Jackie STEWART
 J.STEWART
Tyrrell Ford Cosworth
Ronnie PETERSON
 R.PETERSON
Lotus Ford Cosworth
Carlos PACE
 C.PACE
Surtees Ford Cosworth

232e Grand Prix

XI Grosser Preis von Osterreich
Ensoleillé
19 août 1973 - Österreichring
54 tours x 5.911 km - 319.194 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
  • 52e victoire pour Lotus
  • 2e et dernier podium pour Surtees
  • 3e et dernier meilleur tour pour Surtees
Moteur
Ronnie Peterson en pleine lumière... aux dépens de son équipier.

A quatre courses de la fin du championnat, Jackie Stewart est tout proche de sa troisième couronne mondiale. Le pilote écossais a en effet 15 et 18 points sur ses adversaires François Cevert et Emerson Fittipaldi. Mais le jeune Français n'est pas vraiment en lutte, se sacrifiant en faveur de son leader dont il espère recueillir la succession en 1974. Pour Fittipaldi la tâche est très malaisée. S'il est bien rétabli de ses blessures aux chevilles contractées à Zandvoort, il doit impérativement s'imposer, ce qui pourrait nécessiter l'aide de son équipier Ronnie Peterson, devenu depuis quelques semaines le chouchou de Colin Chapman.

 

Cette course voit l'entrée en vigueur de la réglementation imposant une voiture de sécurité, chargée de prendre la piste devant le leader de la course en cas d'accident, et de réguler l'allure pendant l'intervention des secours. Il sera interdit de la dépasser. Un essai de procédure est effectué lors des séances officielles précédant le Grand Prix.

 

Après deux courses d'absence, la Scuderia Ferrari fait son retour avec une 312 B3 modifiée et dotée d'une prise d'air. Une seule voiture est toutefois engagée pour Arturo Merzario, Jacky Ickx ayant décidé de rester chez lui. Néanmoins Enzo Ferrari annonce le retour du pilote belge à l'occasion du Grand Prix d'Italie.

 

L'équipe March officielle est aussi de nouveau présente, Jean-Pierre Jarier récupérant avec le soutien de STP le baquet du malheureux Roger Williamson. Mais le jeune Français a bien d'autres ambitions puisque certaines rumeurs annoncent son recrutement par Ferrari pour 1974.

Chez Williams, le Néerlandais Gijs van Lennep fait son retour dans la deuxième Iso en remplacement d'Henri Pescarolo.

Blessé au poignet et au dos au Nürburgring, Niki Lauda se présente sur le circuit mais, ressentant de fortes de douleurs lors des essais libres, il est contraint de faire l'impasse sur son Grand Prix national. Par conséquent seules deux BRM seront au départ, celles de Jean-Pierre Beltoise et Clay Regazzoni, et aucun Autrichien ne courra devant son public.

 

L'écurie Ensign fait son retour avec des modifications importantes apportées à la N173. L'équipe Tecno est de nouveau en piste avec la « Goral » détestée par Chris Amon. Durant les essais le Néo-Zélandais va casser un grand nombre de moteurs, à tel point que, désabusé, il décide de quitter le circuit. Martini ayant retiré son soutien financier aux frère Pederzani, l'aventure Tecno arrive à son terme.

 

Pendant ce temps-là Harvey Postlethwaite a de nouveau effectué plusieurs modifications d'envergure sur la March de l'équipe Hesketh. L'équipe LEC de David Purley est de nouveau absente de cette course.

 

Les qualifications

E. Fittipaldi prouve qu'il a entièrement récupéré de ses blessures en obtenant sa première pole position de la saison, trois dixièmes devant Peterson. Les Lotus sont à la fête sur ce tracé très rapide et il sera malaisé de les menacer. Les McLaren sont leurs principales rivales en monopolisant la deuxième ligne, Hulme devant Revson. Reutemann est cinquième devant Merzario qui obtient un bon résultat avec la Ferrari. Les Tyrrell sont à la peine puisque Stewart est seulement septième et Cevert dixième. Entre eux se trouvent deux jeunes pilotes très en verve en cet été : Pace sur Surtees et Hunt sur March-Hesketh. Beuttler obtient une étonnante onzième place avec sa March 731 privée. Il précède la 732 officielle de Jarier et les BRM.

 

Le Grand Prix

Départ: Envol très moyen de Fittipaldi qui se fait déborder par Peterson, puis par Hulme au premier freinage. Suivent Merzario et Stewart. Revson s'est quant à lui immédiatement déporté vers le bas-côté car son embrayage est grillé.

 

1er tour: Hailwood et Beuttler entrent en contact. Le pilote de la March doit renoncer car son radiateur d'huile a été arraché dans le choc.

Peterson mène devant Hulme, E. Fittipaldi, Merzario, Stewart, Reutemann, Pace, Hunt, Cevert et Beltoise.

 

2e: Hulme menace Peterson tandis que Stewart attaque Merzario. Cevert double Hunt qui rencontre un problème d'alimentation.

 

3e: Hunt est au ralenti et va entrer aux stands pour quitter la course. Cevert prend la septième place à Pace.

 

4e: Quelques dixièmes seulement séparent Peterson et Hulme. Fittipaldi est à une seconde du leader. Stewart double Merzario, qui est bientôt attaqué par Reutemann et Cevert.

 

5e: Peterson prend un peu de champ par rapport à Hulme. Une seconde les sépare désormais. Cevert double Reutemann.

 

6e: Peterson, Hulme et Fittipaldi roulent en trio, séparés chacun par une seconde. Cevert attaque Merzario à Sebring mais l'Italien commet une erreur et les deux voitures se touchent. Le Français détruit une suspension dans l'accrochage tandis que Merzario continue mais se fait doubler par Reutemann.

 

7e: Jarier prend la huitième place à Beltoise. Cevert regagne le stand Tyrrell et abandonne pour la première fois de l'année. Follmer est aussi arrêté à son garage à cause de problèmes de boîte de vitesses, mais il repartira.

 

8e: Peterson mène toujours devant Hulme et Fittipaldi. Stewart est quatrième à cinq secondes.

 

10e: Hulme se rapproche de Peterson. Pace prend la sixième place à Merzario. Oliver est bloqué aux stands à cause d'une fuite d'essence. Il va devoir abandonner.

 

11e: Peterson mène devant Hulme (0.5s.), E. Fittipaldi (2s.), Stewart (6s.) et Reutemann (12s.). Pace est sixième et précède Merzario, Jarier, Beltoise et W. Fittipaldi.

 

12e: Hulme est soudainement en difficulté et se fait doubler par Fittipaldi. Jarier dépasse Merzario et se retrouve septième.

 

13e: Hulme ralentit et se fait doubler par Stewart puis par Reutemann. Il entre aux stands à la fin de ce tour. Un fil de bougie s'est débranché sur sa voiture. Hailwood est arrêté à son garage à cause d'une crevaison.

 

14e: Fittipaldi se rapproche sérieusement de Peterson. Après réparations, Hulme repart en quinzième position.

 

15e: Peterson mène devant E. Fittipaldi (1s.). Stewart est troisième à trois secondes. Reutemann est quatrième puis viennent Pace, Jarier, Merzario, Beltoise, W. Fittipaldi et Regazzoni.

 

16e: Fittipaldi est revenu juste derrière Peterson. Pace attaque Reutemann.

 

17e: Dans la ligne droite principale, Fittipaldi fait l'extérieur à Peterson et s'empare du commandement au tournant de Voëst-Hügel.

 

18e: Pace prend la quatrième place à Reutemann.

 

20e: Fittipaldi compte une seconde d'avance sur Peterson. Stewart est à huit secondes des leaders. Pace est quatrième à quinze secondes. Ganley est arrêté aux stands à cause d'un problème de vaporisation du carburant. Il va y rester dix minutes.

 

22e: Beltoise prend la septième place à Merzario. Après une excursion hors-piste, Stommelen entre aux stands et renonce suite à un problème de roulement de roue.

 

23e: Merzario est en difficulté puisqu'il se fait maintenant dépasser par Wilson Fittipaldi.

 

25e: Fittipaldi mène devant Peterson (1s.), Stewart (11s.), Pace (17s.), Reutemann (18s.) et Jarier (35s.). Suivent Beltoise, W. Fittipaldi, Merzario et Regazzoni. Follmer renonce, boîte de vitesses cassée.

 

28e: Les écarts sont les mêmes en tête de la corse, Fittipaldi devançant toujours Peterson d'une seconde.

 

29e: W. Fittipaldi regagne son stand à cause d'un souci d'alimentation. Il est imité par Hill qui de son côté renonce suite à l'affaissement d'une suspension arrière.

 

30e: Fittipaldi est toujours en tête avec une seconde d'avance sur Peterson. Stewart est relégué à dix secondes, Pace et Reutemann à une vingtaine de secondes. Jarier est toujours sixième devant Beltoise, Merzario et Regazzoni qui sont en bagarre, et von Opel.

 

33e: La course devient monotone mais la bagarre fait rage pour la huitième place entre Merzario et Regazzoni.

 

35e: Les écarts sont les mêmes en tête de la course quoique Pace semble se rapprocher de Stewart. Reutemann a lâché prise par rapport au Brésilien. Après être reparti pour quelques tours, W. Fittipaldi revient à son stand et abandonne.

 

36e: Jarier est soudainement en difficulté et se fait doubler par Beltoise. Von Opel renonce suite à un souci d'injection.

 

37e: C'est fini pour Jarier qui était en passe d'inscrire son premier point. Le moteur de sa March a rendu l'âme. Il n'a plus qu'à rentrer à son garage.

 

38e: Regazzoni prend la septième place à Merzario.

 

40e: Toujours une seconde d'écart entre Fittipaldi et Peterson. Suivent Stewart (13s.), Pace (17s.) et Reutemann (40s.). Ils précèdent Beltoise, Regazzoni, Merzario, Hulme et van Lennep.

 

42e: Pace est étonnamment rapide et semble en mesure de rattraper Stewart.

 

45e: Les deux Lotus sont prises dans le trafic, mais Peterson ne tente rien pour attaquer Fittipaldi, jouant semble-t-il la course d'équipe.

 

46e: Merzario gêne Peterson au niveau de Texaco, puis se rabat dangereusement devant lui dans la courbe Jochen Rindt. Pace réalise le meilleur tour en course: 1'37''29'''.

 

47e: Merzario laisse passer Peterson sur la ligne de chronométrage. Le Suédois a perdu une seconde et demie dans cette mésaventure.

 

49e: A la sortie de l'enchaînement de Texaco, Fittipaldi s'arrête dans l'herbe: son moteur ne fonctionne à cause de la rupture d'une canalisation d'essence. C'est le tournant de la saison: le Brésilien abandonne tandis qu'il était en tête de la course et perd ainsi ses dernières chances de conserver son titre mondial.

 

50e: Peterson se retrouve en tête de l'épreuve avec une dizaine de secondes d''avance sur Stewart. Pace est troisième mais est moins rapide et perd du terrain par rapport à Stewart.

 

52e: Pace manque de carburant et désamorce dans chaque virage. Il est très lent et se fait rattraper à grandes enjambées par Reutemann. Son équipier Hailwood n'est pas mieux loti puisqu'il doit passer par le stand Surtees pour ravitailler.

 

54ème et dernier tour: Ronnie Peterson gagne sa deuxième course de la saison. Stewart finit deuxième et réalise un nouveau pas vers le titre. Pace conserve de justesse la troisième place et monte sur son premier podium. Reutemann est quatrième et précède les deux BRM de Beltoise et de Regazzoni. Hors des points se classent Merzario, Hulme, van Lennep et Hailwood, tandis que Ganley a trop de tours de retard pour être classé.

 

Après la course

La cérémonie du podium se déroule uniquement en compagnie de Peterson et de Stewart, Pace arrivant en retard au moment où se termine l'hymne suédois. La joie de Ronnie contraste avec la mine fermée de Fittipaldi, esseulé dans le garage tandis que les mécaniciens de Lotus entourent son coéquipier.

 

Stewart fait la meilleure affaire au classement général puisqu'il possède désormais 21 et 24 points d'avance sur ses concurrents Cevert et Fittipaldi. Il pourra donc remporter le titre mondial à Monza. Chez les constructeurs, Lotus réduit son retard sur Tyrrell à neuf points. Après cette mauvaise course, McLaren ne pourra pas obtenir mieux que la troisième place finale.

Tony