Jackie STEWART
 J.STEWART
Tyrrell Ford Cosworth
Emerson FITTIPALDI
 E.FITTIPALDI
Lotus Ford Cosworth
Peter REVSON
 P.REVSON
McLaren Ford Cosworth

215e Grand Prix

XXV British Grand Prix
Ensoleillé
15 juillet 1972 - Brands Hatch
76 tours x 4.265 km - 324.140 km
(également Grand Prix d'Europe)
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

Bilan à mi-saison

Le championnat du monde 1972 arrive à mi-parcours. Avec 34 points inscrits, le jeune Brésilien Emerson Fittipaldi est très bien parti pour remporter le titre mondial. La Lotus 72 a retrouvé son meilleur niveau et a de plus gagné en fiabilité. Cette campagne s'annonce donc victorieuse pour l'équipe de Colin Chapman, même si le second pilote Dave Walker déçoit énormément, incapable de se hisser aux avant-postes.

 

Le principal rival de Fittipaldi est Jackie Stewart, le champion en titre. L'Écossais n'est pas au mieux physiquement depuis son ulcère à l'estomac, mais il demeure un adversaire redoutable comme l'a prouvé son succès en France. Il compte beaucoup sur la nouvelle Tyrrell 005 pour rattraper Fittipaldi.

 

La Scuderia Ferrari n'apparait pas comme une rivale très sérieuse. La 312 B3 ne roulera sans doute pas avant la fin de l'année, et Jacky Ickx doit se contenter de la médiocre B2.

 

McLaren a beaucoup progressé depuis 1971, en partie grâce à son étonnant duo de pilotes, composé de l'austère Denny Hulme et du « playboy » américain Peter Revson, mais ceux-ci demeurent de simples outsiders. D'ailleurs, Hulme est affaibli par un accident dont il a été victime en CanAm et devrait souffrir durant le week-end britannique. Malgré les étonnantes performances de Mike Hailwood, l'équipe Surtees ne peut elle aussi viser guère plus haut.

 

Enfin, Matra et BRM sont maintenant deux équipes en crise qui n'attendent plus grand chose de cette saison. Matra, surtout. La terrible malchance qui a frappé Chris Amon à Charade tandis qu'il était en route vers la victoire a démoralisé les hommes de Vélizy. Dans la coulisse, il se dit que Marcel Chassagny et Jean-Luc Lagardère auraient décidé d'abandonner la Formule 1 à la fin de la saison.

 

Présentation de l'épreuve

Le Grand Prix de Grande-Bretagne retrouve le chemin du bosselé circuit de Brands-Hatch. Comme souvent cette course est l'occasion de voir l'apparition de nouveaux pilotes et de nouvelles voitures. Lotus voulait engager une troisième voiture officielle pour le champion 1970 de F3 britannique Tony Trimmer tandis que l'équipe Speed International a inscrit une March 711 pour le pilote anglais Ray Allen. Mais cette dernière participation a été abandonnée.

 

Nous assistons aussi aux débuts de l'équipe de Peter Connew. Cet ancien ingénieur de John Surtees a mis plus d'un an à concevoir son projet. Il présente finalement la PC1, une monoplace à l'allure très fine équipée d'un moteur Cosworth... prêté par McLaren ! Connew n'a en effet pas un cent d'avance et il confie la voiture au pilote le plus offrant, à savoir le Français François Migault, ancien vainqueur du volant Shell et soutenu par la compagnie pétrolière éponyme.

 

Mais l'attraction du week-end est la Politoys engagée par Frank Williams pour Henri Pescarolo. Cette voiture conçue par Len Bailey s'inspire de la Tyrrell 001 et est la première tentative de Frank Williams de créer sa propre monoplace. Elle est réservée à Henri Pescarolo, Carlos Pace se contenant de la March 711.

 

La crise couve chez BRM. L'équipe britannique est dans une impasse technique depuis l'échec de la P180 et doit se contenter de P160 hybrides. Mais ces voitures manquent cruellement de puissance. Sans l'héroïque victoire de Jean-Pierre Beltoise à Monaco, BRM n'aurait pas inscrit le moindre point. Surtout, les hommes de Tim Parnell ne peuvent plus entretenir cinq voitures par course... Il est nécessaire de concentrer les forces sur des machines moins nombreuses mais mieux préparées. Reine Wisell et Howden Ganley sont provisoirement mis à pied. Jean-Pierre Beltoise pilote une nouvelle P160C, une version disposant d'un nouveau nez. Peter Gethin et le revenant Jackie Oliver pilotent deux P160B. Oliver est en effet disponible pour un intérim et a apparemment oublié les frictions qui l'ont opposé à Parnell et à Louis Stanley en 1970. Il remplace le malheureux Autrichien Helmut Marko, perdu pour le sport automobile après une grave blessure à l'œil survenue en France.

 

Chez Ferrari c'est le débutant Arturo Merzario qui remplace cette fois Clay Regazzoni tandis que la participation de Mario Andretti est annulée, l'Américain devant disputer une course aux USA. Peter Revson revient au volant de la deuxième McLaren après l'intérim de Brian Redman à Charade. Enfin, Nanni Galli fait son retour au volant de la Tecno après son intérim chez Ferrari.

 

Fittipaldi dispose désormais d'un atout de choix puisque Firestone a décidé d'offrir à JPS Lotus le traitement préférentiel qu'elle réservait jusqu'alors à Ferrari. La Lotus 72 dispose désormais de pneus arrière de quatorze pouces de large et gagne encore en efficacité.

 

Tyrrell amène la nouvelle 005, cette fois-ci confiée à Jackie Stewart. Mais suite à une défaillance de freins, celui-ci est victime d'un accident et doit se contenter de la 003 pour la course, tandis que François Cevert pilote toujours la 002. De son côté Chris Amon a détruit la nouvelle Matra MS120D apparue à Charade et doit donc remonter dans la 120C.

 

Les qualifications

Les Ferrari sont en net regain de forme. Après avoir battu le record officieux du circuit aux essais, Jacky Ickx signe sa deuxième pole position de la saison avec quatre dixièmes d'avance sur Fittipaldi. On retrouve Revson en troisième position devant Stewart. Les Surtees sont très véloces sur ce tracé puisque Schenken est cinquième et Hailwood septième. Ils encadrent Beltoise dont la BRM semble mieux se comporter. Peterson est huitième au volant de la March 721G qui, sans être très bonne, est en tout cas plus facile à piloter que la calamiteuse 721X. Pour son premier Grand Prix Merzario obtient une satisfaisante neuvième place et précède Reutemann, Hulme et Cevert.

 

Walker est toujours décevant, perdu à la quinzième place. Il devance Amon de deux rangs. Charlton est 24ème au volant de sa Lotus privée. Pescarolo qualifie la Politoys au vingt-sixième rang, devant Migault et la Connew.

Trimmer ne s'est pas qualifié après avoir cassé son unique moteur.

 

Le Grand Prix

Migault ne peut pas prendre le départ suite à la fissure d'un longeron arrière sur la Connew survenue le samedi.

 

Départ: Excellents démarrages de Ickx et de Fittipaldi qui conservent leurs positions. Le départ de Stewart est plus moyen et il se retrouve derrière Beltoise et Revson.

 

1er tour: Ickx mène devant Fittipaldi, Beltoise, Revson, Stewart, Schenken, Peterson, Cevert, Hailwood et Reutemann.

 

2e: Beltoise résiste difficilement à Revson et à Stewart. Hailwood puis Cevert doublent Peterson. Galli est aux stands.

 

3e: Stewart double Revson dans la descente vers Hawthorn.

 

4e: Ickx compte une seconde d'avance sur Fittipaldi. Stewart attaque Beltoise tandis que Revson est maintenant sous la menace des Surtees de Schenken et Hailwood. Sortie de piste de de Adamich au niveau de Stirling's après une touchette avec Walker. L'Italien renonce tandis que l'Anglais entre aux stands à très faible allure. En effet son moteur coupe brusquement à cause de soucis d'alimentation.

 

6e: Ickx et Fittipaldi sont à la lutte pour la première place. Beltoise et Stewart sont relégués à près de dix secondes. Gethin renonce suite à une panne de moteur. Il était douzième.

 

7e: Stewart trouve enfin l'ouverture sur Beltoise. Il peut se lancer à la poursuite des deux leaders. Walker a repris la piste après réparations.

 

8e: Stewart remonte rapidement: il n'est plus à qu'à cinq secondes de Ickx. Revson double Beltoise. Suite à une rupture de suspension, Pescarolo est victime d'un accident à Dingle Dell et sa voiture gît en plein milieu de la piste. Le Français sort rapidement de son épave.

 

9e: Schenken passe à son tour Beltoise suite à un dérapage du Français. Les drapeaux jaunes sont déployés et tous les pilotes parviennent à se faufiler pour éviter la Politoys de Pescarolo. Un véhicule s'arrête sur le bas-côté pour l'évacuer. Un début d'incendie se déclare mais il est aussitôt maîtrisé.

 

10e: La piste est remplie de commissaires au niveau de Dingle Dell pour enlever la voiture de Pescarolo. La situation est très dangereuse mais heureusement les pilotes respectent dans l'ensemble les drapeaux jaunes.

 

11e: La Politoys est maintenant hors trajectoire. Ickx compte toujours une seconde d'avance sur Fittipaldi. Stewart est à quatre secondes du pilote belge. Galli sort de la piste à Clark Curve et tape le rail.

 

12e: Beltoise reprend l'avantage face à Schenken.

 

13e: Fittipaldi est maintenant à une demi-seconde de Ickx. La voie est presque dégagée à Dingle Dell.

 

15e: Ickx mène devant Fittipaldi (1s.) et Stewart (6s.). Revson est quatrième à une dizaine de secondes et précède un groupe composé de Beltoise, Schenken, Hailwood, Cevert, Peterson et Reutemann. Pace est onzième devant Merzario. La piste est claire à Dingle Dell.

 

18e: Stewart se rapproche peu à peu de Fittipaldi: l'écart entre eux n'est plus que de trois secondes.

 

19e: Beltoise est en difficulté car il a du mal à enclencher sa cinquième vitesse. Il se fait passer par Schenken.

 

20e: Ickx ne compte plus qu'une demi-seconde d'avance sur Fittipaldi et trois secondes sur Stewart. Beltoise est au ralenti et chute à la onzième place. Un de ses pneus arrière se dégonfle.

 

22e: Beltoise est au stand BRM pour faire réparer sa voiture. Hill est aussi arrêté à son stand à cause d'un problème à l'arrière de sa Brabham. Il s'entretient avec son patron Bernie Ecclestone.

 

23e: Stewart est revenu juste derrière Fittipaldi, lequel maintient la pression sur Ickx. Hill a repris la piste. Charlton quitte la course suite à une panne de boîte de vitesses.

 

25e: Fittipaldi commet une erreur à Druids et sa Lotus dérape. Le Brésilien parvient à éviter le tête-à-queue mais il se fait doubler par Stewart.

 

26e: Stewart est maintenant lancé à la poursuite de Ickx. Fittipaldi est quelque peu gêné par son équipier Walker. Beltoise a regagné la piste.

 

28e: Les trois leaders se tiennent en quelques secondes mais ils sont pris dans le trafic. Hailwood rencontre un problème de boîte de vitesses et commence à ralentir. Cevert lui prend la sixième place.

 

29e: Hailwood dégringole dans le classement.

 

30e: Ickx mène devant Stewart et Fittipaldi, respectivement distancé d'une et deux secondes. Revson est quatrième à une vingtaine de secondes. Schenken est cinquième puis viennent Cevert, Peterson, Reutemann, Pace et Hulme.

 

32e: Hailwood entre aux stands et est contraint à l'abandon, boîte de vitesses cassée. Merzario s'arrête à son stand et repartira en seizième position.

 

33e: Ickx, Stewart et Fittipaldi sont roues dans roues.

 

35e: Les trois leaders rencontrent de nouveau un groupe de retardataires composé d'Amon, Beuttler et Wilson Fittipaldi.

 

36e: W. Fittipaldi laisse passer Ickx au niveau de Druids, mais ce faisant il ralentit Stewart. E. Fittipaldi en profite pour reprendre la deuxième place au pilote Tyrrell.

 

38e: Ickx possède une seconde et demie d'avance sur Fittipaldi. Oliver sort de la piste à cause d'un problème de suspension. Beuttler est arrêté à son stand à cause d'un problème de freins mais repartira.

 

40e: Ickx, Fittipaldi et Stewart sont séparés par une seconde chacun. Revson est relégué à quarante secondes et précède Schenken. Cevert est sixième devant Peterson, Hulme, Amon et W. Fittipaldi. En lutte pour la huitième place, Pace a percuté Reutemann. Les deux pilotes regagnent les stands.

 

41e: Pace met pied à terre. Mauvaise journée pour l'équipe de Frank Williams qui va déjà devoir réparer la Politoys de Pescarolo... Reutemann est reparti en quatorzième position.

 

43e: Ickx compte une seconde d'avance sur Fittipaldi et deux secondes et demie d'avance sur Stewart. Revson est maintenant à plus de quarante-cinq secondes du leader.

 

45e: Schenken se rapproche de Revson qui est gêné par le trafic, notamment par Merzario. Mais l'Australien a lui-même du mal à se défaire de l'attardé Stommelen.

 

47e: Ickx semble contrôler la course devant Fittipaldi et Stewart.

 

49e: Ickx ralentit soudainement et entre aux stands à cause d'une fuite d'huile. Le pilote Ferrari est contraint à l'abandon et Fittipaldi s'empare de la tête. Schenken s'arrête dans l'herbe, sans doute pensant que sa voiture est en panne, avant de pouvoir repartir. Mais entretemps il a perdu deux places aux profits de Cevert et de Peterson.

 

50e: Stewart ne semble plus pouvoir suivre Fittipaldi. Surpris par deux concurrents en bagarre, Hill sort de la route à... Paddock Hill et finit sa course nationale dans le décor.

 

52e: Fittipaldi mène avec cinq secondes d'avance sur Stewart. Revson est troisième à cinquante secondes. Cevert est désormais quatrième devant Peterson et Schenken. Suivent Hulme, Amon, Merzario et W. Fittipaldi. Tête-à-queue de Walker qui peut repartir.

 

55e: Stewart se rapproche peu à peu de Fittipaldi mais pas de manière significative.

 

58e: Stewart réalise le meilleur tour en course en 1'24''.

 

59e: Schenken est en difficulté: il se fait doubler par un peloton composé de Hulme, Amon et Merzario.

 

60e: Trois secondes d'écart entre Fittipaldi et Stewart.

 

61e: Cevert sort de la piste à Paddock Hill et heurte le rail. Peterson récupère la quatrième place devant Hulme et Amon. Walker quitte aussi la course suite à la casse d'un support d'amortisseur.

 

62e: Fittipaldi ne compte plus que deux secondes d'avance sur Stewart. Amon menace Hulme pour la cinquième place.

 

65e: Fittipaldi mène avec deux secondes de marge sur Stewart. Revson est troisième à plus d'une minute. Peterson est quatrième devant Hulme, Amon, Merzario, W. Fittipaldi, Lauda et Reutemann. Schenken est contraint à l'abandon à cause d'un affaissement d'une suspension arrière.

 

67e: Stewart n'est plus qu'à une seconde de Fittipaldi. Il attaque, encouragé par le public britannique.

 

69e: Amon prend la cinquième place à Hulme.

 

71e: Fittipaldi prend un peu de champ sur Stewart: l'écart entre eux est désormais de trois secondes. W. Fittipaldi abandonne à cause d'un problème de suspension, ce qui permet à Lauda de grimper au huitième rang.

 

73e: Fittipaldi contrôle cette fin de course, Stewart ne semblant plus en mesure de le menacer. Stommelen termine l'épreuve à faible vitesse car son moteur est à l'agonie.

 

75e: Alors qu'il détenait une belle quatrième place, Peterson voit son moteur se taire à Paddock Hill. La March vient s'encastrer dans la voiture abandonnée de Cevert. Amon récupère la quatrième position et Merzario entre dans les points.

 

76ème et dernier tour: Emerson Fittipaldi remporte sa troisième victoire de la saison avec quatre secondes d'avance sur Stewart. Revson est troisième et monte sur son deuxième podium en F1. Amon a de nouveau effectué une superbe remontée et finit quatrième devant Hulme qui n'a pas démérité comme à son habitude malgré quelques douleurs physiques. Merzario est sixième et inscrit son premier point en Formule 1 dès sa première course. Peterson est classé septième, devant Reutemann qui a chipé la huitième place à Lauda dans les derniers tours. Les autres pilotes à l'arrivée sont Stommelen, Beltoise et Beuttler.

 

Après la course

Par ce succès, Fittipaldi fait un grand pas vers le titre mondial. Exceptée la première course en Argentine, le Brésilien est monté sur le podium à chaque Grand Prix. Avec 43 points, il possède désormais seize longueurs d'avance sur Stewart et vingt-deux sur Hulme. Suite à son abandon, Ickx a pratiquement dit adieu à ses derniers espoirs de sacre.

 

Au classement des constructeurs. Lotus consolide sa première place aux dépens de Tyrrell et de McLaren.

Tony