Ronnie PETERSON
 R.PETERSON
March Ford Cosworth
Jackie STEWART
 J.STEWART
Tyrrell Ford Cosworth
Emerson FITTIPALDI
 E.FITTIPALDI
Lotus Ford Cosworth

203e Grand Prix

XXIV RAC British Grand Prix
Ensoleillé
17 juillet 1971 - Silverstone
68 tours x 4.711 km - 320.348 km
Affiche
F1

Le saviez-vous ?

Pilote
Constructeur
Moteur
Jacky Ickx, Emerson Fittipaldi et Ronnie Peterson en bagarre.

La mort de Pedro Rodríguez

Six jours avant le Grand Prix, le sport automobile a fait une terrible perte. Pedro Rodríguez de la Vega est allé rejoindre son frère Ricardo au paradis des pilotes. Le Mexicain disputait une manche d'Interserie au volant d'une Ferrari, sur le circuit de Norisring. Suite à un choc contre une voiture plus lente, son bolide s'est pulvérisé contre un muret et a pris feu instantanément. Très gravement blessé, Rodríguez succombe à ses blessures quelques heures plus tard.

Sa disparition provoque un deuil national au Mexique, où les frères Rodríguez étaient considérés comme des héros. BRM en Formule 1 et John Wyer en Endurance perdent leur principal pilote. Rodríguez était en effet un des pilotes les plus polyvalents du plateau. Comme son équipier et rival Jo Siffert, il excellait aussi bien en Grand Prix qu'en voitures de sport, aux volants de Ferrari ou de Porsche.

 

Présentation de l'épreuve

Le Grand Prix de Grande-Bretagne fait escale sur le tracé de Silverstone, lieu de naissance du championnat du monde de Formule 1, vingt-et-un an plus tôt. A noter que la course de déroulera pour une fois le samedi.

 

Il n'y a de nouveau que deux Ferrari, Mario Andretti se concentrant désormais sur sa saison américaine. Sur ce circuit très rapide de Silverstone, les 312 B2 devraient briller, mais leurs problèmes de pneumatiques ne sont toujours pas résolus. Pour ne rien arranger, si Jacky Ickx et Clay Regazzoni sont très rapides, ce ne sont pas de grands metteurs au point, surtout le second. Plus généralement, les hommes de Peter Schetty doivent mener de front deux compétitions: la Formule 1 et le championnat du monde des marques. Ce sont souvent les mêmes mécaniciens qui travaillent dans chaque catégorie. Cette dispersion des forces nuit aux performances. Aussi, des conseillers du Commendatore commencent à penser qu'il vaudrait peut-être mieux se consacrer à une seule discipline...

 

Autre équipe en crise: Brabham, qui n'a pas inscrit un seul point depuis le début de la saison. La BT34 ne donne pas satisfaction, et Ron Tauranac s'en désintéresse de plus en plus. L'ingénieur australien désire vendre l'écurie. Depuis plusieurs mois, il mène des négociations en ce sens avec l'homme d'affaires anglais Bernie Ecclestone. En ce début d'été, un accord semble proche.

 

Lotus engage de nouveau sa 56B à turbine, cette fois-ci confiée à Reine Wisell. Le Sud-Africain Dave Charlton hérite de la deuxième 72D. Colin Chapman cède à son tour à la mode des prises d'air et en monte sur ses 72.

McLaren aligne une vieille M14A pour le revenant Jackie Oliver, tandis que Denny Hulme et Peter Gethin pilotent comme d'habitude la décevante M19.

L'équipe BRM est amputée par le décès de Pedro Rodríguez. Jo Siffert se retrouve premier pilote de l'équipe, assisté par Howden Ganley qui pour l'heure se contente toujours de la P153.

John Surtees engage une troisième TS9 pour Derek Bell, qui a déjà piloté pour le compte de l'ancien champion fin 1970. Les trois Surtees possèdent désormais une cheminée.

Chez March, Alex Soler-Roig a été mis à pied à cause de ses piètres performances, et aussi parce qu'il n'apportait plus assez de liquidités. Nanni Galli récupère sa 711 à moteur Cosworth, tandis qu'Andrea de Adamich conserve celle à V8 Alfa Romeo.

 

Après plusieurs tentatives infructueuses, le Britannique Mike Beuttler, 31 ans, se présente enfin au volant d'une March 711 peinte en jaune. Son entreprise est financée par des amis hommes d'affaires londoniens, Clarke, Mordaunt et Guthrie.

 

Les trains avant en forme de boucliers de Matra et de Tyrrell ont inspiré Ferrari et BRM. Les deux équipes ont ainsi monté aux deux extrémités de leurs ailerons de larges pièces triangulaires (ou « sabots ») afin d'améliorer le flux d'air passant sous les roues. BRM abandonne ces éléments en cours de week-end.

 

La Lotus 72 et la Surtees TS9 affichent à leur tour une prise d'air en forme de cheminée.

 

Après un Grand Prix de France très décevant, Matra tente de redresser la barre. L'ingénieur motoriste René Fortin a mis au point un nouveau moteur dont l'angle est plus fermé entre les soupapes et les circuits d'admission plus directs. Seul Chris Amon l'utilise.

 

Firestone apporte encore un nouveau pneu slick, le B28, qui n'améliore pas la tenue de route des Ferrari. Leo Mehl, le représentant de Goodyear, a le sourire: grâce à Tyrrell et à Jackie Stewart, sa firme domine le championnat du monde.

 

Les qualifications

Regazzoni est le plus rapide le jeudi. Lors des séances du vendredi, Stewart réalise le même chrono que le Tessinois (1' 18'' 1'''). Celui-ci se voit néanmoins gratifié de la pole position devant l'Écossais. Siffert complète la première ligne. La Lotus 72 retrouve un excellent niveau: Fittipaldi est quatrième, à deux dixièmes seulement du temps de Regazzoni. Il précède Peterson et Ickx, très déçu par ses essais. Toujours au volant de la vieille BT33, Schenken obtient une belle septième place, devant Hulme, Amon et Cevert. Ganley est onzième avec la deuxième BRM, devant Stommelen et Charlton.

 

Les Matra ont connu de graves difficultés: Amon (9ème) a été accablé par les crevaisons tandis que Beltoise (15ème), arrivé en retard sur le circuit le jeudi matin, a cassé une boîte, un moteur et crevé un pneu !

 

Le chouchou du public Graham Hill est seulement seizième... La Lotus à turbine ne donne pas satisfaction à Wisell, seulement 19ème. Beuttler est 20ème. Galli, Oliver, Bell et de Adamich ferment la marche.

 

La domination exercée par la Tyrrell-Ford-Cosworth de Jackie Stewart excite la jalousie des autres équipes, en particulier de Ferrari. La presse italienne ne comprend pas comment le V8 Cosworth peut se montrer plus véloce que le Boxer italien... Elle soupçonne Tyrrell de trafiquer son essence, ou d'utiliser un moteur de 3,3 litres. Une réclamation est portée devant la Commission sportive internationale, mais elle ne sera examinée qu'après le Grand Prix.

 

Le Grand Prix

Avant la course se déroule l'épreuve du championnat d'Angleterre de Formule 3. Elle remportée au sprint par Dave Walker devant un groupe de furieux composé de Pierre-François Rousselot, Giancarlo Naddéo, Roger Williamson et Steve Thompson.

 

Départ: Le starter tarde à baisser le drapeau, ce qui crée un cafouillage. Regazzoni anticipe le départ et conserve la première place à Copse. Ickx a démarré en trombe et se retrouve derrière son équipier. D'abord mal parti, Stewart se défait de Siffert et de Fittipaldi, qui est lui aussi parti trop tôt. Surpris par ce tohu-bohu, Oliver percute la voiture de Hill. Les deux pilotes anglais n'iront pas plus loin.

 

1er tour: Fittipaldi commet une erreur et perd plusieurs places.

Regazzoni mène devant Ickx, Stewart, Siffert, Schenken, Peterson, Hulme, Ganley, Gethin et Cevert. Une fuite d'huile a noyé le moteur de Charlton qui doit déjà renoncer.

 

2e: Stewart déborde Ickx avant Stowe et vient se coller à l'arrière de la voiture de Regazzoni. Siffert double à son tour Ickx, tandis que plus loin Peterson prend l'avantage sur Schenken. Fittipaldi prend la dixième place à Cevert. De Adamich est au stand March à cause d'un souci avec sa commande d'accélérateur. Il repartira dernier.

 

3e: Stewart est lancé à la poursuite de Regazzoni. Le public encourage l'Écossais.

 

4e: A Stowe, Stewart déborde Regazzoni par l'intérieur et s'empare du commandement. Siffert se place dans le sillage du Tessinois et l'attaque à son tour. Wisell est au stand Lotus. Sa turbine perd de la puissance suite à un dérèglement de la tringlerie d'accélérateur. Il perd de longues minutes en réparations.

 

5e: Siffert prend la deuxième place à Regazzoni. Mauvais début de course pour les Ferrari qui ne semblent pas en mesure de se battre avec les Tyrrell et les BRM. Fittipaldi double Gethin.

 

6e: Fittipaldi double Ganley.

 

7e: Stewart s'échappe en tête de l'épreuve. Siffert ne parvient pas à le suivre. Regazzoni et Ickx n'arrivent pas quant à eux à garder le contact avec la BRM.

 

9e: Derrière les deux leaders se forme un peloton composé de Regazzoni, Ickx, Peterson, Schenken, Hulme et Fittipaldi.

 

10e: Stewart est premier devant Siffert (3.5s.), Regazzoni (7.2s.), Ickx (7.6s.), Peterson (7.8s.), Schenken (8.3s.), Fittipaldi (9.3s.), Hulme (9.7s.), Ganley (14.4s.), Gethin (16.7s.) et Cevert (17.8s.).

 

13e: Le groupe emmené par les Ferrari est toujours en bagarre. Fittipaldi dépasse Schenken et se retrouve sixième.

 

15e: Stewart a huit secondes d'avance sur Siffert. Regazzoni a semé ses poursuivants et n'est plus qu'à deux secondes de la BRM.

 

16e: Siffert a des ennuis avec sa bobine d'allumage et sa voiture est instable. Regazzoni est revenu derrière lui.

 

17e: Regazzoni déborde Siffert et se retrouve deuxième.

 

19e: Gethin s'arrête au stand McLaren car sa tenue de route est désastreuse. Il repart sans que ses mécaniciens aient trouvé la cause de ces soucis.

 

20e: Stewart possède treize secondes d'avance sur Regazzoni. Siffert se maintient à deux secondes de son compatriote. Puis, à une dizaine de secondes, vient le peloton constitué d'Ickx, Peterson, Fittipaldi, Schenken et Hulme. Ganley est neuvième devant Pescarolo. Cevert entre au stand Tyrrell pour changer son manomètre de pression d'essence. Il perd deux tours dans cette opération.

 

22e: Fittipaldi prend la cinquième place à Peterson. Beuttler renonce suite à une chute de pression d'huile. Il était 17ème.

 

23e: Cevert reprend la piste en vingtième position. Il va mener une course anonyme car sa Tyrrell souffre de problèmes de tenue de route.

 

25e: Stewart a quinze secondes d'avance sur Regazzoni. Bell abandonne à cause d'un bris de suspension. Il occupait la seizième place.

 

28e: Stewart continue d'augmenter son avance sur Regazzoni. Siffert demeure dans le sillage de la Ferrari. Ickx, Fittipaldi, Peterson et Schenken sont toujours en bagarre pour la quatrième place, tandis que Hulme est un peu distancé.

 

30e: Dix-sept secondes séparent Stewart et Regazzoni. Siffert est à vingt secondes de la tête de course.

 

32e: Fittipaldi et Peterson mènent une rude bagarre pour la cinquième place.

 

33e: Hulme regagne son stand avec un moteur fumant. Le Néo-Zélandais doit renoncer.

 

34e: Peterson repasse devant Fittipaldi.

 

35e: A mi-course, Stewart mène devant Regazzoni (18.3s.), Siffert (20.7s.), Ickx (28.7s.), Peterson (29.6s.), Fittipaldi (30.2s.), Schenken (30.9s.) et Pescarolo (59.9s.). Amon est au ralenti à cause d'un problème de soupape.

 

36e: Amon regagne le garage Matra et renonce.

 

38e: Ickx entre à son stand car il a des problèmes de pression d'huile. Il reste une bonne minute arrêté au stand Ferrari avant de repartir en treizième position.

 

39e: Gethin est de nouveau arrêté aux stands. Une crevaison lente était finalement à l'origine de ses soucis. Il repart avec beaucoup de retard.

 

40e: Stewart a dix-huit secondes de marge sur Regazzoni. Siffert se maintient à quelques centaines de mètres de la Ferrari. Peterson est quatrième, juste devant Fittipaldi et Schenken. Ganley est septième et précède Pescarolo, Stommelen et Surtees.

 

42e: Schenken double Fittipaldi à Stowe et s'empare ainsi du cinquième rang.

 

43e: L'allumage de Siffert est défectueux et le pilote suisse regagne les stands. Tim Parnell ordonne aux mécaniciens de résoudre le problème, mais Siffert n'a plus aucune chance d'inscrire un point.

 

45e: Stewart réalise le meilleur tour en course: 1'19''9'''. Siffert repart en quatorzième position.

 

47e: Stewart a vingt secondes d'avance sur Regazzoni. Peterson est troisième à trente secondes, talonné par Schenken et par Fittipaldi. Ganley est désormais dans les points grâce aux malheurs de son coéquipier.

 

49e: Regazzoni est au ralenti: la pression d'essence de sa 312 B2 est tombée à zéro. Clay n'a plus qu'à renoncer. Ganley est victime d'une crevaison. Il doit regagner le stand BRM pour changer sa roue. Il repart en onzième position.

 

50e: Stewart mène désormais devant Peterson, relégué à trente secondes. Schenken est troisième à trente-cinq secondes et précède Fittipaldi. Pescarolo occupe la cinquième place devant Stommelen et Surtees.

 

53e: Ickx regagne le stand de la Scuderia avec un souci de pression d'huile affectant son moteur. Il met pied à terre. Le K.O. technique frappe les Rouges.

 

55e: Stewart mène devant Peterson (29s.) et Schenken (35s.). Fittipaldi occupe la quatrième place et précède Pescarolo, relégué à un tour. Stommelen est sixième devant Surtees, Beltoise, Galli et Ganley.

 

56e: Ganley double Galli. Gethin abandonne, moteur en panne.

 

58e: L'écart est stable entre Stewart et Peterson.

 

60e: Stewart compte toujours une trentaine de secondes d'avance sur Peterson. Le public britannique encourage l'Ecossais dans sa marche vers la victoire.

 

62e: Beltoise est à la peine car ses ressorts de soupape ont cassé. Il essaie néanmoins de terminer l'épreuve...

 

64e: Schenken ne parvient plus à sélectionner ses vitesses. Le jeune Australien doit abandonner alors qu'il tenait son premier podium. C'est la deuxième fois de suite qu'il perd de gros points dans les derniers tours. Consternation chez Brabham.

 

65e: Les malheurs de Schenken font les bonheurs de Fittipaldi, qui grimpe au troisième rang, et de Surtees qui entre dans les points dans le sillage de son équipier.

 

67e: Les tribunes s'agitent tandis que Stewart entame son dernier tour. Suite à des problèmes de pression d'essence, Galli termine au ralenti.

 

68ème et dernier tour: Jackie Stewart remporte sa quatrième victoire de la saison. C'est la deuxième fois qu'il triomphe lors de son Grand Prix national. Auteur d'une course solide, Peterson finit seconde pour la deuxième fois de la saison. Fittipaldi termine troisième et confirme les progrès de la Lotus 72D. Pescarolo offre à Williams une superbe quatrième place. Ce sont les premiers points de l'écurie depuis deux ans. Stommelen et Surtees prennent les derniers points. Beltoise finit septième après un week-end absolument calamiteux pour Matra. Ganley, Siffert, Cevert et Galli sont aussi à l'arrivée, tandis que Wisell et de Adamich ne sont pas classés.

 

Après la course

Jackie Stewart répond aux vivats de la foule, ravie d'entendre résonner le God Save the Queen. Le nouveau retraité Jack Brabham remet la coupe du vainqueur au champion écossais. Stewart, son épouse Helen, Ken Tyrrell et toute l'équipe victorieuse prennent ensuite place sur un... tracteur pour effectuer le tour d'honneur.

 

Cette nouvelle victoire permet à Jackie Stewart de faire un grand pas vers son second titre mondial. Il totalise maintenant 42 points, soit 23 de plus qu'Ickx, dont la Ferrari n'est décidément pas au mieux. Peterson apparaît à la troisième du championnat avec 15 unités. Fittipaldi est quatrième avec dix points. Chez les constructeurs, Tyrrell prend le large avec quatorze points d'avance sur Ferrari. March est troisième devant Lotus et BRM.

 

Le lendemain de la course, le moteur utilisé par Stewart est examiné à l'usine Cosworth, sous la surveillance de Henri Treu, le secrétaire de la CSI. Aucune irrégularité n'est découverte, le DFV est bien un trois litres et l'essence utilisée est légale.

 

Bonne et mauvaise nouvelles pour Beltoise

Après ce week-end très décevant, Jean-Pierre Beltoise est de nouveau rattrapé par le drame de Buenos Aires. La CSI a décidé de lui infliger une suspension de licence de huit mois à compter du jour de la tragédie, ce qui équivaut donc en fait à une mise à l'écart de deux mois. Il ne pourra ainsi pas disputer les Grands Prix d'Allemagne et d'Autriche. Une sanction tardive qui fait débat.

Son horizon est tout de même égayé par un très heureux événement: le 21 juillet, son épouse Jacqueline met au monde son premier fils Anthony.

Tony