Emerson FITTIPALDI
 E.FITTIPALDI
Lotus Ford Cosworth
Denny HULME
 D.HULME
McLaren Ford Cosworth
Peter REVSON
 P.REVSON
McLaren Ford Cosworth

210e Grand Prix

VI Grand Prix of South Africa
Légérement nuageux
4 mars 1972 - Kyalami
79 tours x 4.104 km - 324.216 km
Affiche
F1
Coupe

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur

Bernie Ecclestone, représentant officiel des constructeurs

Fin 1971, le nouveau propriétaire de Brabham est entré à l'association des constructeurs avec un projet ambitieux. Il souhaite unir les petites firmes britanniques afin que celle-ci reçoivent une part importante des revenus de plus en plus substantiels générés par la Formule 1. Pour l'heure, ceux-ci sont partagés entre les organisateurs de Grand Prix, lesquels ne se montrent généreux qu'envers la Scuderia Ferrari. Ecclestone désire négocier avec chaque Grand Prix des conditions avantageuses pour les équipes, tout d'abord en ce qui concerne les frais de transport, puis surtout relativement aux bénéfices générés par l'évènement. Il a en effet compris qu'avec l'essor de la télévision, la Formule 1 possédait un énorme potentiel financier à exploiter. Cette tâche doit selon lui revenir aux acteurs de ce sport, c'est-à-dire aux constructeurs. Ecclestone entend donc monnayer la participation des écuries afin d'organiser les épreuves selon ses conditions. Pour cela il lui faut passer par-dessus un pouvoir sportif archaïque, occupé par des aristocrates ou d'anciens gentlemen drivers ne comprenant pas les enjeux économiques du sport moderne. Déjà en novembre 1971, il a reçu des représentants de la junte militaire argentine afin de conclure le retour du Grand Prix d'Argentine au championnat du monde. En échange Ecclestone a assuré à ses collègues un transport aérien à bon marché.

 

A Johannesburg, le patron de Brabham réunit ses collègues pour leur exposer son programme. Il propose de devenir le représentant officiel de la F1CA avec pour mission d'obtenir des organisateurs et des gouvernements la plus grande part des bénéfices possible. En ce qui concerne les moyens de transports, il présente un contrat signé avec la compagnie Cazaly, Mills & Co, très avantageux pour les écuries... et pour lui-même, puisqu'il jouit d'une petite commission... Subjugués, les directeurs d'équipes valident son plan. Ecclestone peut ainsi compter sur le soutien dévoué de Max Mosley, avocat de son état avant d'être directeur d'équipe, et qui va le seconder efficacement dans ses démarches. Afin de parachever sa prise de contrôle, Ecclestone obtient la démission du président de la F1CA Andrew Ferguson. Il le remplace par un de ses protégés, Peter Macintosh.

 

Présentation de l'épreuve

Le circuit de Kyalami a subi des transformations depuis 1971 afin de renforcer la sécurité. Des zones de sûreté avec du sable et des grillages ont ainsi été installées.

 

A compter de cette épreuve Williams engage une seconde voiture, une March 71, confiée au Brésilien José Carlos Pace, 27 ans, qui a piloté avec brio pour l'écurie en Formule 2. Mis au placard par Bernie Ecclestone chez Brabham, Ron Tauranac est nommé « consultant technique » par Frank Williams, qui par ailleurs reçoit aussi le renfort du mécanicien Herbie Blash, lequel vient de quitter MRD... pour fuir Tauranac !

 

Jean-Pierre Beltoise fait ses débuts officiels chez BRM. Après un GP d'Argentine calamiteux, l'équipe de Louis Stanley aligne quatre voitures pour cette épreuve: trois P160B pour Beltoise, Gethin et Ganley et une P153 pour Marko.

Chez Surtees, Mike Hailwood commence lui aussi sa saison, associé à Tim Schenken et à la voiture semi-privée d'Andrea de Adamich.

Les pilotes locaux font leur sortie annuelle. Le Team Gunston engage une Surtees TS9 pour John Love et une Brabham BT33 pour Willie Ferguson. La Scuderia Scribante, soutenue par le cigarettier Lucky Strike, aligne une Lotus 72 D pour Dave Charlton, double champion d'Afrique du Sud de Formule 1.

 

Le GP d'Afrique du Sud voit les débuts de l'équipe Eifelland. L'Allemand Gunther Henerici est le fondateur du constructeur de caravanes et de camping-car Eifelland, mais aussi un passionné de sport automobile. Depuis 1970 il patronne plusieurs équipes allemandes de F2 et de F3. Il a décidé de faire le grand saut en Formule 1 en achetant une March 721. Celle-ci a été très modifiée par le designer Luigi Colani. L'Eifelland E21 se distingue par son unique rétroviseur en forme de périscope situé sur l'avant de la voiture. L'autre originalité provient de la prise d'air de refroidissement placée devant le volant, au niveau du cockpit. Cette voiture très originale est confiée à Rolf Stommelen, sans contrat en F1 depuis son renvoi par John Surtees, et soutenu financièrement par Henerici depuis ses débuts en F1.

 

La vente de la March 721 à Eifelland est une bonne affaire pour Max Mosley qui a désespérément besoin d'argent pour lancer la construction de la nouvelle March, la 721X... La March 721 officielle présente en attendant un nouveau train avant à « moustaches » traditionnelles. Le fameux « plateau à thé » a disparu.

 

Les Ferrari 312 B2 arborent un nouveau train avant conçu en soufflerie à Stuttgart. Celui-ci prend une forme de « bouclier », comme sur les Tyrrell, ce qui donne un aspect très massif au bolide italien. Celui-ci va souffrir de problèmes de surchauffe lors des essais.

 

Les qualifications

Elles n'apportent cette fois guère de surprises. Stewart réalise la pole position avec trois dixièmes d'avance sur Regazzoni. Fittipaldi complète la première ligne. L'étonnant Hailwood hisse sa Surtees au quatrième rang. Il a bénéficié de l'expérience de John Surtees pour régler sa voiture. Hulme est cinquième. Les pneus Firestone occupent ainsi trois des cinq premiers rangs. En troisième ligne on retrouve les deux autres Ferrari d'Andretti et Ickx, suivis par Cevert. Peterson est neuvième devant Schenken, Beltoise, Revson et Amon. Cette fois-ci les Brabham n'ont pas brillé: Hill et Reutemann sont 14ème et 15ème.

 

Loin derrière Beltoise, les autres coureurs BRM ont du mal à surnager. Ganley est 16ème, Gethin 18ème, Marko 23ème. Le jeune Walker a décidément bien du mal à être performant. Il n'occupe que le dix-neuvième rang, à près de deux secondes du chrono réalisé par Fittipaldi. Le débutant Pace est 24ème, devant l'Eifelland de Stommelen. Parmi les locaux, Charlton est 17ème, Love 26ème.

 

Quant à Ferguson, il a cassé son moteur et, bien que qualifié au dernier rang, il doit déclarer forfait.

 

Le Grand Prix

Le temps est lourd et orageux en ce dimanche de mars 1972.

 

Grille de départ: Un fil s'est coupé sur la pompe à essence de la March de Pace. Les mécaniciens de Williams poussent la voiture vers les stands pour effectuer la réparation.

 

Départ: Bons envols de Fittipaldi et de Hulme qui surgissent par la droite et débordent Regazzoni et Stewart. Hulme parvient à prendre l'avantage sur le Brésilien tandis qu'un individu totalement inconscient traverse la piste en courant juste avant Crowthorne. Heureusement les pilotes sont alors encore loin. Hulme vire en tête au premier freinage devant Fittipaldi et Stewart. Regazzoni dégringole au classement.

 

1er tour: Stewart parvient à se défaire de Fittipaldi.

Hulme mène devant Stewart, Fittipaldi, Hailwood, Cevert, Andretti, Peterson, Beltoise, Hill et Reutemann.

 

2e: Stewart a pris l'aspiration derrière Hulme dans The Kink et le déborde sur la ligne de chronométrage. A Crowthorne Fittipaldi résiste aux assauts de Hailwood. Peterson déborde Andretti. Hill se fait passer par Reutemann, Amon et Regazzoni. Charlton regagne son stand pour abandonner suite à une panne de pompe à essence. Ce faisant, il heurte un mécanicien qui traversait l'allée des stands. Celui-ci n'est que légèrement touché, mais il doit tout de même être évacué en ambulance.

 

3e: Stewart compte une seconde d'avance sur Hulme. L'Écossais serait-il parti pour une nouvelle démonstration « à la Clark » ? Fittipaldi et Hailwood rattrapent le Néo-Zélandais. Regazzoni prend la dixième place à Amon. Pace s'élance depuis les stands après que sa pompe à essence a été réparée.

 

4e: Peterson déborde Cevert à Crowthorne.

 

5e: Cevert repasse devant Peterson. Derrière eux, Andretti est sous la menace de Beltoise et de Reutemann.

 

6e: Stewart Beltoise de trois secondes un groupe composé par Hulme, Fittipaldi et Hailwood. A cinq secondes se trouvent Cevert et Peterson. Beltoise passe Andretti.

 

7e: Reutemann prend la huitième place à Andretti dont la Ferrari manque de puissance.

 

8e: Arrêt au stand BRM de Gethin qui doit faire vérifier sa prise d'air. Il repart en 24ème position.

 

9e: Dépassement d'Andretti par Regazzoni.

 

10e: Stewart mène devant Hulme (3.9s.), Fittipaldi (4.1s.), Hailwood (4.4s.), Cevert (9s.), Peterson (9.3s.), Beltoise (15s.), Reutemann (15.3s.) et Regazzoni (17.2s.). Suivent Amon, Andretti, Ganley et Revson. Schenken doit renoncer à cause de la casse de sa pompe à huile.

 

11e: Nouvel arrêt de Gethin qui fait changer tout son système d'allumage. Le pilote anglais repart après plus de dix minutes d'immobilisation.

 

12e: Victime de soucis d'allumage depuis le départ, Cevert stoppe au stand Tyrrell pour faire changer sa platine.

 

13e: Amon prend la huitième place à Regazzoni. Cevert reprend sa route en vingt-deuxième position.

 

15e: Stewart possède un peu plus de quatre secondes de marge sur le trio Hulme-Fittipaldi-Hailwood. Suivent Peterson (11s.), Reutemann (15s.), Beltoise (17s.) et Amon (18s.).

 

16e: Beltoise s'arrête au stand BRM. Son moteur ne fonctionne plus que sur onze cylindres. Les mécaniciens ne peuvent rien faire et renvoient le Français en piste, en vingt-et-unième position.

 

17e: Fittipaldi déborde Hulme dans la longue ligne droite et s'impose à Crowthorne. Hailwood est aussi dans le sillage du pilote McLaren.

 

18e: Hailwood déborde Hulme à son tour.

 

19e: Fittipaldi et Hailwood se rapprochent de Stewart tandis que Hulme ne semble pas en mesure de les suivre.

 

20e: Stewart est premier devant Fittipaldi (2.3s.), Hailwood (2.6s.), Hulme (6.3s.), Peterson (11.8s.), Amon (19.1s.), Reutemann (21.3s.) et Regazzoni (23.1s.). Hailwood réalise le meilleur tour en course: 1'18''9'''.

 

21e: Revson prend la neuvième place à Andretti.

 

22e: Fittipaldi et Hailwood sont revenus à moins de deux secondes de Stewart.

 

23e: Hailwood attaque Fittipaldi dans la longue ligne droite et s'empare du deuxième rang. L'ancien motocycliste est extrêmement rapide et chez Surtees on se prend à rêver d'une victoire.

 

25e: Stewart n'a qu'une seconde d'avance sur Hailwood. Revson poursuit sa remontée et dépasse Regazzoni.

 

27e: Stewart a une seconde de marge sur Hailwood et deux secondes sur Fittipaldi. Hulme est quatrième à sept secondes.

 

28e: Reutemann stoppe sa Brabham au niveau de Clubhouse à cause de la rupture d'une canalisation d'essence.

 

29e: Hailwood est victime d'un bris de suspension à l'arrière. Il doit stopper sa Surtees pour éviter la catastrophe. Terrible déception pour le Britannique qui était parti pour réaliser un excellent résultat.

 

31e: Ganley s'arrête au stand BRM à cause de vibrations accompagnées par du survirage. Le Néo-Zélandais reprend la piste en vingtième position.

 

33e: Stewart mène devant Fittipaldi (2s.) et Hulme (7.5s.). Peterson est quatrième à plus de vingt secondes. Suivent Amon, Revson, Regazzoni, Andretti, de Adamich et Ickx.

 

34e: Hill prend la dixième place à Ickx dont la voiture n'est pas au mieux.

 

37e: Nouvel arrêt de Ganley qui doit faire rebrancher un fil sur son interrupteur d'allumage. Il perd cinq minutes dans cette opération.

 

38e: Fittipaldi se rapproche de Stewart. L'écart entre les deux hommes ne dépasse pas deux cents de mètres.

 

40e: Stewart n'a plus que neuf dixièmes de seconde de marge sur Fittipaldi. Suivent ensuite Hulme (8.2s.), Peterson (22.6s.), Amon (25s.), Revson (31.9s.), Andretti (39.5s.), Regazzoni (45.4s.) et de Adamich (1m.).

 

41e: Jusqu'alors neuvième, de Adamich subit une fuite sur le système de freinage arrière de sa Surtees. Il doit s'arrêter à son stand et repartira seulement équipé des freins avant.

 

43e: Fittipaldi est dans le sillage de Stewart dont la Tyrrell semble peu vaillante. Beaucoup plus loin, Amon est sur les talons de Peterson.

 

45e: Coup de théâtre: la boîte de vitesses de Stewart se grippe. Le pilote écossais n'a plus qu'à regagner son stand à faible allure. Fittipaldi s'empare du commandement.

 

46e: Fittipaldi mène désormais avec sept secondes d'avance sur Hulme. Stewart s'arrête à son garage. Un pignon de la pompe à huile de la boîte s'est brisé. Le champion du monde abandonne. Amon prend la troisième place à Peterson.

 

48e: Fittipaldi est installé en tête mais sa Lotus a tendance à survirer à cause d'un mauvais réglage de suspension. Hulme passe à l'attaque et rattrape le Pauliste.

 

51e: Fittipaldi n'a plus que deux secondes d'avance sur Hulme. Amon est troisième à vingt-quatre secondes du commandement.

 

52e: Un des pneus de Regazzoni est crevé. Le Tessinois stoppe au stand Ferrari, fait changer sa roue, et repart en seizième position.

 

53e: Revson est l'un des pilotes les plus rapides en piste. Il menace la quatrième place de Peterson.

 

54e: Revson déborde Peterson devant les stands.

 

55e: Hulme est revenu derrière Fittipaldi qui doit se battre avec sa Lotus à chaque entrée de virage. La Ferrari d'Ickx est ce jour-là un vrai « veau »: le Belge se fait même doubler par la March de Lauda.

 

57e: A l'abord de la ligne droite principale, Hulme prend l'aspiration derrière la Lotus de Fittipaldi. Celui-ci ne cherche pas à résister outre-mesure et Hulme s'empare du commandement.

 

58e: Hulme s'échappe et sème Fittipaldi qui n'est pas en mesure de se coller à l'arrière de la McLaren.

 

60e: Hulme est en tête devant Fittipaldi (2.7s.), Amon (17s.), Revson (26.7s.), Peterson (28.2s.), Andretti (43.4s.), Hill (1m. 13s.) et Lauda (1m. 14s.).

 

61e: Une soupape casse sur le moteur de Beltoise. Le Français occupait la dixième position.

 

63e: Les pneus usés engendrent des vibrations insupportables sur la Matra d'Amon. Pour éviter la sortie de route, Chris doit s'arrêter à son stand. Mais ses mécaniciens ne peuvent pas faire grand-chose et le renvoient en piste en neuvième position. Matra vient de laisser échapper un podium.

 

66e: Hulme a sept secondes d'avance sur Fittipaldi.

 

68e: Andretti rattrape Peterson en cette fin de course et convoite la quatrième place.

 

70e: Hulme mène devant Fittipaldi (8s.) et Revson (24s.). Peterson est à quarante secondes et voit Andretti revenir rapidement sur lui. Hill tient la sixième place et précède Lauda et Ickx.

 

71e: Deuxième arrêt d'Amon à cause des vibrations qui frappent sa voiture.

 

73e: Andretti prend la quatrième place à Peterson. Amon est reparti des stands mais il n'occupe plus que la quatorzième position.

 

74e: Bien que privé de sa troisième vitesse, Cevert est parvenu à remonter peu à peu dans le peloton. Il prend ainsi la neuvième place à Walker.

 

76e: Victime d'une crevaison, Love sort de la piste et atterrit dans les graviers. Il occupait le seizième rang.

 

77e: Hulme a désormais une quinzaine de secondes d'avance sur Fittipaldi.

 

79ème et dernier tour: Denny Hulme remporte sa sixième victoire en F1, la première depuis la saison 1969. Fittipaldi termine deuxième, malgré une voiture mal équilibrée, et a démontré qu'il faudrait vraiment compter sur lui cette année. Revson est troisième et monte sur son premier podium en F1, concluant ainsi la belle journée de McLaren. Andretti sauve l'honneur de Ferrari avec la quatrième place. Peterson et Hill prennent les derniers points. Lauda, Ickx, Walker, Pescarolo, Regazzoni, Stommelen, Marko, Amon et Pace rallient aussi l'arrivée. Ganley, de Adamich et Gethin ne sont pas classés.

 

Après la course

Par cette victoire, Hulme prend une belle revanche sur la course de l'année précédente à Kyalami qu'il avait dominée avant de devoir abandonner la victoire à quelques tours de la fin à cause d'un bris de suspension. L' « Ours » retrouve le plus haut niveau et fait taire les mauvaises langues qui le disait plus intéressé par la CanAm et ses grosses primes que par la Formule 1. Surtout, cette victoire est la première en F1 de McLaren depuis le décès de son fondateur en 1970. La troisième place de Peter Revson complète ce beau tableau et offre de belles perspectives aux hommes de Teddy Mayer.

 

Hulme occupe en effet la première place du championnat des conducteurs avec 15 points contre 9 à Stewart et 6 à Fittipaldi. Chez les constructeurs, McLaren est aussi en tête avec six points d'avance sur Tyrrell, huit sur Ferrari et neuf sur Lotus.

 

Chez JPS Lotus, les sentiments sont mêlés. Si la Lotus 72 semble pouvoir conduire très prochainement Emerson Fittipaldi à la victoire, il importe d'améliorer sa fiabilité. Avec un peu plus de chance, le Brésilien aurait pu remporter les deux premières courses.

En revanche l'atmosphère est plus que morose chez Tyrrell. Malgré le succès de Jackie Stewart à Buenos Aires, les voitures bleues ne dominent plus comme en 1971 et surtout leurs boîtes de vitesses ne sont absolument pas fiables. Beaucoup de travail attend donc les hommes d' « Uncle Ken ».

Tony