Clay REGAZZONI
 C.REGAZZONI
Ferrari
Jacky ICKX
 J.ICKX
Ferrari
Ronnie PETERSON
 R.PETERSON
March Ford Cosworth

216e Grand Prix

XXXIV Grosser Preis von Deutschland
Ensoleillé
30 juillet 1972 - Nürburgring
14 tours x 22.835 km - 319.690 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Jacky Ickx est parti pour une incroyable démonstration sur son circuit fétiche.

Le Grand Prix de Grande-Bretagne a été l'occasion d'une superbe bagarre entre Emerson Fittipaldi, Jacky Ickx et Jackie Stewart, sans conteste les trois meilleurs pilotes de Formule 1 en 1972. Fittipaldi l'a de nouveau emporté sur sa JPS Lotus 72 et se dirige désormais facilement vers son premier titre mondial. Il possède en effet seize points d'avance sur Stewart, dix-huit points sur Ickx et vingt-deux sur Denny Hulme. Mais sur l'immense circuit du Nürburgring, le jeune Brésilien pourrait avoir fort à faire car Stewart et Ickx sont deux maîtres de ce tracé si difficile. Ceux-ci n'ont de toute façon pas le choix: seule une victoire peut leur permettre de conserver une chance de remporter le titre mondial.

 

Ken Tyrrell a décidé de ne pas apporter la nouvelle 005 qui, bien que rapide, a déjà envoyé par deux fois ses pilotes dans le décor à Charade et à Brands-Hatch. Des vibrations en seraient la cause tandis que les freins « in board » causent aussi des soucis aux mécaniciens. Jackie Stewart et le pilote d'essais Vern Schuppan ont testé la voiture à Silverstone une semaine avant le GP d'Allemagne afin de résoudre ces problèmes. Mais dans l'Eifel, Stewart et Cevert pilotent leurs habituelles 003 et 002.

 

Après deux courses d'absence pour cause de blessure, Clay Regazzoni fait sa réapparition au volant de la seconde Ferrari. Suite à sa bonne prestation en Grande-Bretagne, Arturo Merzario se voit confier le troisième modèle de 312 B2 dévolu en début de saison à Mario Andretti.

Chez McLaren, Brian Redman remplace une nouvelle fois Peter Revson, retenu par une course aux États-Unis.

 

BRM aligne toujours trois voitures, mais cette fois-ci ce sont trois P160C, confiés à Jean-Pierre Beltoise, Howden Ganley et Reine Wisell. Peter Gethin est absent.

 

Dave Charlton est toujours présent au volant de la Lotus 72D de la Scuderia Scribante. A Brands-Hatch, Henri Pescarolo a détruit la Politoys. Par conséquent Williams lui confie de nouveau une March 721. Enfin chez Tecno c'est cette fois-ci Derek Bell qui pilote la PA123.

 

François Migault et la Connew se rendent sur le circuit mais leur engagement est refusé par les autorités allemandes.

 

Les qualifications

Ce terrible circuit réussit généralement à Ickx et ceci se confirme lors des essais. Le Belge réalise sa deuxième pole consécutive avec un chrono de 7 minutes et 7 secondes, soit douze secondes de mieux que le meilleur temps obtenu par Stewart en 1971 ! La progression des Formules 1 en une année est impressionnante. Stewart accompagne Ickx en première ligne. Fittipaldi est troisième et devance Peterson. Les March semblent bien se comporter sur ce tracé. Cevert est cinquième après être sorti indemne d'un gros accident à l'entraînement. Reutemann est sixième. C'est la première fois que la Brabham BT37 se montre si performante. Regazzoni et Amon occupent la quatrième ligne. Les March de l'équipe Williams sont étonnamment bien placées: Pescarolo est neuvième et Pace onzième. Ils encadrent Hulme dont la McLaren est au contraire peu vaillante dans l'Eifel. Son équipier Redman n'est ainsi que dix-neuvième.

 

Les BRM et les Surtees déçoivent et sont reléguées dans la deuxième moitié de la grille. Merzario n'est que vingt-deuxième au volant de la troisième Ferrari.

 

Le fond de la grille est occupé par Walker, Lauda, Bell, Charlton et Beuttler.

 

Le Grand Prix

Le beau temps est au rendez-vous pour cette épreuve même si le fond de l'air est plutôt frais pour un mois de juillet.

 

Tour de chauffe: Amon est victime d'un problème d'allumage, suite au détachement du pick-up du carter moteur. Le Néo-Zélandais regagne son stand pour faire réparer sa voiture.

 

Départ: Ickx prend un bon envol et conserve la première place. Stewart au contraire perd des places. Derrière lui, Peterson se faufile entre Regazzoni et Fittipaldi et prend la deuxième position. Derrière le Suédois suivent Regazzoni, Fittipaldi, Stewart et Reutemann.

 

1er tour: Ickx prend environ deux secondes d'avance sur Peterson. Plus loin, Regazzoni, Fittipaldi et Stewart sont en bagarre. A Karusell, Ickx a trois secondes d'avance sur Peterson.

En fin de tour, Ickx mène devant Peterson, E. Fittipaldi, Regazzoni, Stewart, Reutemann, Pescarolo, Cevert, Pace et Schenken. Amon s'élance avec une boucle de retard.

 

2e: Ickx semble parti pour une promenade: il construit une avance de six secondes sur Peterson et Fittipaldi qui en début de tour a doublé Regazzoni. Vient ensuite un peloton composé de Regazzoni, Stewart et Reutemann, relégué à dix secondes.

 

3e: Statu quo en tête de l'épreuve. Peterson et Fittipaldi se battent pour la seconde place. Regazzoni et Stewart sont désormais roues dans roues et ont semé Reutemann. Pace s'arrête au stand Williams à cause de soucis avec sa suspension avant. Il fait changer sa barre antiroulis. Hailwood est remonté au neuvième rang après avoir doublé Beltoise puis Schenken.

 

4e: Fittipaldi attaque Peterson pour la deuxième place. Les nombreux virages du circuit ont rendu Charlton malade... Le Sud-Africain préfère abandonner. Wisell renonce suite à une panne de moteur.

 

5e: Fittipaldi parvient à dépasser Peterson. Hailwood dépasse Cevert. Lauda abandonne suite à une fuite d'huile sur sa March. La course est également finie pour Bell après l'avarie d'une soupape sur son moteur Tecno. En fin de tour, Ickx mène avec treize secondes d'avance sur Fittipaldi

 

6e: Ickx continue de creuser l'écart en tête. Il a quinze secondes de marge sur Fittipaldi qui devance Peterson d'une centaine de mètres. A une vingtaine de secondes se trouvent Regazzoni et Stewart. Beltoise double à son tour Cevert dont la Tyrrell est instable. Pace a repris la piste. Stommelen regagne le stand Eifelland à faible allure après qu'un court-circuit se soit signalé sur sa monoplace.

 

7e: Ickx mène devant E. Fittipaldi (17s.), Peterson (19s.), Regazzoni et Stewart (24s.), Pescarolo (51s.), Beltoise (1m. 06s.) et Hailwood (1m. 09s.). Viennent ensuite Ganley, Cevert, Schenken et Hulme.

Reutemann s'arrête sur le circuit, boîte de vitesses en panne. Walker abandonne aussi à cause d'une fuite d'huile.

 

8e: Cevert s'arrête au garage Tyrrell pour faire changer son pneu avant gauche, usé suite à un mauvais réglage générant du sous-virage. Le jeune Français repart en seizième position. Schenken stoppe également aux stands à cause d'une crevaison.

 

9e: Peterson effectue un tête-à-queue peu avant Karussell. Le Suédois se fait doubler par Regazzoni et Stewart avant de repartir en cinquième position. Hailwood est victime d'un bris de suspension et arrête sa Surtees dans l'herbe. Hulme casse son moteur tandis qu'il occupait la dixième place.

 

10e: Ickx réalise le meilleur tour de la course: 7'13''6'''. De la fumée s'échappe du moteur de Fittipaldi lorsque celui-ci sort de Tiergarten. Schenken repasse par les stands pour faire changer sa boîte d'allumage.

 

11e: L'arrière de la Lotus d'Emerson Fittipaldi prend feu, obligeant le Brésilien à stopper dans l'herbe en catastrophe après Südkehre. C'est son premier abandon depuis six mois. Regazzoni grimpe au deuxième rang. Sortie de route de Pescarolo qui atterrit dans les protections. Le Français renonce tandis qu'il occupait une très belle sixième position.

 

12e: Ickx possède quarante-cinq secondes d'avance sur Regazzoni, toujours poursuivi par Stewart. Peterson est quatrième à plus d'une minute du Belge. A plus de deux minutes viennent ensuite Beltoise, Ganley, Redman, Hill, W. Fittipaldi et Beuttler. Merzario passe par les stands pour changer de pneus.

La direction de course brandit le drapeau noir à Beltoise dont la batterie s'est détachée.

 

13e: En fin de boucle, Beltoise obéit aux consignes des commissaires et stoppe au stand BRM. Suite à une incompréhension avec son équipe, le Français coupe le moteur, avant d'essayer de redémarrer puis de caler. Finalement, Beltoise ressort des stands mais il n'occupe plus alors que le neuvième rang.

 

14ème et dernier tour: Stewart fait le forcing pour doubler Regazzoni. Il y parvient finalement au prix d'un rude effort. Mais dans la dernière portion du tracé, le Tessinois se glisse à l'intérieur et touche la Tyrrell. Celle-ci part en tête-à-queue et heurte les glissières par l'arrière. Stewart sort de sa voiture très en colère tandis que Regazzoni poursuit sa route.

 

Jacky Ickx remporte pour la deuxième fois le Grand Prix d'Allemagne après avoir écrasé la concurrence durant tout le week-end. C'est la première victoire de Ferrari depuis plus d'un an. Regazzoni complète le succès de la Scuderia avec la deuxième place. Peterson termine troisième et March obtient ainsi son premier podium de la saison. Ganley hérite de la quatrième et marque ses premiers points en 1972. Redman finit cinquième, comme à Monte-Carlo. Hill inscrit le dernier point, son deuxième de l'année. Suivent W. Fittipaldi, Beuttler, Beltoise, Cevert, Merzario, de Adamich, Schenken et Amon.

 

Après la course

Jackie Stewart regagne les stands furieux contre Clay Regazzoni qu'il accuse de l'avoir mis dehors volontairement. Le Suisse s'en défend mais dans l'ensemble la presse accrédite plutôt les propos du champion écossais et blâme sévèrement Rega, qui n'en est pas à son coup d'essai. Sa manœuvre assombrit quelque peu le succès de la Scuderia Ferrari pourtant éclatant grâce à un Jacky Ickx absolument impérial sur le circuit le plus dangereux du monde.

 

Si Fittipaldi a abandonné, ni Stewart ni Hulme n'ont pu en profiter et conservent un important retard sur le Brésilien. Seul Ickx grâce à son succès remonte quelque peu au classement, mais il a encore dix-huit points de retard sur Fittipaldi dont la Lotus est nettement supérieure à sa Ferrari. Chez les constructeurs, Ferrari est seule à réellement progresser et rejoint McLaren au troisième rang. L'écart entre Lotus et Tyrrell demeure stable.

Tony