ainsi de la deuxième à la quatrième place. Abandon de Ganley qui est sorti de la piste suite au blocage de son accélérateur.

 

20e: Cevert possède près de dix secondes d'avance sur Fittipaldi, mais à Terlamen le jeune Français part en tête-à-queue. Sa Tyrrell est en travers la piste et il doit se dégager au plus vite pour éviter d'être percuté. Il parvient à repartir avec difficulté mais a chuté au huitième rang, derrière Lauda.

 

21e: Fittipaldi est le nouveau leader cependant Stewart est juste derrière lui, à une demi-seconde. Peterson est troisième mais Revson est plus rapide que lui et remonte.

 

23e: Stewart attaque Fittipaldi pour la première place.

 

24e: En début de tour, Stewart prend l'aspiration derrière Fittipaldi sur la ligne de chronométrage. L'Écossais déborde la Lotus et s'impose au premier virage. Pendant ce temps-là Cevert double Lauda.

 

25e: Stewart mène avec une seconde d'avance sur Fittipaldi. Plus loin Revson est sur les talons de Peterson.

 

26e: Cevert prend la sixième place à Regazzoni.

 

27e: Revson double Peterson: le voici troisième.

 

28e: Cevert tient à se faire pardonner de son erreur et rattrape le temps perdu. Il réalise le meilleur tour en course en 1'25''42'''.

 

30e: Stewart semble maintenant solidement installé en tête avec six secondes d'avance sur Fittipaldi. Peterson a décidément bien des ennuis avec sa Lotus puisque le voici désormais sous la menace de Pace et de Cevert.

 

31e: Peterson se fait doubler par Pace puis par Cevert. Il n'occupe plus que le sixième rang.

 

33e: Cevert est derrière Pace. Regazzoni s'arrête aux stands pour changer de pneus. Il reprend la piste en douzième position.

 

34e: Revson dérape sur l'asphalte ébréchée et sort de la piste. Un arbre de transmission s'est brisé dans cette mésaventure. La course est finie pour le pilote américain. Cevert dépasse Pace et se retrouve ainsi troisième du fait de la disparition de Revson.

 

35e: Stewart mène devant E. Fittipaldi (10s.) et Cevert (22s.). A vingt-cinq secondes de Stewart, Pace est un étonnant quatrième. Il précède Peterson, Lauda, de Adamich, Jarier, W. Fittipaldi et Amon.

 

38e: Stewart creuse l'écart sur Fittipaldi qui semble en difficulté.

 

40e: Fittipaldi commence à rencontrer quelques problèmes d'arrivée d'essence. Le pilote brésilien est moins rapide qu'auparavant et Cevert le rattrape peu à peu.

 

43e: Les freins de Peterson ne répondent plus et le pilote suédois part dans l'herbe. C'est l'abandon. Peterson n'a toujours pas inscrit de point en cette saison 1973.

 

45e: Stewart possède maintenant plus de quinze secondes d'avance sur Fittipaldi, lequel voit Cevert revenir dans ses rétroviseurs.

 

47e: W. Fittipaldi est trahi par son moteur. Les deux Brabham officielles sont hors course.

 

48e: Cevert prend l'avantage sur Fittipaldi qui n'offre pas une grosse résistance. Les deux Tyrrell sont en tête du GP de Belgique.

 

50e: Pace voit son aileron arrière se détacher. Il parvient à maintenir sa Surtees en piste mais regagne son stand. Il cède ainsi la quatrième place à Lauda. Nouvelle crevaison pour Beuttler.

 

52e: Stewart roule vers la victoire avec une trentaine de secondes d'avance sur Cevert. Fittipaldi cherche à terminer la course et surveille sa consommation. Il perd ainsi beaucoup de temps par rapport aux Tyrrell. Beaucoup plus loin se trouve Lauda qui précède de Adamich et Jarier. Amon est septième devant Regazzoni et Hulme qui ont deux tours de retard.

 

54e: Pace a repris la piste en onzième position, sans aileron arrière et avec des freins qui donnent des signes de fatigue. Le jeune Brésilien est bien courageux...

 

57e: La course devient très monotone, mais l'asphalte ne cesse de se dégrader et certains virages sont piégeurs. Stewart compte trente-cinq secondes d'avance sur Cevert. Fittipaldi est relégué à plus d'une minute.

 

58e: Amon et Regazzoni sont en lutte pour la septième place. Le Suisse est plus rapide que le Néo-Zélandais grâce à ses pneus neufs.

 

61e: Beltoise est contraint à l'abandon suite à une panne du moteur BRM. Il était dernier à cinq tours de Stewart, accablé de problèmes d'allumage et de freins.

 

62e: Jarier commet une erreur et quitte la route. Le Français perd ainsi l'occasion d'inscrire son premier point. Amon récupère la sixième place mais est attaqué par Regazzoni.

 

63e: Regazzoni prend l'avantage sur Amon.

 

64e: Trente secondes d'écart entre Stewart et Cevert. Les deux pilotes Tyrrell sont prudents car ils ménagent leurs freins. De Adamich attaque Lauda pour la quatrième place.

 

65e: A l'épingle, Regazzoni perd l'usage de ses freins et atterrit dans le décor. Amon, plus prudent, récupère la sixième place mais doit surveiller le retour de Hulme.

 

66e: Fittipaldi est très lent et est assez près de se faire prendre un tour par Stewart. Beuttler se fait surprendre par l'asphalte déchiqueté et sort de la route. Il occupait la neuvième place.

 

69e: Lauda est à la peine et a du mal à contenir de Adamich.

 

70ème et dernier tour: De Adamich parvient in extremis à chiper la quatrième place à Lauda.

 

Jackie Stewart coupe la ligne d'arrivée en vainqueur. C'est sa 24ème victoire en F1, ce qui fait de lui l'égal de Juan-Manuel Fangio. Cevert finit deuxième après une belle remontée depuis la huitième place. C'est le premier doublé Elf-Tyrrell de la saison. Gravement handicapé par un souci d'alimentation, Fittipaldi sauve la troisième place. C'est son cinquième podium en cinq courses, mais c'est la seconde fois de suite qu'il finit avec une voiture à l'agonie. De Adamich se classe à une brillante quatrième sur la vieille Brabham BT37. Lauda est cinquième et inscrit les deux premiers points de sa carrière. Amon fait un bon retour avec la sixième place et marque le premier point de l'écurie Tecno. Hulme est septième devant Pace et Hill. Le double champion du monde a vécu un calvaire : son moteur a ratatouillé du début à la fin !

 

Après la course

Dans un contexte difficile et sur un tracé inconnu, les Tyrrell se sont donc révélées les plus rapides et surtout les plus fiables. Toutefois, à nouveau les freins des 006 ont été soumis à rude épreuve et des ruptures étaient à craindre... Jackie Stewart a tiré les marrons du feu, mais de nouveau François Cevert a frôlé la victoire.

La cinquième place de Niki Lauda est également remarquée : considéré comme un « tocard » il y a encore quelque mois, le jeune Autrichien tient tête chez BRM à ses deux expérimentés coéquipiers Jean-Pierre Beltoise et Clay Regazzoni.

 

Quoiqu'il en soit, il ne fait maintenant plus aucun doute que le titre se jouera encore une fois entre Emerson Fittipaldi et Jackie Stewart. Au classement du championnat, le Brésilien possède sept points d'avance sur le Britannique. En revanche chez les constructeurs, Tyrrell prend l'avantage pour un point devant Lotus. Après cette mauvaise course, McLaren est maintenant très distancée.

Tony