Denny HULME
 D.HULME
McLaren Ford Cosworth
Emerson FITTIPALDI
 E.FITTIPALDI
Lotus Ford Cosworth
Peter REVSON
 P.REVSON
McLaren Ford Cosworth

217e Grand Prix

X Grosser Preis von Osterreich
Ensoleillé
13 août 1972 - Österreichring
54 tours x 5.911 km - 319.194 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

Deux semaines après le Grand Prix d'Allemagne vient le Grand Prix d'Autriche sur le très beau circuit de l'Österreichring. Emerson Fittipaldi est toujours solidement installé en tête du championnat malgré son abandon dans l'Eifel. Une nouvelle victoire devrait quasi l'assurer du titre mondial. Il en a tout à fait la possibilité car ce circuit rapide devrait convenir à la JPS Lotus. Ses adversaires Jackie Stewart, Jacky Ickx et Denny Hulme n'ont pas d'autres choix que de triompher pour retarder le sacre du Brésilien.

 

En Allemagne Jackie Stewart a perdu la deuxième dans le dernier tour à cause d'une manœuvre dangereuse de Clay Regazzoni. Sans cet accrochage, il serait revenu à dix points de Fittipaldi. Désormais l'Écossais met ses derniers espoirs de conserver son titre dans la nouvelle Tyrrell 005 qui va enfin débuter en course. Derek Gardner a décidé de mettre provisoirement de côté le système des freins « in-board » que l'on soupçonne d'être à l'origine de l'accident de Stewart à Brands-Hatch. Les freins utilisés en Autriche sont extérieurs au châssis. En outre la 005 dispose d'une nouvelle prise d'air dynamique, plus haute et plus volumineuse que toutes celles apparues jusque-là, afin de capter un air plus frais.

François Cevert, peu épargné par la malchance cette saison-là, se contente de la 002.

 

John Surtees est très content de sa collaboration avec son ami Mike Hailwood. Non seulement « Mike the bike » réalise une excellente saison en Formule 1, mais en plus il domine le championnat d'Europe de Formule 2 au volant d'une Surtees TS10. En deux ans John Surtees semble avoir réussi son pari de devenir un constructeur à part entière, même si le chemin est encore long pour qu'il devienne un « baron » de la Formule 1. Le paddock s'étonne en tout cas du succès du duo des anciens motocyclistes car Hailwood est aussi extraverti et noceur que Surtees est sérieux et réservé.

 

Chez McLaren, Peter Revson reprend place dans le second baquet qui est désormais celui d'une M19C, le même modèle que celui utilisé par Denny Hulme. Ferrari n'engage que deux 312 B2, celles de Jacky Ickx et de Clay Regazzoni. BRM aligne trois PP160C pour Jean-Pierre Beltoise, Peter Gethin et Howden Ganley, Reine Wisell demeurant à pied.

Tecno poursuit l'alternance entre ses pilotes et Nanni Galli retrouve le volant de la voiture italienne à la place de Derek Bell.

 

François Migault et la Connew se présentent de nouveau au départ, uniquement dans l'espoir de toucher la prime de participation car, afin de ne pas casser le V8 Ford-Cosworth prêté par McLaren à Brands-Hatch, ordre a été donné au pilote de ne pas dépasser les 9 000 tours/minute.

 

Les qualifications

Le jeudi matin, Chris Amon n'est pas présent sur le circuit, son avion personnel ayant été retardé. Pour pallier à son absence, Bruno Morin décide de confier la Matra 120C à Niki Lauda, plutôt excité à l'idée de conduire une voiture plus performante que sa piètre March. Las, le jeune Autrichien casse le moteur V12 de la Matra, déjà fragilisé il est vrai. Par conséquent Amon pilote la 120D au cours de ce week-end et Lauda perd ses espoirs, s'il en avait, de courir pour Matra en 1973...

 

Fittipaldi réalise sa troisième pole position de l'année. Il précède Regazzoni sur Ferrari de sept centièmes seulement, mais bat de deux secondes la pole réalisée par feu Jo Siffert en 1971. En seconde ligne on trouve Stewart, peu satisfait du comportement de la 005, et Revson qui ne cesse d'étonner. Reutemann confirme la montée en puissance de la Brabham BT37 avec une superbe cinquième place. Il précède la Matra d'Amon. Hulme et Schenken se partagent la quatrième ligne. Ickx ne bénéficie pas cette fois-ci d'une Ferrari très performante et est seulement neuvième. Suivent la première BRM de Ganley, la March de Peterson et les deux autres Surtees de Hailwood et de Adamich.

 

Cevert n'est pas parvenu à mettre sa voiture au point et est relégué au vingtième rang. Il côtoie son beau-frère Beltoise accablé d'ennuis avec la BRM. Lauda, seul Autrichien engagé, n'obtient qu'une médiocre 22ème place. Galli, Beuttler, Pescarolo et Migault ferment la marche.

 

Pescarolo ne pourra pas prendre le départ car il est victime d'un nouvel accident aux essais. C'est la septième fois cette saison qu'il plie un châssis. Décidément, le barbu français a plus de réussite aux volants de ses protos...

 

Le Grand Prix

La canicule s'est abattue sur la Styrie et la plupart des mécaniciens travaillent torses nus en essayant de conserver leur attention malgré les nombreuses jeunes femmes parcourant le paddock en bikini. Plus sérieusement, les moteurs risquent de souffrir de la chaleur et on s'attend à une cascade d'abandons.

 

Départ: Fittipaldi et Regazzoni s'élancent côte à côte, mais c'est Stewart qui est le mieux parti. Il se glisse à l'intérieur et déborde ses deux rivaux dans la première courbe, s'emparant ainsi du commandement. Regazzoni passe devant Fittipaldi, puis viennent Hulme, Reutemann et Revson.

 

1er tour: Stewart est premier devant Regazzoni, E. Fittipaldi, Hulme, Reutemann, Revson, Amon, Schenken, Hailwood et Peterson.

 

2e: Stewart a une seconde et demie d'avance sur Regazzoni, menacé par Fittipaldi. Hulme est proche de la Lotus tandis que Reutemann est très légèrement distancé. Hailwood double Schenken.

 

3e: Deux secondes séparent Stewart et Regazzoni.

 

4e: Peterson prend la neuvième place à Schenken.

 

5e: E. Fittipaldi prend la deuxième place à Regazzoni et se lance à la poursuite de Stewart qui possède trois secondes et demie d'avance. Son frère Wilson entre au stand Brabham pour résoudre un problème d'alimentation. Stommelen s'arrête quand à lui chez Eifelland car le cockpit et la prise d'air dynamique se sont détachés de leur support.

 

6e: Regazzoni ne parvient pas à suivre Fittipaldi et se retrouve sous la menace de Hulme.

 

7e: Hailwood et Peterson doublent Amon. Walker stoppe sa Lotus fumante avant la Bosch Kurve. Le moteur Ford-Cosworth a rendu l'âme.

 

8e: Stewart a deux secondes d'avance sur Fittipaldi. A sept secondes se trouve Regazzoni qui emmène un peloton composé de Hulme, Reutemann, Hailwood, Peterson, Revson et Amon.

 

9e: Hulme prend la troisième place à Regazzoni. Peterson double successivement Hailwood et Reutemann. Le manomètre de pression d'essence s'est brisé sur la March de Pace. Ce dernier regagne le stand Williams. Stommelen a repris la piste en dernière position.

 

10e: Stewart mène devant Fittipaldi (1.5s.) et Hulme (10s.). Ce dernier sème le peloton emmené par Peterson. En fin de tour Regazzoni stoppe chez Ferrari. Sa machine souffre du phénomène de « vapor lock », un souci de carburation causé par la chaleur et qui va affecter bon nombre de concurrents. Après une minute d'immobilisation le Suisse repart en fond de peloton.

 

11e: De Adamich s'arrête chez Surtees pour faire rebrancher un fil de bougie qui s'est détaché.

 

12e: Stewart et Fittipaldi s'échappent en tête de l'épreuve. Une seconde et demie seconde les sépare.

 

13e: Reutemann est en difficulté: il se fait doubler par Revson et par Amon. Nouvel arrêt de de Adamich, toujours pour rebrancher une bougie.

 

14e: Reutemann doit abandonner suite à un problème d'alimentation sur sa Brabham. Regazzoni met également pied à terre.

 

15e: Stewart a une seconde et demie de marge sur Fittipaldi. Hulme est troisième à six secondes et remonte peu à peu sur les deux leaders.

 

16e: Pace reprend la route après avoir fait réparer son manomètre.

 

17e: Ickx est à la peine: il a dégringolé au quatorzième rang car sa Ferrari souffre aussi de « vapor lock ».

 

20e: Stewart n'a plus que quelques mètres d'avance sur Fittipaldi. Hulme est à quatre secondes de l'Écossais.

 

21e: Fittipaldi est revenu juste derrière Stewart. L'Écossais souffre de problèmes de tenue de route, causés par des vibrations sur le train avant. La Tyrrell survire beaucoup.

 

22e: Ickx renonce suite à ses soucis de carburation qui ont dégénéré en fuite d'essence.

 

23e: La Connew de Migault se met à zigzaguer dangereusement. La suspension arrière vient de se rompre (une nouvelle fois) et le jeune Français doit abandonner. Stommelen effectue un nouveau passage par les stands. Gethin a endommagé son déflecteur avant. Il s'arrête chez BRM pour faire monter un nouveau nez.

 

24e: Fittipaldi déborde Stewart dans la ligne droite principale. Jackie n'a pas les moyens techniques de résister à la Lotus noire et or.

 

25e: Fittipaldi a déjà une seconde d'avance sur Stewart, maintenant attaqué par Hulme. Beuttler met pied à terre à cause d'une panne d'alimentation sur sa March.

 

26e: Hulme prend la deuxième place à Stewart.

 

27e: A mi-parcours, E. Fittipaldi est en tête devant Hulme (3s.), Stewart (7s.), Peterson (14s.), Revson (17s.), Hailwood (18s.) et Amon (25s.). Suivent plus loin Schenken, Ganley, Beltoise et Cevert.

 

28e: Schenken est victime d'une crevaison à l'avant gauche. Il s'arrête chez Surtees, fait changer ses pneus avant et repart en dix-septième position.

 

29e: Fittipaldi a deux secondes d'avance sur Hulme qui garde le contact avec le Brésilien.

 

31e: Galli est au stand Tecno pour refixer son radiateur d'huile qui s'est détaché.

 

32e: Cela va mal pour Stewart. Se voiture est trop instable. Peterson et Revson le rattrapent.

 

33e: W. Fittipaldi renonce, sa canalisation de liquide de freins étant percée.

 

34e: Peterson puis Revson doublent Stewart, désormais relégué au cinquième rang.

 

35e: Fittipaldi compte deux secondes et demie d'avance sur Hulme. Peterson et Revson suivent à une vingtaine de secondes, en bagarre pour la troisième place.

 

36e: Revson prend la troisième place à Peterson. Voici les deux McLaren parmi les trois premiers. De Adamich passe par les stands, toujours à cause d'un problème de bougies.

 

38e: Hill regagne le garage Brabham et renonce. Lui aussi est victime d'un problème d'injection.

 

39e: Galli a repris la piste.

 

40e: L'écart est stable entre Fittipaldi et Hulme. Revson est troisième à vingt-cinq secondes de la tête de course.

 

41e: La situation ne s'améliore pas pour Stewart qui résiste tant bien que mal au retour de Hailwood.

 

43e: Hailwood prend la cinquième place à Stewart.

 

44e: A dix tours du but, Fittipaldi n'a que deux secondes d'avance sur Hulme. Celui-ci ne semble pas en mesure de l'attaquer mais ne relâche pas la pression.

 

46e: Hulme passe à l'attaque en cette fin de course et grappille quelques dixièmes de secondes sur Fittipaldi.

 

47e: Hulme réalise le meilleur tour de l'épreuve: 1'38''32'''. Peterson souffre de problèmes de tenue de route et surtout d'alimentation. Il se fait doubler par Hailwood.

 

48e: Amon puis Ganley doublent Peterson qui roule désormais à faible allure.

 

49e: Malgré ses propres problèmes d'équilibre, Stewart double Peterson. Gethin est aux stands pour changer un de ses pneus qui a crevé. Il perd deux tours en réparations.

 

50e: Fittipaldi mène devant Hulme (1s.), Revson (33s.), Hailwood (43s.), Amon (45s.), Ganley (1m.) et Stewart (1m. 03s.). Vient ensuite Beltoise qui a doublé Peterson malgré un moteur BRM perdant de la puissance.

 

52e: Hailwood et Amon se battent pour la quatrième place en ces derniers kilomètres. Peterson regagne finalement son stand pour remettre de l'essence dans son réservoir. Il reprend la piste uniquement pour voir le drapeau à damiers.

 

53e: Hulme continue de menacer Fittipaldi: huit dixièmes séparent les deux hommes.

 

54ème et dernier tour: Emerson Fittipaldi remporte sa cinquième victoire en Formule 1, la quatrième de la saison qui lui assure pratiquement le titre mondial. Hulme finit deuxième à une seconde seulement du Brésilien. Revson est troisième et conclut donc un excellent week-end pour McLaren. Il a cependant de la chance puisqu'il tombe en panne d'essence durant son tour d'honneur. Hailwood ramène à Surtees une excellente quatrième place. Amon est cinquième et Ganley sixième. Stewart doit se contenter du septième rang au volant d'une Tyrrell 005 pas encore au point. Beltoise, Cevert, Lauda, Schenken, Peterson, Gethin, de Adamich et Stommelen sont aussi à l'arrivée, tandis que Pace et Galli ne sont pas classés.

 

Après la course

Chaudement félicité par Colin Chapman, « Emmo » Fittipaldi sait désormais qu'il sera le quatrième pilote à devenir champion du monde au volant d'une Lotus, après Jim Clark, Graham Hill et Jochen Rindt. Il possède en effet à l'issue de cette manche vingt-cinq points d'avance sur Jackie Stewart et Denny Hulme tandis qu'il reste encore vingt-sept points à inscrire. Sauf malchance, il sera sacré à Monza. Jacky Ickx est désormais hors la course.

 

En ce qui concerne la coupe des constructeurs, Lotus se dirige également vers la couronne avec 17 unités d'avance sur McLaren et 19 sur Tyrrell.

 

Tyrrell, justement, est très déçue de cette course. François Cevert a probablement connu son pire week-end depuis son apparition en Formule 1. Quant à Jackie Stewart, il ne comprend pas pourquoi le train avant de la nouvelle 005 s'est mis à se dérober à mi-course. Il est persuadé qu'un élément mécanique a cassé sur sa voiture. Des essais postérieurs à Silverstone ne révéleront pourtant qu'une usure excessive du pneu avant gauche. Pour une rare fois, l'analyse technique de Stewart est mise en défaut.

Tony