Peter REVSON
 P.REVSON
McLaren Ford Cosworth
Jackie STEWART
 J.STEWART
Tyrrell Ford Cosworth
Emerson FITTIPALDI
 E.FITTIPALDI
Lotus Ford Cosworth

223e Grand Prix

VII Grand Prix of South Africa
Couvert
3 mars 1973 - Kyalami
79 tours x 4.104 km - 324.216 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
La course continue malgré l'incendie de la BRM de Clay Regazzoni.

Conflit G.P.I. - F1.C.A. : Ecclestone vainqueur

En janvier et février 1973, le conflit opposant le GPI de Henri Treu, organe chargé de faire plier les constructeurs aux désidératas du pouvoir sportif, et ces mêmes constructeurs regroupés au sein de la F1CA atteint son paroxysme. Sus l'influence de la Commission sportive internationale et du GPI, le RAC a annoncé que le prochain Grand Prix de Grande-Bretagne serait ouvert aux voitures de F2 et de F5000, afin de briser l'unité de la F1CA et son monopole dans la négociation des primes de départ avec les organisateurs. En riposte, Bernie Ecclestone a déclaré que si le RAC ne revenait pas sur sa décision, les équipes de F1 bouderaient l'épreuve. Les dirigeants britanniques sont confus. L'arme ecclestonienne du chantage au boycott fonctionne toujours. Car le patron de Brabham a plus d'un tour dans son sac. Il a ainsi signé un contrat très avantageux avec les Sud-Africains en vue de l'épreuve de Kyalami, et ce bien que ce déplacement générera des frais de transport importants. Ecclestone fait ainsi la nique aux dirigeants européens. Mais surtout, son ami l'avocat Max Mosley brandit l'argument sécuritaire. En 1972, la CSI a imposé pour la saison 1973, contre l'avis des équipes, la pose de structures déformables sur les monoplaces afin d'éviter les incendies. Et voici que des voitures de F2 et de F5000, non soumises à cette réglementation, seraient admises au départ pour complaire à MM. de Metternich et Treu ? Mosley a beau jeu de crier au scandale.

 

Nous en sommes là dans ce méli-mélo lorsqu'intervient le cigarettier Philip Morris, devenu en quelques mois via Marlboro un des principaux commendataires de la Formule 1, de BRM et de Williams en particulier. Ronnie Thomson, président de Marlboro Europe, critique ouvertement la politique menée par le pouvoir sportif, estimant qu'elle nuit aux intérêts de la Formule 1. En filigrane, il menace de quitter ce sport... Voilà un renfort de poids pour Ecclestone et Mosley.

 

Sentant qu'il est en train de perdre la partie, Henri Treu se tourne alors vers Enzo Ferrari. Hélas pour lui, si le Commendatore ne soutient pas les entreprises des équipes anglaises, il ne désire pas s'engager dans une cause perdue d'avance. Treu démissionne de la présidence du GPI, instance bientôt supprimée par la CSI. Le Royal Automobile Club, vaincu, doit limiter la liste des entrants du prochain GP de Grande-Bretagne aux seules F1. Mais ces gentlemen ont leur fierté, et remettent leur décision à l'honorable avocat Max Mosley, et non au vendeur de voitures Bernie Ecclestone... Les dirigeants espagnols, belges, français etc., également sollicités par Treu pour ouvrir les plateaux à d'autres voitures, vont aussi à Canossa.

 

Les Grands Prix de la saison 1973 se dérouleront donc selon les conditions financières imposées par les constructeurs, et les dirigeants sportifs en sont quitte pour manger leurs chapeaux. En effet, au lieu de défendre l'intérêt général, il n'est que trop évident que la FIA et la CSI servent uniquement les intérêts des organisateurs des Grands Prix.

 

 

Présentation de l'épreuve

Peu après le Grand Prix du Brésil, la Fédération française du sport automobile a élu un nouveau président en la personne de Jean-Marie Balestre. Grâce à son fort tempérament, celui-ci va bientôt devenir un acteur incontournable du monde des sports mécaniques.

 

Après avoir remporté les deux courses sud-américaines, Emerson Fittipaldi espère bien remporter une troisième victoire de rang qui lui serait bien utile avant la saison européenne qui verra notamment apparaître la nouvelle Tyrrell 006/2.

 

Ce n'est donc qu'en Europe que l'on verra la plupart des nouveaux modèles. Toutefois McLaren présente déjà sa nouvelle M23 conçue par Gordon Coppuck. C'est un tout nouveau modèle inspiré à la fois par la McLaren M16 « Indy » et par la Lotus 72. Elle possède en effet des radiateurs logés dans des pontons latéraux à angles vifs qui font penser à la création de Colin Chapman. L'aérodynamique privilégie le recentrage des masses par un réservoir proche du centre de gravité. La M23 hérite aussi de la suspension avant à flexibilité variable de la M19, si complexe à mettre au point. Un exemplaire est piloté à Kyalami par Denny Hulme, tandis que Peter Revson devra se contenter de la M19. L'équipe de Teddy Mayer engage une autre M19 pour le jeune Sud-Africain Jody Scheckter, qui a effectué des débuts fort brillants à Watkins-Glen fin 1972 sur la même monoplace.

 

Cette course marque aussi les grands débuts de l'équipe américaine Shadow. Fondée par Don Nichols et puissamment soutenue par le pétrolier UOP, cette écurie intègre la discipline reine après avoir brillé en CanAm. Ses deux pilotes ont déjà couru pour elle dans cette catégorie. Il s'agit du revenant Jackie Oliver, qui a poussé Nichols à se lancer dans cette aventure, et de l'Américain George Follmer, 39 ans, qui a piloté en USAC et remporté le challenge CanAm 1972 pour le compte de Roger Penske. Œuvre de Tony Southgate, la nouvelle DN1 à moteur Ford-Cosworth est une voiture très classique mais remarquable par sa belle robe noire. Toutefois, à cause d'un problème d'avion, l''équipe Shadow n'arrive à Kyalami que le jeudi soir et doit donc faire ses débuts dans la précipitation.

 

Parmi les nouveaux entrants, Andrea de Adamich débute sa saison avec comme l'année précédente une Surtees TS9B sponsorisée par Ceramica Pagnossin. John Surtees en personne s'est inscrit au volant d'une troisième TS14A mais faute de moteur de rechange, et sa voiture devant servir de mulet à Carlos Pace ou à Mike Hailwood, il renonce à conduire.

 

Enfin le Grand Prix d'Afrique du Sud est l'occasion de voir certains pilotes locaux bien connus: outre Jody Scheckter, Jackie Pretorius obtient le volant de la deuxième Iso de Frank Williams en remplacement de Nanni Galli. Eddie Keizan pilote la Tyrrell 004 rachetée récemment par Alex Blignaut. Enfin Dave Charlton est au volant d'une Lotus 72D commandée par la Scuderia Scribante.

 

 

Les qualifications

Lors des essais, Stewart est victime d'un gros accident à Crowthorne suite à la rupture d'un circuit de freins. Sa voiture étant détruite, l'Écossais essaie tant bien que mal de se qualifier dans la 005 de Cevert, faute de voiture de réserve. Cet incident démontre une nouvelle fois la grande fragilité des freins et des suspensions des Tyrrell deuxième génération.

 

La nouvelle McLaren M23 démontre immédiatement ses capacités puisque Hulme signe à son volant la pole position, ce qui est la première de la carrière du champion du monde 1967 ! Il devance Fittipaldi d'un dixième de seconde. Les McLaren M19 sont tout aussi véloces: l'étonnant Scheckter est troisième et Revson est sixième. Entre eux se trouvent la deuxième Lotus de Peterson et la BRM de Regazzoni, toujours très bon en qualifications. Beltoise et Reutemann accompagnent Revson en troisième ligne, puis viennent les deux espoirs Pace, sur Surtees, et Lauda, sur BRM. Ickx est seulement onzième avec la Ferrari tandis que son équipier Merzario est quinzième. Stewart a essayé de limiter les dégâts au volant de la 005 mais n'obtient que la seizième place. Les Shadow d'Oliver et Follmer sont respectivement quatorzième et vingt-et-unième.

 

Les pilotes sud-africains font de leur mieux mais sont loin des performances de Scheckter: Charlton est 13ème, Keizan 22ème et Pretorius 24ème.

 

Quant à Cevert, il n'a pas effectué le moindre temps mais Tyrrell est parvenue tant bien que mal à réparer la 006 accidentée de Stewart. Le Français est autorisé à prendre le départ avec cette voiture.

 

Le Grand Prix

Le départ est retardé à cause d'un orage. Les commissaires attendent que la piste soit sèche avant d'ordonner le départ. Si le ciel est couvert en ce samedi après-midi, le fond de l'air est très lourd.

 

Départ : Envol moyen des McLaren et Fittipaldi en profite pour se faufiler entre elles. Finalement Hulme parvient à conserver le commandement devant Fittipaldi et Scheckter. Celui-ci ne tarde pas à repasser devant le Brésilien. Revson est quatrième après un excellent envol. Charlton est aussi très bien parti. Beltoise s'est péniblement élancé à cause d'un problème d'embrayage, de même que Ickx et Pace.

 

1er tour : Stewart est déjà lancé dans une splendide remontée. Il a gagné six places au cours de ce premier tour.

Hulme mène devant Scheckter, E. Fittipaldi, Revson, Peterson, Reutemann, l'étonnant Charlton, Hailwood, W. Fittipaldi et Stewart.

 

2e : Hulme a une seconde d'avance sur Scheckter. Charlton réalise un superbe début de course puisqu'il menace à la sixième place de Reutemann.

 

3e : Peterson double Revson. Charlton perd le contrôle de sa Lotus à la sortie de Crowthorne. Sa voiture part en travers et heurte celle d'Hailwood. Les deux voitures se retrouvent en travers de la piste. La plupart du peloton parvient à passer, mais ce n'est pas le cas de Regazzoni qui percute de plein fouet la Surtees de Hailwood. La BRM prend aussitôt feu, tandis que Ickx, également surpris, heurte à son tour Hailwood. Sonné par le choc, Regazzoni est coincé dans sa voiture en flammes. Hailwood sort de sa voiture accidentée, se précipite à son secours et plonge dans le brasier. Il parvient à dégrafer le harnais du pilote suisse, mais ce faisant se brûle les mains et doit se retirer prestement. Heureusement un commissaire de piste prend le relais et parvient à sortir Regazzoni de son épave. Malgré sa blessure, Hailwood revient aider son ami.

 

4e : La course continue malgré cet accident. Les drapeaux jaunes sont agités dans le premier secteur. Les secours arrivent sur les lieux. Hailwood et les commissaires entourent Regazzoni, bientôt rejoints par Ickx. Charlton est rentré à son garage. Stewart prend la sixième place à Reutemann, tandis que derrière lui Merzario passe W. Fittipaldi.

 

5e : Hulme ralentit, victime d'une crevaison après avoir roulé sur les débris du carambolage. Il doit entrer aux stands pour changer de pneus, laissant Scheckter en tête pour son deuxième Grand Prix seulement ! Stewart est sur les talons de Revson et de Peterson. Beltoise abandonne, embrayage grillé. Revenu à lui, Regazzoni n'est que légèrement blessé, mais il est tout de même placé sur une civière par les sauveteurs.

 

6e : Les drapeaux jaunes sont déployés à Crowthorne. Revson et Peterson ralentissent à cet endroit, mais pas Stewart qui en profite pour doubler ces deux concurrents et grimpe ainsi au troisième rang. Ganley s'arrête chez Williams : suite à la rupture de son manomètre de pression de carburant, il est inondé d'essence.

 

7e : Stewart déborde Fittipaldi dans la ligne droite principale. Scheckter arrive à Barbeque où une ambulance évacue Regazzoni. Il ralentit beaucoup, au contraire de Stewart qui le dépasse ainsi et s'empare du commandement. Scheckter est furieux ! Hulme a repris la piste au dernier rang.

 

8e : En sept tours, Stewart est remonté de la seizième à la première place, mais pas de manière très sportive. L'ambulance transportant Regazzoni quitte la piste. Lauda prend la septième place à Merzario.

 

10e : Stewart compte cinq secondes d'avance sur Scheckter. Fittipaldi est troisième à dix secondes, talonné par Revson et par Peterson.

 

11e : Revson déborde Fittipaldi dans la longue ligne droite. Ganley est reparti après avoir changé de combinaison.

 

14e : Oliver regagne le stand Shadow pour renoncer, moteur en panne.

 

15e : Stewart possède six secondes d'avance sur Scheckter.

 

16e : Pace anime le peloton et prend la neuvième place à Jarier.

 

19e : Pace double Merzario et s'empare du huitième rang.

 

20e : Huit secondes séparent Stewart et Scheckter. A une quinzaine de secondes se trouve Revson qui précède les deux Lotus de Fittipaldi et Peterson. Reutemann est sixième devant Lauda, Pace, Merzario et Jarier.

 

22e : Revson grappille quelques dixièmes par rapport à Scheckter. Mais il n'est pas en mesure de menacer Stewart.

 

23e : Cevert, naviguant en dix-septième position, s'arrête chez Tyrrell pour changer un pneu crevé. Ceci permet à Hulme de gagner une place.

 

25e : Lauda prend la sixième place à Reutemann. W. Fittipaldi s'arrête chez Brabham pour resserrer le boulon de son sélecteur de vitesses. Il repartira quelques minutes plus tard.

 

27e : Le moteur de Lauda rend l'âme. Les trois BRM sont hors course. Reutemann récupère la sixième place mais n'est pas tiré d'affaire puisque Pace est sur ses talons.

 

30e : Stewart a dix secondes d'avance sur Scheckter et douze secondes sur Revson. Fittipaldi et Peterson viennent ensuite à une vingtaine de secondes. Pace prend la sixième place à Reutemann.

 

31e : Pace, Reutemann et Merzario sont en bagarre pour la sixième place.

 

32e : Revson est revenu derrière Scheckter. Reutemann repasse devant Pace. Keizan est victime d'une crevaison et passe par son stand pour réparer.

 

33e : Merzario double Pace.

 

34e : Revson déborde Scheckter peu avant Crowthorne. Le jeune Sud-Africain a trop forcé sur ses pneumatiques arrière en début d'épreuve.

 

35e : Stewart possède une douzaine de secondes de marge sur Revson.

 

36e : Merzario prend la sixième place à Pace.

 

37e : Pretorius renonce suite à la rupture d'un joint de culasse. Il était quatorzième.

 

39e : Jarier entre aux stands. Il doit faire resserrer un boulon de son levier de vitesses. L'arrêt va durer une dizaine de minutes.

 

40e : A mi-course, Stewart totalise une quinzaine de secondes d'avance sur Revson. Scheckter est troisième à vingt secondes et voit Fittipaldi le rattraper peu à peu. Reutemann entre aux stands, victime d'une crevaison à l'arrière gauche. Il perd trois places dans cette mésaventure.

 

42e : Fittipaldi a désormais Scheckter en point de mire. Nouvel arrêt aux stands de Cevert, cette fois-ci à cause d'un souci avec le distributeur d'injection de la 005.

 

44e : Fittipaldi déborde Scheckter dont le train de pneus est passablement dégradé.

 

46e : Scheckter est maintenant dans le viseur de Peterson.

 

47e : Keizan est à son garage pour réparer une rotule de suspension déboîtée.

 

48e : Merzario et Pace se battent pour la sixième place.

 

49e : Pace double Merzario.

 

50e : Peterson est au ralenti et regagne le stand Lotus. Il est décidément très malchanceux en ce début d'année. Ses mécaniciens doivent changer une rotule dans la connexion de tringlerie du distributeur d'injection.

 

51e : Stewart mène tranquillement l'épreuve avec une vingtaine de secondes d'avance sur Revson. Fittipaldi est troisième à vingt-cinq secondes, suivi par Scheckter. Pace est cinquième et précède Merzario, Follmer, de Adamich, Reutemann et Hulme. Ces deux derniers ont déjà deux tours de retard.

 

52e : Peterson reprend la piste en treizième position.

 

55e : Vingt-deux secondes séparent Stewart et Revson. Fittipaldi n'est qu'à quelques centaines de mètres de l'Américain.

 

57e : W. Fittipaldi abandonne à cause de vibrations engendrées par ses pneus.

 

59e : E. Fittipaldi se rapproche sensiblement de Revson.

 

60e : Stewart continue son cavalier seul, même s'il doit se méfier des dépassements des retardataires.

 

62e : Tête-à-queue de Beuttler, jusqu'alors onzième. Sa March est immobilisée dans la terre et le jeune Anglais va mettre un temps fou à redémarrer.

 

63e : Reutemann et Hulme doublent de Adamich.

 

65e : Fittipaldi est revenu à deux secondes de Revson. Hulme prend la huitième place à Reutemann.

 

67e : Fittipaldi est maintenant dans le sillage de Revson et convoite la deuxième place.

 

69e : A chaque passage, Fittipaldi tente de prendre l'aspiration derrière Revson dans The Kink puis dans la grande ligne droite, mais sans grand succès.

 

70e : Stewart mène devant Revson (24s.), Fittipaldi (25s.), Scheckter (45s.), Pace (1t), Merzario (1t.), Follmer (2t.), Hulme (2t.), Reutemann (2t.) et de Adamich (2t.).

 

71e : Un des pneus de Pace éclate et envoie la Surtees dans les barrières. Le jeune Brésilien en est quitte pour une belle frayeur et une grosse déception car il avait mené une superbe course. Merzario grimpe au cinquième rang et Follmer entre dans les points.

 

73e : Hulme prend la sixième place à Follmer.

 

74e : Fittipaldi menace toujours Revson, imperturbable.

 

76e : Stupeur : le moteur de Scheckter part en fumée, à la grande tristesse des Sud-Africains. Le jeune coureur sort de sa McLaren dépité, mais il a une nouvelle fois montré tout son talent. Fittipaldi réalise le meilleur tour de la course : 1'17''10'''.

 

77e : Tandis que Stewart roule tranquillement vers la victoire, Fittipaldi commence à se faire une raison : il ne pourra pas doubler Revson.

 

79ème et dernier tour : Jackie Stewart remporte sa première victoire de la saison, la vingt-troisième de sa carrière. Revson obtient la deuxième place après une formidable résistance aux attaques d'E. Fittipaldi. Merzario est quatrième pour la seconde fois d'affilée. Hulme obtient la cinquième place pour la première course de la M23. Pour ses débuts en Grand Prix Follmer réalise une belle performance en inscrivant un point, le premier de l'écurie Shadow. Reutemann est classé septième devant de Adamich, Scheckter, Ganley et Peterson. Keizan, Jarier, Cevert et Beuttler voient le drapeau à damiers mais ils terminent avec tant de retard qu'ils ne sont pas classés.

 

 

Après la course

McLaren dépose une réclamation contre Jackie Stewart pour ses dépassements sur Peter Revson et Jody Scheckter qui se sont produits dans une situation dangereuse, les drapeaux jaunes étant agités à ces instants. Revson est sévère: « Stewart n'a pas été fair-play : il m'a dépassé au moment où j'avais ralenti pour obéir aux injonctions des commissaires qui agitaient leurs drapeaux. » Teddy Mayer espère évidemment que Stewart sera déclassé afin d'offrir la victoire à son pilote. Les officiels ne lui administrent finalement qu'un simple blâme. Mais c'est encore trop pour Ken Tyrrell qui porte réclamation contre ceux qui ont osé tirer les oreilles de son pilote. Le lendemain, les commissaires se rétractent et Stewart quitte l'Afrique du Sud blanc comme neige. Mais son image de « champion de la sécurité » sur les circuits est quelque peu écornée.

 

Si Stewart a effectué une très belle course, si Jody Scheckter est la révélation de ce week-end, le héros du jour est bien Mike Hailwood dont le courage a sans doute sauvé la vie de Clay Regazzoni, laissé inconscient dans sa voiture en flammes. Hailwood a traversé la piste au péril de son existence pour lui porter secours, et s'est même brûlé les mains en dégrafant le harnais du Suisse. Il recevra la George Medal pour sa bravoure. Quant à Rega, il ne souffre heureusement que brûlures superficielles.

 

Au classement général des pilotes, Fittipaldi garde la première place mais ne compte plus que trois points d'avance sur Stewart. Hulme est troisième à quatorze points du leader. Chez les constructeurs, Lotus compte 22 points contre 21 à Tyrrell et 12 à McLaren.

Tony