Pedro RODRIGUEZ
 P.RODRIGUEZ
BRM
Jacky ICKX
 J.ICKX
Ferrari
Clay REGAZZONI
 C.REGAZZONI
Ferrari

201e Grand Prix

XIX Grote Prijs van Nederland
Variable
20 juin 1971 - Zandvoort
70 tours x 4.193 km - 293.510 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Jacky Ickx et Pedro Rodríguez dominent la course disputée sur piste humide.

Annulation du Grand Prix de Belgique

Un nouveau mois s'est écoulé depuis le Grand Prix de Monaco. Début juin aurait dû se tenir le Grand Prix de Belgique à Spa-Francorchamps. Mais l'association des pilotes, emmenée par Jackie Stewart, a refusé d'y participer, jugeant le circuit trop dangereux. Depuis son accident survenu sur cette piste en 1966, Stewart s'emploie à la faire retirer du calendrier tant que d'importants travaux n'auront pas été effectués. Face au boycott des conducteurs, la CSI ne peut que prononcer l'annulation du Grand Prix.

 

Néanmoins, cette campagne de Stewart en faveur de la sécurité ne fait pas l'unanimité. Il s'attire ainsi les foudres du très influent journaliste Denis Jenkinson, du magazine anglais Motor Sport, qui le qualifie, à mots couverts, de couard. La polémique entre les deux hommes va durer plusieurs mois.

 

Présentation de l'épreuve

Une semaine avant cette course s'est déroulée à Hockenheim une épreuve hors championnat en hommage à Jochen Rindt. Les Tyrrell, les Matra, et les BRM P160 n'étaient pas là. Jacky Ickx a gagné sur Ferrari 312 B1 devant Ronnie Peterson et John Surtees.

 

Le paddock arrive sur le circuit de Zandvoort pour le Grand Prix des Pays-Bas. Piers Courage a trouvé la mort sur ce tracé un an auparavant. Celui-ci est également critiqué par les pilotes pour son manque de sécurité. Les autorités néerlandaises ont toutefois prévu d'y effectuer une série de travaux à compter de 1972.

 

Chez Ferrari, deux 312 B2 sont toujours alignées pour Jacky Ickx et Clay Regazzoni, tandis que Mario Andretti conduit la B1. La Scuderia est alors secouée par des problèmes sociaux. Des grèves paralysent l'activité de l'industrie automobile italienne. Elles avaient déjà gêné la préparation des voitures pour le GP de Monaco, et un mois plus tard la situation n'est pas résolue. De plus, Mauro Forghieri s'inquiète de la mauvaise adaptation de la B2 aux nouveaux pneus Firestone B26. Les mécaniciens tentent de jouer sur la largeur de la bande de roulement afin d'éviter les vibrations qui secouent le train arrière. Mais sans grand succès: Regazzoni et Andretti déchapent tous les deux lors des essais.

 

Après Matra, Tyrrell adopte à son tour les prises d'air en forme de cheminée placées au-dessus du pilote. Elles sont installées sur la 003 de Jackie Stewart et la 002 de François Cevert.

 

Néanmoins Matra innove encore avec un tout nouveau train avant en forme de "bouclier" qui donne une allure massive à la carrosserie. Le radiateur y est toujours logé à l'intérieur. Cet élément va beaucoup intéresser les ingénieurs et va bientôt transformer l'apparence des Formules 1, qui de « cigares à roulettes » vont devenir des sortes de mastodontes complexes.

 

Trois Surtees sont au départ de cette course. En effet une vieille TS7 est engagé pour le pilote local Gijs van Lennep, récent vainqueur des 24 heures du Mans sur Porsche 917.

 

La Lotus à turbine

Lotus présente sa 56B à turbine en compétition officielle. C'est une évolution de la voiture qu'avait conçue Colin Chapman pour les 500 miles d'Indianapolis en 1968. Emerson Fittipaldi l'a déjà pilotée lors de la Course des champions et à l'International Trophy, sans succès. La turbine utilisée provient de l'entreprise américaine Pratt & Whitney. C'est une voiture très délicate à conduire car pour être pleinement efficace, le pilote doit presque toujours se maintenir au-dessus des 90% du régime moteur, sous peine de subir une longue attente pour que la machine se relance. La 56B est de plus excessivement lourde à cause de ses réservoirs de kérosène, ce qui fait souffrir les freins. Fittipaldi a ainsi usé un grand nombre de plaquettes en essais privés.

 

Pour comble de malchance, Fittipaldi a été victime d'un accident de la route deux jours après le Grand Prix de Monaco. Il se relève avec deux fractures au sternum et trois côtes cassées, et se tiendra hors des circuits durant quelques semaines. Pour cette course, Reine Wisell, promu premier pilote par intérim, pilote une 72D, tout comme l'excellent coureur sud-africain Dave Charlton qui remplace Fittipaldi. Enfin, le pilote de Formule 3 Dave Walker a la lourde tâche de faire débuter la voiture à turbine. Walker est un jeune espoir australien qui vient de remporter le Grand Prix de Monaco de F3 sur Lotus. Mais il pouvait rêver de meilleures conditions pour débuter en Grand Prix...

 

Les qualifications

La météo est perturbée sur les bords de la mer du Nord. Le temps est sec et frais le vendredi, et la pluie s'invite le samedi. Dans ces conditions particulières, Ickx réalise la pole position avec seulement quatre centièmes d'avance sur Rodríguez dont la BRM semble de plus en plus performante. Stewart complète la première ligne, avec un meilleur chrono plus lent de deux dixièmes que celui d'Ickx. C'est une belle performance car il a eu beaucoup de mal à régler son châssis. Regazzoni est quatrième et précède Amon et Wisell. Après deux courses médiocres, Surtees obtient une belle septième place. Siffert est huitième devant son équipier Ganley qui n'utilise qu'une vieille P153. Stommelen est dixième devant quatre pilotes déçus par leurs performances: Beltoise, Cevert, Peterson et Hulme. Autre mal qualifié: Andretti, seulement 18ème avec la Ferrari B1.

 

Galli parvient à se qualifier pour la première fois, au vingtième rang. Il précède van Lennep. Walker et sa voiture à turbine ont été très rapides sous la pluie, mais sur piste sèche, la nouvelle création de Chapman n'avance pas... Le jeune Australien n'est que vingt-deuxième sur la grille. Il précède seulement Gethin, victime de gros soucis techniques, et Barber, toujours au volant de sa March privée.

 

Charlton a détruit sa Lotus 72 le vendredi. Celle-ci n'étant pas réparable, il ne peut pas participer à la course.

 

Le Grand Prix

Le dimanche 20 juin, il pleut durant toute la matinée à Zandvoort. Au moment du départ, un crachin s'abat sur le circuit. L'asphalte est détrempé et tous les pilotes chaussent des pneus rainurés. Toutefois ils ne se présentent pas à armes égales. En effet, les Firestone sculptés sont neufs, utilisant la nouvelle gomme B26, tandis que les Goodyear sont vieux de deux ans...

 

Grille de départ: Andretti n'est pas présent à son rang à cause d'une panne de pompe à essence. Ses mécaniciens s'affairent pour réparer la pièce.

 

Départ: Ickx conserve sa première place devant Rodríguez et Stewart qui sont bien partis. Amon est quatrième.

 

1er tour: Siffert est touché à l'arrière et part en tête-à-queue. Il repart en queue de peloton.

Ickx mène devant Rodríguez, Stewart, Amon, Regazzoni, Surtees, Wisell, Beltoise, Peterson et Cevert.

 

2e: Grâce à leurs pneus Firestone, Ickx et Rodríguez s'échappent en tête de l'épreuve. Amon glisse à Tarzan, part tout droit et heurte les protections. Il parvient à s'en dégager, mais son radiateur est endommagé et il regagne son garage pour renoncer.

 

3e: Ickx a deux secondes d'avance sur Rodríguez. Handicapé par ses gommes Goodyear, Stewart est heurté par Peterson à Tarzan. Il perd cinq places dans cette mésaventure. Ganley apparaît au neuvième rang après avoir doublé Cevert. Andretti parvient à s'élancer avec deux boucles de retard.

 

4e: Rodríguez se rapproche d'Ickx. Regazzoni et consorts sont déjà relégués à plus de quatorze secondes des deux leaders.

 

5e: Ickx et Rodríguez sont largement en tête. Suivent Regazzoni, Surtees, Wisell, Peterson, Beltoise, Stewart, Ganley et... Walker dont la turbine fonctionne très bien sous la pluie.

 

6e: Peterson déborde son compatriote Wisell. Walker sort de la piste à Tarzan, démolit deux rangées de grillages et atterrit dans une cuvette. Il est fort heureusement indemne. Siffert effectue une superbe remontée: il est déjà dixième.

 

7e: Rodríguez est maintenant sur les talons d'Ickx. Regazzoni est troisième, relégué à vingt secondes.

 

8e: Wisell sent qu'une de ses roues se desserre. Mais à cause de son indécision, il manque l'entrée des stands et stoppe quelques mètres plus loin. Il enclenche la marche arrière pour regagner les stands, ce qui est évidemment interdit. Ss mécaniciens changent sa roue et il repart en 19ème position. Cevert et Galli entrent en collision à Tarzan. L'Italien reste sur le carreau tandis que Cevert regagne les stands.

 

9e: Rodríguez plonge à l'intérieur à Tarzan et double Ickx. Voici le Mexicain en tête du Grand Prix. Stewart rencontre des problèmes avec son moteur et ses pneus peu performants. Il se fait doubler par Stommelen, Ganley et Siffert. Cevert est au stand Tyrrell pour faire réparer sa machine et repart avec beaucoup de retard. Andretti abandonne car sa pompe à essence refuse décidément de fonctionner correctement.

 

10e: Rodríguez mène devant Ickx (1.9s.), Regazzoni (26.6s.), Surtees (38.8s.), Peterson (41.4s.), Beltoise (1m. 03.4s.), Stommelen (1m. 10.9s.), Siffert (1m. 15.7s.), Ganley (1m. 17.7s.), Stewart (1m. 25.9s.) et Hulme (1m. 26.7s.), suivis par van Lennep et Hill. Tous les autres coureurs sont déjà à plus d'un tour.

 

11e: Peterson prend la quatrième place à Surtees.

 

13e: Rodríguez creuse l'écart sur Ickx. Stommelen dépasse Beltoise, bientôt attaqué par Siffert. Le Français souffre lui aussi de la mauvaise tenue de ses pneus Goodyear. Schenken effectue une halte à son stand et y demeure plus de dix minutes.

 

14e: Siffert dépasse Beltoise.

 

15e: Rodríguez compte cinq secondes d'avance sur Ickx. Regazzoni roule à quarante secondes de la position de tête. Peterson est à cinquante secondes. Stewart perd encore deux places aux profits de Hill et de van Lennep.

 

17e: Les deux leaders prennent un tour à Stewart. Ganley dépasse Beltoise.

 

19e: Hulme double Stewart, désormais relégué au treizième rang. L'Écossais poursuit sa route bien qu'il n'ait guère d'intérêt à continuer. Wisell est disqualifié pour avoir regagné les stands en marche arrière.

 

20e: Rodríguez a 8.4s. d'avance sur Ickx. Regazzoni est à quarante-sept secondes du leader. Stommelen sort de la piste à Tarzan. Il tente de repartir, poussé par les commissaires, mais comme cela est interdit, il sera disqualifié. De toute façon sa Surtees est trop endommagée pour qu'il puisse continuer.

 

22e: Une petite pluie tombe toujours sur le circuit. Rodríguez semble parfaitement contrôler sa position.

 

24e: Rodríguez a sept secondes d'avance sur Ickx. Regazzoni est troisième à près d'une minute. Suivent Peterson, Surtees, Siffert, Ganley, Beltoise, van Lennep et Hill.

 

26e: Ickx est désormais plus rapide que Rodríguez et rattrape une partie de son retard sur la BRM.

 

28e: Le crachin a cessé. La piste commence petit à petit à s'assécher. Ickx est revenu à deux secondes de Rodríguez.

 

29e: Rodríguez et Ickx sont roues dans roues. Van Lennep prend la huitième place à Beltoise. Les huit premiers sont désormais tous chaussés de Firestone... La McLaren de Gethin a une tenue de route désastreuse. L'Anglais s'arrête à son stand pour essayer d'y remédier.

 

30e: Ickx attaque Rodríguez à Scheilvak et s'empare du commandement. Mais les deux pilotes arrivent sur deux retardataires, Pescarolo et Schenken.

 

31e: Dans la difficile courbe de Hunzerung, Ickx est gêné par Pescarolo et Schenken. Rodríguez en profite pour se faufiler à l'extérieur et repasser devant le Bruxellois.

 

32e: Débarrassé des deux retardataires, Ickx repasse devant Rodríguez à Hunzerung.

 

33e: Ickx prend de l'avance sur Rodríguez. Visiblement sa voiture est plus à l'aise que la BRM sur cette piste en voie d'assèchement. Suite à la rupture d'un demi-arbre de roue, Cevert quitte la piste et cette fois-ci ne repartira pas.

 

35e: Ickx est premier devant Rodríguez (3.7s.) et Regazzoni (1m. 02.2s.). Peterson, Surtees et Siffert sont relégués à un tour. Ganley, van Lennep, Beltoise et Hill sont à deux tours du leader, Stewart et Hulme à trois tours.

 

38e: Ickx continue de s'échapper en tête. La piste reste humide et dangereuse selon les endroits.

 

40e: Cinq secondes séparent Ickx et Rodríguez. Seul Regazzoni est encore dans le même tour que son coéquipier.

 

42e: La piste s'asséchant peu à peu, les pilotes améliorent leurs chronos. Il est cependant bien trop tard pour que ceux chaussés de Goodyear puissent refaire leur retard.

 

45e: Ickx a cinq secondes d'avance sur Rodríguez. Regazzoni est troisième à 1m. 25s. Peterson est quatrième, à un tour d'Ickx, et précède Surtees, Siffert, Ganley, van Lennep, Beltoise et Hill.

 

47e: Stewart réalise son meilleur temps de l'épreuve: 1'44''81'''. Ce qui est environ huit secondes moins rapide que les meilleurs chronos réalisés par les pilotes équipés de pneus Firestone...

 

49e: Ickx réalise le meilleur tour de la course: en 1'34''95'''.

 

50e: Ickx et Rodríguez prennent un tour à Regazzoni. Pescarolo et Schenken entrent en contact à Tarzan. Les deux pilotes regagnent leurs stands.

 

51e: Schenken abandonne, une de ses suspensions étant faussée suite à son contact avec Pescarolo. Quant à ce dernier, il fait changer son aileron avant, ce qui lui fait perdre beaucoup de temps.

 

53e: Statu quo en tête de l'épreuve. L'écart entre Ickx et Rodríguez est d'environ six secondes. Regazzoni roule isolé au troisième rang.

 

55e: Ickx prend un nouveau tour au groupe composé de van Lennep, Beltoise et Hill.

 

57e: Les gommes commencent à s'user car la piste est désormais pratiquement sèche. Le rythme baisse en conséquence.

 

60e: Tout va bien pour Ickx qui possède entre six et huit secondes de marge sur Rodríguez. Regazzoni est toujours troisième, avec presque un tour d'avance sur Peterson, Surtees et Siffert.

 

62e: Ickx et Rodríguez reviennent sur Siffert pour lui prendre un deuxième tour.

 

63e: Le moteur de Soler-Roig explose au niveau de Panorama. L'Espagnol regagne le stand March pour renoncer.

 

65e: Ickx et Rodríguez sont en passe de prendre un deuxième tour à Surtees et à Peterson.

 

67e: A trois tours du but, Ickx possède huit secondes d'avance sur Rodríguez.

 

68e: Stewart concède un cinquième tour de retard à Ickx...

 

70ème et dernier tour: Jacky Ickx remporte sa septième victoire en Formule 1, la première de la Ferrari 312 B2. Rodríguez finit deuxième, à huit secondes du vainqueur. Ces deux pilotes ont complétement survolé le Grand Prix. Regazzoni finit troisième, à un tour de son équipier. Peterson est quatrième et confirme la montée en puissance de la March 711. Surtees est cinquième et ouvre son compteur de points. Sixième, Siffert inscrit son premier point en F1 depuis la saison 1969. A quatre tours d'Ickx, Ganley termine septième et précède le débutant van Lennep. Premier pilote chaussé de pneus Goodyear, Beltoise est neuvième à cinq tours... Hill, Stewart et Hulme viennent ensuite. Pescarolo, Barber et Gethin terminent trop loin pour être classés.

 

Après la course

Jacky Ickx a confirmé sa réputation de « roi de la pluie », et Pedro Rodríguez a démontré, s'il en était encore besoin, qu'il était bien un des meilleurs pilotes du monde. Ces deux hommes ont dominé l'épreuve comme on l'a rarement vu. Ickx est particulièrement satisfait puisqu'il apporte à la Ferrari 312 B2 son premier succès en championnat du monde. Néanmoins, celui-ci est peu significatif. Il est évident que les voitures équipées de pneus Goodyear étaient hors du coup dans ces conditions météorologiques. Sur piste sèche, l'histoire aurait sans doute été différente.

 

En tout cas cette victoire permet à Ickx de revenir à cinq points de Stewart au championnat du monde des conducteurs. Le duel des deux « Jacky » se précise. Rodríguez, Andretti et Peterson se partagent la troisième place du championnat, à quinze points de Stewart.

Chez les constructeurs Ferrari fait une bonne affaire en s'emparant de la première place. La Scuderia a quatre points d'avance sur Elf-Tyrrell. BRM et STP March occupent le troisième rang, avec trois unités d'avance sur Matra et McLaren. Championne du monde en titre, Lotus n'a que cinq petits points au compteur...

Tony