Peter REVSON
 P.REVSON
McLaren Ford Cosworth
Jackie STEWART
 J.STEWART
Tyrrell Ford Cosworth
Denny HULME
 D.HULME
McLaren Ford Cosworth

219e Grand Prix

XII Canadian Grand Prix
Couvert
24 septembre 1972 - Mosport Park
80 tours x 3.957 km - 316.560 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

Le Grand Prix d'Italie a vu Emerson Fittipaldi et Lotus-Ford-Cosworth remporter les titres de champions du monde des conducteurs et des constructeurs. Seules les places d'honneur restent donc à pourvoir. Celle de vice-champion est pour l'heure occupée par Denny Hulme qui possède 31 points, contre 27 à Jackie Stewart et 25 à Jacky Ickx, ses seuls rivaux. Chez les constructeurs les mêmes protagonistes sont impliqués. McLaren occupe solidement la deuxième place avec six points d'avance sur Tyrrell et dix sur Ferrari.

 

L'association des pilotes ne souhaitait pas courir au Canada car les deux circuits qui organisent le Grand Prix en alternance, Saint-Jovite et Mosport, sont tous les deux obsolètes en matière de sécurité. Mais le circuit de Mosport a depuis peu de nouveaux propriétaires qui ont promis à la CSI d'effectuer des travaux pour améliorer les infrastructures. Le GPDA se montre donc indulgent et accepte de disputer le Grand Prix du Canada dans l'Ontario. En revanche la piste de Mont-Tremblant est abandonnée pour de bon par la Formule 1.

 

Colin Chapman et Peter Warr ont annoncé à Dave Walker qu'il serait remplacé par Ronnie Peterson en 1973. L'Australien s'est déjà mis en quête d'un nouveau volant et a effectué des essais pour une marque concurrente. Chapman n'apprécie pas cette démarche et décide de mettre à pied son pilote pour une course. Il le remplace par Reine Wisell qui a déjà piloté pour Lotus en 1970 et 1971 et connaît donc très bien la 72.

 

Chez Tyrrell François Cevert étrenne la 006, une deuxième version de la 005 dévolue à Jackie Stewart, afin de remplacer son vieux modèle 002 endommagé après plus d'un an de service.

 

Matra entame ces deux dernières manches de la saison sans enthousiasme. En effet, tandis que la marque française a remporté les 24 heures du Mans, l'équipe de Formule 1 n'a inscrit que onze points cette saison-là. Jean-Luc Lagardère a décidé d'arrêter les frais et de concentrer les efforts de son entreprise sur le championnat du monde des marques. Du reste l'ambiance au sein de l'équipe est mauvaise. Bruno Morin estime en effet que Chris Amon n'a pas fait honneur à sa réputation de bon metteur en point et s'est désintéressé de la mise au point de la voiture, laissant les ingénieurs dans l'expectative.

 

BRM aligne quatre voitures: deux P160C pour Peter Gethin et Howden Ganley et deux P180 pour Jean-Pierre Beltoise et Bill Brack, pilote canadien déjà aperçu lors de son épreuve nationale en 1968 et 1969. Derek Bell pilote la Tecno 123/3 pour les deux dernières épreuves de la saison. Après plus d'un an d'absence, l'Américain Skip Barber fait son retour au volant de sa March 711 privée.

 

Mike Hailwood est absent car il dispute le 24 septembre le Grand Prix d'Albi de Formule 2, à l'issue duquel il remporte d'ailleurs le championnat d'Europe malgré la victoire de son dauphin Jean-Pierre Jaussaud. John Surtees a renoncé à piloter la nouvelle TS14, et par conséquent seuls Tim Schenken et Andrea de Adamich pilotent les TS9B.

 

Les qualifications

Les essais sont dominés par les McLaren qui se montrent de plus en plus performantes. Revson réalise la première pole position de l'équipe en devançant de trois dixièmes son équipier Hulme. Peterson réalise une très belle performance en hissant sa March sur la dernière place de la première ligne. Les trois premiers sont équipés de pneus Goodyear qui comme l'an passé semblent être les meilleurs sur cette piste. E. Fittipaldi est quatrième aux côtés de Stewart. La troisième ligne est composée de la seconde Tyrrell de Cevert et des Ferrari de Regazzoni et d'Ickx. Reutemann est neuvième et précède Amon, W. Fittipaldi, Gethin et Schenken. Wisell est 16ème avec la seconde Lotus et ne fait donc guère mieux que Walker. Beltoise est seulement vingtième au volant d'une BRM toujours aussi peu performante. Barber, Brack, Beuttler et Bell se partagent le fonde la grille.

 

Cette pole position de Peter Revson est en quelque sorte l'aboutissement de l'excellente saison du pilote Américain. Ce fils de milliardaire, grand séducteur, n'était jusqu'à peu guère pris au sérieux par ses collègues européens. Son premier passage en Formule 1 une décennie plus tôt s'était révélé décevant. Teddy Mayer a eu le flair de lui donner une seconde chance après sa victoire en CanAm en 1971. Il n'a pas à le regretter.

 

Le Grand Prix

Le temps est humide et brumeux dans l'Ontario ce dimanche-là et un épais brouillard recouvre le circuit en début d'après-midi. Le départ est par conséquent reporté avant d'être donné à seize heures, après que le ciel s'est éclairci.

 

Tour de formation: Bell quitte la piste et atterrit dans le décor. Il ne pourra pas prendre le départ.

 

Départ : Une poussière terrible s'élève lors du démarrage des bolides. Les McLaren s'élancent lentement, surtout Hulme qui reste presque scotché à cause d'une défaillance de sa commande de gaz. Peterson, placé à l'extérieur, prend le commandement, suivi par Stewart, Revson et Ickx. Hulme se retrouve enfermé au milieu du paquet. Cevert a aussi eu du mal à mettre les gaz tandis que W. Fittipaldi est au ralenti avec un accélérateur bloqué.

 

1er tour: Peterson mène devant Stewart, Revson, Ickx, Fittipaldi, Regazzoni, Amon, Reutemann, Schenken et Gethin. Hulme occupe le treizième rang. Lauda puis Barber stoppent dans l'herbe, en panne. W. Fittipaldi s'arrête chez Brabham pour changer son câble d'accélérateur tandis que Beuttler doit stopper aux stands pour réparer une suspension.

 

2e: Stewart est sur les talons de Peterson.

 

3e: Ickx prend la troisième place à Revson. De Adamich abandonne, boîte de vitesse bloquée.

 

4e: Peterson commet une faute au freinage de l'épingle. Stewart en profite pour plonger à l'intérieur et s'empare du commandement. Gethin s'arrête chez BRM pour réparer un allumage défaillant.

 

5e: Stewart possède deux secondes d'avance sur Peterson. Ickx est troisième à huit secondes; Revson quatrième à dix secondes.

 

7e: Hulme remonte dans le peloton. Il a pris la dixième place à Ganley.

 

8e: Stewart creuse l'écart en tête de la course. Peterson n'a pas les moyens de le suivre. W. Fittipaldi abandonne à cause d'une panne de boîte de vitesses.

 

10e: Stewart mène devant Peterson (7s.), Ickx (14s.) et Revson (16s.). E. Fittipaldi est cinquième devant Regazzoni, Amon, Reutemann, Hulme et Schenken.

 

12e: Stewart a maintenant dix secondes de marge sur Peterson. Revson menace Ickx.

 

13e: Hulme et Reutemann sont à la poursuite d'Amon et convoitent la septième place.

 

14e: Max Mosley a envoyé les mécaniciens de Lauda au secours de leur pilote sur le tracé, ce qui est illégal. Après réparations, le jeune Autrichien a repris la piste mais est sous le coup d'une logique disqualification.

 

15e: Revson prend la troisième place à Ickx. Les pilotes chaussés de pneus Firestone semblent handicapés par rapport à ceux équipés par Goodyear par ce ce temps frais.

 

17e: Ickx souffre d'une mauvaise tenue de route de sa Ferrari. Fittipaldi est maintenant juste derrière lui.

 

18e: Fittipaldi déborde Ickx.

 

20e: Stewart mène devant Peterson (15s.) et Revson (28s.). A une quarantaine de secondes se trouvent Fittipaldi et Ickx, suivis par Regazzoni. Tête-à-queue de Ganley qui parvient à se relancer après avoir perdu quelques places.

 

21e: Reutemann double Amon. Brack sort de la piste et atterrit dans un bac à sable. Sa BRM ne peut être tirée de là et le Canadien doit abandonner. Il naviguait en dix-huitième position. Beltoise regagne quant à lui son garage, une fuite d'huile ayant noyé son moteur.

 

23e: Regazzoni est derrière Ickx. Hulme prend la huitième place à Amon.

 

24e: Ickx est dépassé par son coéquipier Regazzoni dont la Ferrari est plus fringante que la sienne.

 

25e: Stewart réalise le meilleur chrono de l'épreuve en 1'15''7'''.

 

27e: Gethin sort de la piste après la rupture d'une rotule de suspension. Seule la BRM de Ganley est encore en course, en quinzième position...

 

28e: Amon n'a décidément pas une voiture compétitive: il perd la neuvième place au profit de Cevert.

 

30e: Tout va bien pour Stewart qui possède une vingtaine de secondes d'avance sur Peterson. Revson est troisième à trente secondes.

 

32e: Cevert effectue une belle remontée: il prend la huitième place à Hulme.

 

34e: Vingt-deux secondes séparent Stewart et Peterson. Suivent Revson, à trente secondes, et Fittipaldi, à quarante secondes.

 

36e: Ickx ne roule pas très vite et se retrouve sous la menace de Reutemann qui lui-même emmène un groupe composé de Cevert, Hulme et Amon. Pescarolo s'arrête au stand Williams car il rencontre des soucis avec sa suspension arrière. Il va finir la course à une allure médiocre car une rotule s'est brisée sur sa barre antiroulis.

 

38e: Ickx s'arrête au stand Ferrari pour réparer un fil de bougie qui s'est cassé. Il fait aussi changer une roue et repart en quinzième position.

 

40e: Cevert s'arrête au stand Tyrrell car il a du mal à sélectionner les vitesses. Il perd ainsi le bénéfice de son très bon début de course.

 

41e: A mi-course, Stewart a 23 secondes d'avance sur Peterson qui réalise jusqu'ici sa meilleure course de l'année. Revson est troisième à trente-deux secondes. Il précède Fittipaldi, Regazzoni, Reutemann, Hulme, Amon, Schenken et Wisell.

 

42e: Cevert a repris la piste en seizième position.

 

45e: Tout est stable en tête de l'épreuve, Stewart possédant vingt-cinq secondes d'avance sur Peterson. Revson, Fittipaldi et Regazzoni sont trop distancés pour menacer le Suédois.

 

47e: Tandis que Stewart se balade en tête, malgré le trafic, dans le peloton Reutemann a semé Hulme et Amon, et se rapproche de Regazzoni.

 

50e: Stewart a vingt-six secondes d'avance sur Peterson et quarante-deux secondes sur Revson.

 

52e: Cevert regagne son stand. Sa boîte de vitesses est hors d'usage et il renonce.

 

55e: A l'abord du virage avant les stands, Peterson essaie de prendre un tour à Hill mais celui-ci ne le voit pas. Les deux voitures se touchent. Si Hill poursuit sa route, Peterson s'aperçoit que sa March est abîmée mais il ne peut emprunter la piste de décélération. Il franchit donc la ligne de chronométrage avant de stopper après les stands.

 

56e: Comme dans le cas de Lauda, l'équipe March se précipite hors des stands, mais cette fois-ci elle veut ramener la machine de Peterson à son garage. Entretemps Revson a pris la deuxième place.

 

57e: Tandis que la 721G de Peterson est ramenée à son stand, Fittipaldi entre dans les stands. Il rencontre des soucis de boîte de vitesses et un déflecteur gauche s'est détaché de la Lotus. Sans que l'on sache trop pourquoi, Barber, immobilisé depuis le premier tour, reprend la piste.

 

58e: Le classement est chamboulé puisque Stewart mène maintenant avec quarante cinq secondes d'avance sur Revson. Regazzoni est troisième à près d'une minute et devance Reutemann et Hulme de quelques secondes.

 

59e: Fittipaldi a repris la piste en onzième position après avoir fait réparer sa voiture.

 

60e: Les pépins s'accumulent chez Lotus puisque Wisell regagne son stand avec des soucis d'injection. Il est renvoyé en piste quelques minutes plus tard.

 

62e: Stewart se dirige vers une facile victoire devant Revson. En revanche, Regazzoni, Reutemann et Hulme convoitent la troisième place. Amon est sixième et précède Schenken, Pace, Hill et Ganley.

 

64e: Peterson reprend la piste après avoir fait réparer sa March.

 

65e: Stewart a cinquante secondes de marge sur Revson.

 

67e: Wisell revient chez Lotus et renonce à cause d'un problème de soupape.

 

70e: Il ne reste que dix tours à parcourir. Regazzoni occupe le troisième rang mais Reutemann et Hulme le suivent à environ cinq secondes.

 

72e: Stewart lève quelque peu le pied en cette fin d'épreuve et par conséquent son avance sur Revson se stabilise.

 

73e: Gêné par Barber dans le virage n°2, Regazzoni part en tête-à-queue. Il parvient à repartir mais Reutemann et Hulme sont entretemps passés devant lui.

 

75e: Stewart compte quarante-sept secondes d'avance sur Revson. A une minute se trouvent Reutemann et Hulme, maintenant seuls en bagarre pour la troisième place. Regazzoni est reparti avec une douzaine de secondes de retard.

 

77e: Peterson regagne son garage pour de bon.

 

78e: Reutemann se rend compte qu'il est au bord de la panne sèche. Il doit choisir entre lever le pied et essayer de monter sur son premier podium...

 

79e: Pace doit s'arrêter sur le circuit, en panne d'essence suite au dérèglement de son distributeur d'injection.

 

80ème et dernier tour: Hulme dépasse Reutemann qui doit terminer au ralenti pour éviter la panne sèche.

 

Jackie Stewart remporte sa 21ème victoire en Formule 1, la première la nouvelle Tyrrell. Revson termine second après avoir réalisé un très bon week-end. Pour la troisième fois consécutive, Hulme monte sur la dernière marche du podium. Reutemann parvient à rallier l'arrivée au quatrième rang. Il est déçu d'avoir perdu le podium, mais au moins inscrit ses premiers points en Formule 1. A noter que les quatre premiers sont chaussés de gommes Goodyear. Regazzoni termine cinquième. Amon et Matra se contentent du point de la sixième place. Schenken, Hill, Ganley, E. Fittipaldi, Ickx, Pescarolo, Lauda et Barber voient aussi l'arrivée. Barber termine avec... 56 tours de retard !

 

Après la course

En toute logique, les March de Peterson et de Lauda sont disqualifiées pour être reparties grâce à une aide extérieure.

 

Jackie Stewart reçoit les lauriers de la victoire des mains d'une splendide hôtesse qu'il se permet d'embrasser. L'Ecossais apporte à la Tyrrell 005 son premier succès et rassure ainsi Derek Gardner qui a eu tant de mal à la mettre au point. Il s'empare aussi de la deuxième place du championnat avec une longueur de marge sur Hulme. Désormais exclu de la lutte pour le titre de vice-champion, Ickx va devoir défendre sa quatrième place face à Revson.

Chez les constructeurs McLaren garde encore trois points d'avance sur Tyrrell. Ferrari devra se contenter de la quatrième place.

Tony